Happy Monday: les Bruxellois se démènent

_________________________________________

Aujourd’hui, trois bonnes raisons de se réjouir de l’implication de nos concitoyens.

Bois de la Cambre. Armés de grands sacs, de pinces et de gants, certains se sont levés tôt ce dimanche pour mettre de l’ordre et nettoyer le bois, après la fiesta improvisée de mercredi dernier. Hommes, femmes et enfants s’étaient donné rendez-vous via les réseaux sociaux pour “ne pas se laisser impressionner par une minorité polluante”. BX1 consacre un petit reportage à cette promenade pas comme les autres.

Site Donderberg. Un lecteur du blog, très choqué par le projet de construction sur le site naturel du Donderberg, a pris contact avec la presse et a déjà obtenu un article dans La Capitale. Un texte qui reprend les griefs des riverains et leur étonnement devant la soumission d’Ecolo. L’article rappelle aussi qu’il n’est pas trop tard pour signer la pétition. On attend encore la fixation d’une date pour la Commission de concertation, à laquelle plusieurs d’entre nous ont demandé à être entendus.

Succès du vélo. Le baromètre de la mobilité révèle qu’en 2020 un travailleur sur trois s’est rendu au travail à vélo, parfois en combinaison avec un autre moyen de transport. 14,6% ont enfourché leur vélo chaque fois qu’ils devaient se rendre au travail, comme le précise cet article de BX1. L’utilisation du vélo a ainsi augmenté de 9,1% par rapport à 2019. Les vélos électriques, la réalisation d’infrastructures cyclistes et la crise sanitaire expliquent sans doute cet heureux regain de popularité. La « voiture de société » reste cependant encore le mode de déplacement favori des Belges, mais bientôt du changement est en vue, on en reparlera.

image extraite du reportage Bois de la Cambre de BX1

Prendre soin de nos déchets

________________________________________

Billet d’humeur

« Bois de la Cambre hier matin. Toutes les poubelles débordent de canettes de bière et bouteilles de tous types, la plaine remplie de déchets et des équipes de nettoyage écœurées, à juste titre ». C’est ce que nous relate un lecteur du blog. BX1 consacre aussi un reportage à l’étendue du désastre et affiche la réaction sécuritaire du bourgmestre Close. Le futur de Bruxelles n’est-il pas aussi lié au civisme de ses habitants ? N’est-il pas trop facile de reprocher aux services de nettoyage de ne pas se trouver derrière chaque citoyen pour ramasser les déchets qu’il produit ? La rue et l’espace public ne sont pas des poubelles. Les préposés ne sont pas nos domestiques.

Ce n’est pas tous les jours que l’on découvre un billet moralisateur sur ce blog.  Ne s’agit-il cependant pas d’une question d’éducation ? Celle que donnent les parents, celle que dispense l’école, celle que fait respecter la police ? Non, la commune n’est pas là pour ramasser les détritus dispersés un peu partout, malgré la présence de quelques étudiants de l’ULB venus nettoyer.  Dans certaines villes japonaises, il n’y a plus de poubelles publiques. Et alors ?  Et bien, chacun emporte ses déchets et les trie à la maison. Un exemple à suivre ?

« On ne naît pas urbain. On le devient ». Education, prévention et finalement sanction, pourraient conduire à une forme de civisme dont chacun serait bénéficiaire. Famille, école, police, toutes ont  un rôle à jouer. Chacun d’entre nous pourrait y contribuer, pourrait intervenir aimablement lorsqu’il – ou elle – constate des incivilités, qui vont du mégot à la la canette jetée dans l’espace public au matelas déposé sur le trottoir. L’indifférence et le silence gêné ne feront pas régresser cette regrettable pratique.

photos Philippe Cattoir


L’Etat doit-il se mêler des cultes ?

___________________________________________

Avec tout ce qui se passe ces derniers temps autour l’Exécutif des musulmans de Belgique, il est permis de s’interroger sur l’intervention de l’État dans la gestion des cultes. Est-elle autorisée et nécessaire ? La religion ne relève-t-elle pas résolument de la sphère privée ? La politologue du CRISP Caroline Sägesser apporte des réponses dans un Courier hebdomadaire du 14 janvier 2021. Elle livre aussi une interview à Marie-Cécile Royen de l’hebdo Le Vif, que vous pouvez lire ICI « Un mauvais départ pour la politique des cultes ».

La Constitution belge protège la liberté de culte, son exercice public, ainsi que le droit de ne pas avoir de religion…. À côté de ces dispositions, il y a cependant, dès l’origine de notre régime des cultes, une tension irrémédiable entre l’interdiction faite à l’État de s’immiscer dans les affaires du culte (article 21 actuel) et l’obligation de financement par l’État des traitements des ministres du culte (article 181, § 1er). Il a le droit (et le devoir) d’exercer un contrôle sur la façon dont l’argent public est dépensé.

Pour ce qui concerne le culte musulman, seule une fraction des mosquées de Belgique (83 sur environ 300 affiliées à l’EMB) sont reconnues. Seule une minorité des imams est donc payée par le SPF Justice. Et ce d’autant plus que des mosquées reconnues rechignent à accepter un imam payé par le SPF Justice, préférant conserver un imam envoyé et payé par la Diyanet (ministère turc des Affaires religieuses). Toutefois, si une organisation religieuse fait le choix de demander un financement public, il est normal qu’elle accepte un certain nombre de critères et de contrôles, y compris sur la qualité de son personnel.

illustration extraite du site de Jean-Paul Betbeze

Plus vite qu’en avion et moins cher ?

_____________________________________________

Qui est plus rapide que l’avion ? Le train à sustentation magnétique, que les Chinois viennent de mettre au point. Il pourra atteindre la vitesse de 620 km/h et ils s’efforceraient même de porter cette vitesse à… 800 km/h. De quoi rivaliser avec la plupart des avions actuellement en service. Et cela sans compter le gain de temps lié à la proximité des gares urbaines et du temps d’embarquement réduit. Pour ce qui est du prix, tant que le kérosène des avions ne sera pas taxé comme les autres carburants, la concurrence restera faussée.

La réputation de l’avion plus rapide que le train est mise en doute par une étude de l’UCL qui prouve le contraire. En 2017, près de 4 millions de passagers ont pris l’avion alors qu’ils auraient pu gagner du temps et réduire leur empreinte carbone en prenant le train. En 2018 déjà, le comparateur de voyages en ligne GoEuro (aujourd’hui Omio) avait listé dix liaisons pour lesquelles les trajets en train étaient plus intéressants. Elles dégageaient un gain de temps, allant de 1h à plus de 3h20 par trajet.

La reprise 
« comme avant » du trafic aérien ne peut plus être d’actualité et l’accompagnement de la reconversion des salariés (notamment vers le rail) devient donc une priorité. L’extension des aéroports ne peut plus être autorisée. Alternatives Economiques s’en explique ICI. Même aux USA, où l’avion et la voiture sont les grands maitres, Joe Biden veut relancer le trafic ferroviaire dans son pays. Cela passera forcément par la création de premières lignes à grande vitesse.

Il ne faudrait donc pas que les aides européennes à la relance économique servent à développer un secteur aérien très polluant, qui doit accepter de devenir complémentaire au rail pour les très longues distances.

photo extraite du site Voyager à petit prix qui compare aussi les modes de transport

Sauver un espace vert en péril

___________________________________________

La ville de Bruxelles a lancé son Plan Canopée en vue développer et protéger le patrimoine arboré public. L’échevine des Espaces verts, Zoubida Jellab (Ecolo), veut rendre la ville plus résiliente et plus agréable à vivre. Elle précise que la question de l’arbre en ville, ou plus largement celle de la nature, constitue un axe désormais central dans les politiques urbaines. Elle veut rédiger une « Charte de l’Arbre » et même créer un poste de « Boommeester ». On ne peut évidemment que s’en réjouir. Cependant, à ce jour, tout ce que l’on constate c’est davantage d’arbres abattus que d’arbres plantés. Nous avons déjà signalé ICI les 128 platanes abattus avenue de Stalingrad et les 397 de la cité administrative.

Voilà que les habitants de Laeken nous signalent le projet de lotissement d’un site naturel remarquable. Ancienne pépinière du Domaine royal, on y retrouve toujours des fruitiers anciens et des arbres remarquables. A 10 minutes de la place Bockstael et à proximité du merveilleux Jardin du Fleuriste, se trouve le Mont Donderberg. Un poumon vert de 2,6 hectares qui n’a jamais connu de constructions. A l’état sauvage depuis plus de 50 ans, la faune et la nature y ont pleinement leurs droits. Les photos rassemblées sur le site établi par les riverains vous en diront plus sur son caractère exceptionnel et sur la beauté des chemins vicinaux qui seront éradiqués.

Certes, la Ville et la Région manquent de logements et se sont engagées à en construire. Bourgmestre et échevins ont développé leurs arguments dans la presse, mais les riverains rétorquent point par point. Ils sont résolument positifs et présentent d’autres solutions que celles du promoteur. Rien n’est perdu, puisqu’une Commission de Concertation doit se réunir en mars. Vous pouvez encore agir de deux manières: en signant cette pétition et en marquant votre opposition par mail à urb.commissionconcertation@brucity.be au plus tard ce jeudi 25 février. Un mail contre le projet HOP4 : PU-H13892020 et un contre la suppression des chemins vicinaux : SPEC-H212020).