Archives de l’auteur : Yvan Vandenbergh

À propos Yvan Vandenbergh

Citoyen bruxellois engagé, passionné par l'avenir de notre Ville-Région

Bruxelles sera-t-elle à la traîne ?

L’hydrogène apparaît de plus en plus comme l’énergie d’un futur immédiat, pour la mobilité, pour l’industrie et peut-être bientôt pour le chauffage. La Flandre et la Wallonie ont prévu de gros budgets pour investir dans la production et la distribution de l’hydrogène. Dans le plan de relance européen bruxellois, rien n’apparaît à ce sujet. Certains de nos lecteurs s’en sont émus et ont créé le Collectif Bruxelles Hydrogène pour que les automobilistes bruxellois puissent  à l’avenir choisir librement entre voiture électrique ou voiture à hydrogène.

Les véhicules à hydrogène ont une autonomie de 700 km et même un record de 1 000 km, se rechargent en moins de 5 minutes et n’émettent que quelques gouttes d’eau. Une bonne solution pour les taxis, les véhicules d’intervention – comme la police, les ambulances et les pompiers – les navetteurs, les bus, les bennes à ordure … Encore faut-il qu’il y ait une station de remplissage à Bruxelles et que l’hydrogène proposé soit vert.

Pour en savoir plus sur l’offre, sur les projets des constructeurs et sur les intentions de la Région, ils ont décidé d’organiser une matinée d’étude à la Fondation Universitaire « Quel avenir pour l’hydrogène dans la mobilité à Bruxelles ? ». Ce sera le jeudi 20 janvier de 9 h à 12:30. Ils y attendent les réponses des ministres Vervoort et Maron … qui à ce jour n’ont toujours pas répondu présents. Ils finiront sans doute par voir l’intérêt qu’ils ont à informer la société civile, le monde académique, les constructeurs et les utilisateurs potentiels de l’hydrogène. Le programme trilingue est ICI. Des voitures seront en démonstration. L’inscription est gratuite mais obligatoire par un mail à bruxelsfuture@gmail.com

NEO: ça passe ou ça casse

Cet ambitieux projet d’urbanisation du plateau du Heysel n’en finit pas d’accumuler les tuiles. Il y a eu les divers recours, le refus d’une route d’accès, la fin du projet de stade national au parking C et son bail emphytéotique à renégocier, avec pour conséquences  le maintien d’un stade Roi Baudouin à rénover, l’abandon du centre de congrès et de son hôtel, des dédits à chiffrer et à payer… Ce mois de mars pourrait bien être décisif, vu que l’opérateur du centre commercial devra confirmer (ou non) le maintien de son méga shopping, qui devait financer une partie non négligeable du projet.

A cela s’ajoute la situation catastrophiques des palais des expositions  (à rénover) privés de salons et de la salle Palais 12  privée de concerts pour cause de Covid. C’est pour éviter une faillite imminente que la Ville désire fusionner Brussels Expo et la scrl NEO en une seule entité. La Ville demandera alors l’aide de la Région, qui semble aujourd’hui en phase d’observation. C’est que tout ce vaste projet a été imaginé et mis sur pied par la Ville de Bruxelles, qui compte aujourd’hui sur la Région pour en sauver les finances.

BX1 a consacré un article bien documenté sur l’ensemble de la situation. Vous en saurez beaucoup plus et la conclusions semble couler de source: la Région doit être à la manoeuvre et doit tout remettre à plat, en tenant compte des nouvelles réalités. Nul besoin d’un gigantesque centre commercial de plus, mais davantage de logements à la fois sociaux et conventionnés, des écoles et des crèches et le maintien d’un poumon vert avec un étang « nageable ». C’est sans doute ce que la population attend de l’aménagement de ce vaste et beau plateau d’intérêt régional.

photo extraite de l’article de BX1

Bruxelles à l’avant-garde

La société EnergyVision est principalement active à Bruxelles sous le nom Brusol. Etablie à Jette, elle s’est spécialisée depuis 2014 dans la production et l’installation de panneaux solaires. Elle n’opère pas seulement en Belgique, mais aussi au Maroc et en Chine. Dans un article de Bruzz – traduit ICI – on apprend que la société installe plus de 400 000 panneaux solaires par an et qu’elle réalise un chiffre d’affaires annuel de 100 millions d’euros. Marc Coucke vient de lui témoigner sa confiance en décidant d’y investir 20 millions d’euros.

Pour Marc Coucke, l’aspect environnemental n’était pas seul à compter : « L’aspect social a également joué un rôle. Depuis plusieurs années, EnergyVision travaille avec des personnes disposant d’un statut de réfugiés pour installer ses panneaux solaires à Bruxelles ».

 Le Premier ministre De Croo, présent à la conférence de presse, y a aussi vu une « innovation économique ». Les personnes qui ont investi dans des panneaux solaires souffrent beaucoup moins de l’augmentations de prix de l’électricité, contrairement au moins fortunées. C’est pourquoi Brusol leur propose dinstaller gratuitement ses panneaux solaires et la société se rembourse avec les certificats verts des bénéficiaires.

La presse aux ordres ?

Un magnat de la presse a orienté la couverture de la crise sanitaire. Dès février 2021, le CEO de la multinationale suisse Groupe Ringier a donné pour consigne à ses journalistes de suivre la ligne du gouvernement dans leur couverture de la pandémie de coronavirus. Comme vous le verrez ICI, la presse helvète s’insurge face à cette à cette atteinte à la liberté de la presse … qui ne se limite absolument pas à la Suisse. L’enquête se poursuit, on y reviendra.

« Même noble, la fin ne justifie pas les moyens. … Les journalistes doivent enquêter sans a priori et pouvoir écrire librement sur le résultat de leurs recherches. Sinon, ils s’abaissent au rôle de communicants du gouvernement. … Il donne raison aux conspirationnistes qui conspuent la ‘presse mensongère’, convaincus depuis toujours qu’elle est dirigée d’en haut. Car si les jeux sont faits par avance à propos du coronavirus, qui nous dit qu’il n’en est pas de même à propos du changement climatique ? »  écrit Tages-Anzeiger.

Les journalistes helvétiques ont-ils été seuls à subir ce genre de pression ? Au nom de « l’intérêt commun », la vaccination n’est-elle pas la solution qui doit « nous rendre notre liberté » ? Ses inconvénients, ses ratés, ses effets secondaires, ne peuvent être rendus publics sans risquer de semer le doute dans l’esprit des indécis. Pour Reporters sans frontières, de nombreux Etats en ont profité pour museler la presse. Mais alors, que reste-t-il de la liberté ? du « consentement éclairé  du patient »  ? de la démocratie ? C’est un triple vacciné qui pose la question.

5
1

Happy Monday: 4 bonnes nouvelles

Une forêt-jardin. Plus de 10 ans que cette friche du boulevard Sylvain Dupuis est à l’abandon, en attente de constructions. Des citoyens motivés vont y installer un potager collectif, un poulailler et une « forêt comestible ». Ils ont bénéficié d’une convention de 3 ans et du soutien de la commune et de la Région. A Singapour, un terrain à l’abandon un an doit être recouvert d’une pelouse et après 5 ans il faut y planter des arbres. Des règles d’urbanisme simples et efficaces.

Ventiler nos classes. Enfin nos écoles commencent à s’y mettre. Le 7 août  2020, un billet signé sur ce blog avec un lecteur ingénieur, recommandait déjà d’équiper chaque classe d’un testeur de CO2 pour réduire les risques d’infection. Depuis le début de cette année scolaire, Bruxelles Environnement met à disposition des établissements – qui le souhaitent – des capteurs d’air sous forme de prêt. 334 des 650 écoles de la Région sont désormais équipées. Continuez à l’exiger pour vos enfants. 

Offrir une douche. Vivre dans la rue et dans le froid, c’est aussi manquer de sanitaires. Il vous est  désormais possible d’offrir une douche à une personne sans domicile fixe. Vous pouvez acheter au prix de 5 €  un bon pour une douche  gratuite chez DoucheFLUX. N’hésitez pas, c’est simple et tous les détails sont ICI.

Une église salle d’escalade. Déjà une nouvelle destinée pour l’église désaffectée Saint Antoine à Forest. Artistes, architectes et escaladeurs ont introduit une demande de permis pour en faire une salle d’entraînement à l’escalade très attrayante. Quelques photos ICI

photos extraites de la vidéo BXI et de l’article de Bruzz