Archives pour la catégorie Santé

Etes-vous contaminé ?

____________________________________________

Sans doute ne savez-vous pas si vous avez été contaminé par le Covid-19, parce que vous n’observez aucun des symptômes liés au virus et que vous ne vous êtes pas fait tester récemment. Mais l’Etat, lui il le sait, puisqu’il publiait hier dans La Libre qu’un total 62.123 contaminations ont été recensées en Belgique et que la moyenne cette semaine était de 85 cas journaliers, situation stable et rassurante, par rapport à la semaine précédente selon Sciensano.

Et si demain 50.000 Bruxellois.e.s décidaient de se faire tester ? on découvrirait inévitablement un certain nombre de « nouveaux positifs » qui feraient monter brusquement la moyenne et vraisemblablement craindre une deuxième vague à Bruxelles. La Belgique teste peu, normal donc qu’elle recense relativement peu de personnes contaminées. Si les chiffres des hospitalisations et des décès ont une base claire et indiscutable, ne faut-il donc pas se demander ce que signifient les chiffres des contaminations ? et quel est leur intérêt ?

Cela reste un mystère pour moi. Quelqu’un a-t-il une réponse ?
Même si ils devaient devenir la cause d’une explosion des moyennes, ne serait-il pas judicieux de multiplier les tests volontaires ? Le matériel existe, l’Université de Liège serait en mesure réaliser plus de 50.000 tests par jour. A partir de ces informations, en cas d’augmentation sensible des personnes contaminées, des confinements ciblés pourraient éviter de confiner inutilement et massivement tout un pays. C’est une question ouverte, qu’il serait nécessaire de poser, quand on sait ce qu’à coûté le lockdown de la ville, tant sur le plan social, scolaire, sanitaire et émotionnel que sur le plan économique.

 

Chef d’œuvre en péril

On vient du monde entier pour visiter la cité-jardin Floréal – Le Logis à Boitsfort. Une utopie devenue réalité en 1921, grâce aux travaux de l’urbaniste Louis Van der Swaelmen et à l’architecte Jean-Jules Eggericx, proches des réalisations de l’urbaniste anglais Ebenezer Howard. Erigée sur des terres agricoles de bord de ville, cette cité-jardin devait assurer une transition entre ville et campagne, favoriser un meilleur contact avec la nature et entre les habitants. Une nouvelle conception sociale, hygiéniste et urbanistique de la vie en ville. Si son modèle n’est pas reproductible partout, au vu des surfaces nécessaires à son installation, on est face a une cité historique, qui a d’autant mieux assumé son rôle, qu’elle freine l’exode urbain et offre une présence de la nature en ville, dont le covid-19 et le réchauffement climatique ont démontré l’urgence.

Au centre de cette cité, un vaste terrain agricole de 3 ha, appartenant à Floréal-Le Logis, est resté agricole grâce à l’initiative citoyenne de l’asbl Ferme du Chant des Cailles. On y trouve des potagers collectifs dont des parcelles pédagogiques pour les écoles du coin,, ainsi qu’un pôle professionnel qui comprend un élevage de moutons, du maraîchage, un jardin d’herbes aromatiques, qui fournissent une dizaine d’emplois et nourrissent 400 personnes. Mieux qu’un parc décoratif, ce qu’il y a de plus extraordinaire, c’est le nombre d’habitants qui contribuent au succès de ce « parc agricole », qui l’entretiennent et s’en nourrissent, sans que cela coûte un centime à la commune ou au contribuable. Une étude universitaire analyse les contours de cette initiative exemplaire et toujours d’avant-garde.

Un avenir compromis ? Bientôt un tiers de cet espace pourrait être loti (p. 11 à 13)  par la SLRB pour accroître le nombre de logements sociaux. Bruxelles manque en effet cruellement de logement sociaux, mais faut-il pour autant sacrifier la qualité de vie exceptionnelle des habitants actuels et futurs du site ? attenter à une image visionnaire de la ville de demain ? L’étude SAULE qui est clôturée, propose différentes solutions permettant de créer un nombre équivalent de logements sociaux, tout en préservant les précieuses terres arables, l’activité citoyenne qui s’y déroule et la cohésion sociale de tout un quartier qui s’y renforce

photos du site La Ferme du Chant des Cailles

Quelle architecture pour la ville de demain ?

_______________________________________

Un billet invité de l’architecte David Roulin

David Roulin est bruxellois et dirige le bureau Art & Build Architects. Le confinement imposé a été l’occasion pour lui de préciser la vision de l’agence quant au futur de l’architecture urbaine. Il constate que la nature n’a pas attendu les architectes et les urbanistes pour concevoir des structures parfaitement adaptées à une fonction et à un contexte. Pour lui, s’inspirer de la nature, c’est tendre vers cet idéal, c’est concevoir un bâtiment comme un organisme vivant, évolutif, réactif et résilient. C’est apprendre à composer avec ces règles invisibles qui ont produit autant de richesse, de diversité et de beauté sur notre planète. La ville elle-même s’apparente à un organisme vivant, composée de cellules, de tissus et d’organes qui interagissent entre eux, réagissent à leur environnement, vieillissent, sont parfois malades et possèdent la faculté de se régénérer, d’opérer une mutation.

Il pense qu’il faut arrêter d’opposer ville et nature. Les individus ont besoin de la ville, et la ville a besoin de la nature. Les deux notions sont parfaitement compatibles pour autant qu’un juste équilibre soit préservé, en respectant le vivant. La ville est un extraordinaire laboratoire de recherche quant à l’évolution de nos comportements et de notre manière de construire, et les concepteurs du cadre de vie sont en première ligne de cette recherche, cristallisant dans leurs réalisations toute la complexité de ce qui fait l’organisation des êtres humains sur terre.

Il se montre un fervent partisan du bois et des circuits courts. La construction bois démontre chaque jour ses vertus, non seulement en matière d’empreinte carbone et de bien-être des occupants, mais aussi en matière d’organisation des chantiers grâce à la préfabrication. La période de confinement a aussi révélé un autre enjeu de la ville de demain, celui de la mixité des usages. Nous pouvons parfaitement vivre, travailler et consommer dans un périmètre restreint voir dans un seul et même immeuble. La terrasse est apparue, en période de confinement, comme un complément indispensable de notre espace de vie. Végétalisée ou non, elle est un lieu de respiration, de décompression. David Roulin parle aussi de mixité, de la nécessaire convertibilité des bâtiments et de notre espace vital. Cliquez ICI pour lire l’intégralité de son intervention et découvrir d’autres photos.

Biotope_Biodiversity in the City

L’avion mis au pas par le covidus ?

________________________________________

Les Bruxellois survolés, de jour comme de nuit, vont-ils pouvoir retrouver leur santé physique et mentale grâce à un redoutable virus ?

« Moins d’avions et des prix de billets plus élevé : le COVID-19 va ébranler l’aérien. On ne voyagera plus en avion comme avant » c’est Raphaël Meulders qui l’affirme dans La Libre. Il répond aussi à ces deux questions: « Le train, la voiture ou le bus vont-ils supplanter l’avion sur les courtes distances ? »  « Est-ce la fin de l’heure de gloire pour les compagnies aériennes ? ». Le journaliste s’en explique ICI et encore LA. Il est aussi question du remplacement de l’avion sur les courtes distances par le train. Une résolution du PS vise à soutenir financièrement les trains de nuit en Europe, grâce à la taxation du kérosène des avions. Le MR, la N-VA et le Vlaams Belang on voté contre, comme vous le verrez ICI.

Austrian Airlines va recevoir une aide d’Etat conditionnée à des mesures sociales et environnementales. Plus aucun billet d’avion sous les 40 €. « Cette mesure fait de nous des pionniers en Europe” affirme la ministre autrichienne de l’Environnement, l’écologiste Leonore Gewessler. C’est l’un des points clés du plan de sauvetage de la compagnie. Le but ? Lutter contre le dumping “social et environnemental” des compagnies low cost.

On le voit, le développement incontrôlé de l’aéroport urbain de Zaventem et le soutien demandé à l’Etat pour sauver Brussels Airlines ne vont plus de soi aujourd’hui. L’Etat belge serait mal inspiré de ne pas y mettre des conditions. Tout récemment, face à un Arnaud Feist – patron de Brussels Airport Company – qui déclare ICI « À part le PTB, je ne vois pas qui voudrait nationaliser l’aéroport », sept professeurs d’université rétorquent dans une carte blanche « Nationaliser Brussels Airlines est le seul choix d’avenir ».

Des arbres peuvent sauver des vies

____________________________________

Traversant la place Fontainas, je vois une dame âgée qui vide une petite bouteille d’eau sur les racines d’un arbre à peine planté et déjà roux« Vous avez vu  dans quel état sont ces arbres ? Cela me fait mal au cœur. Ce sont des êtres vivants, c’est bien plus que de la verdure. On reste en contact avec la vie et les saisons. »  Ces mots simples et justes ont raisonné longuement dans ma tête. Pas besoin d’être botaniste pour évaluer la situation et regretter le manque de soins. En ville, les arbres ne sont pas seulement décoratifs, ils accroissent le bien-être des citadins, ils réduisent le niveau de stress, luttent contre l’effet îlot de chaleur, réduisent la température et la pollution de l’air, procurent de l’ombre, … Plusieurs travaux universitaires ont démontré, qu’accroître la couverture arborée d’une ville a des bénéfices quantifiables en termes de santé mentale et physique, comme le chiffre la Revue Médicale Suisse.

Philadelphie, a entamé un plan ambitieux pour augmenter la couverture arborée de la ville. Il se terminera en 2025. Des chercheurs estiment en conclusion que 403 décès prématurés – dont 244 dans des zones de statut socio-économique inférieur – pourraient être évités chaque année à Philadelphie, si la ville parvenait à atteindre son objectif d’augmentation du couvert végétal pour arriver à 30% dans chaque quartier. Ce n’est pas évident, surtout dans les quartiers défavorisés, qui le sont aussi sur ce plan. Ces politiques d’écologie urbaine se justifient à la fois pour la promotion de la santé de la population et pour la réduction du coût des soins de santé.

Bruxelles est une des capitales les plus vertes d’Europe – notamment grâce à la forêt de Soignes et au bois de la Cambre. Une étude (déjà ancienne) de l’IBGE révèle que 53% du territoire de la Ville-Région est recouvert de surfaces vertes, notamment grâce à ses grands intérieurs d’ilots, souvent menacés. Bruxelles se classe donc bien … sauf que la couverture verte y est très inégale: dans le pentagone elle ne couvre que 9,6%  du territoire, dans les communes de la 2ème couronne on est à 29,3% et  la 3ème couronne est couverte à 71,3% ! comme le montre la carte de l’IBGE.

Les arbres améliorent la qualité … et la quantité de vie  (photo Shutterstock)