Archives pour la catégorie Institutionnel

Bruxelles compte pour du beurre

________________________________________

Face aux difficultés à former un gouvernement fédéral, Bart De Wever a proposé un gouvernement « miroir » des entités fédérées, pour défaire le nœud politique. Koen Geens du CD&V avait déjà suggéré cette formule, en omettant Bruxelles. Le président de la N-VA, lui,  a explicitement mentionné la Flandre et la Wallonie, mais pas un mot quant à la participation de la Région bruxelloise. C’est un article de Bruzz – traduit par nos soins – qui fait état de cette négation de Bruxelles. L’article précise qu’au CD&V, Yves Leterme avait pourtant proposé – dans De Standaard – un gouvernement fédéral composé des trois Régions. « Ce serait un beau signe de maturité si la Flandre et la Wallonie, avec Bruxelles, cherchaient une solution fédérale ».

Le leader parlementaire fédéral du PS et président du PS de Bruxelles, Ahmed Laaouej, accuse la N-VA de mépris pour la Région de Bruxelles-Capitale. « C’est encore une nouvelle provocation. Le mépris de Bruxelles, de ses habitants et de ses institutions semble faire partie de la nature de la N-VA », accuse Laaouej, « de cette façon, vous ne trouverez pas de solution à l’impasse. Nier Bruxelles, c’est nier la Belgique. Le parti Ecolo est sur la même longueur d’onde.

Nous avions déjà suggéré ICI la mise en place d’une « enceinte particulière » associant la société civile et des citoyens des quatre Régions, en vue de définir et renforcer une  nouvelle« maison commune » démocratique, qui reconnaîtrait pleinement l’existence des quatre « peuples » régionaux qui composeraient cette maison commune.

 

Pourquoi des réseaux d’enseignement distincts ?

_____________________________________________

Issu de la « guerre scolaire » des années 50, le Pacte scolaire signé en 1959 consacre « la liberté du père de famille » qui permet de choisir librement entre l’enseignement officiel et l’enseignement libre, essentiellement catholique. Caroline Sägesser du CRISP, s’est livrée à une étude qui relève les désavantages de notre système scolaire, organisé en deux piliers concurrents. L’étude citée dans La Libre est publiée in extenso dans la revue Politique. On peut supposer que tout le monde ne partage pas cette analyse ouverte aux commentaires.

« Historiquement, l’école officielle s’est présentée comme « l’école pour tous », une caractéristique revendiquée aujourd’hui également par l’école catholique, qui désire « accueillir chacun dans le respect de la différence ». Ces écoles intègrent tant une pluralité de convictions et de cultures que la reconnaissance des réalités profanes. « Leur objectif est d’accompagner les enfants et les jeunes dans leur recherche de sens en les ouvrant à la dimension spirituelle ».

Caroline Sägesser relève qu’aujourd’hui de nouvelles écoles confessionnelles se situent dans un projet différent, dont il est peut-être opportun d’interroger la pertinence pour la société de demain. Veut-on, en poursuivant une organisation « pilarisée » de l’enseignement, promouvoir un nouveau développement d’un enseignement strictement confessionnel ?

 

Bart De Wever a-t-il gagné ?

__________________________________

Billet d’humeur

Après avoir passé plus d’un mois à écouter et parlementer en vain avec le Vlaams Belang … et à retarder la création d’un gouvernement flamand, à la tête duquel il a fini par placer habilement son meilleur pion Jan Jambon, Bart De Wever aura tout fait, en coulisses, pour rendre la constitution d’un gouvernement fédéral impossible. L’enlisement de la procédure de formation aurait même fait sortir le roi Philippe de sa neutralité politique, en faisant la leçon à ceux qui ont proféré des exclusives et en passant récemment le tour de Bart De Wever pour transmettre le relais à Koen Geens.

Avec ou sans gouvernement fédéral, une réforme fondamentale de l’Etat va s’avérer indispensable, même pour les francophones généralement “demandeurs de rien”. Non, on ne sauvera pas le pays en niant Bruxelles Monsieur Coens. Henri Goldman propose d’ailleurs une autre coalition miroirEn laissant pourrir la situation et en laissant les partis démontrer que le pays est désormais devenu ingérable – et le serait encore plus après de nouvelles élections – Bart a gagné sur toute la ligne. VRTnews en français pose déjà la question: La date de péremption de la Belgique est-elle dépassée ?

N’est-il pas urgent de prendre les devants et de lancer cette « enceinte spécialement créée » pour définir les contours d’une nouvelle maison commune démocratique, qui reconnaîtrait pleinement l’existence des quatre « peuples » régionaux qui composeraient cette maison commune ? Dans une nouvelle carte blanche Philippe Van Parijs écrit:  … pour assainir nos institutions (…) il y a un certain nombre de proposition plus ou moins radicales, qui n’attendent qu’un espace approprié pour pouvoir fleurir. Et si les politiques n’y arrivent pas, il faut que la société civile les y aide. Qui s’y met ?  « Make Belgians proud again ! »

 

Bruxelles, n’est pas le nouveau Berlin

__________________________________________

Vous vous souvenez du « Brussels is the new Berlin » du New York Times ? confirmé par un article élogieux du Washington Post, mais aussi applaudi par les Inrockuptibles et l’objet d’une analyse poussée de la revue de géographie Belgéo.  Cocorico !  ils situent Bruxelles comme capitale de l’art contemporain, riche de ses chorégraphes, de ses cinéastes, de son opéra,  de ses centres culturels, de ses grandes scènes et de ses lieux alternatifs. C’est exceptionnel pour une ville qui ne compte qu’un gros million d’habitants, mais c’est insuffisant pour concerner et représenter la multiplicité des habitantes et habitants de ce lieu de rencontre unique entre la culture latine, la culture germanique et les cultures du monde. Sans doute encore trop blanc et trop élitaire ? Brussels is not the new Berlin titre The Art Newspaper  Nous pourrions ajouter: … et n’a pas à le devenir.

Aujourd’hui, Bruxelles rêve d’être choisie comme capitale européenne de la culture en 2030. Mais avec quel contenu ? interroge pertinemment Éric Corijn, qui veut que le débat s’ouvre et fait des propositions intéressantes  à découvrir dans Le Soir. Il ne s’agit pas de briller, mais de construire, étape par étape, une culture représentative de la diversité exceptionnelle de la population bruxelloise, qui dépasse de loin le cadre étroit des deux Communautés qui régissent sa culture, comme son enseignement.

Il ne suffira pas de mettre les projecteurs sur Kanal – alimenté par le Centre Pompidou – ni de présenter quelques spectacles exceptionnels destinés à la bourgeoise dans ses lieux préférés. Ce qui serait vraiment exceptionnel, ce serait de faire émerger la richesse de toutes les communautés qui habitent Bruxelles et qui rendent la ville si particulière et si prompte à rire d’elle-même. Loin du Parisianisme ou du So British London, le peuple de Bruxelles doit pouvoir définir et affirmer sa spécificité, sans prétention mais avec conviction. Dix ans ne seront pas de trop pour  y parvenir.

Un rapport de consultation très détaillé est aussi disponible ICI.

3.500 camion en plus

______________________________________________

Selon Bruzz, qui révèle l’information, quelques 3.500 camions supplémentaires pourraient entrer dans la circulation bruxelloise chaque semaine d’ici la fin de l’année, suite à la décision d’Infrabel de supprimer la seule voie de chemin de fer qui relie encore le Port de Bruxelles au réseau ferré de Schaerbeek-Formation.

Alors que le Port comptait développer une plate-forme d’échange eau/fer/route stratégique, voilà que le Fédéral laisserait démanteler la dernière des quatre voies de liaison vers le Port. Selon Le Soir, les discussions épiques entre la Région de Bruxelles, Infrabel et le FIF (1), concernant une parcelle de terrain de Schaerbeek-Formation, durent depuis des années et sont actuellement dans une impasse totale. En dernier recours et vu l’échéance, le Port et la Région ont décidé de porter l’affaire en justice. Une course contre la montre, avant que cette voie ferrée, capitale pour Bruxelles, ne soit démontée par Infrabel.

Alors que la SNCB peut se réjouir d’avoir attiré 253 millions de clients (11% de plus en trois ans), elle continue de négliger Bruxelles. Elle ne rend pas opérationnel son réseau de 34 gares bruxelloises, elle laisse s’accumuler les retards pour le lancement du RER, elle dévaste l’urbanisme autour de la gare du Midi… Pendant ce temps, l’Allemagne et Deutsche Bahn viennent de conclure un vaste plan pluriannuel de développement et de modernisation du rail qui se chiffrera à quelques 86 milliards d’euros, en vue de lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

_______________________
(1) Le Fonds pour l’Investissement Ferroviaire est propriétaire  de la parcelle, mais en a cédé l’occupation à Infrabel en 2004, et ce jusqu’au 31 décembre 2020, avec l’obligation de vider pour cette échéance l’espace de toute infrastructure ferroviaire. (Le Soir)