Archives pour la catégorie Tourisme

Des quais plus verts et plus bas

________________________________________

Le  canal est le seul cours d’eau qui traverse entièrement la ville à l’air libre. Son niveau est très bas dans le centre pour permettre aux péniches de passer sous nos nombreux ponts. Il faut souvent se pencher pour  y voir couler l’eau. La seule manière de remédier à cette situation serait d’abaisser certains quais. Cette intention figure dans le texte de l’accord de majorité qui affirme vouloir « renforcer le lien entre l’espace public, l’eau et la nature ».

Une fois de plus, Bruzz est le premier média à annoncer que le gouvernement vient de discuter de l’étude de faisabilité réalisée par deux bureaux d’étude pour l’abaissement du quai de Péniches et  des Armateurs à hauteur du bassin Vergote. L’espace y est assez large et central pour verdir ces quais et les abaisser par paliers. Le gouvernement espère inclure ces projets dans l’accord de collaboration avec Beliris, dont la bruxelloise Karine Lalieux (PS) a aujourd’hui la tutelle.

Ce scénario favoriserait l’extension du parc Maximilien et inclurait la construction d’un nouveau complexe sportif Vergote. La possibilité d’une cafétéria avec une terrasse au bord de l’eau est en cours de discussion. Le point le plus bas du quai serait environ à deux mètres de moins qu’il ne l’est actuellement. Vous en saurez plus en lisant l’article de Bruzz ou sa traduction avec DeepL.com sous la photo.

simulation extraite de l’article de Bruzz

Plus vite qu’en avion et moins cher ?

_____________________________________________

Qui est plus rapide que l’avion ? Le train à sustentation magnétique, que les Chinois viennent de mettre au point. Il pourra atteindre la vitesse de 620 km/h et ils s’efforceraient même de porter cette vitesse à… 800 km/h. De quoi rivaliser avec la plupart des avions actuellement en service. Et cela sans compter le gain de temps lié à la proximité des gares urbaines et du temps d’embarquement réduit. Pour ce qui est du prix, tant que le kérosène des avions ne sera pas taxé comme les autres carburants, la concurrence restera faussée.

La réputation de l’avion plus rapide que le train est mise en doute par une étude de l’UCL qui prouve le contraire. En 2017, près de 4 millions de passagers ont pris l’avion alors qu’ils auraient pu gagner du temps et réduire leur empreinte carbone en prenant le train. En 2018 déjà, le comparateur de voyages en ligne GoEuro (aujourd’hui Omio) avait listé dix liaisons pour lesquelles les trajets en train étaient plus intéressants. Elles dégageaient un gain de temps, allant de 1h à plus de 3h20 par trajet.

La reprise 
« comme avant » du trafic aérien ne peut plus être d’actualité et l’accompagnement de la reconversion des salariés (notamment vers le rail) devient donc une priorité. L’extension des aéroports ne peut plus être autorisée. Alternatives Economiques s’en explique ICI. Même aux USA, où l’avion et la voiture sont les grands maitres, Joe Biden veut relancer le trafic ferroviaire dans son pays. Cela passera forcément par la création de premières lignes à grande vitesse.

Il ne faudrait donc pas que les aides européennes à la relance économique servent à développer un secteur aérien très polluant, qui doit accepter de devenir complémentaire au rail pour les très longues distances.

photo extraite du site Voyager à petit prix qui compare aussi les modes de transport

Happy Monday: un poumon vert à Anderlecht

_______________________________________

Neerpede vous connaissez ? C’est un site naturel, encore quelque peu dispersé, qui occupe près de 40 hectares dans la partie ouest d’Anderlecht. Le panorama est exceptionnel et la grande butte offre une vue sur la ville et sur les vestiges du Pajottenland, si merveilleusement dépeint par Breughel. Région et commune ont finalisé un carnet de route, en vue de créer progressivement un véritable poumon vert, qui préserve la biodiversité du site tout en permettant aux visiteurs de profiter d’un cadre idyllique et d’un vaste ilot de fraîcheur à deux pas de la ville. Un projet dont la Région est fière et qui est particulièrement bienvenu dans un secteur qui manque cruellement d’espaces verts accessibles à la population.

Stratégiquement situé, cet espace naturel bénéficie aussi de l’existence de vents dominants qui iront ensuite rafraîchir Bruxelles. Le programme s’étendra sur plusieurs années et prévoit l’assainissement du chapelet d’étangs, la gestion écologique des espaces verts, la création de réserves naturelles et d’une zone d’agroécologie autour de la ferme du Chaudron. Le ruisseau Neerpedebeek (La Pede), sera reconnecté avec les étangs et dès 2023, l’étang du Mayfair deviendra zone de baignade en site naturel définitive, après avoir été testée avec succès au cours de cet été. Le Soir abonnés en dit plus ICI.

Le budget total se chiffre à quelques 36 millions d’euros et tout l’argent nécessaire n’est pas encore récolté. La Région discute avec Beliris (l’accord de coopération fédéral/Région) et le Feder (le Fonds européen de développement régional). Mais ce site naturel ne s’arrête pas aux limites de la Région bruxelloise, un Plan directeur interrégional fructueux a pu se développer pour Neerpede – Vlezenbeek – Sint Anna-Pede, entre Bruxelles Environnement (IBGE) et la Vlaamse Landmaatschappij (VLM).

Happy Monday: les réussites de 2020

____________________________________

Avec votre collaboration, je suis parti à la recherche des bonnes nouvelles de 2020, qui ont eu tendance à être éclipsées par l’amoncellement de catastrophes sanitaires et de consignes de plus en plus éprouvantes. En première position: l’Union Européenne. Tant décriée, elle est cependant arrivée à parler d’une seule voix pour assurer des prêts à ses Etats membres afin d’éviter une catastrophe économique, à lancer son New Green Deal et à éviter une compétition féroce pour un vaccin, qui sera finalement disponible partout en Europe à la même date. Même si on apprécierait qu’elle se focalise aussi sur un traitement, on peut se réjouir de ses réussites comme de sa coordination rapide face au virus mutant de Grande Bretagne. Et puis ouf ! – in extremis – pas de Brexit sans deal.

Après des années d’austérité imposée, de diminution des budgets de soins de santé et de revendications pour « moins d’Etat », nous avons à nouveau un gouvernement fédéral et tout le monde s’accorde pour que l’Etat retrouve sa place, veille à l’intérêt général et impose une contribution de solidarité aux citoyens les plus nantis. 2020 a aussi révélé que les métiers essentiels, n’étaient pas ceux que l’on imagine, et que de surcroît ils sont parmi les plus mal payés. Merci à eux, en attendant une reconnaissance et une revalorisation de leurs tâches.

L’absence de touristes a remis des logements court terme en location longue durée et a imposé une réflexion sur le type de tourisme que Bruxelles veut favoriser à l’avenir. Le Trans Europ Express reçoit un nouveau souffle et les trains de nuit veulent concurrencer l’énergivore avion. Un vaste plan Good Move est à l’enquête. Le secteur culturel s’associe pour produire en ligne. La recherche se porte plutôt bien. Les quartiers monofonctionnels commencent à céder la place à davantage de mixité, pour bientôt offrir le « tout à 10 minutes ». Le congé de paternité passera de 10 à 15 jours. Et le centre historique s’illumine pour égayer nos vacances à domicile …

photo extraite de la vidéo de visitbrussels

Happy Monday: un boulevard piéton

_______________________________________

Le réaménagement des boulevards centraux était au programme de la Ville et de Beliris depuis la fin des années 90. Il aura fallu la carte blanche de Philippe Van Parijs, le succès populaire de l’occupation sauvage de la place de la Bourse par PicNic the Streets et de la persévérance, pour que tous les partis mettent cette piétonnisation à leur programme électoral. La nouvelle majorité a décidé de rendre les boulevards aux piétons, de la place De Brouckère à la place Fontainas. Les derniers travaux pour le plan d’eau de la Bourse et pour les plantations à Fontainas seront terminés en fin d’année. Un appel à projet pour une œuvre d’art sera lancé pour donner une identité à la place Fontainas, entrée sud du piétonnier.

Décidé par Freddy Thielemans, mené à la hussarde par Yvan Mayeur et repris par Philippe Close, le piétonnier est une réalisation majeure, même s’il n’a pas fait que des heureux, y compris parmi ceux qui l’ont revendiqué. Si les riverains ne boudent pas le plaisir d’un air plus pur, le trafic reporté sur le « mini-ring » qui ceinture le piétonnier, empeste d’autres riverains. Le nouveau plan de circulation promis par l’échevin Bart Dhondt (Groen) se fait toujours attendre. La canicule de cet été à mis en exergue la minéralisation excessive des places De Brouckère et de la Bourse, que la Ville destine à de grands événements. Bien que sa mixité – tant citoyenne que commerciale peine à aboutir – vu les réticences d’un certain nombre de Bruxellois aisés – L’Echo en dresse un tableau positif.

Avec un piétonnier livré à la population sans en définir les règles d’usage, les Gardiens de la paix, les stewards de Bruciteam et la brigade cycliste ont du mal à mettre un peu d’ordre dans la circulation anarchique des vélos, des trottinettes, des livreurs, des taxis, des bus articulés, du football et des personnes sans domicile, qui disputent la place aux piétons, à l’honneur ICI. Pour Brussels Studies Institute – qui vient de publier une note de synthèse – le « Grand Piétonnier » constitue le projet urbain le plus important des dernières décennies. Plus qu’un simple aménagement de l’espace public, le «piétonnier» touche de multiples dimensions et échelles de la fabrique de la ville. Il est porteur d’opportunités majeures pour le centre-ville mais aussi pour la Région de Bruxelles-Capitale et la métropole bruxelloise. Vous trouverez leur analyse en primeur ICI.