Archives de catégorie : Mobilité

Rouler en polluant moins.

La voiture qui pollue le moins restera toujours celle que l’on n’utilise pas, mais si vous ne pouvez pas encore vous en passer, Google va pouvoir vous proposer une option qui préconise l’itinéraire le moins susceptible de consommer du carburant. C’est évidemment aussi un itinéraire plus économique, au moment où le prix de l’essence flambe. La fonction est déjà en service aux USA et au Canada, mais sera bientôt aussi accessible à Bruxelles.

L’occasion de revenir sur Google Maps, ce service qui a changé la manière de s’orienter à Bruxelles, mais aussi pour plus d’un milliard d’utilisateurs. Grâce à son accès gratuit et sa simplicité d’utilisation, il est devenu le réflexe de nombreux utilisateurs pour accompagner les itinéraires du quotidien, pour les professionnels comme pour les particuliers.

C’est encore plus vrai lorsque l’on se déplace à l’étranger. Fini la boussole et la carte Michelin à déplier. Google sait évidemment où vous êtes et vous dit en un instant comment aller à l’endroit où vous souhaitez vous rendre. C’est magique, et tant pis donc pour votre vie privée et les pubs spécifiques qui vont suivre. Certains ont cependant noté une perte relative du sens de l’orientation de la part des usagers habituels du service, qui s’en remettent totalement au navigateur sans plus réfléchir.

La fin des cumuls

Cumuler les mandats politiques ne permet pas à certains mandataires de se concentrer à temps plein à la fonction pour laquelle ils ou elles ont été élu.e.s. et concentre trop de pouvoirs dans quelques mains. C’est pourquoi, le gouvernement régional a  (enfin) pu soumettre un projet de décumul intégral au parlement, qui va devoir se prononcer. Seule l’opposition minoritaire semble actuellement défavorable. Dans ce document, Cumuleo se réjouit. Le prix à payer pourrait être absorbé par la diminution du nombre d’échevins.

Si le parlement vote en faveur de ce projet, il ne sera plus possible de cumuler une fonction de bourgmestre, d’échevin ou de président de CPAS avec un autre mandat politique régional ou fédéral. Etre bourgmestre d’une grosse (1) commune bruxelloise n’est-il pas une charge de tous les instants qui exige un vrai temps plein ? et pourquoi pas une juste rémunération revue à la hausse, comme le prévoit le projet ? Plus de détails dans cet article de la RTBF.

Aux citoyens désireux de s’engager en politique à effectuer leur choix entre le niveau communal, régional ou fédéral. Il s’agit là de niveaux de responsabilité fort différents. Trop longtemps, un certain nombre de municipalistes n’ont siégé au parlement régional qu’en vue de maintenir les prérogatives et compétences actuelles des communes, empêchant ainsi la Région de gérer son territoire de manière cohérente et efficace. Cela s’est remarqué, par exemple, dans la saga inachevée du plan de stationnement régional, bien décrite dans un article de L’Echo.

(1) une révision des limites communales et de leurs compétences devrait en finir avec des communes trop petites, comme Saint-Josse ou Koekelberg, ou beaucoup trop grandes, comme Bruxelles-Ville ou Schaerbeek, afin de leur permettre d’exercer leur pouvoir de proximité et de réaliser des économies d’échelle.

Suite (et fin?) du Métro 3

En voie de concrétisation à Albert et Stalingrad, le métro 3 semble n’avoir jamais été aussi menacé. Ce projet, attendu par la population, comporte cependant un risque majeur pour les finances régionales. On le veut, mais peut-on se le permettre ? Hormis les Verts qui n’ont jamais caché leurs réticences, les partis de la majorité régionale sont peu sensibles aux objections de ces opposants, décrits comme des experts en chambre déconnectés des besoins bruxellois. C’est sans compter sur la Commission régionale de Mobilité, dont l’avis très critique n’a cependant pas fait l’objet du consensus habituel.

Les associations redoutent, à juste titre, que ce projet en compromette d’autres, tels que le développement de nouvelles lignes de tram et d’autres priorités importantes pour les habitants de la ville, tel la construction de logements sociaux. Sven Gatz (Open Vld) a déclaré qu’il ne serait plus tenable d’avoir 500 millions d’euros d’investissements stratégiques chaque année pour la mobilité.

Selon la synthèse de L’ECHO, qui en dit (beaucoup) plus ICI, ces dépenses peuvent être neutralisées par rapport à l’objectif de solde SEC (Système européen de comptabilité), mais viennent tout de même alourdir la dette régionale dont l’encours s’élèvera déjà à plus de 10 milliards fin 2024 ! La saga ne semble pas terminée.

Happy Monday: la démocratie en action

La semaine dernière, la deuxième phase du Métro3 était sur la table de la Commission de Concertation. Une soixantaine de personnes, pour la plupart riveraines, sont venues marquer leur opposition au  nouveau projet qui leur a été présenté et qui fait suite à une étude d’incidence. Les maîtres d’œuvre ont tenté de les rassurer en certifiant que la Commission était là pour examiner toutes les remarques avant de conclure. BX1 détaille cela ICI. Finalement avis favorable de Schaerbeek moyennant une série de conditions.

Après une carte blanche de 2021, des professeurs d’université viennent de publier  un article qui critique un coût élevé pour un gain environnemental négligeable et des mobilités qui vont se dégrader pour de nombreux habitants de Schaerbeek et d’Evere, vu la très grande profondeur des stations et leur nombre réduit par rapport au tram 55. Un conflit d’intérêt est aussi mis en avant. IEB pointe un bilan carbone désastreux. Brussels Studies Institute détaille pourquoi l’avenir serait meilleur sans le Métro3. Rien que des procès à charge.

La bonne nouvelle est cependant l’émergence d’un échange démocratique contraint avec la société civile. Un débat entre les différents protagonistes a aussi été organisé par BX1 et révèle une absence de consensus. Le Métro3 plomberait le budget de la Région pendant des années et bloquerait toutes les autres priorités. Ce n’est plus un problème technique mais un problème politique. Un moratoire est demandé, en attendant que le gouvernement tranche la question. Un choix de société pour lequel on a entendu peu d’arguments pour défendre le projet de métro, qui appartiendrait déjà au passé.

1
1

Happy Monday: trois bonnes nouvelles

Le bien-être comme boussole. « Le présent ne peut être jugé que par le futur dont il va accoucher ». C’est ainsi que débute une carte blanche parue dans le très sérieux quotidien économique L’Echo. La notion de bien-être est encore largement absente du débat public et des déclarations gouvernementales. La mettre en débat pourrait contribuer à des échanges qui soient à la hauteur de nos urgences et défis, et nous inscrire dans un récit collectif positif pour 2024.

Deux musées nominés. C’est un article de Bruzz qui annonce que parmi les quatre musées belges nominés pour l’European Museum of the Year Award 2022 (EMYA) on trouve deux musées situés à Bruxelles. Un grand complètement dépoussiéré: la Bibliothèque Royale KBR. Un plus petit avec tant d’histoires émouvantes à partager: le Musée de la Migration. Si on y ajoute le Musée BELvue, voilà trois musées qui valent le déplacement, aussi avec des enfants.

Moins d’avions. La RTBF annonce quelques 900.000 (?) passagers attendus entre le 1er et le 17 avril à Zaventem. Même de très courts vols pour Paris et Amsterdam … L’émission de tonnes gaz à effets de serre et notre dépendance aux énergies fossiles ne semblent pas avoir ému les voyageurs. La bonne nouvelle pourrait être venue de Jean-Marc Nollet (Ecolo) à LN24 en proposant d’interdire les déplacements de moins de 1 500 kilomètres en avion. Une taxe sur le kérosène est toujours en attente à l’Europe.