Archives pour la catégorie Projets

Happy Tuesday: l’hydrogène pourrait nous sauver

____________________________________

Contrairement à ce qui est souvent prétendu, la voiture électrique ne serait pas la solution d’avenir, parce qu’elle est liée à des batteries très polluantes et à une production d’électricité encore largement dépendante du pétrole, du gaz, du nucléaire et même du charbon. Produire de l’hydrogène renouvelable (hydrogène vert) est depuis des années un espoir sur le marché de l’énergie. Mais on n’était pas encore parvenu à une véritable percée. L’hydrogène restait encore coûteux et encombrant à fabriquer et à stocker.

La bonne nouvelle vient des chercheurs de la KUL qui ont réussi à mettre au point un panneau solaire spécial, qui produit de l’hydrogène gazeux à partir de l’humidité de l’air. Après 10 ans de recherche, l’efficacité de ce panneau a été portée à 250 litres par jour, un record mondial. Vingt de ces panneaux solaires pourraient fournir de l’électricité et du chauffage à une famille pendant une année entière. Les ingénieurs ont montré leur prototype à la VRT. Les essais sur le terrain sont en cours.

La semaine dernière, le constructeur automobile Toyota a annoncé qu’il avait l’intention de produire de l’hydrogène avec un prototype de l’équipe Martens. L’hydrogène est déjà à l’essai chez Colruyt Group depuis 2012 et pourrait profiter de cette découverte. Plus récemment, une première maison complètement autonome allie la technologie solaire à un système de production d’hydrogène. Joyeux mardi !

Happy Monday: se passer de batteries

_________________________________________

Les sources d’énergie renouvelable se développent, c’est leur stockage qui continue à poser problème. La batterie est lourde, limitée et polluante à la fabrication comme en fin de vie. Les scientifiques estiment cependant que des progrès importants ont été engrangés ces dernières années et les décrivent ICI pour ceux qui veulent en savoir plus.

D’autres scientifiques sont sur de nouvelles pistes, elles permettent de se passer de métaux rares. Les chercheurs du MIT ont développé un accumulateur qui exhale et inhale de l’oxygène et qui peut stocker l’électricité pendant de longues périodes pour un cinquième du prix des technologies actuelles, avec zéro émissions polluantes et sans grandes contraintes d’emplacement.

Et puis le retour des supercondensateurs. Un vélo électrique sans batterie et sans aucune transmission mécanique, sera bientôt sur le marché. « On ne pédalera plus pour déplacer le vélo, mais pour générer de l’électricité. Cela permettra de découpler l’effort de l’utilisateur avec le relief du terrain ». L’effort du cycliste actionne directement une génératrice chargée de produire de l’électricité. Elle alimente le moteur électrique via un ensemble de supercondensateurs qui forment une petite unité de stockage qui s’appuie sur un principe électrostatique. Pas de lithium, mais du carbone, de l’aluminium et du sel et donc au moins 3 avantages environnementaux d’importance: une longévité qui dépassera celle du vélo lui-même, l’absence de matériaux rares et/ou sensibles, et un recyclage facile qui ne pose pas de problèmes majeurs.

Une transition écologique ratée

_________________________________

Vous vous souvenez, c’est un tout nouveau morceau de ville qui devait se construire entre la colonne du Congrès et le boulevard Pacheco, avec ses logements, son école, sa crèche, ses marches et ses jardins. Une occasion unique de bâtir un quartier du futur, un quartier vert, durable, économe en énergies et convivial pour ses occupants et visiteurs. Le premier projet avait été recalé, voilà que le second – à peine meilleur et objet d’une vive opposition de riverains – vient de recevoir un avis favorable (tout à la fin du fichier) de la Commission concertation, certes avec pas moins de 50 conditions contraignantes et souvent judicieuses à lire ICI et qui vont obliger les architectes à revoir leur copie.

Soyons de bon compte, la Commission s’est livrée à un travail très approfondi qui tient compte d’un certain nombre de remarques exprimées par les plaignants. Elle exige notamment 30% de logements sociaux ou conventionnés, demande d’améliorer la mixité des types de logement,  des accès aux personnes pmr, aux vélos cargos, 20 emplacements pour des voitures partagées, un local à destination des riverains, des toilettes publiques  (seulement étudier la faisabilité), une végétalisation plus accrue et diversifiée, constituer une « forêt urbaine », avoir accès à la salle de sport de l’école, les caractéristiques des revêtements de sol (clairs?), … mais rien à propos de bâtiments passifs qui pourraient produire plus d’énergie qu’ils ne consomment, rien à propos d’îlots de chaleur, rien à propos de perspectives paysagères, d’ensoleillement …

Pourquoi la Commission de concertation n’a-t-elle pas oser remettre un avis défavorable à ce projet du siècle passé, plutôt que d’appliquer des emplâtres sur une jambe de bois ?  C’est qu’avec les diverses conditions à remplir, le projet sera conforme au Plan Particulier d’Affectation du Sol de la Ville (PPAS). Un plan qui date et ne tient pas compte des engagements Climat qui ont été pris. Oui, il eût fallu avoir le courage de dire que ce PPAS est obsolète et que la nouvelle majorité de la Ville devait se voir contrainte de le réécrire. Une occasion ratée. Peur sans doute que les auteurs d’un projet conforme aux prescriptions du PPAS ne réclament des indemnités ?

RAC 4 – S.A.

 

 

Préparer la réinsertion

_______________________________

Tôt ou tard, les (trop) nombreux détenus qui peuplent nos prisons finiront par se retrouver du jour au lendemain dans nos rues. Des arrêtés royaux ont ouvert la voie à la création de deux « maisons de transition » pour détenus en fin de peine, à un certain nombre de conditions décrites ICI.

Un projet-pilote a déjà été sélectionné. Il débutera le 1er septembre à Malines. Un autre devrait bientôt voir le jour à Spa, sur base d’un concept différent. Cela devrait permettre une évaluation des résultats avant d’en ouvrir davantage.

C’est « Sterkhuis », projet porté par deux sociétés privées – G4S Care et l’organisation néerlandaise Exodus Nederland – qui a été retenu. Il permettra à une poignée de détenus (environ 15) de connaître une fin de peine dans une petite structure, en vue d’une meilleure préparation à une réinsertion dans la société. Chaque détenu disposera d’une simple chambre et y vivra davantage en communauté.

Le futur de la grande mosquée

__________________________________

Suite aux attentats du 22 mars 2016, la Commission parlementaire avait demandé de mettre fin au contrat établi avec le Centre Culturel de Belgique, financé par la Ligue islamique mondiale, très liée à l’Arabie saoudite. Une infrastructure que le roi Baudouin avait « cédée » au roi Fayçal en 1967. Ce 31 mars le préavis a expiré et les clefs ont été rendues. L’Exécutif des Musulmans de Belgique – instance reconnue par l’Etat – en assurera la gestion matérielle et a déjà engagé un concierge. Pour la prière il y aura une rotation d’imams rémunérés par le SPF Justice: des imams rattachés à des mosquées reconnues par la région bruxelloise.

La future Grande Mosquée du Cinquantenaire serait composée de quatre entités. La première, l’Exécutif des Musulmans en permanence. La deuxième, un Institut de formation pour les imams. La troisième consacrée à un musée islamique et puis une quatrième, la Grande Mosquée comme lieu de culte. Son but: faire éclore un islam de Belgique, celui du juste milieu, du dialogue et de la coexistence pacifique éloigné de celui de la péninsule arabique.

Il ne suffit évidemment pas de couper le lien pour que l’idéologie wahhabite – à tendance salafiste – s’évapore, alors qu’elle a percolé dans une partie de la communauté par son influence dans un grand nombre de mosquées. Par exemple, deux ASBL se sont déclarées candidates pour reprendre la gestion et on y trouve des personnes nommées par les Saoudiens salafistes. Mais ce n’est pas tout, c’est plus compliqué que cela, voilà ce qu’en disent quelques médias.

RTBF Et si l’Arabie saoudite lorgnait toujours la Grande Mosquée de Bruxelles?
La Libre La politisation de la foi musulmane en Belgique doit cesser
RTBF Où en est la gestion de la Grande Mosquée ?
La Libre Les appétits s’aiguisent pour la reprise de la Grande Mosquée
Carte blanche Décoloniser la Grande Mosquée de Bruxelles, voilà l’urgence
De Morgen interview imam Khalid Benhaddou