Archives pour la catégorie Urbanisme

Une transition écologique ratée

_________________________________

Vous vous souvenez, c’est un tout nouveau morceau de ville qui devait se construire entre la colonne du Congrès et le boulevard Pacheco, avec ses logements, son école, sa crèche, ses marches et ses jardins. Une occasion unique de bâtir un quartier du futur, un quartier vert, durable, économe en énergies et convivial pour ses occupants et visiteurs. Le premier projet avait été recalé, voilà que le second – à peine meilleur et objet d’une vive opposition de riverains – vient de recevoir un avis favorable (tout à la fin du fichier) de la Commission concertation, certes avec pas moins de 50 conditions contraignantes et souvent judicieuses à lire ICI et qui vont obliger les architectes à revoir leur copie.

Soyons de bon compte, la Commission s’est livrée à un travail très approfondi qui tient compte d’un certain nombre de remarques exprimées par les plaignants. Elle exige notamment 30% de logements sociaux ou conventionnés, demande d’améliorer la mixité des types de logement,  des accès aux personnes pmr, aux vélos cargos, 20 emplacements pour des voitures partagées, un local à destination des riverains, des toilettes publiques  (seulement étudier la faisabilité), une végétalisation plus accrue et diversifiée, constituer une « forêt urbaine », avoir accès à la salle de sport de l’école, les caractéristiques des revêtements de sol (clairs?), … mais rien à propos de bâtiments passifs qui pourraient produire plus d’énergie qu’ils ne consomment, rien à propos d’îlots de chaleur, rien à propos de perspectives paysagères, d’ensoleillement …

Pourquoi la Commission de concertation n’a-t-elle pas oser remettre un avis défavorable à ce projet du siècle passé, plutôt que d’appliquer des emplâtres sur une jambe de bois ?  C’est qu’avec les diverses conditions à remplir, le projet sera conforme au Plan Particulier d’Affectation du Sol de la Ville (PPAS). Un plan qui date et ne tient pas compte des engagements Climat qui ont été pris. Oui, il eût fallu avoir le courage de dire que ce PPAS est obsolète et que la nouvelle majorité de la Ville devait se voir contrainte de le réécrire. Une occasion ratée. Peur sans doute que les auteurs d’un projet conforme aux prescriptions du PPAS ne réclament des indemnités ?

RAC 4 – S.A.

 

 

En finir avec les autoroutes urbaines

___________________________________

Toute la presse en parle et commente, mais c’est depuis 2010 que la Région envisage de transformer des autoroutes urbaines (E40 et E12) de l’époque Expo 58 en boulevards urbains. On y plantera des arbres, on y circulera sur moins de bandes et à une vitesse de 50 km/h au lieu de 120. Files garanties en amont, mais comme les bouchons sont déjà là, les experts de la VUB et de la RUG contactés par Bruzz, concluent que finalement il vaut mieux que des files se forment en dehors de la ville et que des alternatives s’y développent … ou que des travailleurs se décident à se rapprocher de leur lieu de travail.

Cette fois, la décision finale est prise, mais Les travaux ne seront pas mis en œuvre avant la fin du chantier à Reyers, ni avant la création d’un parking de dissuasion à côté de l’E12. Cela n’a pas manqué de susciter des commentaires e.a. de la Voka, de Touring, d’Unizo et de BECI.  La Région wallone et la Région flamande se plaignent aussi du manque de concertation, alors que cette dernière compte élargir unilatéralement le ring et s’oppose à la mise en route de la Communauté métropolitaine, prévue par la 6è réforme de l’Etat, et destinée à coordonner les politiques des trois Régions, notamment en matière de Mobilité.

La photo d’archive trouvée sur le web, révèle toute l’horreur de l’échangeur Reyers construit en pleine ville, avec encore le viaduc en arrière-plan. Transformer cet espace stérile et polluant en boulevard urbain – connecté au futur Mediapark – est un projet dont profiteront à la fois les habitants de Bruxelles et les navetteurs qui y travaillent. Bruzz se livre à une analyse qui évoque des améliorations en cascade pour d’autres goulets. Rudi Vervoort confirme  que le viaduc Hermann Debroux est aussi condamné, mais pas avant 2025.

Photo Wegen – Routes.be

Des livraisons par métro ?

____________________________________

Les Bruxellois sont de plus en plus nombreux à acheter en ligne … et donc à se faire livrer à domicile. Parfois plusieurs visites sont nécessaires avant délivrance du colis. Une nouvelle tendance qui ne manque pas d’avoir un impact sur une circulation, déjà au bord de l’asphyxie, comme le révèle cette analyse globale des causes de congestion en zone urbaine.

Bangkok, qui n’est pas en reste – et suffoque actuellement sous un couvercle de pollution qui se prolonge avec un niveau de particules fines qui dépasse le triple des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé – est contrainte d’innover. Le réseau de métro aérien BTS a commencé à jouer le rôle de transporteur de fret complémentaire en partenariat avec SKYBOX. Bientôt 30 station BTS et 18 du réseau métro MRT seront connectées.

Comment cela marche ? Le commerçant dépose le colis à la boutique SKYBOX de station de métro la plus proche de chez lui. Celle-ci se chargera de délivrer le colis à station la plus proche du destinataire, qui sera averti sur son application et viendra prendre livraison de sa commande à la SKYBOX. Simple, efficace et éco responsable. Une initiative créative qui pourrait intéresser le réseau de métro de la STIB ?

 

 

Métro ligne 3: un dossier à revoir

__________________________________

Quoi qu’en dise Rudi Vervoort dans Le Soir, est-il souhaitable que ce dossier soit clôturé en fin de législature ?   » Impossible de prendre une décision éclairée sur base d’un dossier mal ficelé et auquel il manque un rapport coût /bénéfice impartial « . C’est la conclusion de quatre experts *, dont Michel Hubert et Pierre Laconte – lecteurs de ce blog – nous transmettent ICI une opinion dissidente publiée par La Libre.

Bien sûr, cela ne manquera pas d’occasionner du retard, mais un investissement de près de 2 milliards d’euros sur près de 20 ans, peut-il être engagé sans que les décideurs politiques disposent de tous les éléments d’appréciation ?

Ecolo/Groen – qui est le seul parti à avoir émis des doutes sur l’adéquation de cette solution – s’est vu attaqué de toutes parts par les autres partis, trop contents de pouvoir annoncer le creusement d’un nouveau métro à la veille des élections et de tailler des croupières sous les pas des « Verts anti métro ». Voilà le point de vue d’Ecolo /Groen confirmé par des experts reconnus et impartiaux.

______________

* Frédéric Dobruszkes (ULB, vice-président de la Commission régionale de la mobilité), Michel Hubert (USL-B et ULB, responsable académique de l’Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale), Christian Kesteloot (KU Leuven) et Pierre Laconte (secrétaire général honoraire de l’Union internationale des transports publics – UITP).

Happy Monday: un entrepreneur écologique et social ?

________________________________________

Piet Colruyt est le cousin de Jef Colruyt, dont chacun connaît les supermarchés et la chaîne bio. Mais Piet est architecte et ne choisit pas la facilité. Son entreprise construit du logement de type social et du logement moyen accessible aux jeunes familles sur des sites urbains désaffectés, y compris à Bruxelles. Il favorise la passivité des bâtiments,  la lumière et les espaces communs.

Il regrette que tant de familles continuent de miter la campagne et de détruire ce qui reste de verdure. Leurs impôts échappent aussi aux villes qui manquent de moyens. Il estime que les frais que leur choix de vie occasionne (routes, riolering, transports publics, écoles et services, … ) doivent être à leur charge et non à la charge de la collectivité.

L’espace est un luxe qu’il apprécie, cependant il faudra accepter de vivre dans des appartements plus petits et bien conçus mais bénéficier d’espaces publics proches et de qualité. Il faut construire près des gares. Construire des communautés, pas des lotissements. Il faut lire iCI l’interview de cet entrepreneur social (ou sa traduction par un robot assisté). Si on peut le croire, il ne serait pas loin d’avoir accouché d’une entreprise rentable, mais à la fois éco et socio responsable. Pourrait-on donc être  à la fois riche et coopératif ?