Archives pour la catégorie Urbanisme

Une jonction verte

La ville de Bruxelles a chargé le Bureau Bas Smet d’élaborer un plan directeur pour faire de la cicatrice de la jonction nord-midi une véritable forêt urbaine. Pour l’équipe de l’architecte paysagiste, ce vaste espace public doit avant tout devenir plus vert et plus frais. « Il y a 100 ans la construction de la jonction ferroviaire a provoqué une rupture dans le centre de la ville. Aujourd’hui, nous pouvons transformer cette zone centrale en un paysage urbain avec lequel nous allons créer un microclimat. »

C’est Bruzz qui reprend cette bonne nouvelle annoncée par l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons. « Nous voulons réaménager cette zone au cours de la prochaine décennie afin qu’elle devienne un modèle en Europe en terme de plantation d’arbres, de collecte d’eau et de mobilité douce. Nous voulons rendre ce quartier plus agréable à vivre et à visiter, mais nous allons aussi augmenter la résilience de Bruxelles à l’avenir. »

Il s’agit d’une mission de 3,5 ans, en collaboration notamment avec Espaces Mobilité et le professeur Eric Corijn de la VUB. Avec la participation de partenaires culturels et sociaux, la mission doit déboucher sur un plan directeur contraignant pour les futures constructions et aménagements. Toutefois, le Bureau Bas Smets fera lui-même des propositions pour deux zones réservées: la place de l’Albertine et l’espace public proche de la gare centrale, dont vous voyez déjà une première esquisse dressée par les paysagistes.

documents Bureau Bas Smets copyright et actualités belges/archives Le Soir.

Un savoir-vivre urbain partagé

_________________________________________

Chaque ville a ses habitudes, ses codes, son étiquette. Des non-dits qui se partagent entre citadins et qui leur permettent de se reconnaître, de se sentir chez eux. Lorsque de nouveaux habitants arrivent, pas évident pour eux de connaître ces codes et de s’intégrer dans une nouvelle société urbaine, parfois plus prompte à juger plutôt qu’à  partager amicalement ses us et coutumes.

Les parcours d’intégration obligatoires en Communauté flamande (inburgering) pour les primo-arrivants non européens ont donné des résultats au niveau de la langue et de la citoyenneté. La Wallonie les a rendus obligatoires il y a peu. A Bruxelles, ces parcours arrivent tardivement, à un moment où l’immigration est de plus en plus européenne et donc non assujettie. Pour les personnes hors Europe, ils sont désormais obligatoires … mais toujours pas mis en application. CAIRN Info consacre une réflexion de fond sur cet forme « d’activisme d’Etat ». Soutien ou sommation ? se demande le CRESPO. Et le CIRÉ s’interroge ICI sur les besoins des bénéficiaires. Le Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation s’intéresse à l’analyse des résultats.

Plus modestement, dans une ville aussi cosmopolite que Bruxelles, ne serait-il pas nécessaire de commencer par rappeler à chacun quelques règles de savoir-vivre qui favorisent de bonnes relations entre citadins ? A l’entrée des parcs, pourquoi ne pas afficher clairement ce qui est permis ou non ? cela pourrait aussi faciliter le travail des gardiens de la paix et des policiers chargés d’informer et – si nécessaire – de verbaliser les contrevenants. Même chose sur le piétonnier, accessible à des deux roues qui mettent trop souvent les promeneurs en péril par leur vitesse excessive. Dans les transports en commun peut-on boire ? manger ? emmener un vélo ? un chien ? Tout cela gagnerait à être plus clairement précisé, pour rendre la vie sociale plus agréable et renforcer l’émergence d’un véritable « peuple de Bruxelles » avec sa jovialité, son humour et sa bonhommie.

des indications claires à l’entrée d’un parc à Tokyo

Abbaye de Forest en péril ?

___________________________________________

Des millions vont être consacrés à la rénovation du site de l’abbaye de Forest, avec l’appui du Fonds européen FEDER. On ne peut que se réjouir de ce contrat de quartier qui vise la mise en valeur de ce site exceptionnel, qui sera réhabilité en un Pôle culturel, présenté ICI. Cependant, en regardant de plus près le projet ABŸ et ce qui se trouve en petits caractères au bas du document, les Amis de l’Abbaye et des riverains se montrent très inquiets. Comme les permis ne sont pas encore accordés, ils veulent une mobilisation pour empêcher ce qu’ils qualifient de massacre.

Parmi les nombreux griefs évoqués, figurent les 166 arbres qui vont être abattus (encore), le potager collectif relégué sur une ancienne décharge, l’espace de jeux des enfants déplacé, la destruction des vestiges du moulin et du ruisseau Geleysbeek à l’origine du village de Forest, la suppression de bâtiments qui ne sont pas historiques, mais utiles et en bon état et puis la construction d’une salle de spectacle de 800 places. Leur petite vidéo de moins de 5’ vous en dira bien plus.

Si vous voulez les soutenir, ils organisent une balade à la fois botanique, patrimoniale et musicale sur le site, ce samedi 13 mars à 13h, dans le cadre des opérations de Still standing for Culture. Le permis définitif n’a pas encore été accordé. Tout est encore possible … mais pas sans cette mobilisation, qui se fera dans le strict respect des règles sanitaires en extérieur.

photo extraite de la page Facebook des Amis de l’Abbaye

 

Happy Monday: l’hydrogène marque des points

__________________________________________

Je ne vous ai jamais caché mon enthousiasme pour l’hydrogène comme source d’énergie – potentiellement propre – pour le futur. L’hydrogène vert est à l’aube d’une croissance gigantesque. Un article de Business AM révèle que le Fédéral vient de demander un financement européen à hauteur de 95 millions d’euros pour soutenir le développement d’une dorsale hydrogène et CO2 via de nouveaux pipelines ou d’anciens gazoducs.

La Flandre a prévu une enveloppe de 125 millions d’euros dédiée à l’hydrogène vert (obtenu à partir d’énergies renouvelables) et bleu (à partir de combustibles fossiles impliquant la capture du CO2 émis). La Wallonie vise une enveloppe de 160 millions. Au total, 89 projets rentrés à l’Europe par la Belgique. La sélection s’annonce délicate.

Et Bruxelles me direz-vous ? Eh bien ! elle semble s’être abstenue de proposer des projets en matière d’hydrogène dans son plan de relance… Cela, c’est évidemment le contraire d’une happy news. Un billet avait déjà été publié ICI sur ce sujet. Toyota ne cache plus ses ambitions européennes. Sans l’installation d’un réseau de stations d’hydrogène à travers la Région, le choix des Bruxellois se portera nécessairement sur la voiture électrique, avec les gros investissements nécessaires pour équiper nos rues de câbles de cuivre et de bornes de rechargement, pour des véhicules aux lourdes batteries au recyclage problématique.

la voiture à hydrogène en quelques chiffres par euro assurance

Happy Monday: les Bruxellois se démènent

_________________________________________

Aujourd’hui, trois bonnes raisons de se réjouir de l’implication de nos concitoyens.

Bois de la Cambre. Armés de grands sacs, de pinces et de gants, certains se sont levés tôt ce dimanche pour mettre de l’ordre et nettoyer le bois, après la fiesta improvisée de mercredi dernier. Hommes, femmes et enfants s’étaient donné rendez-vous via les réseaux sociaux pour “ne pas se laisser impressionner par une minorité polluante”. BX1 consacre un petit reportage à cette promenade pas comme les autres.

Site Donderberg. Un lecteur du blog, très choqué par le projet de construction sur le site naturel du Donderberg, a pris contact avec la presse et a déjà obtenu un article dans La Capitale. Un texte qui reprend les griefs des riverains et leur étonnement devant la soumission d’Ecolo. L’article rappelle aussi qu’il n’est pas trop tard pour signer la pétition. On attend encore la fixation d’une date pour la Commission de concertation, à laquelle plusieurs d’entre nous ont demandé à être entendus.

Succès du vélo. Le baromètre de la mobilité révèle qu’en 2020 un travailleur sur trois s’est rendu au travail à vélo, parfois en combinaison avec un autre moyen de transport. 14,6% ont enfourché leur vélo chaque fois qu’ils devaient se rendre au travail, comme le précise cet article de BX1. L’utilisation du vélo a ainsi augmenté de 9,1% par rapport à 2019. Les vélos électriques, la réalisation d’infrastructures cyclistes et la crise sanitaire expliquent sans doute cet heureux regain de popularité. La « voiture de société » reste cependant encore le mode de déplacement favori des Belges, mais bientôt du changement est en vue, on en reparlera.

image extraite du reportage Bois de la Cambre de BX1