Archives pour la catégorie Santé

2020 se termine

_____________________________________ _ _ _ _ _ _

Pour vivre les dernières heures de 2020, qui restera dans toutes nos mémoires, je vous propose un petit regard croisé sur le passé et le futur de Bruxelles. Si vous pouvez en prendre le temps, je vous invite à visionner ces trois précieuses vidéos de quelques minutes, avant de nous revoir le 2 janvier 2021.

La maison du peule de Victor Horta n’existe plus, mais à partir des plans et de traces éparses, des historiens, des architectes et des informaticiens vous proposent une visite virtuelle de la reconstitution de cette oeuvre phare de l’Art Nouveau, dont le musée Horta nous livre tous les secrets.

Sur l’ancien site de Tour et Taxis, le futur rencontre le passé. Après un long abandon, les immenses verrières des vestiges d’un Bruxelles industriel retrouvent leur beauté et sont en route vers de nouvelles affectations. Auvio vous offre une promenade virtuelle des rénovations et pourquoi pas une véritable promenade hivernale dans le site et le parc ?

Après le Moyen Age et sa peste noire, les maladies et les épidémies successives ont contraint la ville à s’adapter pour survivre. Sortir les cimetières de la cité, voûter la Senne, percer des boulevards, créer des places vertes et des égouts, lutter contre la pollution et le réchauffement, mettre fin aux zones monofonctionnelles. Tout cela illustré par une vidéo de 5 minutes.

une nouvelle  lune se lève sur Bruxsels en cette 2020 …

Happy Monday: les réussites de 2020

____________________________________

Avec votre collaboration, je suis parti à la recherche des bonnes nouvelles de 2020, qui ont eu tendance à être éclipsées par l’amoncellement de catastrophes sanitaires et de consignes de plus en plus éprouvantes. En première position: l’Union Européenne. Tant décriée, elle est cependant arrivée à parler d’une seule voix pour assurer des prêts à ses Etats membres afin d’éviter une catastrophe économique, à lancer son New Green Deal et à éviter une compétition féroce pour un vaccin, qui sera finalement disponible partout en Europe à la même date. Même si on apprécierait qu’elle se focalise aussi sur un traitement, on peut se réjouir de ses réussites comme de sa coordination rapide face au virus mutant de Grande Bretagne. Et puis ouf ! – in extremis – pas de Brexit sans deal.

Après des années d’austérité imposée, de diminution des budgets de soins de santé et de revendications pour « moins d’Etat », nous avons à nouveau un gouvernement fédéral et tout le monde s’accorde pour que l’Etat retrouve sa place, veille à l’intérêt général et impose une contribution de solidarité aux citoyens les plus nantis. 2020 a aussi révélé que les métiers essentiels, n’étaient pas ceux que l’on imagine, et que de surcroît ils sont parmi les plus mal payés. Merci à eux, en attendant une reconnaissance et une revalorisation de leurs tâches.

L’absence de touristes a remis des logements court terme en location longue durée et a imposé une réflexion sur le type de tourisme que Bruxelles veut favoriser à l’avenir. Le Trans Europ Express reçoit un nouveau souffle et les trains de nuit veulent concurrencer l’énergivore avion. Un vaste plan Good Move est à l’enquête. Le secteur culturel s’associe pour produire en ligne. La recherche se porte plutôt bien. Les quartiers monofonctionnels commencent à céder la place à davantage de mixité, pour bientôt offrir le « tout à 10 minutes ». Le congé de paternité passera de 10 à 15 jours. Et le centre historique s’illumine pour égayer nos vacances à domicile …

photo extraite de la vidéo de visitbrussels

Taxe kilométrique: 5‘ de courage politique

________________________________________________

Il ne se trouve presque personne pour s’opposer au principe d’une taxation automobile qui reposerait sur l’usage de la voiture, plutôt que sur sa possession. Une taxation plus juste et en mesure de décourager l’usage abusif de la voiture en heures de pointe. Tout bénéfice pour la qualité de l’air et pour la limitation du réchauffement climatique. Faudra bien, un jour, en passer par là. C’est cependant par crainte de perdre des électeurs motorisés, que la Flandre a abandonné son projet de taxe kilométrique à la veille des élections. En Wallonie, c’est à l’occasion de la constitution de la nouvelle majorité régionale que le projet a été écarté.

L’autonomie régionale Mobilité faisant foi, la Région de Bruxelles en vient donc à être seule à déposer un projet de taxe kilométrique, que les autres Régions reportent à plus tard, avec tous les inconvénients qui y sont liés, notamment pour les navetteurs. Les critiques ont plu de toutes parts sur le plan Smart Move de Bruxelles-la- fautive, y compris dans les rangs de la majorité au parlement bruxellois. La taxation kilométrique est problématique, mais ses alternatives le sont tout autant, assène cet article de Bruzz. La solution la meilleure, ne serait-elle pas d’appliquer la taxe kilométrique dans l’ensemble des trois Régions ? Cinq minutes de courage politique en faveur de la santé et du climat !

Il est révélateur de lire l’article de De Tijd – traduit en français par DaarDaar – intitulé « Le péage urbain bruxellois englué dans la complexité du labyrinthe belge ». Il est aussi rassurant de lire la position de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU), véritable plaidoyer en faveur de l’intérêt général. « La question n’est pas de savoir comment les personnes qui sont « obligées » d’utiliser la voiture pourront continuer à le faire mais bien de leur permettre de se libérer de cette contrainte. Après des années de débats et de projets avortés, l’heure est à l’action ».

Happy Monday: faire la fête

_________________________________________

Drôles de fêtes sans aucun doute. Mais des fêtes quand même, parce que les Bruxelloises et les Bruxellois ont plus que jamais besoin d’oublier les soucis et les tracas d’une l’année à nulle autre pareille. La Ville de Bruxelles n’a pas lésiné sur l’installation de véritables fééries lumineuses pour nous faire rêver. Les Galeries royales ont suspendu des milliers d’origamis dorés sous son immense verrière. Les vitrines – enfin réouvertes – se donnent aussi des airs de fête. Il y a même du vin chaud au centre des galeries. Oui, nous ferons la fête pour attendre des temps meilleurs, des temps sans coronavirus et des temps pour se reprendre dans les bras.

Noël se fêtera en petit comité et il n’y aura personne dans les rues après 22h. Le peuple de Bruxelles sait que la fermeture des écoles et les congés en entreprises vont limiter les contacts et nous donner une chance exceptionnelle de faire reculer la transmission du virus. C’est pourquoi nous respecterons les règles, même s’il y a autant d’avis que de Bruxellois à propos de  leur pertinence et de leur cohérence. Nos chiffres sont (étaient?) les meilleurs du pays malgré la densité de notre population. Nous savons ce qu’il faut faire pour les faire baisser à nouveau.

Nous ne nous faisons pas tester suffisamment. Se faire dépister est devenu beaucoup plus facile et rapide à Bruxelles. Une belle occasion d’être rassurés et de pouvoir rencontrer ses proches, s’ils font la même chose. Une bonne occasion aussi de décider de rester chez soi si on est détecté positif, même sans symptômes. Pour le prochain Happy Monday, je cherche à rassembler les bonne nouvelles de cette drôle d’année. Pas si évident. Peut-être pouvez-vous m’aider à me remémorer les bonnes nouvelles qui nous ont réjouis au cours de l’année 2020 ?

Charles Kaisin, Origami For Fife

Certificat de décès: la pollution

_______________________________________

C’est la première fois qu’un certificat de décès mentionne comme cause la pollution. Les faits se passent à Londres en 2013 et concernent la mort d’Ella Adoo-Kissi-Debrah, à l’âge de 9 ans, suite à une insuffisance respiratoire aiguë causée par un asthme severe, comme mentionné sur le certificat de décès de l’époque.

« La pollution de l’air a-t-elle tué ma fille ? » est la question que sa maman se pose depuis 2013 et que reprennent les articles du journal Le Monde et de Transport & Environnement. Après sept années d’un « rude combat », le coroner, officier de police chargé d’établir les causes des morts violentes, a jugé que le décès d’Ella Adoo-Kissi-Debrah n’était pas seulement dû à son asthme sévère, comme l’avait conclu la justice en 2014, mais le résultat d’une exposition chronique à des niveaux de pollution élevés, liés au trafic routier proche du South Circular. « Sur le certificat de décès d’Ella, il y aura désormais la vraie raison : la pollution ».

Un rude combat pour Ella. Pour « toutes ces familles qui souffrent en silence »« Cette décision ne me ramènera pas ma fille, mais j’espère qu’elle débouchera sur une prise de conscience collective, dit au Monde Rosamund, qui a élevé seule ses trois enfants. A Londres, au moins douze enfants meurent chaque année des suites de crises d’asthme à cause de l’air toxique qu’ils respirent. Ça ne peut plus durer. J’attends maintenant la réponse du gouvernement, de nos gouvernements». Bruxelles – zone 30 généralisée – offrira-t-elle un air plus pur, se demande la RTBF ? Nous allons désormais pouvoir nous appuyer sur ce jugement pour passer à la vitesse supérieure, affirme Maria Neira, directrice à l’OMS.

Free-Photos Pixabay