Obstacles à l’isolation.

Capitale pour le futur de Bruxelles, l’isolation thermique pose problème. Si les travaux d’isolation à l’intérieur d’une maison ou d’un appartement ne demandent généralement pas de permis, ils posent cependant de nombreux problèmes techniques, dont dépose et repose des radiateurs, déplacement de canalisations, re-positionnement des interrupteurs et prises, ponts thermiques, sans compter la perte de place occasionnée par des moyens d’isolation pouvant atteindre 20 cm d’épaisseur.

Si l’isolation par l’extérieur du bâtiment pose peu de problèmes pour la façade arrière, il n’en va pas du tout de même pour la façade avant. Si elle est classée, il est exclu d’obtenir l’autorisation de la recouvrir de nouveaux matériaux. Même non classée ou protégée, la façade avant, dans une rue de maisons mitoyennes, ne va pas pouvoir empiéter de 20 cm sur le trottoir.

On se trouve devant un véritable dilemme: alors que l’isolation des logements est indispensable pour des raisons de facture énergétique et de diminution des gaz à effet de serre, elle s’avère impossible pour des raisons urbanistiques. La RTBF consacre un article bien documenté sur cette question. Le nouveau règlement d’urbanisme devrait prévoir un certain nombre de dérogations. En attendant, mieux isoler sa toiture reste immédiatement possible pour diminuer la source principale de perte de calories. Le programme Renolution et Homegrade peuvent apporter un soutien financier et technique.

Voile et libertés.

A l’heure où des femmes iraniennes manifestent pour leurs libertés au péril de leur vie, il n’est pas inutile de rappeler nos luttes passées pour exprimer librement nos opinons. Fini les livres mis à l’index, fini la censure préalable, fini de rester dans le placard. La liberté d’expression, c’est le droit de toute personne à exprimer ce qu’elle pense et ressent. Wikipédia en dresse un historique révélateur. Il valorise la place de l’individu dans le système social, pour aboutir à la consécration de la liberté d’expression comme norme juridique. Amnesty en résume assez clairement le contenu.

A Bruxelles, chacun est libre de développer des valeurs, des croyances, des opinions et dispose du droit de les manifester pacifiquement. Un communiste peut vouloir arborer la faucille et le marteau en boutonnière, un arc en ciel peut vouloir révéler une identité de genre, un étoile de David signifier une identité juive, une personne de religion musulmane peut affirmer son identité par le port d’un voile ou d’une barbe, un A peut révéler un anarchiste, une montre Rolex ou un foulard Hermès une certaine classe sociale, un triangle rouge un résistant aux idées qui menacent nos libertés fondamentales, …

En décidant de signifier ainsi une part de sa personnalité, la personne révèle publiquement une identité et la revendique. Elle s’expose ainsi à différents types de réactions de la part ceux et celles qui partagent – ou non – ces opinions ou croyances. Elle n’ignore pas qu’elle peut subir des exclusions ou des rejets – parfois violents et même punissables – tant dans la sphère sociale que professionnelle, mais elle estime nécessaire d’afficher cette part de sa personnalité. Tout le monde n’est pas d’accord avec cette prétendue « liberté », ni avec ses limites. Vous trouverez ICI un texte d’Henri Goldman et LA des premières réactions, qui ouvrent un débat qui n’est pas clos.

Si vos fenêtres captaient de l’énergie ?

C’est ce que la découverte d’une équipe scientifique suisse laisse entrevoir. Si toutes les fenêtres de nos maisons et bâtiments pouvaient capter la lumière et la transformer en énergie, nous pourrions très largement diminuer nos achats d’électricité.

Cette technologie consiste à utiliser un colorant photosensible à la surface d’un semi-conducteur pour convertir la lumière visible du soleil en énergie. Pas seulement la lumière solaire directe, mais aussi la lumière ambiante. C’est là que les Suisses ont battu le record d’efficacité des panneaux solaires entièrement transparents. Ils ont porté le rendement de conversion énergétique à 15 % en cas de lumière solaire directe et à 30 % en cas de lumière ambiante.

Le chaînon manquant: des photosensibilisateurs transparents capables d’ « absorber » la lumière dans tout le spectre de la lumière visible. Ce sont des molécules qui sont activées par la lumière. Cette révolution technologique pourrait ouvrir la voie à une mise en œuvre généralisée des fenêtres génératrices d’énergie. Vous en saurez bien plus dans cet article qui vous révèlera aussi d’autres sources scientifiques.

Happy Monday: vu ailleurs.

Transports illimités. Depuis un an, l’Autriche a lancé un ticket à 3 euros par jour permettant de prendre tous les transports en commun du pays en illimité. Cette mesure s’inscrit dans l’objectif de neutralité climatique en 2040. Mais pour les associations écologistes, le compte n’y est pas encore.

Encourager l’isolation. A Paris, le taux d’imposition de la taxe foncière passera de 13,5 % à 20,5 % en 2023. Cependant, une exonération totale est prévue pour les propriétaires engagés dans la rénovation thermique de leur bien et ceux « rencontrant des difficultés économiques », a précisé la maire de la capitale.

Jets privés bloqués. Des manifestants de Greenpeace et d’Extinction Rebellion se sont rassemblés autour des jets privés à l’aéroport de Schiphol à Amsterdam pour les empêcher de partir. Leurs revendications: moins de vols, plus de trains et interdiction des vols courts et des jets privés non nécessaires. On pourrait y ajouter la taxation du kérosène.

300 arbres. Inspiré par les tiny forest japonaises, c’est à Evere que plusieurs centaines d’arbres ont été plantés sur le terrain de l’espace de coworking Transforma. « L’écologie étant une valeur importante pour nous, planter une micro-forêt nous semblait être un objectif parfait. Cela permet d’avoir, à notre échelle, un impact positif pour la planète ».