Le droit de se baigner.

Bruxelles ne dispose toujours pas de piscine en plein air, en dehors de l’expérience limitée de Flow à Anderlecht. Les habitant.e.s de Bruxelles n’ont donc d’autre choix que de se déplacer pour de se rendre à la mer, à Gand, à Hofstade, … où ils ne sont pas toujours tous bien accueillis. Bruzz y a consacré un article, dont la photo est malheureusement stigmatisante. DaarDaar l’a traduit ICI.

Il est vrai que des incidents et des bagarres dans les trains et sur les plages ont fait la une des journaux, qui n’ont pas manqué d’aussi stigmatiser les « jeunes Bruxellois » comme fauteurs de troubles. S’il est inadmissible de tolérer ces incidents qui perturbent les familles et la majorité des jeunes, peut-on accepter l’amalgame qui est fait entre ces délinquants et l’ensemble des jeunes Bruxellois ?

Néo a chassé Océade –  qui attirait nombre de jeunes sans vacances – et les nouveaux projets de piscine en bordure du canal se font attendre. Ces nouveaux espaces aquatiques ne feront évidemment que déplacer chez nous les problèmes causés par une petite minorité de jeunes. Certains estiment que pour mettre fin aux amalgames il serait nécessaire d’opérer comme avec les hooligans du foot: établir la liste noire des personnes temporairement non grata dans les espaces nautiques du pays.

>>>  Note: pour suivre la pétition nuisances des motos voyez ICI.

Océade – photo BX1

Nuisances sonore estivales.

Fenêtres ouvertes pour cause de canicule, nombre de Bruxelloises et de Bruxellois se sont ramassés un paquet de nuisances sonores cet été. Les avions de Zaventem ont repris du service et se sentent obligés de traverser la ville la plus densément peuplée du pays de part en part. Les sirènes de la police, des ambulances et même celles de la STIB sont actionnées sans que des vies soient en danger. Les motards se réjouissent de leurs vroum vroum tonitruants qui font sursauter les piétons et réveillent les gens qui doivent travailler le lendemain. Vous avez fait des commentaires.

Tout cela n’est pas inéluctable. Il y a des règlements à établir et des dispositions à faire respecter. Il y a de bons exemples à l’étranger. Mais les lobbies sont puissants et les efforts de l’association Bruxelles Air Libre Brussel n’ont toujours pas réussi à obtenir du ministre Ecolo Gilkinet qu’il établisse un cadastre du bruit, qu’il fasse respecter les règles européennes et qu’il tienne compte de la densité des territoires survolés pour établir de nouvelles routes. Voilà plus de 20 ans que cela dure.

Pour les sirènes c’est l’association Stop Sirènes qui milite depuis près de 15 ans pour que le ministère de l’Environnement prenne des dispositions. Ecolo a été à la manœuvre à plusieurs reprises, mais sur le terrain rien n’a changé. Pour les motos, point d’association mais un bel espoir avec cette pétition citoyenne. Si vous êtes victimes d’une de ces nuisances et si vous estimez que ces associations n’en font pas assez: rejoignez-les pour leur donner plus de forces. Yes We Can ! Avions c’est ICI. Sirènes c’est LA.

Happy Tuesday: vacances en ville

Nous revoilou. Sans doute avez-vous passé de bonnes vacances ? Mais qui peut se permettre de partir deux mois ? Bon nombre de Bruxellois ne peuvent d’ailleurs pas partir du tout. Faute de piscines en plein air, certaines communes ont pris des initiatives ludiques et humides. La ville de Bruxelles n’a pas été en reste avec son Festival In the Streets, ses nouveaux espaces pour les jeunes et avec la finale belge de beach volley organisée place de la Monnaie et sur le piétonnier sous un beau soleil, mais par une température caniculaire, qui commence heureusement à baisser.

Dès ce 16 août, le Plan Good Move est entré en application dans tout le pentagone. Pas facile à intégrer, il est détaillé ICI. Davantage de place pour les piétons, pour les enfants et pour les déplacements  deux roues, mais de nouvelles habitudes à prendre pour les automobilistes et les livreurs. Tout le centre-ville reste accessible, mais le trafic de transit n’est plus le bienvenu et renvoyé sur la petite ceinture. Un moment d’adaptation difficile à passer, heureusement encore en période de vacances.

Les berges du canal commencent à fleurir ! C’est l’heureux résultat des « radeaux flottants » qui ont été déposés sur l’eau et ont vite été envahis par une flore et une faune, qui semblaient n’attendre que cela pour revenir en ville. Longtemps réduit au rôle de simple voie navigable, le canal commence à tenir son rôle de principal cours d’eau de Bruxelles … en attendant de pouvoir y nager un jour.

photos extraites des reportages de BX1 et de Bruzz

Happy Monday: vacances pour tous ?

Où que vous soyez, bruxsels future ne viendra pas vous déranger pendant vos vacances.
Le blog se met aussi en congé pour un mois.
Nous vous retrouverons avec plaisir à partir du mardi 16 août.
Joyeuses et sobres découvertes ?

Je vous avais annoncé les progrès des trains de nuits, ils viennent d’être complètement démentis par une analyse de Bruzz, traduite ICI  pour vous. Peut-on espérer que le ministre Ecolo Gilkinet prenne la chose en main avec ses collègues européens ?

Je vous avais aussi déclaré un peu vite que l’hydrogène n’émettait pas de gaz à effet de serre, mais un lecteur attentif explique qu’il en émet quand même indirectement. Heureusement la substitution de l’hydrogène aux énergies fossiles a un bilan climatique nettement positif.

photo estivale de bertvthul pour Pixabay

Pourquoi sommes-nous survolés ?

Certains quartiers de Bruxelles sont à nouveau fortement survolés, de jour comme de nuit. Pourquoi envoie-t-on les avions de Zaventem au-dessus de la ville la plus densément peuplée du pays ? N’y a-t-il pas moyen d’impacter moins de monde ? Une nouvelle étude d’incidences, exigée par la justice et résumée ICI, présente 9 scénarios dont 7 renvoient les nuisances vers des espaces moins densément peuplés de Flandre. Les habitants du Noordrand s’y opposent violemment avec le support de leurs politiciens.

On peut les comprendre, mais l’aéroport est situé en Flandre et c’est le gouvernement flamand qui délivre les permis qui ont autorisé les extensions de cet aéroport mal situé. C’est aussi lui qui refuse d’instaurer des normes de bruit, pour ne pas gêner l’aéroport. C’est lui encore qui s’est aussi opposé – en son temps – au transfert de l’aéroport à Chièvres et mis Beauvechain au frigo. Les élus de Flandre semblent privilégier l’économie et l’emploi plutôt que la santé de leurs habitants.

Dans une carte blanche (pas encoure publiée) je m’insurge contre cette politique flamande, qui exige une « répartition équitable » des survols qui ne tient pas compte des densités de populations survolées. C’est la Flandre qui autorise l’extension de l’aéroport de Zaventem, mais c’est Bruxelles qui devrait en assumer une part importante de nuisances. Plutôt que de tenter de se décharger d’un certain nombre de survols sur Bruxelles, les électeurs du Noordrand ne seraient-ils pas mieux avisés de s’en prendre au laxisme de leurs élus ?