Les lanceurs d’alerte, ces héros

________________________________________

C’est au travail obstiné et au courage de celles et ceux qui rassemblent et dénoncent des pratiques frauduleuses que nous devons la révélation de scandales longtemps cachés, tels que Nethys, LuxLeaks, Panama Papers ou Dieselgate, dont ont profité – au détriment de l’intérêt général – des groupes, des familles et des individus fortunés et souvent respectés. Ces lanceurs d’alertes méritent notre reconnaissance et doivent bénéficier de protections adéquates vis à vis de leurs employeurs et des autorités qu’ils dénoncent. La chercheuse Amélie Chapelle s’est intéressée à la délicate question de la dénonciation.

L’Union Européenne a décidé, en avril dernier, de garantir aux lanceurs d’alerte une protection bien plus large que celles accordées par quelques États. Elle a donné aux pays membres de l’Union jusqu’au 17 décembre 2021  pour transposer la Directive  dans leur droit national. Le Monde détaille la Directive ICI. Le contestable projet Reynders devrait donc passer à  la trappe. La démocratie en sortira gagnante.

Edward Snowden (NASA), Armand Deltour (LuxLeaks), Stephanie Gibaud (UBS), Marty Baron (Boston pédophilie) ou Julien Assange (WikiLeaks) sont quelques lanceurs d’alerte qui ont changé la face du monde. Aujourd’hui, la demande d’extradition qui vise Julien Assange n’a rien à voir avec Wikileaks, mais se base sur une agression sexuelle présumée et jamais clarifiée, tandis que sa santé décline, après son interminable saga.

“Personne ne devrait risquer sa réputation ou son emploi
pour avoir dénoncé des comportements illégaux »

présidence finlandaise de l’UE

Happy Monday: 30 bonnes nouvelles

_____________________________________________

Parlons bonne nouvelles, parce que la liste des mauvaises nouvelles de l’année écoulée pourrait être longue. Des inégalités toujours plus grandes et plus scandaleuses aux guerres et conflits sanglants qui se poursuivent ou qui se profilent. Des désastres écologiques qui sont le résultat de la course au profit et à la croissance aux des multinationales qui continuent de violer impunément les droits humains. Mais le site Victoires, qui cite ces défaites de l’humanité – et auxquelles on pourrait ajouter l’échec dramatique de la COP 25 à Madrid – Victoires a préféré sélectionner 30 bonnes nouvelles qui peuvent nous réjouir dans le bilan de l’humanité pour 2019.

Ces bonnes nouvelles concernent aussi bien des victoires contre de grosses multinationales que des communes innovantes et courageuses, mais aussi des combats d’activistes déterminés, des soins de santé gratuits, une plus grande place aux citoyens, des progrès dans l’égalité hommes/femmes, la démocratisation des logements, des écoles d’un genre nouveau, le retour des mouvements coopératifs, …

2020 pourrait bien être une année charnière, entre la phase de découverte et de confirmation de la situation du climat et de la planète et le passage à une phase d’action de la part des gouvernements comme des individus. Non, il n’est pas trop tard pour contrôler le climat et l’avenir de l’espèce humaine, mais il n’est plus temps de tergiverser, il faut agir rapidement et avec détermination. Les gouvernements savent ce qu’il leur reste à faire, mais oseront-ils prendre les mesures impopulaires qui s’imposent ? Nous aussi, nous savons ce qu’il nous reste à faire, mais sommes-nous prêts à revoir notre manière de consommer et à adopter un autre mode de vie ? Ce sont les réponses à ces questions qui doivent nous permettre de nous montrer optimistes ou non.

>  Pour vous inscrire à la newsletter gratuite de Victoires, envoyez un mail à olivier.bonfond@gmail.com

3.500 camion en plus

______________________________________________

Selon Bruzz, qui révèle l’information, quelques 3.500 camions supplémentaires pourraient entrer dans la circulation bruxelloise chaque semaine d’ici la fin de l’année, suite à la décision d’Infrabel de supprimer la seule voie de chemin de fer qui relie encore le Port de Bruxelles au réseau ferré de Schaerbeek-Formation.

Alors que le Port comptait développer une plate-forme d’échange eau/fer/route stratégique, voilà que le Fédéral laisserait démanteler la dernière des quatre voies de liaison vers le Port. Selon Le Soir, les discussions épiques entre la Région de Bruxelles, Infrabel et le FIF (1), concernant une parcelle de terrain de Schaerbeek-Formation, durent depuis des années et sont actuellement dans une impasse totale. En dernier recours et vu l’échéance, le Port et la Région ont décidé de porter l’affaire en justice. Une course contre la montre, avant que cette voie ferrée, capitale pour Bruxelles, ne soit démontée par Infrabel.

Alors que la SNCB peut se réjouir d’avoir attiré 253 millions de clients (11% de plus en trois ans), elle continue de négliger Bruxelles. Elle ne rend pas opérationnel son réseau de 34 gares bruxelloises, elle laisse s’accumuler les retards pour le lancement du RER, elle dévaste l’urbanisme autour de la gare du Midi… Pendant ce temps, l’Allemagne et Deutsche Bahn viennent de conclure un vaste plan pluriannuel de développement et de modernisation du rail qui se chiffrera à quelques 86 milliards d’euros, en vue de lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

_______________________
(1) Le Fonds pour l’Investissement Ferroviaire est propriétaire  de la parcelle, mais en a cédé l’occupation à Infrabel en 2004, et ce jusqu’au 31 décembre 2020, avec l’obligation de vider pour cette échéance l’espace de toute infrastructure ferroviaire. (Le Soir)

 

Des records discutables

__________________________________________

Les médias nous apprennent – avec le sourire – que Brussels Airport a dépassé les 26 millions de passagers, que la princesse Astrid et la Première ministre ont cru devoir inaugurer un salon de l’auto sur fond de ventes record de véhicules dopées par les voitures de société, que les SUV se réjouissent de dépasser les 37% des ventes, que la Belgique exporte à nouveau de l’électricité excédentaire grâce à ses vieilles centrales nucléaires et que la banque mondiale est heureuse de pouvoir pronostiquer 2,5 points de croissance pour 2020 …

Ce sont les mêmes journalistes, qui nous abreuvent d’informations inquiétantes sur l’avenir de la planète et nous engagent à  la sobriété, qui publient – sans commentaires et sans états d’âmes – ces nouveaux “records” dont ils auraient tout lieu de devoir s’inquiéter.

Les journalistes recoupent ils suffisamment leurs sources ? font-ils le lien avec les autres articles de leur rédaction ? ou sont-ils définitivement schizophrènes ?  Et la classe politique ainsi que la famille royale – promptes à déclarer l’urgence climatique – ne voient elles donc pas l’incohérence ? Un historien suisse fait le point sur ces incohérences et Le Figaro s’inquiète de l’avenir de la liberté de la presse soumise aux annonceurs.

BRexit et VLexit, même combat ?

———————————

Le feuilleton de l’année 2019 aura été sans conteste le BRexit. Il a d’autant plus envahi nos médias, que le British Exit affiche certaines similitudes avec un certain Vlaanderen Exit, que la victoire du Vlaams Belang et l’absence de gouvernement fédéral ont ravivé. Bruxselsfuture ne pouvait pas s’en désintéresser, malgré une évidente lassitude des lecteurs.

Avec le recul nécessaire, deux journalistes de L’Echo, se sont livrés à une analyse qui pourrait vous intéresser et que vous pouvez lire ICI gratuitement sur simple inscription (sans engagement) à L’Echo. C’est avec Vincent Laborderie – politologue UCLouvain, spécialiste des nationalismes régionaux et des séparations d’États – qu’ils font le point sur six aspects fondamentaux du nationalisme et du séparatisme.

  • Le Brexit, un nationalisme comme un autre
  • Reprendre le contrôle de son destin
  • Récupérer ses sous
  • Une question de démocratie
  • International: retour à la case départ
  • L’os c’est la frontière