Archives pour la catégorie Logement

Des voeux pour un projet Néo

__________________________________

Sur le plateau du Heysel, Néo continue de rêver à la réalisation de son plan d’urbanisation.
Un projet indispensable pour héberger un nombre croissant de Bruxellois, évoluant à l’intérieur d’un territoire limité à 19 communes. Conçu il y a 10 ans déjà, Néo est toujours un projet du XXe siècle. Avec, en son centre, un immense temple de la consommation redoutable pour le commerce de centre ville, un grand centre de congrès permanent, dont l’occupation sera occasionnelle, une bretelle d’autoroute d’accès, des parkings supplémentaires et la fin de l’espace aquatique « nageable » prévu pour remplacer le très populaire plan d’eau Océade, chassé du site.

« En octobre, face à l’imbroglio des obstacles qui se sont accumulés, la Ville de Bruxelles faisait montre de sa volonté de remettre à plat le dossier: Néo 1 et son centre commercial (72 000 m²) assorti de 750 logements, d’un côté, Néo 2 et son centre de congrès assorti d’un hôtel de haut standing, de l’autre. Un mois plus tard, en plein salon de l’immobilier au Mapic de Cannes, Ville et Région reviennent à la charge pour faire savoir que les permis pour Néo1 seront prochainement délivrés ». IEB, fédération de comités d’habitants, donne plus de précisions dans sa newsletter.

Une action est en cours au Conseil d’Etat à l’initiative d’ONG de la société civile bruxelloise. Après audition des plaignants, le Conseil devrait très bientôt décider de suivre (ou non) l’avis positif de son Auditeur. Ce serait l’occasion pour la Ville repenser les programmes de Néo 1 et 2, pour en faire un projet d’intérêt général, plus en phase avec les besoins sociaux et économiques de la Région et de ses habitants, plus respectueux aussi de l’environnement.

Ce sont nos vœux constructifs pour un nouveau Néo 2020

vision d’artiste pour l’actuel projet Néo

Happy Monday: Berlin futur paradis des locataires ?

_______________________________________

« Parce que se loger ne devrait pas être un luxe » peut-on lire sur des calicots berlinois.
Il y a longtemps que la plupart des êtres humains ne sont plus nomades et se sont sédentarisés dans des villages et des villes. Disposer d’un lieu pour dormir et installer sa famille est une condition de base pour s’épanouir. À Bruxelles, comme à Berlin, la majorité des citoyens sont locataires de leur logement et doivent souvent y consacrer un part (trop) importante de leurs revenus.

Sous le régime communiste, le logement était public à Berlin Est. Après la chute du mur, la nouvelle équipe municipale berlinoise a cédé des pans entiers de son parc immobilier au privé. Aujourd’hui, la municipalité s’est décidée à les racheter. En juillet, déjà 670 logements sur Karl-Marx-Allee et ce n’est qu’un début, parce que le gouvernement s’est engagé à augmenter de 55 000 le nombre de logements public: 30 000 par la construction, le reste par l’achat.

En avril 2019, 40 000 Berlinois défilaient dans le centre-ville pour dénoncer « la folie des loyers ». Ils s’en prennent aux omnipotentes agences immobilières et collectent des signatures en vue de forcer la ville de Berlin à exproprier toute agence immobilière possédant plus de 3 000 logements. Sous la pression de la rue, Berlin va rejoindre le club des rares villes européennes qui plafonnent strictement l’évolution des prix de l’immobilier. Une véritable expérience pilote en Europe qu’Alternatives Economiques détaille ICI.

photo illustrant l’article d’Alternatives Economiques

Des parkings pour dissuader

_____________________________

C’est pour tenter de dissuader les automobilistes d’entrer dans Bruxelles avec leur voiture, que la Région consacre de (gros) budgets à la création de parkings dits « de dissuasion ». Le dernier en date est celui de Uccle Stalle – toujours complet – mais qui va voir sa capacité  doublée au prix de 12 millions d’euros (un demi milliard de francs belges quand même). Et d’autres suivront, à Crainhem, au Heysel et à Auderghem. C’est BX1 qui rapporte cette décision de notre ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen).

Certains estiment que ces parkings devraient se trouver à l’extérieur de la ville pour éviter sa congestion, mais là, ils dépendraient de la bonne volonté de la Flandre et de la Wallonie, qui semblent peu intéressées à consacrer des moyens pour délester Bruxelles. La Région prend ses responsabilités, même si l’ARAU – qui conteste cette politique – a pu vérifier, qu’à Stalle, ce sont surtout les locaux et les commerçants qui saturent les 380 places gratuites existantes …

De tels investissement sont à amortir en 30 ans. Pensez-vous qu’en 2050 la nouvelle génération se rendra encore à Bruxelles en voiture individuelle, même électrique et autonome ? Se pose  donc la question d’une possible reconversion de ces parkings pour d’autres usages. Nous avions suggéré d’imposer des hauteurs de plafond suffisantes pour pouvoir les reconvertir en logement, écoles ou hôpitaux. Pas sûr que ce soit grâce à nous, mais la ministre précise “le projet prévoit la modularité du bâtiment, de manière à ce qu’une réaffectation partielle en logement ou d’autre fonctions soit possible“. Dont acte.

Néo: un projet d’un autre temps

___________________________________

Imaginé il y a 10 ans par la ville de  Bruxelles – propriétaire du plateau du Heysel – ce grand projet d’urbanisation semble déjà largement obsolète avant même de sortir de terre. Ne devrait-il pas être remis à plat, suite à la situation nouvelle sur le plan climatique, sur le plan consommation et suite à un manque de logements criant ?

Plieurs éléments neufs. Le terrain du stade roi Baudouin n’est plus libre, vu son maintien in situ, faute d’un nouveau stade sur le parking C. Les palais des expositions ont un besoin urgent de rénovation, plus prioritaire que la construction d’un palais des Congrès, selon ses occupants et selon le ministre de l’Urbanisme régional Pascal Smet. Les grands centres commerciaux  de périphérie appartiennent au passé et les 72.000m2 de Néo (2 x City2) sont démesurés par rapport aux besoins locaux et hors de propos pour tenter d’y attirer une clientèle motorisée lointaine (1). Le maintien d’un maximum d’arbres et la création d’un étang nageable pour remplacer Océade s’imposent. Le nombre de logements moyens et sociaux prévu est insuffisant pour répondre à demandes croissante.

Rudi Vervoort et Philippe Close viennent néanmoins d’organiser, en fanfare, une conférence de presse avec les investisseurs, au salon de l’immobilier commercial de Cannes, pour clamer haut et fort que Néo verra le jour à tout prix. Reconnaître que le projet n’est plus approprié et laisser place à une formule plus adaptée à la situation actuelle – en assumant d’éventuels dédits – serait cependant un acte d’humilité apprécié par les citoyens, plutôt qu’un acharnement radical, que l’histoire ne tardera pas à reprocher à nos édiles.

_________________
(1) Si le méga shopping Néo est un succès, ce sera nécessairement au détriment du commerce de centre-ville, du vivotant centre commercial Docks Bruxsel et d’une circulation apaisée. S‘il est un échec, il deviendra un chancre difficilement reconvertible.

 

Bruxsels en chiffres

_______________________________

Avec 62% de citoyens d’origine étrangère, Bruxelles est la capitale la plus cosmopolite du monde après Dubaï (83,9%).

La Ville-Région compte
5.322 diplomates
1.400 journalistes et représentants de presse
15 à 20.000 lobbyists
300 représentants des régions d’Europe
4.000 militaires et employés de l’OTAN
2.500 autres agences internationales
2.000 compagnies étrangères
150 bureaux d’avocats internationaux

Région riche / Cité pauvre
50% des familles vivent dans des quartiers défavorisés
30% de la population est estimée vivre sous le seuil de pauvreté
8% seulement des logement sont à caractère social avec 50.000 familles en attente
70% des Bruxellois sont locataires
le marché immobilier pousse les résidents les plus pauvres vers la zone du canal

(source Brussels Academy  et beaucoup plus de chiffres ICI sur Mini-Bru)