Archives pour la catégorie Tourisme

Happy Monday: les trains low cost entrent en gare

____________________________________________

Cologne / Berlin à 9,99 €. C’est FlixTrain qui pratique ce tarif en Allemagne, en complément de son réseau FlixBus, déjà très populaire auprès des jeunes voyageurs européens. Des voyageurs flexibles, qui s’y prennent à temps, parce qu’ils privilégient le prix. Ce ne sont pas des TGV, mais des trains rapides relookés, qui proposent la WiFi, des prises de courant et les bagages gratuits. Un Cologne / Berlin s’effectue en un peu plus de 5 heures. Des FlixBus peuvent amener les voyageurs de Bruxelles à Cologne.

Avec l’ouverture du réseau ferroviaire à la concurrence, programmé par l’Europe, FlixTrain sera sans doute le premier à sortir de ses frontières. Il a rentré des demandes d’exploitation pour cinq lignes en France, dont une ligne directe Bruxelles Nord – Paris Nord. On pourrait voir les premiers FlixTrain entrer dans les gares européennes au début 2021.

Une vraie concurrence pour les vols low cost, qui sera encore accentuée lorsque le kérosène polluant, qu’ils utilisent abondamment, sera enfin taxé comme les autres carburants et qu’une TVA sera appliqué sur les billets d’avion. Une aubaine pour les voyageurs économes et une incontestable aubaine pour le climat. Si les trajets s’avèrent plus longs, le train fait cependant gagner beaucoup de temps en arrivant au coeur des villes et sans les longues procédures des aéroports.

Confiance confirmée pour le piétonnier

________________________________________

L’avancement des travaux du boulevard Anspach permet déjà de se faire une idée du résultat final du piétonnier. Sa fréquentation ininterrompue augure bien de l’engouement qu’il pourrait susciter auprès de la population bruxelloise. Les promoteurs ne s’y sont pas trompés et ont misé sur la renaissance des boulevards du centre. Après l’ouverture du centre commercial The Mint et le chantier Cristal City en cours en face de l’Anspach Center, c’est l’arrivée du temple de l’alimentation et de la gastronomie italienne Eataly, qui s’est confirmée par l’acquisition de l’ancien immeuble d’Actiris – et son fameux dôme – juste en face de la Bourse.

L’idée originale d’Oscar Farinetti en ouvrant Eataly à Turin en 2007 était de réunir des petits producteurs de la région piémontaise, pour offrir une alimentation saine et accessible au grand public. Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 3.000 PME artisanales qui fournissent Eataly. Nous devrons encore attendre 4 ans avant de découvrir leurs spécialités artisanales et leur food court, vu les gros chantiers qui débuteront par une opération destinée à en enlever tout l’amiante.

En attendant La Libre vous en donne un bel avant-goût et Télérama en présente la version parisienne, qui vient de s’ouvrir dans le Marais. Si Eataly se développera sur trois niveaux côté Bourse, l’AD Delhaize fera peau neuve côté Marché aux Poulets, avec un tout nouveau concept de Delhaize urbain. Aux étages on parle de co-working, de bureaux partagés et de logements meublés dans un esprit co-living. Le dôme sera accessible au public et un potager prendra racine au 4ème. Les Grands Magasins de la Bourse pourraient à nouveau illuminer le centre- ville et les commerces spécialisés avoir envie de revenir s’installer sur les boulevards centraux.

 

Pourquoi survoler Bruxelles ?

Les traînées de condensation que vous voyez sur cette photo récente montrent à quel point le ciel de Bruxelles est survolé. Bien sûr, ces avions sont à plus de 8.000m d’altitude, ne s’entendent pas et n’émettent que de la condensation de vapeur d’eau – contrails – laissée par les réacteurs et supposée inoffensive. Nous y reviendrons. Mais est-il bien indispensable que ces avions – en transit au-dessus de la Belgique – viennent survoler intentionnellement une ville d’un million d’habitants ?

Le principe de précaution exigerait évidemment d’exposer le moins de personnes possible aux risques de crash ou de perte de réacteur, statistiquement faibles mais pas nuls. Au quotidien, les nuages artificiels que ces survols créent en altitude peuvent couvrir de vastes surfaces de ciel, persister durant plusieurs heures et nous priver de soleil, tout en ayant un impact non négligeable en termes d’effet de serre et de réchauffement climatique global. De plus, certains experts estiment qu’il ne s’agit pas seulement de traînées de condensation, mais aussi de « chemtrails » constitués de produits chimiques « aérosols » dangereux.

Par ailleurs, personne ne souhaite être exposé aux nuisances sonores et aux résidus de combustion des décollages et atterrissages d’un trafic aérien qui ne cesse de se développer, notamment à la faveur d’une exonération de taxe sur le kérosène et de TVA sur les billets. Ne devrait-il pas aller de soi qu’on ne survole aucune zone densément peuplée ? et qu’on indemnise ou exproprie les victimes résiduelles ? Avec des pistes de décollage situées à moins de 2 km de la ville la plus densément peuplée du pays, l’aéroport urbain de Zaventem ne devrait-il pas être contraint de revoir ses couloirs aériens pour être conforme aux règles européennes et aux heures de sommeil ? Devant l’inertie des ministres réformateurs Galant et Bellot, il y a du travail en perspective pour le prochain gouvernement fédéral et de la vigilance à maintenir pour le gouvernement bruxellois.

Avion, train ou voiture ?

__________________________________________

Par les temps qui courent, la RTBF a cru bon de faire une comparaison entre modes de transport. Le calcul des émissions de carbone dépendant de nombreux paramètres, elle s’est basée sur des chiffres disponibles sur le site internet de la SNCF, ainsi que sur le calculateur mis au point par greentripper.org. Sans oublier que le comparatif a ses limites : prendre l’avion nécessite de se présenter à l’avance pour l’enregistrement, le temps d’un trajet en voiture est lui aussi souvent allongé par des bouchons, des travaux ou des pauses…

Trois exemples:

Bruxelles – Paris (distance: 312km)

  • En train, la durée de votre trajet s’élève à 1h35 pour une émission de dioxyde de carbone d’environ 2,6 kg.
  • En avion, votre trajet s’étalera sur 55 minutes pour une émission de CO2 proche de 32 kg pour un aller-simple
  • En voiture, la durée de votre voyage est estimée à 3h30 de route pour une émission de dioxyde de carbone d’environ 40 kg.

Bruxelles – Londres (distance: 372km)

  • En train, la durée de votre trajet s’élève à 2h55 pour une émission de dioxyde de carbone d’environ 4,2 kg.
  • En avion, comptez 1h15 de voyage pour une émission de CO2 estimée à 44 kg.
  • En voiture, la durée de votre voyage est estimée à environ 5h pour une émission de dioxyde de carbone d’environ 40 kg.

Bruxelles – Genève (distance: 793km)

  • En train, la durée de votre trajet s’élève à 5h20 pour une émission de dioxyde de carbone d’environ 6,8 kg.
  • En avion, comptez 1h15 de voyage pour une émission de CO2 estimée à 68 kg pour un aller-simple.
  • En voiture, la durée de votre voyage est estimée à 8h pour une émission de dioxyde de carbone d’environ 90 kg.

Comment la Ville se prépare au réchauffement ?

photo du blog mickaellebogosse

Le parc aquatique Océade était très populaire parmi la population bruxelloise. Plus de 250.000 visiteurs cette année. C’était la seule piscine en plein air de la Région et elle ne coûtait rien au contribuable ! Mais il faut bien parler au passé, puisque Océade a été contraint de fermer en septembre, que les toboggans sont partis en Roumanie pour 152.000 euros et qu’un impressionnant chantier fait de pelleteuses et de grues est à l’oeuvre ICI. D’ici la fin du mois, il ne devrait rien rester, pas même Mini Europe, sauf … 15.000m3 de gravats à évacuer.

Par quoi sera remplacé Océade ? par rien. Rien d’équivalent, mais le développement du projet commercial et résidentiel NEO de la Ville. Il y était bien question d’un « étang nageable » ou d’une piscine au théâtre américain, mais rien n’est garanti à ce stade. N’est-il pas étonnant qu’Ecolo/Groen, arrivé au pouvoir à la Ville, accepte la poursuite du projet NEO et de son centre commercial d’un autre temps ?

Avec le réchauffement climatique et les canicules à répétition, la plupart des villes  commencent à multiplier les plans d’eau et plantent des arbres pour plus de fraîcheur. Ici, la Ville supprime la seule piscine en plein air de la Région et s’apprête à couper 749 arbres pour faire place à NEO
il restera toujours la très belle piscine extérieure chauffée du David Lloyd Clubs … pour les privilégiés qui peuvent en être membres.

photo parcplaza.net