Archives pour la catégorie Europe

Les lanceurs d’alerte, ces héros

________________________________________

C’est au travail obstiné et au courage de celles et ceux qui rassemblent et dénoncent des pratiques frauduleuses que nous devons la révélation de scandales longtemps cachés, tels que Nethys, LuxLeaks, Panama Papers ou Dieselgate, dont ont profité – au détriment de l’intérêt général – des groupes, des familles et des individus fortunés et souvent respectés. Ces lanceurs d’alertes méritent notre reconnaissance et doivent bénéficier de protections adéquates vis à vis de leurs employeurs et des autorités qu’ils dénoncent. La chercheuse Amélie Chapelle s’est intéressée à la délicate question de la dénonciation.

L’Union Européenne a décidé, en avril dernier, de garantir aux lanceurs d’alerte une protection bien plus large que celles accordées par quelques États. Elle a donné aux pays membres de l’Union jusqu’au 17 décembre 2021  pour transposer la Directive  dans leur droit national. Le Monde détaille la Directive ICI. Le contestable projet Reynders devrait donc passer à  la trappe. La démocratie en sortira gagnante.

Edward Snowden (NASA), Armand Deltour (LuxLeaks), Stephanie Gibaud (UBS), Marty Baron (Boston pédophilie) ou Julien Assange (WikiLeaks) sont quelques lanceurs d’alerte qui ont changé la face du monde. Aujourd’hui, la demande d’extradition qui vise Julien Assange n’a rien à voir avec Wikileaks, mais se base sur une agression sexuelle présumée et jamais clarifiée, tandis que sa santé décline, après son interminable saga.

“Personne ne devrait risquer sa réputation ou son emploi
pour avoir dénoncé des comportements illégaux »

présidence finlandaise de l’UE

BRexit et VLexit, même combat ?

———————————

Le feuilleton de l’année 2019 aura été sans conteste le BRexit. Il a d’autant plus envahi nos médias, que le British Exit affiche certaines similitudes avec un certain Vlaanderen Exit, que la victoire du Vlaams Belang et l’absence de gouvernement fédéral ont ravivé. Bruxselsfuture ne pouvait pas s’en désintéresser, malgré une évidente lassitude des lecteurs.

Avec le recul nécessaire, deux journalistes de L’Echo, se sont livrés à une analyse qui pourrait vous intéresser et que vous pouvez lire ICI gratuitement sur simple inscription (sans engagement) à L’Echo. C’est avec Vincent Laborderie – politologue UCLouvain, spécialiste des nationalismes régionaux et des séparations d’États – qu’ils font le point sur six aspects fondamentaux du nationalisme et du séparatisme.

  • Le Brexit, un nationalisme comme un autre
  • Reprendre le contrôle de son destin
  • Récupérer ses sous
  • Une question de démocratie
  • International: retour à la case départ
  • L’os c’est la frontière

Un « Green Deal » pour booster l’Europe

_________________________________

L’Europe, toujours à la recherche d’un projet collectif mobilisateur, en tient un solide, selon ce billet du Nouvel Obs, qui poursuit: L’Europe peut s’imposer comme le leader mondial dans la lutte contre le réchauffement. Selon Ursula von der Leyen, l’UE peut même devenir le « premier continent neutre sur le plan carbone ». Le plan semble ambitieux. Qui aurait parié sur une telle initiative il y a encore quelques années ? Aujourd’hui ces politiques cessent d’être perçues comme farfelues ou extrémistes, et deviennent désirables aux yeux de l’opinion. Bravo. La nouvelle génération n’aura pas marché pour rien.

Il y a le feu au lac. Incroyable mise en scène coup de poing de Green Peace. Et au même moment, à l’intérieur, le Conseil des ministres européens annonce la neutralité carbone … pour 2050 ! Ce serait plutôt une course de lenteur qu’une course de vitesse. Mais après des heures de discussions, une décision (presque) unanime était au prix de multiples compromis. Chaque Etat décidera de son « mix énergétique » et le nucléaire n’en est pas exclu. La Pologne: ce sera pour plus tard.

La recherche et l’innovation devront jouer un rôle clé dans la transition. Ursula von der Leyen a dévoilé une liste de « 50 actions pour 2050 ». Et ICI vous trouverez une réelle analyse de fond du Green Deal.

Quant à la COP 25, la douche froide est ICI, comme vous l’a dit la presse unanime.

Photo article de la VRT news

Photo Green Peace

Greenpeace sets EU on fire.

 

L’Europe des Régions

____________________________________

Les leaders flamand et catalan se sont rencontrés à Barcelone. Vous devinez de quoi ils ont parlé. En conclusion, ils ont appelé l’Union européenne à mettre en place un mécanisme permettant l’intégration au sein de l’Union de nouveaux États indépendants qui sont apparus démocratiquement. Cela n’a pas dû échapper aux Ecossais, Irlandais, Basques et autres Corses, qui se souviennent de la révolution de velours qui a donné naissance à la Tchéquie et à la Slovaquie.

Les États-nations qui composent l’Union, ont été vidés par le bas de nombreuses compétences, qu’ils ont voulu – ou dû – céder aux Régions. Ils ont été vidés par le haut par l’Europe, dont ils se contentent d’intégrer les directives dans leur droit national. Les Rois sont (presque) nus, mais ils continuent à gesticuler tant et plus sur la scène internationale, tandis que des décisions importantes et pragmatiques se prennent ailleurs. La Belgique, qui fonctionne actuellement sans gouvernement fédéral, en est une illustration (1).

Les matières locales ne seraient-elles pas mieux gérées par des gouvernements régionaux proches ? Les matières supra régionales – lAffaires étrangères, Monnaie, Sécurité sociale, Climat, Défense ou Economie – ne seraient-elles pas conduites de manière plus efficace au niveau de l’Europe ? Des analyses et thèses y sont consacrées. Pour cela, il faudrait plus d’Europe (et non moins) et qu’elle puisse parler d’une seule voix, mais aussi plus de pouvoirs aux Régions. Les Etats-nations feront tout pour l’empêcher… tant qu’ils le peuvent. La nomination d’Ursula von der Leyen et de Charles Michel n’est-elle pas le reflet du refus d’une Europe forte ?
L’Europe des Régions pourrait-elle cependant assurer l’avenir d’une Europe démocratique ?

_________________
(1) Marc Uyttendaele et Vincent de Coorebyter ne suggèrent-ils pas dans Le Soir « une logique de cogestion des intérêts fédéraux par les entités fédérées (qui ont chacune un gouvernement ndlr) s’il n’est pas possible de voir émerger une coalition au niveau fédéral ». Les quatre Régions décideraient de ce qu’elles veulent confier au fédéral qu’elles co-gèreraient. Science fiction ou sortie de crise ?

 

Busés en lecture

________________________________

Busés: les jeunes de 15 ans ? leurs enseignants ? notre système scolaire ?
La publication des derniers tests PISA a encore fait grand bruit en Fédération Wallonie Bruxelles, mais aussi en Flandre et dans des pays voisins, comme la France. Si la situation s’améliore un (petit) peu en math et moins en sciences, c’est en lecture que nous sommes toujours sous la moyenne des 79 pays participants. Le journal L’Echo y consacre ICI la meilleure analyse avec la collaboration l’ULiège. Il contextualise aussi l’épreuve. Un article de la RTBF complète cette l’information.

Cette année, les tests ont intégré – très à propos – les nouvelles formes de lecture en ligne et questionnent l’élève sur ses capacités à localiser, comprendre, réfléchir et évaluer. « Faire le tri dans la profusion d’informations non contrôlées sur internet devient une compétence cruciale. Le lecteur qui ne possède pas ce type de compétence critique  est une proie facile pour toutes les tentatives de fraude ou d’hameçonnage et risque de se faire abuser par les rumeurs, fake news et informations non vérifiées qui foisonnent sur Internet » (ULiège).

Alors que ses résultats sont meilleurs qu’en Fédération Wallonie Bruxelles, le ministre de l’Education flamand – Ben Weyts – s’inquiète cependant ICI auprès de Bruzz et de VRTnews en français, de la baisse enregistrée en lecture. Il veut que les programmes d’intégration linguistique deviennent une nécessité absolue. « Nous devons repérer le plus tôt possible les enfants présentant un déficit linguistique et les aider ». La langue parlée à la maison semble avoir une influence fondamentale. Tant parmi les élèves natifs, qui parlent souvent un dialecte flamand à la maison, que parmi les élèves issus de l’immigration, qui parlent une langue différente à la maison. Il faut une approche « sur mesure ».

Conclusion: l’apprentissage précoce de la langue de l’école (enseignement maternel obligatoire) avec une pédagogie adaptée, est encore plus capital à Bruxelles que dans le reste du pays. Il en va de l’acquisition d’une langue riche comme support de sa pensée, du sentiment d’appartenance à l’école, du plaisir d’y aller et des chances de réussite dans les autres matières.