Archives pour la catégorie Environnement

La cohabitation, mode de vie urbain du futur ?

Dans la Silicon Valley, où le prix du logement est prohibitif, la startup Starcity projette de démarrer, cet automne, la construction du plus grand immeuble de cohabitation jamais construit: 800 unités de logement répartis sur 18 étages, avec un grand nombre d’espaces communs. C’est un pari fou, qui est soutenu par le City Council de San Jose, qui vient de créer un nouveau zoning de catégorie « co-living », en vue d’écarter les obstacles qui pourraient entraver le développement de ce nouveau mode d’habiter. Une réponse au problème du logement des employés des entreprises ? une alternative au rêve de villa quatre façades, qui a montré ses limites sur le plan urbanistique et sociologique ?

C’est CityLab qui publie cette info et y consacre un article très documenté, qui va vous étonner. C’est bien à l’éclosion d’un nouveau mode de vie urbain, moins individualiste, auquel on pourrait assister. Peut-être aussi une réponse pour les nombreuses familles recomposées, pour les mères célibataires, pour les seniors, pour les personnes isolées ou volontairement célibataires. Il sera intéressant de voir comme la vie s’y déroulera, une fois ce grand bâtiment construit et occupé. Ce n’est cependant pas la première expérience de Starcity qui se trouve face à une waiting list de plus de 8.000 personnes… Même si les loyers sont en-dessous des prix du marché, il ne s’agit clairement pas de logements sociaux, même s’ils pourraient en être une source d’inspiration contemporaine

Jon Dishotsky, un de co-fondateurs, se souvient ICI avec émotion, que son père – professeur à Stanford – a hébergé une douzaine d’étudiants du monde entier dans sa maison de Palo Alto. Ils payaient un loyer modeste, partageaient les repas avec la famille et s’occupaient de Jon quand ses parents étaient occupés. Un étudiant ingénieur nigérian l’a même aidé à construire une zip line (tyrolienne) dans le jardin et à gagner plusieurs concours scientifiques. Son père est toujours en contact avec certains de ses ex-students. La co-habitation, Jon est donc tombé dedans était petit.

 

Trottinettes: fini l’anarchie

_________________________________________

… mais c’est à Paris. Après avoir laissé ce nouveau mode de déplacement silencieux et inodore envahir la ville, après avoir pris quelques mesures peu efficaces et puis misé sur la bonne volonté des exploitants, la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, s’est résolue à employer la méthode forte, face au mécontentement grandissant des habitants. Le Monde en détaille les modalités.

En bref, il sera interdit aux trottinettes de stationner sur les trottoirs de la ville, elles devront se parquer sur la voirie, comme les autres véhicules et leur vitesse devra être bridée à 20km/h. (au lieu de 25). Afin de diminuer leur nombre total – évalué à 35 ou 40.000 engins – la Mairie compte lancer un appel d’offres et ne sélectionner qu’un maximum de 3 opérateurs, pouvant mettre chacun 5.000 trottinettes à disposition du public. L’appel d’offres comportera aussi des clauses sociales et environnementales pour lutter contre l’« ubérisation de notre société » et contre des recharges non vertes.

Il est évidemment plus aisé de prendre des mesures pareilles quand une seule Maire gère une ville, plutôt que 19 bourgmestres et un ministre de la Mobilité régional (air connu). En attendant l’arrivée d’un nouveau gouvernement bruxellois plus vert, nous pourrons tirer profit des premiers résultats des mesure parisiennes. Suite à l’augmentation des accidents survenus à des piétons et à des usagers et suite à l’encombrement des (étroits) trottoirs bruxellois, il va être temps d’agir, sans pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain.

Bientôt, le tram du futur

__________________________________________

La STIB prépare l’avenir. Elle vient de commander 30 trams  « nouvelle génération » au constructeur canadien Bombardier. Ils s’ajoutent à une première commande de 60 véhicules faites en 2018. Les premiers exemplaires de ces 90 nouveaux trams circuleront dans nos rues vers le milieu de l’an prochain. Plus spacieux et confortables, ils bénéficieront de larges portes et (enfin) d’un plancher bas intégral. Selon leur longueur, ils offriront 182 ou 256 places, dont 47 ou 65 assises.

Cette commande devrait permettre d’accroître la capacité totale du parc de tram de la STIB de 10.000 places, soit environ 15% de capacité supplémentaire. Ils serviront avant tout à desservir les extensions du réseau de tram décidées par le gouvernement régional vers Neder-over-Heembeek et Tour &Taxis, ainsi qu’à renforcer le réseau existant. L’article de l’avenir.net vous en dit plus ICI.

C’est un budget total de 5,2 milliards d’euros que la STIB va progressivement investir en vue d’une meilleure mobilité, avec moins d’embouteillages, de pollution, de stress et de nuisances sonores. Elle détaille tout cela ICI, mais ne précise pas la part de ce budget qui ira à la création et à l’entretien de la future ligne de métro Nord, que d’aucuns continuent à contester et qui sera certainement sur la table du prochain gouvernement bruxellois.

>> si vous avez raté le film de Luc Jabon  » Bruxelles, une traversée urbaine «  il est désormais  possible de le visionner gratuitement en cliquant ICI.

 

Notre avenir suspendu à l’Europe

__________________________________________

Comme capitale de l’Europe, notre avenir est largement dépendant de l’évolution de l’Europe. Une Europe qui ne fait plus rêver et qui tentait de camper sur ses acquis. L’élection de ce dimanche apparaissait comme celle de tous les dangers. L’Europe en sort bouleversée, mais pas bloquée. L’Europe se polarise: l’extrême droite grandit, mais les partis pro-européens gagnent finalement les élections. Le Monde publie un éditorial vert résolument optimiste. Le choix d’un nouveau président pour la Commission sera le prochain challenge avec l’issue d’un Brexit, qui s’éternise et se radicalise.

Sur le plan environnemental et pour la transition écologique, l’échelon le plus pertinent est bien souvent l’Europe, une Europe qu’on voudrait plus forte, plus verte et plus solidaire. Pour cette élection, on a craint le pire du côté de la désaffection, mais cela a été le plus haut taux de participation depuis 20 ans (un électeur sur deux a voté). Le pire aussi, avec la crainte d’un raz de marée des populistes et des nationalistes, qui n’ont finalement obtenu « que » 172 sièges sur 751, soit 17 de plus qu’en 2014. Après la débâcle des PPE Parti populaire européen et S&D Sociaux-démocrates, qui ont régné en maître pendant 40 ans, c’est l’axe gauche-droite qui s’écroule. Libéraux et Ecologistes devraient jouer un rôle pivot dans un futur Parlement européen fragmenté, comme le décrit Le Monde dans un article en accès libre.

L’écologie aura finalement été un élément structurant de cette campagne. C’est en Allemagne que les Verts ont obtenu leur plus beau score: 20,5% (contre seulement 10,7% en 2014!), et deviennent le deuxième parti, derrière celui au pouvoir, la CDU. Les Grünen enverront 20 députés au Parlement européen. Si le groupe des Verts/ALE a progressé de 17 sièges ce dimanche, c’est aussi grâce au score des Français (12 élus contre 6 en 2014).

Assez curieusement, à l’Europe, Ecolo et Groen seraient en léger recul (?). Aux Pays-Bas la Gauche verte progresse et au Luxembourg, les Verts obtiennent le meilleur score du Benelux avec 18,91%. Les classements pays par pays et les commentaires sont disponibles ICI et LA.

Happy Monday: Bruxelles en marche vers le futur

____________________________________

Bruxelles a voté pour la transition écologique et la solidarité. Bruxelles peut être fière d’avoir entendu l’appel des jeunes qui n’ont pas le droit de voter, mais qui hériteront de la ville de demain. Le PS et Ecolo sont les gagnants des élections et il est peu vraisemblable qu’une nouvelle coalition puisse se mettre en place sans eux. Un accord de gouvernement avec la majorité néerlandophone devra organiser une transition écologique dont les plus démunis ne peuvent cependant faire les frais.

A voir la répartition des votes, la Ville-Région peut apparaître comme coupée en deux. D’un côté on a voté rouge et de l’autre vert. Ceux pour qui chaque euro compte ont voté en faveur d’une sécurité sociale garantie et ceux pour qui la lutte contre réchauffement climatique est devenu une priorité évidente ont voté en faveur d’une transition écologique dont chacun devrait pouvoir bénéficier.

L’écologie politique est encore une notion fort abstraite pour nombre de Bruxellois, alors que l’interdiction d’utiliser leur véhicule diesel est pour certains une réalité concrète et coûteuse. Il va falloir faire preuve de pédagogie. Les Bruxellois ont aussi voté pour des gens qu’ils connaissent et dont les noms les rassurent. Certains partis l’ont mieux compris que d’autres. Les Belges ont-ils voté femmes interroge Le Vif ? Une lectrice se demande si aujourd’hui, toutes les Bruxelloises peuvent se reconnaître dans des candidates en cheveux qui se disent résolument féministes ? Je pense que oui, et sans doute de plus en plus. Culture et éducation ont évidemment aussi eu leur mot à dire ce dimanche.

… j’ai beaucoup hésité à parler d’un Happy Monday, alors qu’un parti d’extrême droite se trouve désormais en 2è position en Flandre et pourrait finir par être fréquentable. Nous en reparlerons demain, avec un oeil aussi sur l’Europe où la droite extrême n’a pas fait le score prévu par les sondages et où les verts progressent.

Photo The Bulletin