Archives de catégorie : Santé

La confiance se mérite chaque jour

Le billet sur le devoir de transparence continue à faire l’objet de réactions et de commentaires sur le blog, comme ceux que vous pouvez lire au bas de cette page. Non, ce billet ne peut s’assimiler une campagne anti vaccin, ni à une introduction à la théorie du complot. Faute de traitement agréé, la vaccination reste la meilleure manière de freiner la dispersion du virus. N’est-il cependant pas normal d’exiger une information claire et complète – sans exagérer ni minimiser – si on désire que la personne donne son accord en parfaite connaissance de cause. Le  « consentement éclairé du patient » figure à l’article 8 de la loi du 22 août 2002.

En vue de stimuler une vaccination qui tarde, des autorités et des médias n’hésitent plus à passer de l’information à la propagande, voir même à utiliser des moyens de pression et de discrimination. Dans son invitation à se faire vacciner, envoyée aux jeunes, la Cocom se permet d’écrire « Tous les vaccins sont efficaces, sûrs et fiables. Chaque vaccin a fait l’objet de tests approfondis ». Par contre rien pour démentir les propos sur la fertilité ou le magnétisme qui circulent dans les médias sociaux. Mis au courant de cette situation, le délégué général aux droits de l’enfant estime ne pas pouvoir agir. Il y a fort heureusement le groupe de réflexion «Covid Rationnel», dont les propos sobres et remarquablement documentée, méritent notre attention.

Sur le blog Cosmopolite Henri Goldman écrit : « À Bruxelles, le refus de la vaccination est-il autre chose que la marque d’une très large méfiance des classes populaires à l’égard des autorités, qu’elles soient politiques, médiatiques ou scientifiques ? C’est simple : on ne les croit plus et donc on ne suit plus leurs consignes. Dans une société où, à l’occasion de la pandémie, toutes les inégalités se sont exacerbées – souvenons-nous de l’injonction à rester chez soi dans des logements exigus et de la police qui patrouillait dans les quartiers populaires pour faire rentrer les ados chez eux –, il me semble qu’on peut comprendre qu’on ne se précipite pas quand le maître siffle ». Renaud Maes, sociologue et rédacteur en chef de La Revue Nouvelle ne dit pas autre chose ICI.

photo Marisol Benitez pour Unplash

Le devoir de transparence

Le droit à la vérité a suscité rapidement quelques réponses. Commentaires visibles en ligne et d’autres reçus à mon adresse mail. La réflexion se poursuit ici avec vous.

Je vous ai promis des chiffres peu relayés par la presse, à propos des effets des vaccins Covid 19 et leur répartition par marques. 10.869 rapports d’effets indésirables ont été notifiés par la Belgique à la base de données européenne de pharmacovigilance. Les chiffres sont ICI. On y trouve 202 décès déclarés covid, mais seulement quatre jugés indiscutables. Aucune mention des efforts mis en œuvre pour documenter les 198 autres. Pas considéré comme urgent ? La vaccination de masse produit cependant une mortalité inédite mais déniée, car elle menace l’idéologie de la vaccination intégrale portée par les industries pharmaceutiques, les  gouvernements et les principaux médias. 

La transparence ne s’impose-t-elle pas aux pouvoirs publics s’ils désirent être écoutés et suivis ? Lorsque Maggie De Block a constaté qu’elle n’avait pas renouvelé la réserve stratégique de masques périmés, elle a affirmé que les masques ne servaient à rien. Quand il a fallu les rendre obligatoires, elle a perdu toute crédibilité. La science « officielle » n’a pas toujours fait bon ménage avec la vérité. Chacun veut cependant savoir, afin d’établir la balance risques/bénéfices de l’offre de vaccination, en fonction de son âge, de sa santé, de son immunité. Pourquoi pas avec nos généralistes, trop souvent laissés hors circuit.

Vous lirez aussi avec intérêt cette lettre d’un jeune de 30 ans aux boomers qui nous menacent d’un pass sanitaire, si nous ne courons pas nous faire vacciner. Pour lui, on ne gouverne pas par la peur.

transparency by Anh Tuan To by Unsplash

Convaincre ou contraindre ?

Faute de traitement agréé contre la Covid-19, la vaccination reste sans doute la seule manière de protéger la population bruxelloise contre la dissémination du virus et de son redoutable variant Delta. La Flandre et la Wallonie sont largement vaccinées. Bruxelles est à la traîne, particulièrement dans les quartiers à population précarisée. Une population que les messages traditionnels et les médias n’ont que peu touchée. Le risque de contamination entre personnes vaccinées semblerait pourtant chuter de 90%.

Pour accroître le nombre de personnes vaccinées, faut-il convaincre ou contraindre ? Quelle pourrait être l’efficacité de chacune de ces stratégies ? Bruxelles compte (enfin) multiplier les lieux de vaccination proches de la population: écoles,  entreprises, marchés, commerces comme Primark ou Action. C’est assurément une manière de toucher une nouvelle population. Cela sera-t-il suffisant pour quitter le rouge foncé qui stigmatise lourdement Bruxelles ?

Le gouvernement bruxellois réfléchit à la généralisation du Corona Safe Ticket, une sorte de pass sanitaire, qui pourrait être exigé pour entrer aux concerts, aux spectacles, aux compétitions sportives, voire même au restaurant. En France on connaît. Cela ne manquera pas de créer deux types de citoyens: les vaccinés et les autres. Cela pourrait même générer de la colère. A la fin d’un article du Soir, Celine Nieuwenhuys estime que la clé, c’est le contact humain direct. Une occasion de réparer quelque chose avec ceux qui sont les plus éloignés de la démocratie, des institutions et aussi de leur santé: 40 % des Bruxellois n’ont pas de médecin traitant pour les informer et les conseiller. Deux abonnés du blog développent ICI d’autres points de vue.

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20608

Photo par Angelo Esslinger de Pixabay 

Quel avenir pour votre voiture ?

Si c’est une diesel, dans un peu plus de 8 ans, elle ne pourra plus circuler à Bruxelles, ni d’ailleurs dans la plupart des pays européens. 5 ans plus tard ce sera pareil pour les voitures à essence. Il va donc s’agir de penser à une alternative, lorsqu’il sera question de remplacer votre véhicule. Le meilleur choix pour la qualité de l’air de la ville et pour la planète sera toujours la voiture que l’on ne remplace pas. Si elle vous est cependant absolument indispensable, la voiture électrique sera compétitive pour les courts trajets, elle dispose de moins d’autonomie, d’un temps de rechargement fort long et de batteries aussi lourdes que difficiles à recycler. De plus, elles utilisent des quantités très importantes de métaux sur lesquels les Européens n’ont aucune maîtrise (Ni, Mn, Co, Li, …)

Bientôt, il y aurai davantage de voitures à hydrogène, qui ne rejettent que quelques gouttes d’eau. Tandis que les constructeurs européens se centrent sur la voiture à batteries,  Toyota (Japon) et Hyundai (Corée du Sud) entrent en concurrence avec des voitures à hydrogène de série et la Chine abandonne la voiture à batteries au profit de l’hydrogène à coups de subventions. C’est dire si dans quelques années les prix vont chuter et les rendre plus accessibles. Reste la question de l’approvisionnement. Si le plein se fait en 3 minutes, Bruxelles ne dispose d’aucune station de remplissage. Les plus « proches »  à Zaventem et à Hal. La Région ne semble pas avoir l’intention de susciter l’installation d’une station sur son territoire, alors qu’elles se multiplient en Europe. L’Echo livre son état des lieux.

Et pourtant, la STIB va tester un bus à hydrogène et Bruxelles Propreté un camion de ramassage. En Allemagne Hyundai investit dans le développement de stations à hydrogène et  la police a réceptionné sa première  Hyundai Nexo à hydrogène, pour diminuer le niveau de pollution des villes. Toyota a déjà fourni 600 taxis à hydrogène à Hype pour Paris. Hype veut en installer 60 à Bruxelles, mais tarde à voir venir un appel d’offre régional pour de nouvelles licences. En matière d’énergie, c’est l’offre qui crée la demande et la Région aurait bien tort de mettre tous ses œufs dans le même panier: celui de la voiture à batteries. Et l’usager, lui il veut pouvoir effectuer un choix libre. Affaire à suivre.

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20578

photo  Zaventem Air Liquide Benelux

Le futur vert de Bruxsels

Le futur vert de la ville est déjà là. Oui, la rivière Molenbeek a refait surface, je l’ai croisée. Depuis plusieurs années, l’administration Bruxelles Environnement s’efforce de remettre nos cours d’eau enterrés à ciel ouvert et de relier des espaces verts entre eux pour favoriser les déplacements de la faune et pour développer la biodiversité. Un maillage vert et bleu. Les résultats des différentes étapes sont désormais bien visibles et chacun peut déjà en profiter. Le nord de Bruxelles a désormais aussi son « Bois de la Cambre ».

Le ParcRoi Baudouin. Vous connaissez ? Un lecteur m’y emmène. Fini le gazon tondu style terrain de golf. Une immense prairie fleurie vous accueille. Plus loin des lacs, des joncs, un jet d’eau, des jeux inédits pour les enfants et la rencontre avec une très grande diversité de canards et hérons. Plus loin, coule paisiblement le Molenbeek. Il faut souligner le travail remarquable assumé par les équipes de Bruxelles Environnement, aussi créatives que scientifiques. L’entretien et la signalétique des parcs qu’ils gèrent sont à la hauteur de leurs projets, souvent plus performants et professionnels que ceux des communes. VisitBrussels dresse un bref aperçu des lieux. 

En face, sans transition, c’est déjà le bois du Laerbeek, les marais de Jette et de Ganshoren, le Poelbos, le bois de Dieleghem … plus de 100 hectares d’espaces verts avec leur flore, leurs oiseaux et leurs lièvres qui gambadent. Mais aussi des espaces de jeux hors du commun, la Ferme des Enfants, la terrasse de la Maison Normande. On s’approche du Payottenland, cher à Bruegel. Une vraie journée de vacances à Bruxelles. Si vous ne connaissez pas, je vous convie à découvrir le site à vélo ou depuis la ligne S10, arrêt gare SNCB de Jette ou avec le nouveau tram 19 ou encore les bus 13, 14 et 88. Bien du plaisir.

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20447

photos Bruxelles Environnement, VisitBrussels et Agence urbanisme Philippe Thomas