Covid-19: attendre ou agir ?

____________________________________________

Si vous n’êtes pas encore immunisé.e, sachez que des traitements existent. Ils augmentent fortement les chances de guérison, s’ils sont prescrits aux stades précoces de la Covid-19. C’est un abonné à ce blog qui le souligne. Alain Maskens – docteur en médecine et spécialiste en médecine interne – vient de publier une carte blanche courageuse dans Le Vif. Courageuse, parce qu’elle va à contre-courant de la politique du « tout au vaccin », qui néglige la recherche et la mise à disposition de traitements qui peuvent aider à une guérison rapide et donc à une diminution de la pression sur les hôpitaux et de la mortalité, principales causes de l’obligation de confiner.

Attendre ou agir ? Attendre le vaccin et ses promesses, attendre les premiers symptômes avant de se faire tester, attendre une contravention pour mettre son masque, attendre une aggravation de la situation pour se faire traiter et hospitaliser … Plutôt que d’attendre on peut aussi faire le choix d’agir et tenter de prévenir, comme déjà proposé ICI. Développer son immunité avec les vitamines C et D, avec l’oligoélément Zinc, avec l’huile essentielle de Ravintsara en inhalation ou en usage externe, … tout cela peut nous offrir plus de résistance en cas de contact avec le virus, peut nous aider à rester sans symptômes, même en étant testé positif.

Si malgré toutes vos précautions, vous développez les premiers signes de la maladie (fièvre, toux sèche, fatigue, perte d’odorat ou du goût, …) le docteur Alain Maskens préconise des traitements à discuter avec votre médecin et à appliquer sans tarder. Il s’en explique dans sa carte blanche destinée à un public général, mais développe ICI ses arguments de manière plus scientifique, pour celles et ceux qui veulent en savoir plus.

photo de fernando zhiminaicela pour Pixabay

Happy Monday: la STIB nous gâte

_____________________________________

Malgré la crise sanitaire et la chute de fréquentation, la STIB arrive à maintenir son offre et ses principaux horaires. Elle fait mieux, avec de bonnes nouvelles pour 2021. BX1 annonçait ICI les nouveautés 2020 devenues largement réalités et maintenant c’est L’Echo qui détaille les projets 2021 de la STIB, que nous résumons ci-dessous, suite à l’interview du CEO Brieuc de Meeûs que vous pouvez lire ICI (1).

Côté matériel, Bruxelles va réceptionner 90 nouveaux trams et les mettre en circulation d’ici le mois de mai. Cela devrait permettre d’augmenter l’offre de 15 % et d’envisager la création d’une nouvelle ligne vers Neder-over-Heembeek. Pas moins de 11 nouvelles rames de métro vont aussi être livrées, en vue de pouvoir assurer une fréquence d’une rame toutes les 2 minutes en heures de pointe sur le tronçon commun des lignes 1 et 5. Le métro sans chauffeur n’est pas pour demain, à cause du prix de l’installation de portes palières sur les quais, qui seront cependant testées dans 3 stations. Le gigantesque et coûteux projet Métro 3 va se poursuivre avec 3 grands chantiers: Albert, Stalingrad et Gare du Nord.

La STIB a aussi loué un bus à hydrogène à la firme Van Hool pour le tester longuement avant de décider de s’engager dans cette filière d’avenir, qui est aussi liée à la production d’hydrogène vert et à la création de postes de recharge. La billettique n’est pas en reste pour tenter d’attirer plus d’usagers. Le payement sans contact d’un voyage unique dans les véhicules avec carte de banque a fait ses preuves et serait largement utilisé. Mais la vraie nouveauté se trouve du côté de l’intégration tarifaire tant attendue entre STIB, TEC, De Lijn et la SNCB. Début février, il devrait enfin être possible de payer avec le même titre de transport tout voyage dans un rayon de 11,5 km autour de la Grand-Place.

(1) article accessible aux lecteurs inscrits gratuitement à L’Echo

Loyauté fédérale en question

_________________________________

Nous nous étions réjouis ICI de l’attitude de l’Union Européenne qui a décidé de centraliser toutes les commandes de vaccins et de répartir les doses disponibles au prorata de la population de chaque Etat membre, pour garantir à tous le meilleur prix et éviter une concurrence entre eux. Cette politique a été un succès apprécié.

Un article de La Libre nous apprend que Jan Jambon – ministre président de la Flandre – a utilisé ses contacts chez Pfizer pour tenter d’obtenir des doses supplémentaires pour la seule Flandre. Selon les propos dans L’Echo de François De Smet – président de Défi – cette démarche traduit son « mépris vis-à-vis des accords européens et, accessoirement, de tout principe de loyauté fédérale ». Cette critique a aussi été appuyée par le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron (Ecolo).

Le communautaire n’est jamais loin en Belgique, mais il faut bien dire qu’en tentant (sans succès) de privilégier les citoyens de sa Région, Jan Jambon a voulu se montrer plus actif que l’Etat fédéral, mais a finalement tendu le bâton pour le battre, face à cette manoeuvre nationaliste mesquine.

Respect mutuel en question

_________________________________

En ces temps de confinement imposé et de nervosité grandissante, la police se voit de plus en plus chargée de faire respecter des gestes barrière alignés par le gouvernement ainsi que le contrôle de réunions strictement limitées. Une fonction assez neuve que la police la police tente d’intégrer, même si l’usage proportionné de la force n’est pas toujours observé pour y parvenir. Pareil pour les citoyens, qui contestent parfois de manière violente les consignes que la police doit leur imposer. Le manque de respect entre citoyens et forces de l’ordre est parfois criant et pas évident de savoir qui a commencé le premier à manquer de respect.

Nous avons déjà consacré trois billets à cette problématique exacerbée par la crise sanitaire. Nous avons rappelé que la protection des citoyennes et citoyens est une tâche fondamentale de la police, mais que ce rôle éducatif est assez neuf pour certains policiers qui peuvent manquer de contact avec la population de leur territoire. Une partie de la population se montre aussi excédée par les contrôles réguliers dont elle est l’objet et adopte des comportements inadmissibles vis à vis de tout ce qui représente l’autorité, y compris le caillassage des voitures de police, de pompiers et même de véhicules la STIB et De Lijn.

Après la remise de novembre,  Aula Magna tentera de faire le point ce samedi en donnant la parole au responsable du recrutement et de la formation des policiers, au porte parole de la police de Bruxelles-Ixelles, au responsable de l’antenne Police Watch de la Ligue des Droits Humains et à une professeure de criminologie de la VUB. Vous entendrez aussi les commentaires du président de la commission Police du parlement bruxellois. Mais vous pourrez aussi poser vos questions en direct en vous connectant à Zoom ce samedi à 10h à partir du lien que vous pouvez demander à l’adresse bruxselscity@gmail.com

photo extraite de Studyrama

La Région soutient mieux l’isolation

_______________________________________

La facture énergétique moyenne d’un ménage bruxellois atteint 1.400 euros, dont 60% pour le chauffage. Outre son coût, la combustion dans l’ensemble des bâtiments de la Région est responsable de 90% des émissions d’oxyde de souffre. Bruxelles Environnement en dit plus ICI. Réduire cette consommation est donc bénéfique pour votre portefeuille et pour l’air que nous respirons tous. Cela peut commencer par l’isolation du toit, qui est souvent l’investissement le plus rentable pour économiser l’énergie, mais il y a aussi les châssis, les vitrages, la chaudière, la ventilation, …

Si vous envisagez de faire des travaux d’isolation, de chauffage ou même de simple étude énergétique, sachez que le moment est idéal. Vous profiterez des traditionnelles « Primes énergie » de la Région, mais dans certains cas, d’un bonus temporaire lié à la crise sanitaire, si vous effectuez ces travaux d’ici le 1er septembre 2021. Que vous soyez propriétaire, copropriétaire ou simple locataire. Ces primes peuvent même aller jusqu’à 70% dans le meilleur des cas. Vous en trouverez tous les détails dans une excellente synthèse livrée par L’Echo.

Oui, il faudra évidemment constituer un dossier et donc beaucoup de papiers, mais le jeu en vaut la chandelle depuis que la Région a permis la création de Homegrade, dont les conseillers vous guideront gratuitement dans votre projet et vous aideront à constituer un dossier de demande de primes. Appelez Homegrade au n° 1810. Et pour financer ces travaux d’amélioration énergétique dans votre habitation, vous pouvez aussi profiter du Prêt Vert bruxellois, à un taux très avantageux, de 0 à 2%. Alors ça y est ? cette année 2021 sera celle d’une habitation moins énergivore et d’un air plus respirable à Bruxelles ?

Schéma extrait du site d’Eco’Logis