Archives pour la catégorie Tourisme

Des forêts en ville

______________________________________

La grisaille automnale ne doit pas empêcher la ville de penser aux prochains étés. Multiplier les les plans d’eau dans l’espace public et développer de nouveaux espaces verts. Des forêts urbaines bien pensées ont démontré leur capacité à dégager de la fraîcheur, à capter le CO2 et bien sûr à générer un ombre propice. Nous en comptons quelques unes en bordure de ville, comme les campus de l’ULB et de la VUB (s’ils ne lotissent pas trop) et ceux des Cliniques Saint-Luc. Il est aussi une forêt urbaine en plein centre ville, face à la cathédrale. Ces forêts urbaines demandent moins d’entretien que les parcs.

Nombre d’espaces urbains ont été minéralisés à l’extrême, dont la place de la Monnaie, la place Jourdan, la place Rogier et encore plus récemment, la place De Brouckère. La pierre et le béton accumulent la chaleur tout au long de la journée (jusqu’à 50° au centre de De Brouckère cet été) et ils la rejette la nuit, augmentant la température de la ville de plusieurs degrés. Alors qu’au boulevard Adolphe Max, de simples acacias en pot, arrivent à créer une voûte verte ombragée. Sciensano attire l’attention sur la surmortalité lors des dernières canicules et Guy Castadot met en garde contre la déforestation prévue au futur Mediapark à Schaerbeek.

La Maire de Paris va créer des forêts urbaines sur quatre place emblématiques, dont la place de l’Hôtel de Ville. A Neder-Over-Heembeek, la Ville de Bruxelles a réalisé un bel exemple participatif aux confins de la ville. Avec la méthode Miyawaki, ces forêts peuvent pousser 10 x plus rapidement, comme démontré ICI et encore LA.

Quelles places bruxelloises verriez-vous bien transformées en forêts urbaines rafraîchissantes ?

Boulevard Adolphe Max, des arbres en pot créent une véritable voûte verte

Effet placebo ?
Des forêts urbaines collées sur les cabines électriques  » rafraîchissent  » Bangkok

 

____________
Pour les abonné.e.s qui n’ont pu ouvrir le chapitre  » Assumer son cosmopolitisme  » d’Henri Goldman dans Demain Bruxsels, le revoilà ICI.

Identité en péril

___________________________________

C’est à Dublin. CityLab relate ICI la disparition de la peinture murale d’Attenborough qui a fait grand bruit, mais qui n’est pas la seule oeuvre de street art à avoir disparu des murs. Des marchés de rue ont été supprimés, des bars et lieux culturels ont été fermés. Souvent, les constructions qui les remplacent sont conçues pour les touristes. Les habitants craignent que la vitalité et le caractère de la ville ne soient définitivement dépouillés. Ils redoutent que Dublin soit totalement abandonnée aux pressions exercées par les promoteurs et l’industrie du tourisme de masse.

Autres victimes de ce mois: le Bernard Shaw, un pub et une salle de concert, Eatyard, un marché alimentaire sur la parcelle voisine, le départ du Théâtre Tivoli, un bâtiment des années 1930, qui sera remplacé par un hôtel et la démolition programmée d’un pub traditionnel populaire dans le quartier nord de la ville.

Les problèmes actuels de Dublin semblent être les effets secondaires de la popularité et du développement de la capitale irlandaise. L’économie de la ville est en plein essor. Elle a enregistré des niveaux d’emploi record au dernier trimestre de 2018, tandis que la ville s’est fixé un objectif de 3 millions d’arrivées touristiques annuelles supplémentaires d’ici 2028. L’identité et la culture de la ville sont en péril. Le tourisme de masse risque de la mener à un point de non retour. Un avertissement pour la touristification galopante du centre historique de Bruxelles ?

photo CityLab Paul Faith/AFP/Getty

Happy Monday: la fin des échafaudages

© Youtube – Balo

Il n’a fallu que 12 heures à Balo pour enlever, une par une, toutes les tubulures qui dénaturent notre Palais de Justice depuis plus de 37 ans. Mais, inutile de courir place Poelaert pour le voir enfin sans ses échafaudages … parce que c’est sur Youtube qu’il publie son travail réalisé patiemment avec Photoshop.

Il faudra encore attendre 2040 – comme le révèle un article détaillé de la RTBF – pour que la Régie des Bâtiments du fédéral ait terminé la rénovation du plus grand bâtiment public d’Europe, travail qu’elle vient seulement d’entamer. Contrairement à ce qu’affirme Balo, ce n’est pas la Ville de Bruxelles qui est responsable de cette négligence coupable, mais bien l’Etat fédéral, qui est propriétaire du palais.

Créée en 2011 par le barreau de Bruxelles, la Fondation Poelaert s’est donné pour mission de sauver la Palais de Justice. Elle a élaboré une vision et des principes directeurs, en vue d’un masterplan pour le Campus Poelaert. Un site qui compte de nombreux bâtiments loués par l’Etat pour pallier, notamment, au manque de locaux encore accessibles dans le palais de Justice. La Fondation reste aussi vigilante face à toutes sortes de projets qui pourraient dénaturer la fonction du Palais, dont un jardin suspendu, un centre culturel ou un shopping center … Elle a publié « Justice pour le Palais » un bel ouvrage qu’on peut commander ICI.

Si les mondanités ne vous font pas peur, la Fondation Poelaert et Quartier des Arts vous convient le 30 novembre, à une soirée de gala à l’Autoworld du Cinquantenaire, en vue de récolter des fonds pour sauver le Palais de Justice.

 

Happy Monday: les trains low cost entrent en gare

____________________________________________

Cologne / Berlin à 9,99 €. C’est FlixTrain qui pratique ce tarif en Allemagne, en complément de son réseau FlixBus, déjà très populaire auprès des jeunes voyageurs européens. Des voyageurs flexibles, qui s’y prennent à temps, parce qu’ils privilégient le prix. Ce ne sont pas des TGV, mais des trains rapides relookés, qui proposent la WiFi, des prises de courant et les bagages gratuits. Un Cologne / Berlin s’effectue en un peu plus de 5 heures. Des FlixBus peuvent amener les voyageurs de Bruxelles à Cologne.

Avec l’ouverture du réseau ferroviaire à la concurrence, programmé par l’Europe, FlixTrain sera sans doute le premier à sortir de ses frontières. Il a rentré des demandes d’exploitation pour cinq lignes en France, dont une ligne directe Bruxelles Nord – Paris Nord. On pourrait voir les premiers FlixTrain entrer dans les gares européennes au début 2021.

Une vraie concurrence pour les vols low cost, qui sera encore accentuée lorsque le kérosène polluant, qu’ils utilisent abondamment, sera enfin taxé comme les autres carburants et qu’une TVA sera appliqué sur les billets d’avion. Une aubaine pour les voyageurs économes et une incontestable aubaine pour le climat. Si les trajets s’avèrent plus longs, le train fait cependant gagner beaucoup de temps en arrivant au coeur des villes et sans les longues procédures des aéroports.

Confiance confirmée pour le piétonnier

________________________________________

L’avancement des travaux du boulevard Anspach permet déjà de se faire une idée du résultat final du piétonnier. Sa fréquentation ininterrompue augure bien de l’engouement qu’il pourrait susciter auprès de la population bruxelloise. Les promoteurs ne s’y sont pas trompés et ont misé sur la renaissance des boulevards du centre. Après l’ouverture du centre commercial The Mint et le chantier Cristal City en cours en face de l’Anspach Center, c’est l’arrivée du temple de l’alimentation et de la gastronomie italienne Eataly, qui s’est confirmée par l’acquisition de l’ancien immeuble d’Actiris – et son fameux dôme – juste en face de la Bourse.

L’idée originale d’Oscar Farinetti en ouvrant Eataly à Turin en 2007 était de réunir des petits producteurs de la région piémontaise, pour offrir une alimentation saine et accessible au grand public. Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 3.000 PME artisanales qui fournissent Eataly. Nous devrons encore attendre 4 ans avant de découvrir leurs spécialités artisanales et leur food court, vu les gros chantiers qui débuteront par une opération destinée à en enlever tout l’amiante.

En attendant La Libre vous en donne un bel avant-goût et Télérama en présente la version parisienne, qui vient de s’ouvrir dans le Marais. Si Eataly se développera sur trois niveaux côté Bourse, l’AD Delhaize fera peau neuve côté Marché aux Poulets, avec un tout nouveau concept de Delhaize urbain. Aux étages on parle de co-working, de bureaux partagés et de logements meublés dans un esprit co-living. Le dôme sera accessible au public et un potager prendra racine au 4ème. Les Grands Magasins de la Bourse pourraient à nouveau illuminer le centre- ville et les commerces spécialisés avoir envie de revenir s’installer sur les boulevards centraux.