Happy Monday: des bâtiments recyclés

En 2014 déjà, il a été demandé aux architectes de Fearon Hay de transformer un immeuble industriel délabré des années 50 de Taiwan, en un boutique hôtel atypique. Ils ont choisi d’intégrer le plus grand nombre possible des éléments existants, en reprenant le caractère original du bâtiment industriel et brut. Plus de photos ICI.

Le SOF Hotel garde le charme de cette structure industrielle, avec des éléments de mobilier en bois naturel, de grandes enceintes en verre et des jardins sporadiques qui offrent une mise à jour minimale et moderne à cette ancienne usine. Un recyclage réussi et un minimum de déchets. La formidable idée de l’agence est d’avoir gardé les structures délabrées et les anciennes plantes mortes pour une ambiance renouveau post-apocalyptique.

Le recyclage de l’ancienne salle des guichets de la CGER, rue Fossés aux Loups, s’est réalisé dans le même esprit, pour donner naissance au Food Market Wolf. Moins de déchets et plus d’atmosphère inédite. Le succès semble être au rendez-vous.

Climat: peut mieux faire

________________________________________

Les jeunes exigeaient le vote d’une « Loi Climat », un document rédigé par des universitaires. Il ne s’est pas trouvé de majorité au parlement pour opérer les modifications à la Constitution nécessaires pour la voter. Alors, sous contrainte européenne, la Belgique – en affaires courantes – a additionné à ses propres plans, ceux des Régions pour présenter à l’Europe un texte pour un « Plan Climat Énergie » dit améliorable.

Une copie peu ambitieuse qui nous a fait reculer de quatre places dans le classement de l’Indice des Performances climatiques 2019. Classée 35ème, la Belgique figure pour la première fois parmi les pays à mauvais score climatique. Reste à attendre la réaction de la Commission d’Ursula Von der Leyen et celle des jeunes.

S’il faut se réjouir de voir le fédéral s’engager à investir 35 milliards dans les chemins de fer d’ici 2030, on s’étonne aussi de découvrir que l’Etat subsidie toujours les énergies fossiles et va attendre 2021 pour établir un plan pour réduire ces subsides et puis les supprimer en 2030. Les lobbies ont dû bien travailler .

L’hydrogène va nous transporter

_______________________________________

Sans autres émissions que de l’eau et sans autre bruit que le glissement sur les rails, le train à pile à hydrogène construit par Alstom est le premier train à l’hydrogène du monde à rouler avec des passagers. Testé depuis 2018 en Allemagne sur la ligne Cuxhaven – Bremervörde, près de Hambourg, il peut accueillir 300 passagers et roule en autonomie pendant 1000 km.  À partir de 2021, après deux ans de test positif, 14 trains à hydrogène remplaceront complètement la flotte des trains diesel de la ligne et d’ici 2022, 41 trains Coradia iLint fonctionneront sur deux lignes allemandes. Un article de la RTBF en dit plus.

Le train à hydrogène sera également testé pendant deux semaines aux Pays-Bas  sur la ligne Groningen – Leeuwarden. Pour la France il y aura une quinzaine de trains d’ici 2022. La Corée s’y est mise aussi, comme la Californie et Saint Pétersbourg ainsi que la Suède pour les trains marchandises. Toute l’actualité des mises en service est ICI. En Belgique, rien de concret pour l’instant et pourtant il subsiste encore une centaine de trains diesel très polluants. La direction de la SNCB se contente de dire qu’elle compte étudier cette option à l’avenir, notamment le long du canal Gand – Terneuzen.

Si la pile à hydrogène est durable et résolument verte sur le lieu de l’utilisation, la production et la compression de l’hydrogène nécessitent cependant beaucoup d’énergie électrique. Dans des pays comme l’Allemagne, celle-ci est encore largement produite à partir du charbon. Plus de 95% de la production mondiale de l’hydrogène est encore issue d’énergies fossiles, mais cela commence à évoluer favorablement.

crédit Alstom

 

 

 

 

 

 

 

https://www.alstom.com/fr/nos-solutions/materiel-roulant/coradia-ilint-le-premier-train-hydrogene-au-monde

 

La justice: une priorité

__________________________________________

Une jeune femme a pu être  violée et assassinée le long du canal Albert à cause de manquements de la Justice anversoise. Un article de Stefaan Michielsen pour De Tijd – traduit par DaarDaar – analyse la situation et rappelle que le Conseil supérieur de la Justice a confirmé que ce si ce drame a pu se produire, c’est à  cause de dysfonctionnements dans le système judiciaire anversois: un homme, qui aurait dû se trouver derrière les barreaux, avait été laissé en liberté.

Avocats.be en est venu à devoir attaquer l’Etat belge en justice parce que les cadres sont incomplets. Ils s’en expliquent ICI. Le système judiciaire bruxellois est-il mieux doté et plus irréprochable ? Rien ne permet de l’affirmer.

La Justice a un rôle majeur à jouer pour le bon fonctionnement de notre société. Un budget décent devrait être en mesure de lui en donner les moyens et son efficacité ne devrait-elle pas faire l’objet d’évaluations extérieures régulières.

« Cette responsabilité incombe à nos élus. Non pas qu’ils doivent dicter aux juges leurs décisions ou leurs arrêts – la séparation des pouvoirs ne doit pas être un vain mot, mais ils doivent veiller à la bonne exécution des missions de notre système judiciaire. La Justice n’aime pas qu’on la surveille. Elle devra pourtant s’en accommoder ».

 

Nos hêtres partent en Chine

___________________________________________________

La Forêt de Soignes produit près de 20.000 m³ de bois chaque année. Plus de 75% des troncs seront exportés vers la Chine en camion et puis en bateau. Une partie de ce bois nous reviendra plus tard transformé en meubles. C’est un article de la RTBF qui relève cette situation aberrante.

Comment en est-on arrivé là ? La filière de transformation du hêtre en Belgique a subi de plein fouet la concurrence avec l’Asie. Les coûts de transformation du bois sont beaucoup plus élevés ici que là-bas (les charges salariales, les coûts de l’énergie, les taxes, etc.). Il reste très peu de scieries belges qui transforment encore du hêtre explique Stéphane Vanwijnsberghe, directeur du service forestier de la Région bruxelloise.

Une coopérative bruxelloise – Sonian Wood Coop – veut changer la donne et éviter cet aller et retour de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Elle veut exploiter le bois de la Forêt de Soignes ici. Le projet est une recherche-action menée entre autres par un chercheur en économie circulaire de l’ULB. Pour Stephan Kampelmann, « au lieu de laisser partir la valeur ajoutée en revendant la matière première à des acheteurs internationaux, il faut garder cette matière ici et créer une économie circulaire, locale ».

Vous pouvez contribuer à ce projet en participant ICI à l’achat d’un premier lot de bois de la Forêt de Soignes.