Archives pour la catégorie Santé

La voiture individuelle bannie d’Oslo

____________________________________

Une mesure radicale, annoncée par Le Temps, pour le centre d’Oslo. Elle était prévue pour cette année, mais remise suite à une opposition qui la qualifie de « liberticide ». La ville a donc opté pour des mesures dissuasives: suppression de 700 places de parking, zonage rendant impossible la traversée du centre en voiture, piétonnisation de rues, renchérissement des péages urbains… « En 2020, on aura supprimé l’essentiel des voitures particulières du centre-ville. En dehors de celles pour handicapés, il n’y en aura plus».

La voiture individuelle – même électrique –  a-t-elle encore sa place en ville alors que 75.000 personnes et 35.000 élèves défilent dans les rues pour un air pur et une planète bleue ? Dans le même temps le roi inaugure cependant un Salon de l’Auto qui a accueilli 542.566 visiteurs, alors que le  » #WeAreMobility «  voisin n’a convaincu que 36.000 visiteurs … La voiture individuelle appartient déjà au passé, mais la résistance des amoureux de l’auto sera forte … il faudra oser leur en faire payer le prix et utiliser ces revenus pour développer rapidement des alternatives durables.

En Belgique, la congestion coûterait annuellement quelque 8 milliards. 70% de l’espace public  bruxellois serait consacré à la voiture, qui passe cependant le plus clair de son temps (97,9%) à être immobile. C’est le très sérieux quotidien économique L’Echo qui épingle ces rappels dans un article intitulé « Vroum, vroum ».

Avez-vous peur des pauvres ?

_________________________________________

Ils ne nous ressemblent pas. Ils ne nous ressemblent plus. Ils incarnent ce que nous ne voulons pas pour nous, ni pour nos proches. Les pauvres seraient-ils les nouveaux pestiférés, les intouchables de notre société ?  La peur ou l’indifférence qu’ils suscitent a donné naissance à un nouveau terme: la pauvrophobie.

Au coeur de la ville, la pauvreté s’affiche comme une réalité quotidienne. Selon Statbel, un Belge sur cinq n’arrive pas à joindre les deux bouts, et à Bruxelles ce serait  pire. « Les plus démunis et en particulier les sans-abri souffrent de l’ignorance et souvent de la condescendance de la société. Un isolement, un sentiment de déshumanisation qui sont parfois plus douloureux encore que la précarité elle-même. » RTBF – L’envers du décor sur 7 à la Une. En attendant une révolte du peuple des bas revenus ? déjà présente dans le mouvement des gilets jaunes.

La présence des personnes pauvres en rue, dans le métro, à côté des banques et des temples de la consommation, donne un visage au phénomène de la pauvreté au XXIè siècle. Difficilement supportable. Les cacher ou les bannir n’est en aucun cas admissible. Ce ne sont pas les pauvres qu’il faut chasser, mais la pauvreté et les bandes organisées qui les exploitent. Comment sont-il si nombreux à passer entre les mailles du filet social développé par notre société d’abondance ? La chute peut être rapide: une séparation, une perte d’emploi, des dettes, une maladie mentale ou physique, un choc. La générosité et la compassion n’en viendront pas à bout. Mais, si vous pouvez un regard, un sourire, une parole vraie, c’est  » un retour parmi la communauté des humains « , me dit quand même une ancienne assistante sociale – aujourd’hui sans domicile fixe.

Non, pas de photo.

Happy Monday: les brosseurs ces héros !

_____________________________________

… et ces héroïnes !  Il ne s’agissait pas d’école buissonnière, ni d’une balade romantique. La pluie, le froid, les menaces des Communautés et de certaines directions d’école, n’ont pas découragé 12.500 jeunes de revenir à Bruxelles jeudi dernier pour exiger leur droit à un héritage sain auprès d’une génération et d’une classe politique qui manquent de courage et de volonté. Il y a des mesures impopulaires à prendre et une répartition des richesses à revoir. Elles s’imposent d’urgence à tous les partis. Merci à la génération montante de le rappeler avec détermination et dignité. Bravo ! 12.500 fois bravo !

Du côté des Communautés et des écoles, la prudence était de mise. Loin de se réjouir de la mobilisation de leurs élèves, certaines ont veillé avant tout à dégager leur responsabilité. Ont interdit de participer, ont exigé des décharges des parents ou proféré des menaces sérieuses après plus de 3 absences aux cours injustifiées. Même des heures de retenue pour arrivée tardive. D’autres établissements ont décidé de soutenir le mouvement, d’accompagner les élèves, d’organiser une « excursion » à Bruxelles, de les encourager du bord du trottoir. Vous aurez vu tout cela dans la presse et ICI vous lirez la belle carte blanche d’un David Van Reybrouck ému dans De Morgen.

Les deux jeunes filles, qui ont démarré l’action en Flandre et rejoint Youth for Climate Belgium, veulent étendre leur mouvement à tout le pays. Elles s’organisent et rêvent de faire de la capitale de l’Europe le point de départ de l’indignation de toute une génération. Du jamais vu, pas même en mai 68.

“ Wij zijn de eerste generatie die de concrete effecten van de klimaatopwarming beleeft en de laatste die er iets kan aan doen”. Traduction:  Nous sommes la première génération à  vivre les effets concrets du réchauffement climatique et la dernière à pouvoir y porter remède.

Youth for Climate Belgium on Instagram

Pas d’huile de palme dans mon réservoir

______________________________________

Savez-vous que la majorité de l’huile de palme importée et subventionnée par l’Europe est utilisée pour produire de l’essence ? Ces carburants n’ont cependant de vert que le nom. Leur impact est trois fois supérieur sur le dérèglement climatique par rapport au diesel classique, du fait de la déforestation qu’ils entraînent. Pour les produire, ce sont des millions d’hectares de forêts primaires qui sont détruits, privant la population indigène des ressources de la forêt et les orangs-outans de leur milieu naturel et les condamnant à mourir de faim.

Si l’Indonésie et la Malaisie continuent à détruire la forêt de l’ile de Bornéo pour aligner des palmiers à huile cultivés industriellement, c’est parce qu’il y a une forte demande d’huile de palme bon marché et que ce commerce est très rentable pour leurs gouvernements et quelques (très) gros producteurs. La seule manière de freiner cette déforestation c’est de restreindre la demande et d’arrêter de subventionner cette huile, comme la France vient de le décider.

Les membres de la Commission européenne ont jusqu’au 1er février pour prendre la décision d’arrêter les subventions à l’huile de palme dans toute l’Union. Il faut donc aller vite. Que pouvez-vous faire ? Signer la pétition rédigée par des citoyens conscientisés et bien informés. Vous pouvez aussi rejoindre la manifestation qui aura lieu à Bruxelles lundi prochain et dont les détails pratiques suivront.

Cliquez sur les orangs-outans pour pour signer et les sauver !

Cliquez sur les orangs-outans pour les sauver
Cliquez sur les orangs-outans pour signer et les sauver

 

En grève scolaire pour le climat

_______________________________

Ils et elles sont jeunes. Sont Flamands. Etudient à l’athénée de Mortsel. Brosseront les cours tous les jeudis. Iront protester à Bruxelles pendant deux heures à la rue Royale, contre l’inaction du gouvernement en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Les autres écoles sont conviées à les rejoindre. Filles et garçons en ont marre de voir les politiciens leur voler leur avenir. Leur modèle: Greta Thunberg la jeune suédoise qui proteste chaque semaine à Stockholm.

C’est le combat d’une génération, dont les plus déterminé.e.s ont compris qu’il fallait agir pour préserver leurs conditions de vie future.  » Pourquoi continuer à étudier si nous n’avons pas d’avenir ? 75 000 personnes marchent pour soutenir l’ecopact, deux jours plus tard la Belgique figure parmi les rares pays qui ne le signent pas. Nous creusons notre propre tombe « .

Daardaar a traduit l’article de Gazet Van Antwerpen. VRT NWS nous informe en français et affiche des réactions  positives de l’école in het Nederlands.
Le mouvement prendra-t-il de l’ampleur ? S’étendra-t-il à la partie francophone des écoles ?