Archives pour la catégorie Santé

Happy Monday : un nouveau tram rapide

_______________________________________

Il n’existe aujourd’hui aucune alternative à la voiture à proximité de l’autoroute A12, qui relie Willebroek/Anvers à Bruxelles Nord. Les navetteurs sont toujours coincés dans leur voiture le long des embouteillages quotidiens de l’A12 et de l’entrée de Bruxelles. Le projet de 2018 de « sneltram » De Lijn était toujours bloqué par des recours au Conseil d’Etat.

Un article en français de VRT NWS confirme que le Conseil d’État a rejeté les divers recours, mettant fin à la contestation du projet. Les permis nécessaires vont pouvoir être introduits et un entrepreneur pourra être désigné. Un projet qui implique un investissement de quelque 450 millions d’euros, qui marque la confiance de De Lijn dans l’attractivité de la capitale. Le chantier du « sneltram » devrait débuter dans le courant de l’année 2023. Son parcours et ses arrêts sont détaillés ICI.

Les navetteurs pourront se rendre de Willebroek à Bruxelles-Nord en transports en commun en 35 minutes. Bonne nouvelle pour eux et aussi pour les habitants de la périphérie de Meise et de Grimbergen. Un arrêt « touristique » devrait également permettre aux Bruxellois de se rendre rapidement au merveilleux Jardin botanique de Meise. Bruxelles devrait également y gagner en diminution de la congestion et en qualité de l’air.

un tram rapide le long de l’autoroute A12 photo VRT NWS

En finir avec les pigeons

_________________________________________

Trop is te veel. Les pigeons sont trop nombreux à Bruxelles. Il faut mettre un terme à leur multiplication, parce que leurs déjections sont corrosives pour les bâtiments et qu’elles peuvent être porteuses de maladies. Même la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux le reconnaît et s’en explique fort bien ICI. Mais voilà, la gestion des pigeons est de la compétence des 19 communes … comme si les pigeons se souciaient des frontières communales. La Région a tenté d’établir un plan d’action en 2019. Il est détaillé ICI, mais n’a pas donné beaucoup de résultats. Elle va (enfin) désigner un coordinateur régional, mais elle se dit aussi préoccupée par le bien-être animal, au vu de certaines méthodes de mises à mort.

N’est-il pas temps de donner tous pouvoirs à la Région pour gérer cette compétence en adoptant des méthodes qui ont fait leurs preuves ailleurs ?  Ce ne sont pas les oiseaux qu’il faut combattre, mais les raisons de leur présence et de leur regroupement. Il faut agir sur leur milieu de vie, le modifier de façon à ce qu’ils ne puissent plus trouver ni la nourriture, ni les espaces dont ils ont besoin. Il faut empêcher leur nidification en bouchant les orifices des bâtiments publics et privés, voire même par effarouchement. Mais il s’agit avant tout d’empêcher le nourrissage, qui est à la fois inutile, néfaste et interdit. Les personnes âgées et les enfants adorent leur jeter du pain et des graines. Il va falloir leur rappeler que c’est interdit, mais ensuite il n’y a que la police qui soit en mesure d’exiger une carte d’identité et de verbaliser ces incivilités.

Humainement parlant il n’est pas toujours évident de soumettre à l’amende des enfants ou des personnes âgées au « bon coeur », mais après des campagnes d’information ciblées et de l’affichage sur les lieux de nourrissage inventoriés, il ne restera à la police en civil qu’à sévir contre les réfractaires. Une société privée s’est aussi spécialisée dans cette lutte contre la prolifération. Ils ne font pas dans la dentelle, mais ont bien étudié le problème et viennent avec des solutions très diversifiées que vous découvrirez ICI. Il est urgent de mettre fin à l’invasion de la ville par les pigeons. N’est-ce pas à la Région à assumer cette tâche, avec obligation de résultats ?

La vie explose dans toute la ville

_____________________________________________

Les Bruxellois n’en peuvent plus. Partout, des événements et des manifestations ont vu le jour ce WE. Ils se sont souvent terminés en fêtes spontanées, avec son lot d’arrestations pour non respect des consignes. Que ce soit les « avocats du climat » de Still standing for Culture, le pop-up de Brols @ Wolf, la victoire de l‘Union Saint-Gilloise, les entraînements de boxe devant l’Atomium ou la commémoration du secteur de la nuit au Fuse, un peu partout, le peuple de Bruxelles a manifesté son engagement et son désir de se retrouver dans la joie.

Ce sont des vidéos sur les médias sociaux et des voisins craignant des contaminations qui ont alerté la police sur ces diverses manifestations sans permis. Les forces de l’ordre sont intervenues avec tact dans de nombreux endroits, pour tenter de faire respecter les règles sanitaires. Les gens n’en peuvent plus, mais à Bruxelles les chiffres Covid-19 viennent de repasser à niveau d’alerte maximal jamais atteint en 2021. Bruxelles est la Région qui affiche le ratio d’admissions à l’hôpital par 100.000 habitants le plus élevé du pays, ce qui la fait basculer dans le rouge (Le Soir avec Sciensano).

Si des injustices criantes, quant au caractère « essentiel » de certaines activités d’ordre culturel ou sportif, ne peuvent perdurer, ce n’est évidemment pas le moment de relâcher globalement les règles et de voir se pointer une troisième vague. Concilier la maîtrise de la pandémie et la soif de rencontre et de partage des Bruxellois.e.s n’est pas évident. Des concerts « test » vont se multiplier et certains experts plaident pour des expériences encadrées de réouverture rapide des salles avec ventilation et désinfection. Dans l’éditorial de Demetrio Scagliolal, il en va de la survie d’un secteur essentiel et d’un des piliers de notre civilisation… L’entraînement sportif contrôlé pourrait aussi se montrer très structurant pour les jeunes et pour les citadins en télétravail. Il va falloir une soupape à la marmite.

images extraites de diverses vidéos de ce WE



Robot tueur du SARS-CoV-2

_____________________________________

Relayés par France Info, qui titre « R2D2’, le robot-tueur de Covid-19 qui arpente les hôpitaux belges”, ces nouveaux robots-tueurs semblent avoir été largement ignorés par la presse belge. La Commission européenne a commandé à la société danoise Business Wire 200 de ces robots à rayons ultra-violets destinés aux Etats membres. Ce sont apparemment les hôpitaux belges qui ont pu en profiter les premiers, dont notamment la Clinique de l’Europe St-Michel à Bruxelles, qui utilise déjà quotidiennement son UVD ROBOTS.

En envoyant ses rayons ultraviolets non toxiques, le robot désinfecte tous les éléments qui composent une pièce: lits, machines, les monitorings, les crochets auxquels on accroche les perfusions, les fenêtres, les poignées de portes, tout y passe, sans faire de bruit. Il peut désinfecter plusieurs chambres, éviter des obstacles et revenir tout seul sur sa base pour se recharger. Il est commandé par une tablette numérique qui peut lui indiquer les chambers à nettoyer. Il part tout seul, demande par écrit qu’on s’assure que la porte soit ouverte, il entre dans la chambre et commence son travail avant de passer à la suivante. Vous pouvez le voir à l’oeuvre ICI.

Pas de raison (sauf le prix) que ce type de matériel ne soit disponible qu’en services hospitaliers. Hôtels, classes, salles de réunion, théâtres, cinémas pourraient reprendre leurs activités plus rapidement avec un tel équipement mobile, qui semble plus efficace que de coûteuses installation fixes, comme celles des palais du Heysel. Et comme – selon Nesa Robotics – il ne se contente pas de tuer le SARS-CoV-2, mais élimine aussi 99,99% des virus, bactéries et autres microorganismes nuisibles, nous sommes déjà prêts pour la prochaine pandémie …

photo extraite de la vidéo de Nesa Robotics

 

Du neuf côté traitements

___________________________________

La presse et les médias sociaux vous tiennent largement informés sur la pandémie – parfois jusqu’à saturation – nous ne voudrions donc pas en rajouter une couche. Toutefois, lorsqu’il s’agit de traitements, les médias sont plus discrets, voire sceptiques. Certains de nos lecteurs aussi. Ce fut notamment le cas lors de la parution du billet consacré au plaidoyer du Dr. Maskens pour la délivrance de l’ivermectine en pharmacie. Le commentaire de R.M : encore un docteur mabuse en exercice et un groupie qui reprend des informations quant à un médicament interdit à la vente en médecine …

En Belgique, l’ivermectine en tablettes ne peut effectivement pas être stockée par nos pharmacies, mais elle est autorisée en France. Tout pharmacien belge peut en commander en France, en toute légalité, pour honorer une ordonnance médicale d’un client. Quant au Dr Maskens, suite à sa lettre ouverte en faveur de la diffusion de ce traitement, son point de vue vient de faire l’objet d’une publication dans le très sérieux Journal du Médecin.

Ce n’est pas tout. Alors qu’il n’existe toujours pas de médicament spécifique contre la Covid-19, qui vous a dit que le laboratoire Merck a enregistré des résultats prometteurs pour l’étude préliminaire de son molnupiravir par voie orale ? En cinq jours, sur 47 patients traités, plus aucun n’avaient de virus détectable. C’est le professeur de médecine William Fischer de l’Université de Caroline du Nord qui précise:  « S’ils sont renforcés par des études additionnelles, ils pourraient avoir des conséquences importantes en termes de santé publique, alors que le virus continue de se propager et d’évoluer dans le monde« . Un nouvel espoir qui reste à confirmer.