Archives pour la catégorie Jeunes

Happy Monday: un nouveau parc urbain

______________________________________

Sur la friche de Philips et d’un magasin de meubles, la Ville a créé un parc de 10.000 m2 au coeur du pentagone. C’est nouveau et intéressant, parce que la plupart des 60.000 habitants du centre-ville ne disposent ni de jardin, ni même de terrasse ou de balcon. Bien sûr, il y a le parc de Bruxelles, mais il se situe dans une zone fédérale pratiquement sans habitants … et cela monte pour y arriver. Le « Parc Fontainas » a donc été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme en cette période de pandémie. S’y mélangent en toute quiétude, des familles avec enfants, des jeunes des kots étudiants, des sportifs, des personnes âgées, des amoureux, des habitants des quatre quartiers, qui se rejoignent au coeur d’une place Fontainas, désormais aussi plantée.

La conception du parc Fontainas a fait l’objet de nombreuses concertations entre la plupart de ses potentiels utilisateurs. S’il compte des espaces sportifs, du fitness de plein air, des lieux sécurisés pour les petits, les moyens et les grands enfants, il abrite aussi des tables de ping pong et du football de table en béton. Le parc se caractérise particulièrement par ses fossés et son aspect sauvage. On y a semé de la prairie, s’y succèdent donc des coquelicots, des marguerites, des bleuets, de la camomille …. et même des iris et des chardons. Cela peut surprendre et peut sembler assez négligé, mais cette flore varie au fil des saisons et assure une fort belle biodiversité au parc. Nous attendons l’avis des paysagistes d’OLM qui ont conçu l’environnement et que nous avons interrogés à propos de sa réalisation et de son entretien.

Les personnes rencontrées sur place se réjouissent de pouvoir profiter de cet espace vert unique. Ils expriment cependant quelques regrets. L’absence d’eau pour jouer, l’absence de fontaines d’eau potable, l’absence de toute toilette ou urinoir, trop peu des bancs, trop d’arbres morts, des poubelles trop loin des tables, la présence de redoutables orties. Ils déplorent aussi le manque d’indication du nom des arbres et plantes peu connus et l’absence de jardiniers attitrés, qui seraient aussi des gardiens de parc respectés. Ils pourraient également avoir un rôle éducatif pour associer les usagers au respect des lieux. C’est surtout le manque d’entretien des fossés et le nettoyage des tables qui est souligné ainsi que l’absence d’affichage de toute règle d’usage des lieux.

 

Happy Monday: rendez-vous avec l’eau

__________________________________________

Cet été, nombre de Bruxellois passeront finalement une grande partie de leur temps de vacances en ville. Océade a été vendu aux Polonais ! Et toujours aucun espace aquatique à l’air libre en vue. Reste la piscine du David Lloyd Clubs … pour ceux qui ont les moyens d’en être membres. En dehors de Bruxelles il y reste aussi le domaine d’Hofstade (Zemst) et d’autres espaces nautiques en Brabant dont ICI la liste.

Pool is Cool n’a pas pu réaliser sa piscine le long du canal à cause d’un coronavirus bien connu, ce sera donc pour 2021. Mais ils ne sont pas en reste: s’il fait chaud, ils vous proposent d’emprunter gratuitement leur Water Monster. Suffit de le relier à un tuyau d’arrosage de 20m et la fête commence pour votre mouvement de jeunesse, pour votre braderie de quartier ou dans un  simple espace vert ou même au centre d’un carrefour interdit à la circulation par votre commune. Pour un week-end ou quelques jours, il est entièrement équipé et le transport peut se faire avec une remorque à vélo  ou par une voiture normale. Jeunes et vieux enfants ne l’oublieront jamais.

Avec un peu moins d’eau, pourquoi ne pas se lancer dans le jeu de piste urbain pour adultes et enfants « Le secret du Manneken Pis » d’ Escape the City ? A jouer en groupe de 2 à 6 personnes. Infos pour d’autres aventures et inscription ICI. Belles vacances à la découverte de notre ville, de ses parcs et jardins. Déjà visité la Maison d’Erasme ? Les jardins de l’abbaye de La Cambre ? Le Jardin du Fleuriste ? Et pourquoi pas redécouvrir les villes de Flandre et de Wallonie ?

De l’eau, mais pas n’importe comment

Par ces chaleurs, si l’eau n’est pas accessible, elle n’est que pur prestige et sans utilité pour les citoyens. C’est le cas, par exemple, à Montgomery. (photo Gerec engineering ). On veut désormais de l’eau « jouable ».

Les activistes de Pool is Cool se manifestent régulièrement en faveur de l’accès aux plans d’eau de la ville. Vous pouvez même signer leur pétition. Pascal Smet se mobilise depuis 2007 pour une piscine en plein air, toujours pas en vue. A Copenhagen on a trouvé la solution (photo Danish Architecture Center (DAC). Avec toutes ces indispensables photos, j’espère que WordPress pourra respecter la mise en page …

D’autres villes ont appris à apprivoiser l’eau pour la mettre à disposition des citoyens.
Ici, un plan d’eau filtrée accessible aux enfants à l’avant du centre commercial de centre ville de Kyoto. Plus bas, une rivière artificielle à Tokyo avec eau filtrée et siège (planche) remis par l’indispensable gardien de parc. Tout en bas, plus mystérieux, mais toujours de l’eau accessible et même de la brume.

 

    

    

   

    

 

 

 

 

 

Que faire de nos statues ?

______________________________________________

Léoplod II vient de faire la une. Toutes les villes érigent cependant des statues à la gloire de leurs dirigeants, héros et bienfaiteurs … et les capitales héritent en plus de personnages qui ont fait l’histoire et la gloire du pays. Cela forme une sorte de livre d’histoire en plein air. C’est le bariolage de Léopold II qui a soulevé la question du sens de cette histoire et du maintien de certaines statues dans l’espace public. Personnellement, je serais plutôt favorable à leur maintien, parce qu’elles sont une partie de notre histoire. Par contre, je serais d’avis de modifier les inscriptions qui figurent généralement au pied des statues. Godefroy de Bouillon, 1er roi de Jérusalem, franchement ? Léopold II, roi bâtisseur et roi du Royaume Indépendant du Congo sans aucun commentaire à propos de « l’oeuvre civilisatrice de la Belgique au Congo » ?

Qu’une Commission – comme on les aime en Belgique – composée d’historiens et de philosophes, soit chargée de rédiger de nouvelles notices bi ou trilingues à apposer sur toutes ces statues commémoratives. Un exercice d’histoire critique et une information actualisée pour les générations à venir. Il ne peut s’agir de renier ou d’oublier notre passé et les agissements de nos aïeux, il s’agit de remettre tout cela dans son contexte et tenter de comprendre, mais pas nécessairement d’excuser, des actions que nous n’acceptons plus aujourd’hui. Godefroy de Bouillon ne doit pas être déboulonné, mais les croisades ne peuvent plus se résumer à  la délivrance du tombeau du Christ.

Si Anvers s’illustre par un une glorieuse statue de Silvius Brabo coupant la main d’un géant romain qu’il jette dans l’Escaut et Liège, par deux fiers taureaux, Bruxelles, avec son sens de la dérision, se contente d’un petit garçon qui se soulage en plein centre – ville et un Zinneke qui en fait autant rue des Chartreux. Nous n’avons pas que des rois et des princesses, nous avons aussi François Anneessens et les comtes d’Egmont et Hornes, tous trois décapités à la Grand-Place. Mais, nous nous nous asseyons  sur les genoux du bourgmestre Charles Buls et nous avons statufié Tintin, Gaston, Jacques Brel, Nasreddin, Madame Chapeau, un policier qui chute … et bien cachées dans un pavillon du Cinquantenaire, nous illustrons « Les Passions Humaines » avec Jef Lambeaux. Et vous, qui voulez-vous voir statufié à Bruxelles ?

 

Respect et forces de l’ordre

__________________________________

Ces dernières semaines, la presse a relevé à plusieurs reprises des problèmes sérieux de manque respect au sein des forces de l’ordre, de manque des respect à l’égard de citoyens contrôlés et de manque de respect à l’égard de policiers en service. Il est fait état ICI de harcèlement sexuel au sein du personnel des zones de police, ICI d’interventions musclées ou risquées vis-à-vis de jeunes et ICI d’agressions de policiers dans l’exercice de leur fonction par des citoyens excités, sans parler des véhicules de police caillassés ou incendiés par des jeunes.

En démocratie, nul ne peut se faire justice lui-même. A Bruxelles, le maintien de l’ordre public est de la responsabilité des bourgmestres, qui disposent d’un corps de police pour faire respecter la tranquillité, la sécurité et la santé publiques. Les policiers ne peuvent agir que sur une base légale et leur intervention doit être proportionnelle au but poursuivi, selon la News Juridique d’Infor Jeunes. Chaque citoyen devrait éprouver le sentiment que la police est là pour faire respecter la loi avec équité, qu’elle est au service de toutes et de tous et qu’elle est là pour protéger chacun.

Pour être respectée, la police doit évidemment être irréprochable et mériter le respect qui lui est dû. Les harcèlements au sein du corps de police, les interventions musclées non justifiées et la fin tragique de plusieurs poursuites ont sérieusement entamé ce respect. Ces abus de pouvoir doivent être sanctionnés pour restaurer la confiance. Une partie de la population n’a plus confiance, ne se sent nullement protégée par la police et cela doit changer. A l’inverse, il ne peut – en aucun cas – être toléré que des représentants de l’ordre soient l’objet de violences physiques de la part de citoyens sur les sentiers glissants du sentiment d’injustice, de la colère ou de la trahison. Eux aussi doivent être immédiatement sanctionnés. Il en va du maintien de l’Etat de droit.