Archives de l’auteur : Yvan Vandenbergh

A propos Yvan Vandenbergh

Citoyen bruxellois engagé, passionné par l'avenir de notre Ville-Région

Bruxellois, sortez masqués

___________________________________

Vous protégez les autres de vos postillons et vous êtes protégés des leurs, si tout le monde porte le masque. Une double barrière et une question de civisme. Pourtant, Maggie De Block déclare: « Cela n’a pas de sens scientifiquement » … sans doute parce qu’elle n’a pas assez de masques et qu’elle les réserve (à juste titre) aux personnels de santé. La Belgique peut en acheter et est capable d’en fabriquer. Ce n’est pas une raison pour nous mentir. Cela limite la confiance qu’on peut lui accorder pour la gestion de la crise.  Aura-t-elle un jour des comptes à rendre ? Bouli Lanners se fâche très fort pendant une minute.

Jean-Luc Gala, professeur de médecine UCLouvain: « si les stocks étaient suffisants, la question ne se poserait pas: porter un masque fait partie des moyens pour lutter contre la transmission du virus. Les difficultés d’approvisionnement poussent les citoyens à en fabriquer eux-mêmes ». Le professeur se fait couturière pour vous dire comment faire ICI.

En France, contre l’avis du gouvernement, l’Académie de médecine vient de recommander « le port généralisé du masque, y compris pour des modèles moins perfectionnés que celui des soignants. Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. Le masque devrait même être rendu obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement et lors de sa levée ». La Libre confirme un probable revirement du gouvernement français.

Je ne dirai rien de plus, mais moi, je sors masqué, pour me protéger et protéger les autres.

 

Happy Monday: un nouvel avenir

__________________________________________

A Bruxelles, comme ailleurs, il y aura un avant et un après Covid-19. La sortie progressive du confinement et la crise économique inéluctable, ne devraient-elles pas être l’occasion de réfléchir à notre avenir ? Et même à l’avenir de notre civilisation productiviste, basée sur une croissance sans fin et une consommation jamais repue ?

“Depuis les années 80, on a dit aux gouvernements de rester à l’écart et de laisser les entreprises créer de la richesse et diriger, l’Etat n’intervenant que pour régler les problèmes, lorsqu’ils se posent. Il en résulte que les gouvernements ne sont pas préparés et équipés pour faire face à des crises comme celle de Covid-19 ou comme l’urgence climatique” écrit Mariana Mazzucaton (traduite par DeepL). Elle est professeur d’économie à l’University College London et auteur de «The Value of Everything«. Plus réformatrice que révolutionnaire, elle en dit beaucoup plus sur le blog de Paul Jorion. Elle ne veut pas la fin du capitalisme, mais sa maîtrise dans l’intérêt général.

Les banques, les entreprises, les investisseurs, les commerçants, aujourd’hui, tout le monde réclame des aides de l’Etat pour sortir de la crise, dès la fin de la pandémie. Pour la première fois, depuis longtemps, l’Etat a donc la main. Avec la société civile, ne doit-il pas saisir cette occasion pour remettre l’intérêt général au cœur de l’action ? plutôt que le profit à n’importe quel prix ? Une occasion de recadrer le capitalisme qui rabote le service public, épuise les matières premières et pollue la planète.

Eric Corijn, fondateur de la Brussels Academy, va soumettre à la presse une carte blanche passionnante: Reconstruire la ville par le bas, il faut profiter de la solidarité créée par le coronavirus pour voir comment nous voulons continuer à vivre ensemble et à quelles conditions. Le think tank français Institute for Climate Economics vient aussi de sortir des propositions pour sortir de la crise du Covid-19: Investir vite et fort dans une société plus résiliente, donc écologique et solidaire. Cela supposera de solides contre-pouvoirs pour exister face aux  lobbies des grandes puissances.

Tiens, Coca Cola a cédé la place à d’autres attentes

 

Promenons nous dans le bois

____________________________________

Il fera déjà printanier aujourd’hui, mais dimanche ce sera plein soleil. Tout le monde aura envie de sortir de son confinement et d’en profiter pour faire le plein de vitamine D gratuite. Mais il va falloir  se montrer civique, suivre des règles assez strictes et maintenir le 1,5m de rigueur en toutes circonstances. Le ministre président a précisé les règles dans cet article de la RTBF.

Pas question de filer à la mer ou dans les Ardennes et d’y transporter les virus que nous portons peut être à notre insu. Se promener oui, mais pas rester immobile, se coucher sur les pelouses ou s’installer à plusieurs sur un banc.

Il ne faudrait pas que lundi les hôpitaux débordent de nouveaux malades. Suffit pas d’applaudir le personnel hospitalier à 20h, faut aussi leur alléger la tâche. Des contrôles et des sanctions seront d’application. On parle même de prison, pourtant pas un lieu réputé pour favoriser le respect des distances sociales …

Et bien non, malgré les 21° promis dimanche, pas question de s’étendre sur les pelouses.
(Traveler photo submitted by Sabine on Tripadvisor)

Un confinement inutile ?

_________________________________

Le pénible et coûteux confinement général pourrait bien s’avérer inefficace, s’il n’est pas accompagné de tests massifs et du port d’un masque. Des tests, en vue de confiner les personnes infectées et protéger les personnes vulnérables. Des masques pour permettre aux personnes en bonne santé ou immunisées de poursuivre leur vie et de reprendre le travail. C’est ce dont je vous avais déjà fait part la semaine dernière.

Aujourd’hui, cette stratégie est privilégiée par plusieurs scientifiques reconnus.
Je n’en citerai que deux. Le professeur émérite en maladies Infectieuses au CHU Saint-Pierre-ULB, Nathan Clumeck , qui a publié une carte blanche dans laquelle il précise les mesures à prendre. Et puis le professeur Gaël Giraud, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui signe un article très complet  que nous résumons ICI et qui conclut: dépister et fabriquer des masques, sinon le confinement n’aura servi à rien, l’inaction est tout simplement criminelle.

L’efficacité de cette stratégie a déjà été démontrée par la Corée du Sud et par Taïwan. En Europe, les résultats exceptionnels de l’Allemagne démontrent le bien fondé de ce choix. L’Allemagne, qui effectue des centaines de milliers de tests, prévoit de délivrer des certificats. Sarah Knapton, l’éditorialiste scientifique de The Telegraph retient aussi cette stratégie parmi les quatre choix qu’elle a recensés.

Notre comité d’experts n’a-t-il pas préconisé cette stratégie ? ou le gouvernement ne l’a-t-il pas suivi ? Pourquoi ?