Archives pour la catégorie Europe

Le Covid-19 pour les nuls

_____________________________________________

Nous sommes toujours confinés et il fait nettement plus frais. Une occasion d’essayer d’en savoir plus sur ce virus qui transforme nos vies ? Au-delà de l’actualité quotidienne, voici des informations de première main, par des scientifiques de premier plan, qui diffusent des connaissances précises, mais dans des termes accessibles à toutes et à tous. Si vous pouvez libérer une heure, installez-vous et écoutez ICI, plein écran, la conférence passionnante du professeur Philippe Sansonetti, sur le site du Collège de France. « Chronique d’une émergence annoncée « . Un scientifique et un érudit qui sait parler simplement.

Puisque les épidémies sont inévitables, apprenons à les anticiper, déclare Eric Muraille, biologiste Immunologiste à l’ULB. « Il serait avisé de considérer l’épidémie de Covid-19 comme un test de résilience pour notre système économique et nos services de santé et d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Cessons de vivre dans le déni ». Dans un article, paru en français dans The Conversation, Eric Muraille demande le refinancement des services publics de santé et l’abandon d’une gestion court-termiste, basée sur le modèle des entreprises privées. Le 12 mars, même Emmanuel Macron déclarait « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ».

Sur le plan politique, Jean-Dominique Giuliani, qui préside la Fondation Robert Schuman, publie « Les 7 défis capitaux pour vaincre le virus ». Un article qui démontre la nécessité de construire une Europe de la Santé. Comme une évidence lorsqu’il s’agit de protéger le citoyen,
Et à Bruxelles, un collectif de la librairie Berthelot à Forest s’est livré à une véritable réflexion de fond à partir de l’épidémie qui nous confine … et nous laisse sans doute le temps de lire.

>>>  last minute: dans les dernières lignes de son article, Le Soir révèle que les dépistages ont pu être réalisés plus massivement en Flandre. Est-ce bien digne Madame De Block ? Ce choix politique expliquerait pourquoi il y a plus de Flamands détectés positifs (ce qui ne se traduit pas dans le nombre de morts). Les comparaisons entre Régions ne sont pas réalistes si la politique de test n’est pas claire et les chiffres ne sont pas rendus publics. Les dépistages sont fondamentaux, la Corée du Sud l’a démontré. Rapport quotidien dans Sciensano.

Happy Monday: bonnes nouvelles du virus

_____________________________________________

10 bonnes nouvelles à propos de la situation de la pandémie.
Alors que la plupart des médias préfèrent vous parler des morts (incontestables) et du nombre de personnes contaminées … qui est pourtant complètement sous évalué faute de tests systématiques. Ils vous annoncent aussi des pourcentages de mortalité aussi effrayant que fallacieux, vu le très grand nombre de porteurs sains non testés.

Le 21 mars, Le Soir a fait le choix de collationner une série de nouvelles rassurantes, dont parlent peu les autres médias: 292 Belges ont quitté l’hôpital, 5 millions de masques sont enfin arrivés, un virologue namurois fait valider un test duplicable à l’infini, l’air des villes s’améliore, des poissons dans les canaux de Venise et des dauphins à Caligari, deuxième jour sans nouvelle contamination locale en Chine (5ème aujoud’hui), nos gouvernements décident des mesures de soutien, le premier essai clinique pour un vaccin a démarré lundi et le pangolin est sauvé … parce que plus personne ne veut ses écailles. Ces heureuses nouvelles sont détaillées ICI.

De plus, le patron de l’IHU de Marseille, le Professeur Raoult, soigne avec succès des personnes contaminées et fait un plaidoyer vibrant  et cru sur la pertinence de l’hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19. On en reparle au niveau européen ICI. Au début du mois, The Conversation avait déjà publié ICI « Dix (autres) informations rassurantes à propos du coronavirus ».

____________________
Un hôtel inoccupé vient finalement d’être mis à disposition des réfugiés chassés du Parc Maximilien

 

Union Européenne: des décisions et vite

________________________________________________

Avec tous ses commerces fermés et tant de lieux de production à l’arrêt, Bruxelles est paralysée. La crise déclenchée par le coronavirus frappe progressivement toute les régions d’Europe et paralyse son économie. L’UE dispose cependant de nombreux outils pour ne pas réagir sur le mode du « trop peu, trop tard »: Banque centrale européenne, Banque européenne d’investissement, Mécanisme européen de stabilité, fonds divers …  Que peuvent et doivent faire les institutions de l’Union pour ne pas laisser chaque région, chaque pays, seul face à une telle situation ?  C’est la question que pose la revue Alternatives Economiques, dans un article bien documenté, qui propose une série de solutions, qui – selon elle – peuvent limiter les dégâts.

Dans l’immédiat, il ne s’agit pas, comme pendant une crise financière classique, de soutenir la demande et de relancer l’activité, puisqu’au contraire les Etats ont décidé de la réduire au strict minimum, pour bloquer progressivement l’épidémie. Il convient d’éviter les licenciements grâce à un chômage technique généralisé et bien indemnisé, d’empêcher les petites entreprises et les travailleurs indépendants de faire faillite, d’éviter que les banques ne soient étranglées et de financer un effort exceptionnel en matière de dépenses de santé. Tout cela en limitant la spéculation sur les marchés financiers, en particulier contre les dettes des Etats les plus fragiles.

Après un état des lieux, viennent 5 propositions, détaillées dans l’article d’Alternatives Economiques du 18 mars.

1 /La Banque européenne d’investissements doit accorder massivement des prêts aux PME
2/ Recourir sans conditions aux fonds du mécanisme européen de stabilité
3/ La BCE doit acheter des titres des Etats les plus en difficulté
4/ Renforcer les moyens de l’Union bancaire
5/ Financer le chômage partiel à l’échelle européenne

… depuis la BCE a sorti un bazooka de 750 milliards d’euros.

 

Pandémie: trois questions ?

________________________________________________

UN
Pourquoi les ministres de l’UE ne se sont-ils pas saisis directement du dossier, pour élaborer une politique commune cohérente au niveau européen et éviter le rétablissement de frontières internes ?

DEUX
Pourquoi la Belgique, qui entend limiter la transmission du virus, n’a-t-elle pas suivi l’initiative française, qui impose la rédaction personnelle d’un document écrit daté pour chaque sortie ? L’effet dissuasif est évident et simplifie le contrôle de la présence des personnes en rue par les policiers ?

TROIS
Pourquoi peut-on courir en rue (jogging), mais pas marcher en rue sans raisons ? alors que marcher 30 minutes par jour est un minimum, avec ou sans autre raison ?

_____________

By the way

  • Fini les avions qui volent à vide pour garder leurs slots pendant la crise.
    Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, la Commission européenne a dévoilé, ce vendredi 13 mars, un projet de révision du règlement de l’UE (CEE 95/93) visant à permettre aux compagnies aériennes de suspendre des liaisons, sans perdre pour autant leur futur droit aux créneaux horaires (‘slots‘) dans les aéroports.
  • Andrew Murphy, responsable de l’aviation chez T&E, a déclaré : « Les compagnies aériennes qui demandent le soutien du public en période de crise devraient accepter de commencer à payer des taxes en période de prospérité. Les gouvernements de l’UE devraient subordonner le renflouement des compagnies aériennes au paiement par les transporteurs de taxes sur les carburants, les billets et autres, une fois la crise passée. »  https://mailchi.mp/eeb/support-airlines-in-crisis-but-on-condition-they-start-paying-tax-and-take-up-green-technology-te?e=833e87d612 (traduit de l’anglais avec DeepL. – version gratuite)

Le coronavirus masque une autre tragédie

___________________________________

Les décisions drastiques du gouvernement fédéral désarçonnent Bruxelles et tout le pays. Les scientifique les estimaient indispensables. Y a-t-il encore place pour autre chose ? Une certaine empathie pour les tragédies vécues par d’autres que nous est-elle encore d’actualité ? Les médias multiplieront sans fin les articles sur l’évolution de la pandémie qui bouscule le continent et la planète. Tout le reste passera désormais à l’arrière-plan. Et pourtant, je voudrais vous entretenir de la situation des réfugiés de guerre en détresse à la frontière gréco-turque. Face à cette situation dramatique, que le CIRÉ avait déjà dénoncée ICI, une septantaine d’intellectuels européens viennent d’exhorter l’Union européenne à accorder une protection temporaire à ces personnes qui cherchent refuge.Leur brève carte blanche, parue notamment dans Le Soir, mérite d’être lue.

 Après s’être déchargée de ses responsabilités sur la Turquie, l’Union européenne se plaît à saluer le rôle de « bouclier » (dixit Ursula von der Leyen) d’un de ses Etats-membres. La Grèce a en effet été chargée de contrer le flux de migrants, ce qui rend impossible la tâche d’accueillir ceux qui fuient l’horreur d’une guerre menée contre eux par un État criminel. Jean Ziegler, qui s’est rendu en Grèce sur l’île de Lesbos, décrit dans un texte poignant, les conditions inhumaines dans lesquelles sont entassées des dizaines de milliers de personne qui fuient la guerre en Syrie. Cette stratégie, mise en œuvre intentionnellement par la Commission européenne, est une stratégie de la terreur: en créant des conditions inhumaines dans les camps d’accueil il s’agit d’éviter que les réfugiés quittent leur pays d’origine, découragés devant ce qui les attend à Moria, à Samos…

Née des leçons tirées des catastrophes identitaires du XXe siècle, « l’Europe n’a pour légitimité que le respect du droit qui la fonde » disent les signataires de la carte blanche. « Que vaut l’Europe, si elle se fait l’ennemie de ce droit premier et fondamental ? À quoi bon des institutions européennes, s’il est permis aux États membres de refuser les obligations que leur impose le droit européen, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, la Convention européenne des droits de l’homme et la Convention de Genève de 1951 ? »