Archives de catégorie : Culture

Que faire de nos églises ?

Elles sont plus de 100. Chaque quartier – ou plutôt chaque paroisse – dispose d’une église entretenue par les pouvoirs publics (Fabrique d’Eglise). A l’image de la ville, on y officie en 23 langues différentes. Les fidèles y sont cependant de moins en moins nombreux, même si on ne dispose pas de statistiques très précises, à part celles de la fréquentation des cours convictionnels des élèves de l’enseignement officiel et celles d’Orela. Que faire du patrimoine excédentaire, suite à la sécularisation et la désertification d’un certain nombre de ces lieux ? 

C’est la question posée par la Chambre des Urbanistes de Belgique et par For Urban Passion.  Il y a les églises classées et celles qui font partie de notre patrimoine culturel. Les conserver s’impose, reste la question de l’usage que l’on peut en faire ? Certaines ont été transformées en lieux de culte multiconfessionnels ou en espaces partagés.  D’autres ont été désacralisées ou désaffectées, pour devenir de centres culturels, des salles de sport, voire même des logements ou des discothèques. L’église Sainte-Marie transformée en mosquée ?

Si la question vous intéresse, vous pourrez lire cet article ou suivre ICI un débat intéressant soulevé par des urbanistes, en présence d’un représentant de l’Archevêché Malines-Bruxelles, du CRISP, du Centre du Patrimoine et des Arts, des Ingénieurs et Conseillers communaux, d’Open Churches et d’un consultant immobilier. 

Revoyons-nous le 3 janvier

Je voudrais vous laisser profiter calmement de ces quelques jours de répit entre les deux fêtes de fin d’année. Le futur de Bruxelles attendra  bien jusqu’au lundi 3 janvier 2022 pour se projeter à nouveau sur vos écrans.

Je peux déjà vous annoncer quelques petites surprises que vous découvrirez sur vos mails et sur le site. Il vous sera toujours possible de faire de vrais commentaires – déjà  plus de 2.000 mille – mais il sera désormais aussi possible de marquer simplement si vous êtes d’accord ou pas tellement sous chacun des billets. Il devrait aussi être plus simple de transférer un article à vos connaissances par Twitter, Facebook WhatsApp ou par mail, afin que nous arrivions un jour à 1.000 abonnés et donc autant d’influenceurs et d’influenceuses.

Après plus de 2.000 billets (hé oui) depuis sa création, le blog avait besoin d’une petite cure de rajeunissement. Il va en sortir rafraîchi grâce à la collaboration du Web Designer Erwin Declerck, de la photographe argentique Imgard Mertens et des conseils de la graphiste Johanna Fisher. Belle  et prudente fin d’année à toutes et tous.

Un cadeau à ne pas faire ?

Le casque de réalité virtuelle n’est pas encore très populaire chez nous, mais cela ne saurait tarder. Tous les grands de l’informatique nous préparent à son arrivée et Apple ne sera pas le dernier à proposer son modèle. Vous voyez ce dont il s’agit ? Un casque qui permet de défier la réalité et qui impose la supériorité du virtuel sur le réel. Si ces lunettes sont mieux que la réalité, pourquoi chercher à avoir mieux ? C’est le docteur Thierry Schmitz qui soulève ICI cette question de société, en pleine période de cadeaux.

Selon lui, c’est déjà le cas de ces enfants qui restent toute leur vie à jouer aux jeux vidéo chez leurs parents… Les médias ont longtemps soutenu que les jeux vidéo éloignaient du réel, rendaient la jeunesse insensible. Jusqu’à ce que l’industrie du jeu vidéo devienne aussi prospère que celles du cinéma et de la musique réunies. Qu’en sera-t-il quand la condition humaine consistera à vivre avec un écran devant les yeux ? Quand les enfants réclameront leur casque, parce que la réalité est devenue trop laide ou trop inhumaine pour qu’ils l’acceptent ?

N’avoir comme monde où vivre qu’un écran qu’on se met devant les yeux ? Le docteur Schmitz pense qu’il faut pouvoir priver les enfants de certains plaisirs et retarder autant que possible l’usage de la tablette et du smartphone. C’est aujourd’hui ce que font les classes les plus aisées et les pontes de la Silicon Valley, bien conscients de la nocivité de leurs propres appareils et logiciels sur leurs enfants. Pour le docteur Shmitz, enfermer les gens dans une réalité virtuelle, c’est recommencer la lutte des classes. Qu’en sera-t-il à Bruxelles ?  Que cela ne vous empêche pas de vous retrouver joyeusement et prudemment en cette veille de Noël.

photo extraite de l’article du Dr Schmitz

Des communes s’engagent pour le climat

293 villes flamandes ont signé un pacte local énergie-climat avec des objectifs concrets pour  le verdissement, l’énergie participative, la mobilité durable et les eaux de pluie. Il encourage, par exemple, dans chaque commune la présence d’au moins un arbre par habitant, la réalisation de 50 rénovations collectives par millier d’unités d’habitation, l’installation d’une borne de rechargement électrique par 100 habitants et la perméabilisation d’au moins un mètre carré de sol par habitant.

C’est VRTnws qui annonce que c’est Bart Somers (Open VLD), ministre de l’Intérieur du gouvernement flamand, qui a pris cette initiative. Il sait qu’il a besoin des autorités locales pour arriver à relever l’immense défi climatique. Son plan doit permettre aux communes d’y contribuer concrètement de manière volontaire. Peut-être fera-t-il des émules dans nos 19 communes ?

Son approche a été remarquée par le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmerman, architecte du Green Deal. Il a demandé à Bart Somers de devenir l’ambassadeur Climat auprès des pouvoirs locaux de l ’Union européenne. Une distinction de plus, après un mayorat consacré à transformer la ville de Malines et après avoir été élu « Meilleur bourgmestre du monde » en 2016

photos Pixabay et Open VLD

La Région est-elle encore gouvernable ?

C’est la question que pose Pauline Deglume dans une analyse bien documentée, qu’elle a rédigée pour L’Echo. Depuis sa création, la Région bruxelloise s’est vu confier de plus en plus de compétences, ce qui s’est traduit par la création d’un grand nombre d’institutions. Ce paysage administratif, complexe et illisible, entrave le processus de régionalisation face aux 19 communes, qui s’efforcent de reprendre du pouvoir.

Selon les comptages effectués par un parlementaire de l’opposition, les organismes publics régionaux et communaux à Bruxelles représentent plus de 600 entités sous plus de 20 formes juridiques différentes (ASBL communales, sociétés anonymes, intercommunales…). Des États Généraux visant à aborder « sans tabou » les questions récurrentes relatives à l’organisation de la Région, des communes, CPAS et autres zones de police, devraient se tenir l’an prochain, pour tenter de mettre fin aux compromis anciens, qui nuisent à l’efficacité de la Région.

Ecolo et le PS étant au coude à coude électoral,  des dissensions s’étalent au grand jour et le leadership hésitant de Rudi Vervoort en a pris un coup avec la crise Uber/Taxis. Garant de l’accord de majorité, il a de plus en plus de peine à y astreindre ses ministres et même certains parlementaires socialistes. La journaliste de conclure son article: « Pour se forger un destin national et international, la Région bruxelloise devra à tout prix devenir plus efficace, lisible et aussi plus incarnée. Afin de pouvoir ensuite se défaire des baronnies. On en est pour l’heure loin du compte ».