Archives pour la catégorie Energie

L’air conditionné ne nous sauvera pas

________________________________________

La météo prévoit 27 degrés à Bruxelles. Au Rajasthan on vient d’enregistrer des températures dépassant les 50 degrés. Les Indiens, qui en ont les moyens, se sont rués sur l’air conditionné, comme le relate Libération. Résultat: un pic dans la demande d’électricité – largement issue du charbon – et énormément d’air chaud rejeté dans les rues. Des animaux et des êtres humains auraient été jusqu’à s’y entretuer pour de l’eau, selon RTBFinfo.

Face au réchauffement climatique en cours et aux possibles canicules, l’air conditionné n’est donc pas une solution généralisable à Bruxelles. C’est du côté de la conception des bâtiments, de leur isolation, d’une circulation d’air tempéré naturelle et de la géothermie qu’il va falloir se diriger sans tarder pour les constructions neuves et même pour la rénovation des bâtiments anciens. Bruxelles Environnement organise une journée d’étude le 21 juin en vue de limiter la surchauffe estivale.

Il y a des siècles, les Romains et les Grecs faisaient circuler de l’eau dans les murs de leurs villas. Dans le désert, les palais des sultans étaient déjà climatisés, grâce à des bâdgirs, sorte de cheminées attrape-vent, parfois agrémentées de jarres en terre cuite remplies d’eau qui – par évaporation – produisaient de l’air frais. Il en existe des versions modernes.  En  Provence et au Canada, des « puits provençaux «  fournissent de l’air frais en été et tempéré en hiver.  Pour les immeubles à appartements, la géothermie pourrait être une solution d’avenir, comme le pratique notamment Lausanne. Des incitants régionaux vont devoir être proposés par le prochain gouvernement pour que les Bruxellois puissent se préparer au futur.

 

Se chauffer à l’hydrogène

_________________________________________

Nous avons déjà abordé les promesses de l’hydrogène en vue de notre nécessaire transition énergétique. Aujourd’hui à Rotterdam, un immeuble de 25 appartements est désormais chauffé à partir d’hydrogène vert. L’Echo présente ce projet pilote, qui vise à démontrer que l’utilisation de l’hydrogène est réaliste pour la production d’eau chaude et le chauffage de bâtiments résidentiels. La société qui a réalisé l’installation donne ICI plus d’informations.

L’avantage de l’hydrogène ? Il n’émet ni CO2, ni CO, ni particules, lors de sa combustion – juste de la vapeur d’eau. Il présente donc un bilan écologique particulièrement favorable, s’il est produit à partir d’électricité éolienne ou solaire. Il a aussi l’avantage de pouvoir se stocker et de se transporter plus facilement que l’électricité. Il permet ainsi de valoriser les surplus de production d’électricité verte en heures creuses. La voiture à hydrogène pourrait être une alternative crédible à la voiture électrique avec ses problématiques batteries et ses temps de charge.

L’utilisation de l’hydrogène, comme énergie alternative, progresse tous les jours. Alstom a mis en service les deux premiers trains à hydrogène alimentés par pile à combustible, la Chine implante un vaste réseau de stations d’hydrogène, à Paris la flotte de taxis à hydrogène atteindra 600 taxis en 2020, les premiers bus à hydrogène vont circuler à Lens, Colruyt a ouvert une première station à Hal… l’hydrogène fait manifestement sa rentrée dans la transition énergétique durable. Si vous aimez en savoir plus, L’Usine Nouvelle y consacre un dossier ICI.

 

Le gaz comme avenir énergétique ?

_________________________________________

Selon L’Echo, des investisseurs luxembourgeois seraient prêts à injecter 2,5 milliards dans 4 nouvelles centrales électriques au gaz en Belgique, dont une à Vilvorde. À peine annoncée, la nouvelle a déjà fait l’objet de plusieurs contestations dans le même quotidien. (1)

Mais, en dehors du gaz de mine, dont l’exploitation commence à Anderlues et les débuts de la biométhanisation (2), mais pas à Bruxelles, où le PS s’y oppose, nous ne disposons d’aucune ressource en gaz. Il faudra donc l’importer et le transporter dans des navires méthaniers depuis les émirats arabes, dont nous nous rendrons très dépendants et dont les ressources fossiles ne sont pas illimitées.

Ce n’est donc pas un projet énergétique d’avenir, mais s’il se réalise, il devrait nous laisser le temps nécessaire pour développer les alternatives durables, qui vont s’imposer suite au nécessaire démantèlement de nos vieilles centrales nucléaires en fin de vie.

___________________
(1) Pour bénéficier de l’accès gratuit à 5 articles par mois dans L’Echo, vous pouvez vous enregistrer ICI sans engagement.
(2) Il s’agit de deux articles intéressants et documentés, mais à lire avec l’esprit critique, vu qu’ils s’apparentent à du publi-reportage.

Happy Monday: la fin d’un privilège ?

________________________________________

Tax free kerosene. Seul carburant non taxé – en vue de développer l’aviation commerciale à la fin de la guerre – ce privilège  accordé au secteur aérien a-t-il encore un sens aujourd’hui, alors qu’il faut diminuer drastiquement les émissions de CO2 ? La Commission européenne a commandé une étude sur le sujet, mais comme la conclusion n’est pas celle qu’elle voulait entendre et contredit l’impact sur l’emploi agité par le secteur commercial, elle tarde à le publier.

Il faut remercier Bill Hemmings, directeur Aviation de l’association  Transport et & Environnement d’avoir mis la main sur le rapport. On y lit en conclusion : l’introduction d’accises sur le kérosène consommé par le secteur aérien ferait baisser le trafic aérien et la pollution, sans affecter l’emploi global et le PIB.

L’étude casse le mythe créé par l’industrie aérienne selon lequel l’économie du pays serait irrémédiablement endommagée par la taxation du carburant aérien. Par contre, le scénario des accises sur le kérosène entraînerait une baisse de 11% des émissions de CO2 (- 16,4 millions de tonnes) et de 8% des personnes affectées par les nuisances sonores.  On en dit plus ICI  et beaucoup plus dans The Conversation. Tout cela fait dire à Bill Hemmings qu’il est urgent  » de mettre fin à l’exonération fiscale sur le kérosène « .

Happy Monday: mieux stocker l’énergie

________________________________________

Aujourd’hui, le développement de technologies de stockage de l’énergie efficaces et peu coûteuses constitue une des clés de la transition énergétique et de la sécurité d’approvisionnement de la ville. Produite par des éoliennes, par des panneaux photovoltaïques, par de l’énergie hydraulique, … il faut pouvoir stocker cette énergie pour la délivrer au moment opportun. Si les batteries ont fait des progrès, elles restent encore lourdes, consommatrices de métaux rares et difficiles à recycler. Des progrès notables commencent cependant à voir le jour grâce à de nouveaux moyens de stockage durables.

Un rapport d’activité (évidemment élogieux) produit par la société Socofe présente cependant une belle synthèse illustrée quant à l’évolution et aux promesses des nouvelles technologies en Belgique et dans le monde.  Je n’en dis pas beaucoup plus parce que vous trouverez ICI un document – non technique – très parlant et illustré d’exemples. Nous y reviendrons prochainement dans d’autres billets, suite aux positions prises par le gouvernement.