Archives pour la catégorie Education

Uriner dans un bac à plantes ?

Non ce n’est pas du vandalisme condamnable, mais un autre moyen de se soulager, grâce à un nouveau type de mobilier urbain, qui vient de faire son apparition en centre-ville: l’uritrottoir. C’est un bac à plantes écologique, dans lequel on peut uriner. Pas directement dans la terre de la jardinière – qui sert de décoration – mais dans une fente placée juste en dessous. L’urine humaine constitue un excellent engrais, il contient à la fois de l’azote et du phosphate. La Ville de Bruxelles en a commandé 10, dont 5 viennent déjà d’être mis en service dans les lieux discrets au coeur des quartiers d’où émanent le plus les plaintes pour urine sauvage.

Avec la longue fermeture des cafés et le très petit nombre d’urinoirs et de toilettes publiques en service et en état, le phénomène de l’urine sauvage a pris des proportions nouvelles. Les « uritrottoirs », qui équipent déjà plusieurs villes françaises, seront peut-être une partie de la solution. Mais qu’en est-il pour les femmes, vu que ces dispositifs ne concernent que les hommes ? La Ville promet un nouveau type de toilette publiques accessibles à toutes et à tous et même aux personnes handicapées dans son nouveau plan toilettes.

Un réseau « Toilettes accueillantes » sera aussi créé en collaboration avec le secteur horeca, invité à ouvrir ses toilettes au grand public. Une convention mettra une prime de 1.000 euros à leur disposition pour soutenir le nettoyage de ces espaces. La question de l’entretien des uritrottoirs se pose aussi, au vu de l’état des pissotières classiques de la Ville et des nombreuses plaintes que ces uritrottoirs génèrent à Paris. Affaire à suivre.

https://bx1.be/categories/news/ville-de-bruxelles-des-nouvelles-toilettes-publiques-bientot-installees/

Happy Monday: pas dans le journal

Vendredi. Il fait mauvais. Une voisine charge son vélo électrique sur le dispositif installé à l’arrière de sa voiture. Elle se met en route et quelques minutes plus tard: un grand bruit. Le vélo s’est détaché et se retrouve sur la chaussée. Elle sort de sa voiture. Un homme jeune et barbu en djellaba blanche se précipite vers elle … pour l’aider à réinstaller le vélo à l’arrière de son véhicule. Elle en a les larmes aux yeux. S’il c’était enfui avec le vélo, cela figurerait sans doute dans les faits divers des journaux.

Un Bruxellois du centre-ville fait appel à une société anonyme de la rue Brogniez pour fixer un rendez-vous, en vue d’établir un devis pour un chantier de peinture. Le jour convenu, deux hommes arrivent au lieu du rendez-vous. Un homme blanc de la trentaine et un jeune Maghrébin de 25 ans montent les escaliers. Le propriétaire interroge spontanément l’homme blanc … qui lui répond : je suis l’ouvrier, demandez à Ahmed, mon patron.

La place Fontainas, n’avait de place que le nom. Ce n’était qu’un triste carrefour traversé par de voies de circulation automobile. Suite à la mise en place du piétonnier et à l’action du Comité de Quartier Saint-Jacques, elle est devenue une place arborée avec ses bancs,  ses points d’eau et ses terrasses. Elle attend encore  l’appel à projet, qui doit lui attribuer une œuvre d’art visible de la Bourse. La presse n’en dit rien.

Happy Monday: la nature s’invite en ville

Nager en plein air. Oui, en juillet/aout, il y aura finalement deux piscines en plein air – avec maîtres-nageurs et cabines – grâce aux militant.e.s de Pool is Cool et de la commune d’Anderlecht. Une vraie piscine gratuite sera aménagée le long du canal à hauteur du bassin Biestebroeck (bus 84, M° Saint-Guidon). L’autre c’est à l’étang nageable de Neerpede ,déjà en activité (tram 81 et bus 46). 

Plantes et couleurs. Ce sont les plantes qui servaient jadis à teindre les tissus qui sont mises en valeur au nouveau Jardin Kaleïdogarden, installé depuis peu près du Parc du Bempt à Forest. Les teintureries, le drap écarlate et les tapisseries, furent des artisanats qui ont fait la réputation et la richesse de Bruxelles, du Moyen-Age à la Renaissance. Avec des interventions artistiques colorées, ce jardin didactique vous en dira plus sur notre flore tinctoriale (Bus 50).

Des légumes de la ferme … qui nourrissent plus de 400 personnes. Et un potager collectif et une quarantaine d’agneaux. C’est au Chant des Cailles, qui est toujours en péril à cause d’un projet de construction sur un tiers de sa surface. Allez-y voir les maraîchers au travail ou un dimanche pour une assiette fermière (voir pdf ci-dessous). Le dimanche 6 juin vous pourrez acheter des plantes aromatiques et couper des fleurs. Votre présence sera aussi un encouragement pour le maintien de ce site exceptionnel (M° Demey. Bus 41 et 95)

Tweetez nature en ville

photos étangs de Neerpede, piscine Biestebroeck et nouveau Jardin Kaleïdogarden

Happy Monday: nous attirons des talents

Depuis la nuit des temps, c’est le rayonnement des grandes villes qui a attiré et révélé les talents. Artistes, musiciens, créateurs, entrepreneurs, chercheurs, y ont afflué, se sont fait connaître et y ont développé arts et techniques. Babylone, Athènes, Rome, Venise, Kyoto, Salzbourg, Vienne, Bruges, … ont eût leur heure de gloire. Aujourd’hui, selon les statistiques du Global Talent Competitiveness: Washington, Copenhague, Oslo, Vienne, Zurich …, figurent dans le top 10 du Talent Champion commonalities, avant New York, Paris et Séoul. Bruxelles figure à la 18è place sur 100, avant Tokyo, Amsterdam et Los Angeles. Une autre étude, assez différente et davantage centrée sur l’innovation, ne manque pas d’intérêt, même si Bruxelles n’y figure pas dans le top 20.

Selon les recherches de la banque numérique Aion, Bruxelles serait la meilleure ville belge pour les entrepreneur.e.s en herbe, pour les personnes qui ont le projet de créer une entreprise. « Elle le doit au nombre incroyablement élevé de start-ups existantes et aux nombreux espaces de bureaux flexibles disponibles, mais aussi à une présence importante de talents. Ce n’est pas une surprise pour une ville aussi diversifiée, internationale et entrepreneuriale », affirment-ils dans un article de Bruzz, traduit pour vous en pdf en bas de page.

Pour établir les résultats de cette étude, un indice pondéré a été établi sur la base de deux types de statistiques: celles directement liées aux affaires et celles liées à la qualité de vie dans la ville et ses environs. On y retrouve le nombre d’emplois disponibles, le pourcentage de jeunes pousses déjà établies, le nombre d’établissements d’enseignement supérieur et la disponibilité de bureaux d’accueil pour les entreprises. Attirer et maintenir des talents, cela se mérite tous les jours …

Allons-y à pied …

A Bruxelles, 37% des déplacements s’effectuent à pied, selon Bruxelles Mobilité. Un mode de transport disponible 24h/24. Une technologie du passé, pensée pour le futur. La marche est précieuse, tant pour notre santé que pour l’environnement. Marchez-vous une demi-heure tous les jours ? En êtes-vous bien sûr ? Pourtant, le corps médical voit la marche comme une activité santé essentielle à tout âge. Nous sommes programmés pour marcher et cela peut devenir un plaisir. L’informatique et le télétravail ont fait de la plupart d’entre nous des sédentaires. Les transports motorisés ont considérablement contribué à encore réduire notre activité physique.

Comme 60% des déplacements à Bruxelles font moins de 5 kilomètres, la Région explique à BX1, que  la marche sera la thématique principale de la prochaine Semaine de la Mobilité. Nous sommes tous piétons ! En sortant de sa voiture, en descendant du tram ou en rentrant de l’école. Il est donc essentiel d’agir au niveau du confort des piétons depuis la qualité et la largeur des trottoirs, jusqu’à la création et l’entretien d’espaces publics conviviaux, qui doivent aussi devenir des lieux de rencontre et de convivialité qui se distinguent de la voiture individuelle.

Une enquête menée en 2020 a révélé que 71% des Bruxellois interrogés indiquaient que la crise sanitaire a démontré la nécessité de créer des trottoirs plus larges. Bruxelles Mobilité a démarré un plan pluriannuel et proactif d’entretien des trottoirs, avec un budget de 6 millions d’euros rien que pour 2021. Faudra encore qu’elle s’organise pour qu’ils restent en l’état, après le passage des nombreux impétrants comme Sibelga, Vivaqua et les multiples compagnies de téléphone. Il devrait aussi s’agir de séparer prudemment les piétons des cyclistes, qui ont aussi droit à leurs espaces sécurisés.

une campagne ArBr de Bruxelles Mobilité