Archives pour la catégorie Jeunes

Vendredi on marche pour le climat

 

Figure de proue du mouvement des jeunes pour le climat, Greta Thunberg sera à nouveau présente à Bruxelles ce vendredi 6 mars, dans le cadre d’une grève européenne pour le climat. La nouvelle marche s’élancera à 14h00 de la gare Centrale en présence de nombreux représentants européens du mouvement ‘Fridays for future’. La DH en dit plus ICI.

Dans un autre article, la DH évoque un certain découragement chez les étudiants, qui estiment que leur mobilisation n’a servi à rien. Si vous pouvez vous libérer vendredi à 14h pour les rejoindre à la gare centrale, votre soutien pourrait être utile, à la fois pour faire nombre et pour leur prouver que les adultes se soucient de la planète qu’ils vont leur laisser en héritage.

Parmi les actions déjà entreprises, la lutte contre les sacs en plastique à usage unique est sans doute une des plus réussies, même si elle ne constitue qu’un petit maillon des combats à mener. Leur disparition progressive en a déjà fait un objet de collection aux Etats Unis, comme le révèle ironiquement cet article richement illustré du New York Times.

Pourquoi des réseaux d’enseignement distincts ?

_____________________________________________

Issu de la « guerre scolaire » des années 50, le Pacte scolaire signé en 1959 consacre « la liberté du père de famille » qui permet de choisir librement entre l’enseignement officiel et l’enseignement libre, essentiellement catholique. Caroline Sägesser du CRISP, s’est livrée à une étude qui relève les désavantages de notre système scolaire, organisé en deux piliers concurrents. L’étude citée dans La Libre est publiée in extenso dans la revue Politique. On peut supposer que tout le monde ne partage pas cette analyse ouverte aux commentaires.

« Historiquement, l’école officielle s’est présentée comme « l’école pour tous », une caractéristique revendiquée aujourd’hui également par l’école catholique, qui désire « accueillir chacun dans le respect de la différence ». Ces écoles intègrent tant une pluralité de convictions et de cultures que la reconnaissance des réalités profanes. « Leur objectif est d’accompagner les enfants et les jeunes dans leur recherche de sens en les ouvrant à la dimension spirituelle ».

Caroline Sägesser relève qu’aujourd’hui de nouvelles écoles confessionnelles se situent dans un projet différent, dont il est peut-être opportun d’interroger la pertinence pour la société de demain. Veut-on, en poursuivant une organisation « pilarisée » de l’enseignement, promouvoir un nouveau développement d’un enseignement strictement confessionnel ?

 

Luc Tuymans piège Jan Jambon

________________________________________

Bozar lui avait consacré une impressionnante rétrospective. Venise l’a reçu en 2019. Le monde entier l’invite et le reconnaît comme un des plus grands artistes contemporains. Jan Jambon voulait lui remettre solennellement le Grand Prix des Ultimas. Qu’allait faire Luc Tuymans, grand pourfendeur du nationalisme ? Il a laissé la chaise vide, mais a envoyé deux jeunes filles récupérer les 20.000€ qu’il va remettre à un studio de danse pour jeunes venus de tous les horizons, Let’s Go Urban, dirigé par Sihame El Kaouakibiaux. La RTBF en dit plus ICI et La Libre en dit plus LA.

Dans son travail, ce qui intéresse l’artiste c’est le résidu des choses. « Ce qu’on voit une fois qu’on a fermé les yeux ». Les images qu’il stocke sont « moches, instables, avec des imperfections qui leur donnent une dimension picturale». Car « dans les peintures, il faut toujours un point faible ».

Comme  le grand Gerhard Richter et comme la sublime Sud-Africaine Marlene Dumas, il accumule des images dans sa tête, leur laisse le temps, ne les utilise pas toujours immédiatement. Il peint ensuite d’une seule traite. « J’ai toujours le trac avant de commencer. C’est une action précise, spécifique, il faut qu’on ressente l’intensité et l’intention. »

une courte vidéo de TV5 Monde

https://culture.tv5monde.com/arts-et-spectacles/expo-le-peintre-belge-luc-tuymans-nous-invite-a-questionner-l-histoire-et-les-traumas

Climat: peut mieux faire

________________________________________

Les jeunes exigeaient le vote d’une « Loi Climat », un document rédigé par des universitaires. Il ne s’est pas trouvé de majorité au parlement pour opérer les modifications à la Constitution nécessaires pour la voter. Alors, sous contrainte européenne, la Belgique – en affaires courantes – a additionné à ses propres plans, ceux des Régions pour présenter à l’Europe un texte pour un « Plan Climat Énergie » dit améliorable.

Une copie peu ambitieuse qui nous a fait reculer de quatre places dans le classement de l’Indice des Performances climatiques 2019. Classée 35ème, la Belgique figure pour la première fois parmi les pays à mauvais score climatique. Reste à attendre la réaction de la Commission d’Ursula Von der Leyen et celle des jeunes.

S’il faut se réjouir de voir le fédéral s’engager à investir 35 milliards dans les chemins de fer d’ici 2030, on s’étonne aussi de découvrir que l’Etat subsidie toujours les énergies fossiles et va attendre 2021 pour établir un plan pour réduire ces subsides et puis les supprimer en 2030. Les lobbies ont dû bien travailler .

Happy Monday: ils nous débarrassent des mégots

___________________________________________

« Tout le monde peut le faire, c’est un geste simple et rapide. Il suffit de prendre une bouteille et de la remplir ». En quelques jours, des milliers d’internautes ont relevé le défi, certains ne se limitant pas à une seule bouteille, photo à l’appui sur les réseaux sociaux. A Bruxelles, le mouvement « Leo Not Happy » s‘est développé depuis 2016. Les Français ont lancé « Fill the Bottle » qui cartonne sur lnternet et participe à la lutte contre l’incivilité des fumeurs, qui prennent la rue pour une poubelle et n’hésitent pas à y vider leur cendrier de voiture.

Selon les militants, à lui seul, un mégot peut contenir jusqu’à 4200 substances chimiques, polluer 500 litres d’eau et il prend jusqu’à 15 ans pour se dégrader. C’est dire qu’il ne s’agit pas d’un simple déchet. 137 000 mégots sont jetés chaque seconde en rue dans le monde, soit 4 300 milliards par an. D’où l’idée de faire contribuer les fabricants de cigarettes à la collecte de leurs déchets. Pollueur / Payeur.

« Dites Monsieur ? ».  Le bon mégot reste celui dont le fumeur se charge.  Il y a les cendriers de poche, les poubelles adaptées, l’obligation de placer des cendriers en terrasse. La Ville de Bruxelles vient de lancer une campagne de dissuasion et de doubler le montant des taxes qui pénalisent ces incivilités, mais le nombre de flagrants délits reste assez faible et donc encore assez peu dissuasif. Wecircular s’est équipé pour  recycler les mégots. A Tokyo, c’est plus radical: interditction de fumer en rue – sauf quelques petits (et grands) espaces publics aménagés pour recevoir les fumeurs dans l’espace public.

Tokyo: petit fumoir de rue                      Bangkok: interdit de voir les cigarettes dans les magasins