Archives pour la catégorie Santé

Il n’y aura pas de loi climat

__________________________________

« Tout ça, ce n’était que des mots : il n’y aura pas de loi climat » c’est ainsi que débute l’édito de Béatrice Delvaux dans Le Soir. « Ils allaient la signer, elle était une urgence, on devait donner un signal fort aux jeunes soudain descendus dans la rue chaque jeudi, brossant l’école pour le climat. On les avait compris et on allait désormais agir en conséquence ».

Et de poursuivre. Ce qui gêne, ce sont les arguments utilisés, surtout celui de l’ouverture de la boîte de Pandore. C’est très petit comme excuse : se cacher derrière la crainte d’une révision d’une Constitution qu’on a si peu souvent hésité à triturer en tous sens pour remplir des objectifs bien moins louables. C’est aussi très faux et donc hypocrite : on a déjà modifié des articles sans toucher à l’édifice « sacré ».

Ce qui gêne, c’est la promesse faite hier au Parlement par les partis du « niet » de trouver d’autres moyens pour arriver au même résultat. Parle-t-on de ces accords de coopération entre fédéral et Régions qui ne se concluent jamais ou alors au prix de palabres sans fin et de complexités qui les rendent impraticables ?

Faut-il rappeler les raisons qui ont poussé des experts à élaborer cette fameuse loi ? Il s’agissait de forcer via la Constitution « toutes les entités belges à coopérer à une politique climatique efficace et à fixer les objectifs et les modalités « . Anuna De Wever, la pionnière néerlandophone des marches pour le climat en Belgique, estime que c’est une insulte à l’égard des jeunes.

Vous serez ce midi à la manif climat ?

__________________________________

Bruxselsfuture se joint modestement à une salutaire manifestation pour  » le futur  » organisée  par les jeunes, mais cette fois à l’échelle du pays et du monde. Pour la Belgique, ils exigent une loi spéciale qui fixe le cap de notre politique climat avec l’objectif de 55 % de réduction d’émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 mais aussi l’adoption de politiques concrètes permettant d’atteindre cet objectif avec certitude. Nous devons les soutenir. Nous allons les soutenir.

Cela tombe bien au moment où 250 scientifiques de 70 pays viennent de remettre le rapport de leur travail de 6 ans à l’ONU.  » Un quart des morts prématurées et des maladies à travers le monde sont liées aux pollutions et aux atteintes à l’environnement causées par l’Homme. (…) L’utilisation débridée d’antibiotiques dans la production alimentaire risque d’entraîner la naissance de bactéries super résistantes qui pourraient devenir la première cause de morts prématurées d’ici le milieu du siècle. Sans une réorganisation de l’économie mondiale vers une production plus durable, le concept de croissance pourrait devenir vide de sens face aux morts et aux coûts des traitements « .

La Libre révèle une autre étude qui annonce que la pollution de l’air pourrait être deux fois plus meurtrière que ce que l’on pensait: elle serait responsable de près de 800 000 morts par an en Europe et 8,8 millions dans le monde. Selon les  recherches des cardiologues, entre 40 et 80 % de ces décès prématurés sont dus à des maladies cardiovasculaires. « Cela veut dire que la pollution de l’air fait plus de morts chaque année que le tabac ». 

>>> Vous ne me laisserez pas seul ce midi place Rogier (Belfius) à 13:15 avec mon petit calicot bruxselsfuture ? Alors, nous rejoindrons ensemble la manifestation pour le climat qui démarrera à 13:30 depuis les escaliers de la gare du Nord (nouvelles heures).

 

`

Les jeunes ont changé la donne

_________________________________________

Là, tout le monde se doit de revoir sa copie. Il faut contrôler ses propos, limiter ses émissions nocives, arrêter de construire des logements non durables, en finir avec l’obsolescence programmée, tenter enfin de promulguer un règlement Climat … et vite verdir ses promesses électorales. Il y a des comptes à rendre à ces milliers de jeunes qui défilent dans les rues pour exiger un air respirable, un avenir durable et une planète vivable. Ils veulent des engagements et des preuves, pas de simples promesses.

Démonstration. Nous avons souligné ICI l’indigence du projet de reconstruction du site de la Cité administrative et il a été recalé en commission de concertation. Un projet remanié a été présenté la semaine dernière et malgré certaines améliorations, le moins qu’on puisse dire c’est que les nombreux citoyens présents à la concertation se sont montrés plus exigeants. Ils n’ont pas eu de mots assez durs pour constater que c’est comme si les auteurs de projet n’avaient rien entendu des exigences nouvelles qui ont vu le jour: « Pour qui construire ces 1779 emplacements de parking ? » « 443 logements dans des tours cubiques ? » « Abattre 397 arbres à haute tige pour les remplacer par des plumeaux »  « Faire de l’ombre aux logements existants » « Aucun bâtiment passif, du gaz mais pas de géothermie » « On dirait un projet des années 50 », …

Mais à y regarder de plus près, ne serait-ce pas le Plan Particulier d’Affectation du Sol, imposé par la Ville aux auteurs de projet, qui est obsolète et ne correspond plus en rien aux exigences  nouvelles de la lutte contre le réchauffement climatique ? Rédiger un nouveau PPAS causerait évidemment un retard considérable au projet, pourrait entraîner des indemnités pour dédommager les bureaux qui se sont basés sur ce PPAS pour élaborer leur projet. Tout cela pourrait-il justifier de se lancer aujourd’hui dans la construction d’un nouveau morceau de ville complètement dépassé avant même d’être construit ? La Commission de concertation a reporté son avis. Oui, la donne à vraiment changé.

Nouveau projet présenté en commission de concertation (source la DH)

Vendredi 15 nous serons là !

Copyright Svante Thunberg (Greta’s father)

Ce 15 mars sera une journée de grève mondiale pour le climat et pour l’avenir de l’humanité. Un appel aux jeunes du monde en vue de réveiller leurs dirigeants. Aussi un appel pathétique bilingue des jeunes Belges au monde adulte. Des jeunes qui prennent le risque de brosser les cours pour tenter de garantir un avenir, pour sauver la planète.  « A quoi bon étudier s’il n’y a plus de futur ? Dites aux adultes de soutenir notre grève, dites-leur de nous rejoindre, dites-leur que nous avons besoin d’eux pour avoir une chance de survivre dans le futur ». Pouvons-nous rester insensibles à cet appel ?

Trois degrés de plus ne seraient pas acceptables. Les scientifiques sont très nombreux à avoir apporté la preuve que même deux degrés d’augmentation causeraient des sécheresses, des famines, des inondations, des tornades, des réfugiés climatiques et même des guerres et des extinctions. Sans un air respirable et une température propice aux activités humaines, notre combat pour le futur de Bruxelles n’a plus de sens. Mais il n‘est pas trop tard. Des solutions sont à portée de main. Prenez le temps de regarder cette courte vidéo réaliste et optimiste de 5 minutes de Pierre Larrouturou* et si ses propos vous intéressent, installez-vous confortablement devant votre télé, en famille ou entre amis, pour visionner cette interview sans concessions de 90 minutes, en ce dimanche gris, ou alors lundi soir ?

Pour la première fois, bruxselsfuture fait le pari de vous convier à une action, à un rassemblement pour soutenir ces jeunes. Nous avons tous quelque chose à faire vendredi après-midi, mais est-ce vraiment plus important que notre avenir et celui de nos enfants ?
Alors, prenez une demi journée de congé et rendez-vous:
Vendredi 15 mars à 12:15 sous l’auvent de la tour Belfius à la place Rogier (M° Rogier)
A 12:30, c’est autour de la pancarte de bruxselsfuture que notre petit groupe ira apporter son soutien la manifestation devant la gare du Nord.

* Pierre Larrouturou est ingénieur agronome spécialisé dans les questions d’économie et était proche de Stéphane Hessel. Il est passé par le PS et par Europe Ecologie les Verts, qu’il a quittés à défaut d’avoir pu les convaincre. Soutenu par des parlementaires de gauche et de droite il a lancé le Pacte Finance Climat.

La voiture individuelle bannie d’Oslo

____________________________________

Une mesure radicale, annoncée par Le Temps, pour le centre d’Oslo. Elle était prévue pour cette année, mais remise suite à une opposition qui la qualifie de « liberticide ». La ville a donc opté pour des mesures dissuasives: suppression de 700 places de parking, zonage rendant impossible la traversée du centre en voiture, piétonnisation de rues, renchérissement des péages urbains… « En 2020, on aura supprimé l’essentiel des voitures particulières du centre-ville. En dehors de celles pour handicapés, il n’y en aura plus».

La voiture individuelle – même électrique –  a-t-elle encore sa place en ville alors que 75.000 personnes et 35.000 élèves défilent dans les rues pour un air pur et une planète bleue ? Dans le même temps le roi inaugure cependant un Salon de l’Auto qui a accueilli 542.566 visiteurs, alors que le  » #WeAreMobility «  voisin n’a convaincu que 36.000 visiteurs … La voiture individuelle appartient déjà au passé, mais la résistance des amoureux de l’auto sera forte … il faudra oser leur en faire payer le prix et utiliser ces revenus pour développer rapidement des alternatives durables.

En Belgique, la congestion coûterait annuellement quelque 8 milliards. 70% de l’espace public  bruxellois serait consacré à la voiture, qui passe cependant le plus clair de son temps (97,9%) à être immobile. C’est le très sérieux quotidien économique L’Echo qui épingle ces rappels dans un article intitulé « Vroum, vroum ».