La fin du gaz et après ?

Bruzz a consacré un article de fond à l’énergie du futur à Bruxelles. Il est traduit ICI pour vous. A mi-mandat, le gouvernement bruxellois a effectué un bilan et va jouer à fond la carte du climat. Il s’agit notamment de travaux d’isolation de tout le parc immobilier, qui avait déjà été annoncés, avec les primes correspondantes. À partir de janvier 2023, les primes à l’énergie pour les chaudières gaz à condensation disparaîtront pour en dissuader l’installation. Plus efficaces sur le plan énergétique, elles ont l’inconvénient de fonctionner avec des combustibles fossiles.

Il s’agit de nous rendre moins dépendants de ces coûteuses énergies importées, à effet de serre incontesté. Les primes pour les pompes à chaleur, les panneaux solaires et l’isolation seront maintenues. À partir de 2025, ces solutions neutres en CO2 deviendront obligatoires pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes. En 2030, Bruxelles souhaite que tous les bâtiments publics soient chauffés sans combustibles fossiles et, d’ici 2035, tous les autres logements devraient suivre.

Mesures indispensables, mais dans la pratique, il sera difficile de se passer du gaz. Dans les bâtiments mal isolés, une pompe à chaleur est moins efficace. Les Bruxellois qui ont investi dans l’installation d’une chaudière à condensation, le faisaient pour 25  ans, et n’apprécieraient pas de devoir la remplacer trop rapidement par une pompe à chaleur. Une formule de leasing, plutôt qu’un achat complet, pourrait être une solution rentable. La création de réseaux de chaleur collectifs existe déjà et ses extensions prometteuses sont à l’étude.

La fin des cumuls

Cumuler les mandats politiques ne permet pas à certains mandataires de se concentrer à temps plein à la fonction pour laquelle ils ou elles ont été élu.e.s. et concentre trop de pouvoirs dans quelques mains. C’est pourquoi, le gouvernement régional a  (enfin) pu soumettre un projet de décumul intégral au parlement, qui va devoir se prononcer. Seule l’opposition minoritaire semble actuellement défavorable. Dans ce document, Cumuleo se réjouit. Le prix à payer pourrait être absorbé par la diminution du nombre d’échevins.

Si le parlement vote en faveur de ce projet, il ne sera plus possible de cumuler une fonction de bourgmestre, d’échevin ou de président de CPAS avec un autre mandat politique régional ou fédéral. Etre bourgmestre d’une grosse (1) commune bruxelloise n’est-il pas une charge de tous les instants qui exige un vrai temps plein ? et pourquoi pas une juste rémunération revue à la hausse, comme le prévoit le projet ? Plus de détails dans cet article de la RTBF.

Aux citoyens désireux de s’engager en politique à effectuer leur choix entre le niveau communal, régional ou fédéral. Il s’agit là de niveaux de responsabilité fort différents. Trop longtemps, un certain nombre de municipalistes n’ont siégé au parlement régional qu’en vue de maintenir les prérogatives et compétences actuelles des communes, empêchant ainsi la Région de gérer son territoire de manière cohérente et efficace. Cela s’est remarqué, par exemple, dans la saga inachevée du plan de stationnement régional, bien décrite dans un article de L’Echo.

(1) une révision des limites communales et de leurs compétences devrait en finir avec des communes trop petites, comme Saint-Josse ou Koekelberg, ou beaucoup trop grandes, comme Bruxelles-Ville ou Schaerbeek, afin de leur permettre d’exercer leur pouvoir de proximité et de réaliser des économies d’échelle.

Bruxelles climatiquement neutre

Depuis le 28 avril, Bruxelles a été retenue  par la Commission européenne avec Anvers, La Louvière et Louvain, parmi les 100 villes sélectionnées sur 377 candidats, pour tendre vers la neutralité climatique d’ici 2030. Ces villes pionnières seront invités à élaborer des « contrats ville climat », prévoyant un plan global de neutralité climatique dans tous les secteurs, tels que l’énergie, les bâtiments, la gestion des déchets et les transports.

Ces villes bénéficieront de subventions et d’assistance de l’Europe dans le cadre de Horizon Europe pour réaliser leur programme. Un budget de 360 millions d’euros est disponible pour la période 2022/23. La Commission invitera les villes à élaborer des contrats de ville climatique spécifiques. Frans Timmermans, responsable du pacte vert, déclare « avoir hâte de découvrir les solutions que les villes vont élaborer pour conduire leurs administrés et leurs entreprises vers un avenir plus vert».

Pour sa part, Margrethe Vestager désire « mettre un terme à notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles et procurer à nos citoyens des bénéfices tels qu’un air plus propre et une réduction de leurs factures énergétiques. Nous pouvons soutenir leur ambition grâce au budget de l’UE consacré à la recherche et à l’innovation ». Nous attendons de voir les projets  qui seront présentés par Bruxelles et particulièrement pour les factures énergétiques.

Qui vote aux régionales ?

Cela fait des années qu’Aula Magna milite en faveur d’un droit de vote pour les ressortissants étrangers aux élections régionales. Un habitant de la Région de Bruxelles-Capitale sur trois  [35.3% en 2020] a la nationalité d’un autre pays, mais les Bruxellois internationaux ne peuvent pas voter aux élections régionales. Quelles est alors la légitimité d’une assemblée élue par moins de 65% de la population ?

Un article de BX1 révèle que la plateforme « Brussels Voice », lancée par le commissaire à l’Europe de la Région bruxelloise, Alain Hutchinson, des organisations internationales et le secrétaire d’État bruxellois aux relations européennes et internationales, Pascal Smet, visent à leur donner la parole.  Plus de 1.300 Bruxellois internationaux ont élaboré un Manifeste trilingue contenant 22 propositions politiques pour améliorer Bruxelles. Ce document a été présenté aux députés bruxellois. Y arrivera-t-on par une révision de la constitution ? ou  par la fusion des communes ?

Le Manifeste aborde aussi le coût du logement, la sécurité dans l’espace public et l’accessibilité des services publics. Autre demande: la création d’une assemblée consultative régionale, composée de Belges et de non-Belges tirés au sort parmi tous les habitants de la Ville-Région. Elle aurait un rôle consultatif officiel dans l’élaboration de la politique régionale. « Les habitants internationaux de Bruxelles comptent. Ils sont un élément essentiel de notre société et ne sont pas assez entendus ».

Happy Monday: c’est la fête

Zinneke Parade: Il y a eu la fête de l’Iris le 8 mai, et bientôt le grand retour de la Zinneke Parade en centre-ville, après ces années d’absence sanitaire. Né en l’an 2000, ce grand carnaval métissé est la célébration joyeuse de la ville la plus bâtarde du pays … et fière de l’être. Collaboration entre quartiers pendant des mois pour créer ce carnaval fait main, sans moteurs, sans sonos et sans pollution sur le thème du « Trompe l’œil ». Serez-vous sur le parcours ce samedi 14 mai à 15h ? Ou à la finale à la Bourse à 17:30 ?

Liberté de la presse. Le 3 mai on fêtait la journée mondiale de la liberté de la presse. Pas la fête pour tout le monde, comme le révèle cette enquête de Reporters sans Frontières. Si la Belgique recule de quelques places, elle peut cependant se vanter d’avoir la loi sur la protection des sources la plus avancée d’Europe. En Russie, c’est la censure intégrale, mais la population sait lire entre les lignes depuis longtemps et cet article de The Conversation vous explique les 3 manières dont ils s’y prennent.

Verdir votre terrasse. Enlever 3 dalles de 30×30 cm pour mettre du vert et de la couleur sur votre terrasse, sur votre balcon ou sur votre trottoir ? C’est devenu très simple grâce l’initiative de l’association néerlandaise VJL qui a conçu des box prêtes à l’emploi pour les novices du jardinage. Ils travaillent avec les communes et les comités de quartier pour verduriser la ville avec la collaboration de toutes et de tous. Infos et contact ICI. Si vous tentez l’expérience, dites-nous comment cela s’est passé.