Archives de l’auteur : Yvan Vandenbergh

A propos Yvan Vandenbergh

Citoyen bruxellois engagé, passionné par l'avenir de notre Ville-Région

Nos hêtres partent en Chine

___________________________________________________

La Forêt de Soignes produit près de 20.000 m³ de bois chaque année. Plus de 75% des troncs seront exportés vers la Chine en camion et puis en bateau. Une partie de ce bois nous reviendra plus tard transformé en meubles. C’est un article de la RTBF qui relève cette situation aberrante.

Comment en est-on arrivé là ? La filière de transformation du hêtre en Belgique a subi de plein fouet la concurrence avec l’Asie. Les coûts de transformation du bois sont beaucoup plus élevés ici que là-bas (les charges salariales, les coûts de l’énergie, les taxes, etc.). Il reste très peu de scieries belges qui transforment encore du hêtre explique Stéphane Vanwijnsberghe, directeur du service forestier de la Région bruxelloise.

Une coopérative bruxelloise – Sonian Wood Coop – veut changer la donne et éviter cet aller et retour de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Elle veut exploiter le bois de la Forêt de Soignes ici. Le projet est une recherche-action menée entre autres par un chercheur en économie circulaire de l’ULB. Pour Stephan Kampelmann, « au lieu de laisser partir la valeur ajoutée en revendant la matière première à des acheteurs internationaux, il faut garder cette matière ici et créer une économie circulaire, locale ».

Vous pouvez contribuer à ce projet en participant ICI à l’achat d’un premier lot de bois de la Forêt de Soignes.

 

Happy Monday: la frugalité s’impose

___________________________________________________

Tôt ou tard, l’humanité sera contrainte à une certaine frugalité, parce que les ressources de la planète ne sont pas inépuisables. Alors, autant prendre les devants, être parcimonieux avec les matières premières, limiter les gaspillages et favoriser le durable pour tenter de rendre cette frugalité agréable et pourquoi pas désirable ?

Un produit frugal se distingue par une concentration sur les fonctionnalités essentielles, avec une faible complexité technologique, mais avec un niveau de performance et de fiabilité élevé. Ces objets sont pensés pour être moins chers, de meilleure qualité, tout en optimisant les ressources utilisées. Le contraire de l’obsolescence programmée. Ils ne participent toutefois pas nécessairement à la réduction de l’empreinte écologique, puisqu’ils vont – à raison – permettre l’accès à des biens et services auxquels des populations entières n’avaient jusqu’ici malheureusement pas droit.

Dans des pays comme l’Inde, une grande partie de la population est contrainte à une frugalité extrême pour raison de pauvreté. Disposant d’ingénieurs et de chercheurs, le sous-continent indien peut aussi compter sur l’ingéniosité et la créativité de ses habitants pour tenter d’accéder au confort à moindres frais. Découvrez leur ingéniosité contrainte dans cet article documenté et encourageant de la revue Conversation.

 

Vienne prend soin de ses habitants

_______________________________________________

Vienne a été plusieurs fois citée comme ville la plus agréable du monde. Elle compte aujourd’hui 220.000 logements publics, soit un quart de l’ensemble du parc immobilier de la ville. En moyenne, les loyers de ces logements varient entre 300 et 750 euros, du studio au quatre-pièces. Outre ses nombreux logements communaux, la municipalité verse également des subventions à des promoteurs qui  – en échange – construisent une part d’habitations à loyers modérés. C’est le deuxième pilier de la politique immobilière viennoise. Au total, 60 % des Viennois ont l’opportunité de vivre dans un appartement à loyer plafonné.
Un modèle pour résoudre la crise du logement à Bruxelles ?

Pour éviter la formation de «  poches de pauvreté  » ou de ghettos, les logements publics viennois sont répartis dans toute la ville, y compris dans le très touristique 1er arrondissement de Vienne.  «  Ici, nous aimons dire que tout le monde peut vivre dans un logement communal : du chauffeur de taxi jusqu’à l’universitaire. Cela assure une mixité sociale et permet de développer un esprit de communauté. L’adresse d’un habitant ne dévoile rien de ses revenus  ». Habiter un logement public viennois ne stigmatise donc en rien la personne ou la famille bénéficiaire.

Toutefois, leur attribution – quasiment à vie – est parfois critiquée : en effet, tout locataire peut rester dans son appartement, et ce même, si ses revenus augmentent et dépassent la limite. Vous en saurez plus ICI, même à propos du risque de voir arriver aux affaires, le parti conservateur viennois ÖVP (Österreichische Volkspartei)  après les municipales de 2020,  lui qui dénonce une «  intervention dirigiste  » d’un «  socialisme rétrograde  ».

 

La désobéissance civile légitimée

________________________________________________

Inattendu. La Suisse prononce un acquittement général à l’issue d’une audience riche en émotion. Les 12 manifestants qui avaient occupé une filiale de Crédit Suisse en 2018 ont été entièrement disculpés. Accusés de violation de domicile, refus de se conformer aux ordres d’un agent de police et défaut d’autorisation de manifester, leur action a été jugée nécessaire pour atteindre le but recherché: alerter les décideurs sur la crise climatique. C’est un symbole juridique extrêmement fort dont la portée dépassera à coup sûr les frontières suisses.

Voilà qui va intéresser les activistes d’Extinction Rebellion et tous les autres militants qui ont épuisé en vain les démarches classiques. La loi est faite pour être respectée, néanmoins des situations exceptionnelles semblent pouvoir justifier la désobéissance civile comme – par exemple – l’occupation d’immeubles désaffectés par des personnes sans domicile.

« La désobéissance civile est le refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique. La révolte classique oppose la violence à la violence. La désobéissance civile est plus subtile, refuse d’être complice d’un pouvoir jugé illégitime et de nourrir ce pouvoir par sa propre coopération » (Wikipedia).

 

Le quartier le plus cool de Bruxelles

___________________________________________

Où se situe le quartier le plus cool de Bruxelles ?
Selon le classement du quotidien anglais The Guardian, à la recherche de quartiers moins touristiques permettant de “réellement entrer dans la peau” des grandes villes européennes, le quartier universitaire du cimetières d’Ixelles occupe la deuxième place parmi les 10 quartiers les plus cools d’Europe, juste derrière Järntorget/Långgatorna à Göteborg (Suède). BX1 et Bruzz annoncent cette consécration.

Bien desservi en transports en commun, mais peu fréquenté par les circuits touristiques, le quartier a gardé toute son authenticité et sa diversité . « Il compte autant de personnes âgées que de jeunes professionnels à la recherche de bars et de nouvelles boutiques. Un nouvel arrivant d’Afrique. ouvrant le restaurant de ses rêves aussi bien qu’un propriétaire de bar belge septuagénaire” . La population étudiante de l’ULB et de la VUB y a attiré,  ces dernières années, de nouveaux talents et investissements.

On est cependant en droit de s’interroger sur l’impact que pourrait avoir cette distinction sur l’évolution du quartier. Ouvert aux voyageurs curieux, que pourra faire le quartier pour empêcher l’arrivée d’un tourisme de masse avide de selfies ? Alors, on garde la nomination pour nous ?

>>>  jusqu’à ce dimanche, la ville s’illumine, ne ratez pas le festival des lumières « Bright Brussels » qui déroule ses fastes de la Porte de Hal à Sainte Catherine en passant par les Marolles. En prélude, l’artiste Koert Vermeulen a imaginé un nouveau monde pour les casernes d’Ixelles, avec son projet See U, il a totalement rhabillé de lumière les anciennes écuries.