Archives pour la catégorie Mobilité

Un tram sans caténaires

 

 

 

 

 

 

 

Ces toiles d’araignées, qui quadrillent le ciel de Bruxelles, ont longtemps été considérées comme indispensables à l’alimentation électrique de nos trams. D’où le célèbre « Jef de flèche is af » lorsque le tram s’arrête inopinément. Cet énorme réseau de mâts et de caténaires est complexe et demande beaucoup d’entretien. Il est aussi vulnérable aux branches des arbres des avenues. Des villes qui créent de nouveaux réseaux, comme Bordeaux, arrivent à s’en passer.

La Tribune annonce qu’Alstom a mis au point un tram sans caténaires, qui se recharge par le sol en 20 secondes à chaque arrêt. Près du tiers de l’énergie nécessaire au fonctionnement de ce tram est produite lors de ses phases de freinage.

Installé tout récemment à Nice, ce tram économiserait le quart de l’énergie dépensée par un tram classique. A la clé, également une réduction de 11% des coûts de maintenance du matériel. Soixante exemplaires sont fabriqués en ce moment pour Sydney et pour Taïwan, où quinze XO5 vont bientôt traverser la ville de Kaohsiung. Barcelone pourrait suivre. Le tramway sans caténaires, « c’est probablement le sens de l’histoire » pour les nouveaux réseaux.

Interrogée par nos soins, la STIB donne ICI toutes les bonnes raisons pour lesquelles elle ne mettra pas ce tram sans caténaires à son programme.

Le tramway de Nice – crédit Le Parisien LP/Matthias Galante

 

 

L’arrivée des migrants climatiques

_______________________________________

Après les réfugiés de guerre, les persécutés et les migrants économiques, voilà qu’arrivent les premiers migrants climatiques européens. Après l’Asie, l’Amérique latine, l’Afrique et l’Australie, ce sont des Européens qui sont contraints de quitter leur terre natale pour cause de changement climatique et ce ne devrait être qu’un début pour ces nouveaux sans abris inattendus et non reconnus. Le statut de réfugié demande de démontrer la persécution fondée sur la race, la religion, la nationalité, les opinions politiques ou l’appartenance à un groupe social particulier. « Mais vous ne pouvez pas démontrer ce genre de persécution liée au changement climatique« , déclare Mme Ionesco de l’OIM. Les réfugiés climatiques sont les oubliés du doit.

Euronews consacre un article impressionnant à ce phénomène et une série documentaire exclusive filmée dans 6 pays européens. Lorsque des catastrophes détruisent tout ce que vous possédez, vous risquez de vous retrouver migrant climatique et contraint de quitter votre foyer. Ces Européens exilés climatiques: une réalité jusqu’à maintenant largement ignorée par les médias. « Les mouvements de population dus aux catastrophes naturelles sont un phénomène mondial, même dans les pays à haut revenu comme ceux d’Europe« .

C’est lorsque des épisodes comme des inondations ou des incendies se répètent dans les mêmes zones qu’ils poussent les gens à se relocaliser ailleurs, s’ils en ont la possibilité. Près de 700 000 personnes déplacées en Europe au cours de la dernière décennie. « Nos projections climatiques montrent que les événements que nous classons aujourd’hui comme extrêmes deviendront plus fréquents à l’avenir… ils deviendront la nouvelle norme« , prévient Gianmaria Sannino, responsable du laboratoire de modélisation du climat à l’Agence nationale italienne pour les nouvelles technologies, l’énergie et le développement économique durable (ENEA).

L’hydrogène va nous transporter

_______________________________________

Sans autres émissions que de l’eau et sans autre bruit que le glissement sur les rails, le train à pile à hydrogène construit par Alstom est le premier train à l’hydrogène du monde à rouler avec des passagers. Testé depuis 2018 en Allemagne sur la ligne Cuxhaven – Bremervörde, près de Hambourg, il peut accueillir 300 passagers et roule en autonomie pendant 1000 km.  À partir de 2021, après deux ans de test positif, 14 trains à hydrogène remplaceront complètement la flotte des trains diesel de la ligne et d’ici 2022, 41 trains Coradia iLint fonctionneront sur deux lignes allemandes. Un article de la RTBF en dit plus.

Le train à hydrogène sera également testé pendant deux semaines aux Pays-Bas  sur la ligne Groningen – Leeuwarden. Pour la France il y aura une quinzaine de trains d’ici 2022. La Corée s’y est mise aussi, comme la Californie et Saint Pétersbourg ainsi que la Suède pour les trains marchandises. Toute l’actualité des mises en service est ICI. En Belgique, rien de concret pour l’instant et pourtant il subsiste encore une centaine de trains diesel très polluants. La direction de la SNCB se contente de dire qu’elle compte étudier cette option à l’avenir, notamment le long du canal Gand – Terneuzen.

Si la pile à hydrogène est durable et résolument verte sur le lieu de l’utilisation, la production et la compression de l’hydrogène nécessitent cependant beaucoup d’énergie électrique. Dans des pays comme l’Allemagne, celle-ci est encore largement produite à partir du charbon. Plus de 95% de la production mondiale de l’hydrogène est encore issue d’énergies fossiles, mais cela commence à évoluer favorablement.

crédit Alstom

 

 

 

 

 

 

 

https://www.alstom.com/fr/nos-solutions/materiel-roulant/coradia-ilint-le-premier-train-hydrogene-au-monde

 

Livré à domicile

___________________________________

Pour un matelas on comprend. Pour une paire de lunettes de lecture, une foreuse, le dernier Goncourt et une boîte de thé japonais, commandés à quatre fournisseurs différents – qui se sont chacun engagés à vous livrer après-demain – cela va faire quatre camionnettes devant votre porte et peut-être aussi un livreur de pizzas … Amazon, UberEats et autres plates-formes, profitent de l’absence de régulation de la logistique urbaine pour encourager des pratiques de consommation qui menacent le cœur des villes.

A New York, avec plus de 1,5 million de colis distribués chaque jour, Manhattan est devenu une immense zone de livraison, où les arrêts anarchiques des multiples livreurs embouteillent l’ensemble du trafic (voir photo). Cela ne tardera pas à se passer chez nous, si rien ne s’y oppose. Les reproches aux services de livraison concernent à la fois la précarisation des emplois, la fiscalité, la congestion et la pollution de la ville. La Mairie de Paris veut maîtriser et taxer ces livraisons. Sur base du principe pollueur-payeur, elle veut percevoir une écoredevance pour toute livraison à domicile.

Une excellent étude sur le transport de marchandises à Bruxelles évoque (en p. 61) des pistes de solutions. Parmi elles, le regroupement des colis et marchandise aux portes de la ville. Elles sont ensuite triées et regroupées par destination, avant d’être livrées en camionnette chez les commerçants ou consommateurs locaux. CityDepot en est l’exemple le plus accompli. Une régulation est donc possible, si le politique  ose l’imposer. Par ailleurs … il nous reste quand même l’option d’un peu de marche à pied pour voir, toucher sentir et choisir dans les commerces, les articles dont nous avons vraiment besoin. Des contacts humains et des emplois, alors que les plateformes de livraison détruisent plus d’emplois qu’elles n’en créent.

Manhattan – Illustration de l’article cité du New York Times

Billet déconseillé aux fans de l’auto

_________________________________________

Après avoir tenu son « salon » en grandes pompes, la voiture individuelle va devoir se résigner. La Région va supprimer 60.000 emplacements de parking en surface. Les bandes de circulation se rétrécissent. Le 30 km/h va se généraliser. Les voitures dites de « société » sont sur le grill. De plus en plus d’espaces publics sont réservés à la circulation piétonne. Bientôt une taxe sur les km parcourus ? Et l’ancien patron de la STIB d’ajouter: « La vie d’un automobiliste doit devenir insupportable à Bruxelles, je ne vois pas d’autres possibilités ».

On assiste a une véritable guerre déclarée à la voiture individuelle, alors que certains arrivent tout juste à accéder à ce rêve de leur vie et que d’autres développent de bonne foi (?) des arguments rationnels pour démontrer que la voiture leur est indispensable. Et les médecins ? Le mien se déplace dorénavant en vélo et ne connaît plus ni bouchons ni problèmes de stationnement pour ses visites. Les automobilistes ne payent-ils pas aujourd’hui leur arrogance passée et leur lobbying constant pour une ville qui s’adapte à leur voiture individuelle ? Tunnels, parkings, voies rapides, autoroutes urbaines, trottoirs étroits … Un journal économique s’interroge ICI et un bulletin écologiste estime LA qu’on peut faire mieux sans.

Aujourd’hui, des transports publics plus performants, des TGV, des voitures partagées ala Cambio, des covoiturages organisés, des taxis collectifs, l’auto stop, des véhicules Uber et Co, des vélos et des trottinettes partagées et la marche à pied, constituent déjà des alternatives crédibles en vue d’une ville apaisée et respirable. Les vraies réticences semblent bien venir des lobbies et des inconditionnels de « ma voiture, ma liberté », des passionnés de voitures accros à leur bagnole, comme d’autres à leur cigarette ou à leur vin rouge. Faut-il tolérer que la passion des uns continue à gâcher la vie et la santé des autres usagers de la ville ?