Archives pour la catégorie Energie

Happy Monday: le photovoltaïque séduit les Bruxellois

_______________________________________________

Du jamais vu en Région bruxelloise. Plus de 15 MW de nouvelles installations photovoltaïques enregistrés en 2018. Soit 50% de plus qu’en 2017 et trois fois plus qu’en 2016, écrit Christine Scharff dans un article de L’Echo. « On atteint une puissance cumulée de plus de 82 MWc à la fin décembre 2018. À ce rythme, la Région pourrait franchir le cap des 100 MWc de solaire photovoltaïque dans le courant 2020 ».  Selon Céline Fremault, vu le marché bruxellois, il n’y a cependant pas de risque de bulle au niveau des certificats verts négociables remis aux bénéficiaires.

Les primes sont importantes et maintenues. Alors pourquoi cette hâte ? Prudents, certains se sont dépêchés d’installer des panneaux pour profiter encore de la compensation (le compteur qui tourne à l’envers), dont la suppression est annoncée à Bruxelles pour 2020.

Il y a aussi les propositions alléchantes de Brussels Energy et Brusol, des tiers-investisseurs qui offrent « des panneaux photovoltaïques gratuits ! », en se payant avec les certificats verts pendant 10 ans. Une solution pour ceux qui ne peuvent consentir à l’investissement, bien qu’il existe le « prêt vert bruxellois » entre 0 et 2%, plus rentable mais plus compliqué administrativement.

La voiture individuelle bannie d’Oslo

____________________________________

Une mesure radicale, annoncée par Le Temps, pour le centre d’Oslo. Elle était prévue pour cette année, mais remise suite à une opposition qui la qualifie de « liberticide ». La ville a donc opté pour des mesures dissuasives: suppression de 700 places de parking, zonage rendant impossible la traversée du centre en voiture, piétonnisation de rues, renchérissement des péages urbains… « En 2020, on aura supprimé l’essentiel des voitures particulières du centre-ville. En dehors de celles pour handicapés, il n’y en aura plus».

La voiture individuelle – même électrique –  a-t-elle encore sa place en ville alors que 75.000 personnes et 35.000 élèves défilent dans les rues pour un air pur et une planète bleue ? Dans le même temps le roi inaugure cependant un Salon de l’Auto qui a accueilli 542.566 visiteurs, alors que le  » #WeAreMobility «  voisin n’a convaincu que 36.000 visiteurs … La voiture individuelle appartient déjà au passé, mais la résistance des amoureux de l’auto sera forte … il faudra oser leur en faire payer le prix et utiliser ces revenus pour développer rapidement des alternatives durables.

En Belgique, la congestion coûterait annuellement quelque 8 milliards. 70% de l’espace public  bruxellois serait consacré à la voiture, qui passe cependant le plus clair de son temps (97,9%) à être immobile. C’est le très sérieux quotidien économique L’Echo qui épingle ces rappels dans un article intitulé « Vroum, vroum ».

Qui produit le plus de gaz à effet de serre ?

__________________________________

La circulation automobile ? Et bien non, 60% des émissions de gaz à effet de serre proviennent du chauffage des bâtiments selon BX1. Si la plupart des bureaux sont relativement bien isolés, ce sont les habitations qui sont pointées du doigt pour isolation thermique insuffisante, pour chaudières peu performantes et usage encore important de mazout de chauffage. Pour réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre à Bruxelles en 2030 – comme le préconise le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) et comme nous nous y sommes engagés pour respecter l’accord de Paris – il va falloir agir.

« La lutte contre le réchauffement climatique est certainement la bataille de ce siècle » affirme Charles Michel qui ajoute « Elle suppose une transformation dans notre façon de consommer, de produire, de nous déplacer ou encore de travailler ». Cela s’arrête là. Agir individuellement et collectivement pour rendre meilleure la Performance Energétique (PEB) de nos logements. Notre ministre de l’Environnement va aussi devoir déterminer rapidement comment mieux soutenir financièrement cette rénovation du parc immobilier public et privé (la carotte) et comment contraindre les propriétaires privés et publics (le bâton) à effectuer les travaux nécessaires pour diminuer les charges liées aux mauvaises performances énergétiques, de leurs biens, quand on sait qu’elles excèdent parfois le prix du loyer.

Mais au-delà de ces déclarations, il ne s’agit plus de se contenter de recevoir des étudiants et des familles qui ont marché pour le climat et de leur dire « je vous ai compris ». Le paternalisme et les déclarations « prudentes » ne sont plus de mises. « Il faut vérifier l’impact éventuel qu’auraient ces mesures sur certains secteurs économiques et sur les populations les plus défavorisées » dit Charles Michel, qui se dédouane en mettant en avant l’opposition de la Flandre à toute révision du plan énergétique. Le WWF rétorque « Beaucoup d’études ont déjà été faites mais elles ne sont pas reprises dans le plan climat : prix du carbone, loi climat, vision de mobilité, pacte sur la rénovation… Une loi Climat – préconisée par des scientifiques belges – devrait encore pouvoir trouver une majorité au parlement fédéral pour être votée avant la fin de la législature.

Métro ligne 3: un dossier à revoir

__________________________________

Quoi qu’en dise Rudi Vervoort dans Le Soir, est-il souhaitable que ce dossier soit clôturé en fin de législature ?   » Impossible de prendre une décision éclairée sur base d’un dossier mal ficelé et auquel il manque un rapport coût /bénéfice impartial « . C’est la conclusion de quatre experts *, dont Michel Hubert et Pierre Laconte – lecteurs de ce blog – nous transmettent ICI une opinion dissidente publiée par La Libre.

Bien sûr, cela ne manquera pas d’occasionner du retard, mais un investissement de près de 2 milliards d’euros sur près de 20 ans, peut-il être engagé sans que les décideurs politiques disposent de tous les éléments d’appréciation ?

Ecolo/Groen – qui est le seul parti à avoir émis des doutes sur l’adéquation de cette solution – s’est vu attaqué de toutes parts par les autres partis, trop contents de pouvoir annoncer le creusement d’un nouveau métro à la veille des élections et de tailler des croupières sous les pas des « Verts anti métro ». Voilà le point de vue d’Ecolo /Groen confirmé par des experts reconnus et impartiaux.

______________

* Frédéric Dobruszkes (ULB, vice-président de la Commission régionale de la mobilité), Michel Hubert (USL-B et ULB, responsable académique de l’Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale), Christian Kesteloot (KU Leuven) et Pierre Laconte (secrétaire général honoraire de l’Union internationale des transports publics – UITP).

Un autre Bruxelles est possible

________________________________________

Il semble y avoir des problèmes d’accès à ce billet: le revoilà. Sorry.

En paraphrasant Ecolo/Groen et son interview décapante  “ Une autre Belgique est possible ”, en la rapprochant avec la sortie prochaine du “ Demain Bruxsels ” d’Aula Magna et avec la mobilisation climatique déterminée de la génération montante, notre Ville-Région pourrait se trouver à la veille de grands changements après les élections de mai. Ville plus verte et plus solidaire ?

Tous les partis vont devoir prendre position par rapport à l’urgence de la transition écologique et énergétique et préciser qui va la payer. S’ils mettront tous du vert à leur programme, il n’est cependant pas exclu qu’Ecolo/Groen – dont c’est la raison d’être – s’avère incontournable au soir du scrutin régional et soit à la barre d’une nouvelle coalition. Carrément un changement de paradigme ? en route pour une autre ville ? une autre vie ?  Je n’ai pas de boule de cristal, mais il semble que l’on n’ait jamais été aussi proche d’un grand chambardement urbain et de l’émergence de nouveaux modes de vie qui tourneraient le dos à une civilisation de consommation ?

Certains se demandent si Ecolo/Groen en est capable ? S’il dispose du personnel politique compétent pour mener la révolution qui s’annonce ? pour imposer un autre partage des richesses ? Bien sûr que non – ils ne sont pas prêts – mais qui l’est ? Les résistances de la population seront énormes, dès lors qu’il s’agirait de changer d’habitudes, de quitter sa zone de confort et de se voir imposer plus de solidarité … Ne vivons-nous pas des temps exaltants ?