Archives pour la catégorie Environnement

Happy Monday: le photovoltaïque séduit les Bruxellois

_______________________________________________

Du jamais vu en Région bruxelloise. Plus de 15 MW de nouvelles installations photovoltaïques enregistrés en 2018. Soit 50% de plus qu’en 2017 et trois fois plus qu’en 2016, écrit Christine Scharff dans un article de L’Echo. « On atteint une puissance cumulée de plus de 82 MWc à la fin décembre 2018. À ce rythme, la Région pourrait franchir le cap des 100 MWc de solaire photovoltaïque dans le courant 2020 ».  Selon Céline Fremault, vu le marché bruxellois, il n’y a cependant pas de risque de bulle au niveau des certificats verts négociables remis aux bénéficiaires.

Les primes sont importantes et maintenues. Alors pourquoi cette hâte ? Prudents, certains se sont dépêchés d’installer des panneaux pour profiter encore de la compensation (le compteur qui tourne à l’envers), dont la suppression est annoncée à Bruxelles pour 2020.

Il y a aussi les propositions alléchantes de Brussels Energy et Brusol, des tiers-investisseurs qui offrent « des panneaux photovoltaïques gratuits ! », en se payant avec les certificats verts pendant 10 ans. Une solution pour ceux qui ne peuvent consentir à l’investissement, bien qu’il existe le « prêt vert bruxellois » entre 0 et 2%, plus rentable mais plus compliqué administrativement.

En finir avec les autoroutes urbaines

___________________________________

Toute la presse en parle et commente, mais c’est depuis 2010 que la Région envisage de transformer des autoroutes urbaines (E40 et E12) de l’époque Expo 58 en boulevards urbains. On y plantera des arbres, on y circulera sur moins de bandes et à une vitesse de 50 km/h au lieu de 120. Files garanties en amont, mais comme les bouchons sont déjà là, les experts de la VUB et de la RUG contactés par Bruzz, concluent que finalement il vaut mieux que des files se forment en dehors de la ville et que des alternatives s’y développent … ou que des travailleurs se décident à se rapprocher de leur lieu de travail.

Cette fois, la décision finale est prise, mais Les travaux ne seront pas mis en œuvre avant la fin du chantier à Reyers, ni avant la création d’un parking de dissuasion à côté de l’E12. Cela n’a pas manqué de susciter des commentaires e.a. de la Voka, de Touring, d’Unizo et de BECI.  La Région wallone et la Région flamande se plaignent aussi du manque de concertation, alors que cette dernière compte élargir unilatéralement le ring et s’oppose à la mise en route de la Communauté métropolitaine, prévue par la 6è réforme de l’Etat, et destinée à coordonner les politiques des trois Régions, notamment en matière de Mobilité.

La photo d’archive trouvée sur le web, révèle toute l’horreur de l’échangeur Reyers construit en pleine ville, avec encore le viaduc en arrière-plan. Transformer cet espace stérile et polluant en boulevard urbain – connecté au futur Mediapark – est un projet dont profiteront à la fois les habitants de Bruxelles et les navetteurs qui y travaillent. Bruzz se livre à une analyse qui évoque des améliorations en cascade pour d’autres goulets. Rudi Vervoort confirme  que le viaduc Hermann Debroux est aussi condamné, mais pas avant 2025.

Photo Wegen – Routes.be

Happy Monday: une adolescente fait chuter une ministre

__________________________________________

Ce n’était pas son but et ne la réjouit pas plus que moi, mais oui, Anuna De Wever a provoqué la démission de la ministre Joke Schauvliege en pleurs, prise en flagrant délit de double discours. La ministre a commencé par remercier Youth for Climate pour la pression créée, qui renforce son Plan Climat flamand, pour finalement accuser Anuna De Wever, devant ses alliés du Boerenbond, d’être manipulée par les écologistes et surveillée par la Sûreté d’Etat.

L’événement pourrait être qualifié d’anecdotique, s’il n’avait pas mis face à face une femme politique influente et une jeune représentante de la société civile, indignée par la passivité de la classe politique face au plus grand défi du siècle. Le gouvernement Michel n’a pas mesuré l’urgence de la situation ou n’a pas pu agir à cause de la N.VA, qui croyait plus judicieux de se centrer sur l’immigration. Joke Schauvliege en a payé le prix. Le CD&V et le MR aussi ?

Une jeune fille déterminée de 17 ans (interview dans Le Soir), en guerre contre l’injustice, qui fait tomber une ministre. C’est du jamais vu dans l’histoire de la Belgique, pas même en mai 68. Alors qu’elle cherchait l’engagement du gouvernement dans un Plan Climat audacieux et concret, elle se retrouve en ennemi public de la classe politique. Une charge et une responsabilité énorme sur ses (solides) épaules. L’adoption probable du projet de loi, rédigé par des scientifiques, pourrait être une sortie de crise, qui ne devrait cependant pas démobiliser les familles et les jeunes inquiets pour l’avenir de la planète, qui reste en de bonnes mains.

La voiture individuelle bannie d’Oslo

____________________________________

Une mesure radicale, annoncée par Le Temps, pour le centre d’Oslo. Elle était prévue pour cette année, mais remise suite à une opposition qui la qualifie de « liberticide ». La ville a donc opté pour des mesures dissuasives: suppression de 700 places de parking, zonage rendant impossible la traversée du centre en voiture, piétonnisation de rues, renchérissement des péages urbains… « En 2020, on aura supprimé l’essentiel des voitures particulières du centre-ville. En dehors de celles pour handicapés, il n’y en aura plus».

La voiture individuelle – même électrique –  a-t-elle encore sa place en ville alors que 75.000 personnes et 35.000 élèves défilent dans les rues pour un air pur et une planète bleue ? Dans le même temps le roi inaugure cependant un Salon de l’Auto qui a accueilli 542.566 visiteurs, alors que le  » #WeAreMobility «  voisin n’a convaincu que 36.000 visiteurs … La voiture individuelle appartient déjà au passé, mais la résistance des amoureux de l’auto sera forte … il faudra oser leur en faire payer le prix et utiliser ces revenus pour développer rapidement des alternatives durables.

En Belgique, la congestion coûterait annuellement quelque 8 milliards. 70% de l’espace public  bruxellois serait consacré à la voiture, qui passe cependant le plus clair de son temps (97,9%) à être immobile. C’est le très sérieux quotidien économique L’Echo qui épingle ces rappels dans un article intitulé « Vroum, vroum ».

Comment la Ville se prépare au réchauffement ?

photo du blog mickaellebogosse

Le parc aquatique Océade était très populaire parmi la population bruxelloise. Plus de 250.000 visiteurs cette année. C’était la seule piscine en plein air de la Région et elle ne coûtait rien au contribuable ! Mais il faut bien parler au passé, puisque Océade a été contraint de fermer en septembre, que les toboggans sont partis en Roumanie pour 152.000 euros et qu’un impressionnant chantier fait de pelleteuses et de grues est à l’oeuvre ICI. D’ici la fin du mois, il ne devrait rien rester, pas même Mini Europe, sauf … 15.000m3 de gravats à évacuer.

Par quoi sera remplacé Océade ? par rien. Rien d’équivalent, mais le développement du projet commercial et résidentiel NEO de la Ville. Il y était bien question d’un « étang nageable » ou d’une piscine au théâtre américain, mais rien n’est garanti à ce stade. N’est-il pas étonnant qu’Ecolo/Groen, arrivé au pouvoir à la Ville, accepte la poursuite du projet NEO et de son centre commercial d’un autre temps ?

Avec le réchauffement climatique et les canicules à répétition, la plupart des villes  commencent à multiplier les plans d’eau et plantent des arbres pour plus de fraîcheur. Ici, la Ville supprime la seule piscine en plein air de la Région et s’apprête à couper 749 arbres pour faire place à NEO
il restera toujours la très belle piscine extérieure chauffée du David Lloyd Clubs … pour les privilégiés qui peuvent en être membres.

photo parcplaza.net