Archives de catégorie : Logement

La fin du gaz et après ?

Bruzz a consacré un article de fond à l’énergie du futur à Bruxelles. Il est traduit ICI pour vous. A mi-mandat, le gouvernement bruxellois a effectué un bilan et va jouer à fond la carte du climat. Il s’agit notamment de travaux d’isolation de tout le parc immobilier, qui avait déjà été annoncés, avec les primes correspondantes. À partir de janvier 2023, les primes à l’énergie pour les chaudières gaz à condensation disparaîtront pour en dissuader l’installation. Plus efficaces sur le plan énergétique, elles ont l’inconvénient de fonctionner avec des combustibles fossiles.

Il s’agit de nous rendre moins dépendants de ces coûteuses énergies importées, à effet de serre incontesté. Les primes pour les pompes à chaleur, les panneaux solaires et l’isolation seront maintenues. À partir de 2025, ces solutions neutres en CO2 deviendront obligatoires pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes. En 2030, Bruxelles souhaite que tous les bâtiments publics soient chauffés sans combustibles fossiles et, d’ici 2035, tous les autres logements devraient suivre.

Mesures indispensables, mais dans la pratique, il sera difficile de se passer du gaz. Dans les bâtiments mal isolés, une pompe à chaleur est moins efficace. Les Bruxellois qui ont investi dans l’installation d’une chaudière à condensation, le faisaient pour 25  ans, et n’apprécieraient pas de devoir la remplacer trop rapidement par une pompe à chaleur. Une formule de leasing, plutôt qu’un achat complet, pourrait être une solution rentable. La création de réseaux de chaleur collectifs existe déjà et ses extensions prometteuses sont à l’étude.

Un futur pour l’architecture

Construire pour qui ?

Au Bard College dans l’Etat de New York, l’architecture est envisagée sous l’angle d’une méthode critique, et non comme une profession dédiée à la construction d’abris. Plutôt que des visionnaires créatifs à l’échelle mondiale, ses praticiens sont plutôt présentés comme des fonctionnaires assaillis dans une chaîne mondiale de production de ressources et de consolidation des richesses – souvent du mauvais côté de l’histoire. Ce petit Collège d’arts libéraux d’Annandale-on-Hudson est connu pour sa philosophie éducative peu orthodoxe.

C’est une rupture par rapport à la plupart des formations en architecture, où les écoles visent à former des professionnels prêts à concevoir des appartements, des bureaux et des écoles, grâce à un mélange de compétences techniques et d’artisanat artistique, déployé le plus souvent de manière apolitique. Ici, ils sont formés pour interroger la façon dont l’architecture est pratiquée et ce qu’elle produit. L’objectif du programme, selon le co-directeur Ross Exo Adams, est d’inculquer une « culture spatiale ».

A Bruxelles aussi, on peut s’interroger sur la formation des futurs architectes de la ville. « Vont-ils continuer à concevoir l’architecture pour un monde donné », se demande le co-directeur du Bard. « L’architecture est toujours censée résoudre les problèmes dans le meilleur des cas, voire les renforcer la plupart du temps. Nous n’avons pas d’autre choix que d’imaginer un monde différent, car le monde dans lequel nous vivons est en train de mourir ». Il en dit plus dans cet article de Bloomberg CityLab  traduit ICI pour vous.

“An Atlas for Housing Justice,” a project called Housing and Collective Care. Photo Bard  

Happy Monday: logement et bâtardise

Accès à la propriété. C’est pour favoriser la propriété privée, que le ministre Gatz veut alléger la fiscalité immobilière bruxelloise pour l’achat d’une habitation propre et unique. L’abattement sur les droits d’enregistrement serait relevé à minimum 200.000 euros et un abattement complémentaire serait consenti pour des rénovations énergétiques. Bruxelles se rapproche ainsi des conditions favorables de la Flandre. L’Echo détaille tout cela ICI.

Occupations temporaires. Le gouvernement bruxellois va dégager plus d’un million d’euros pour soutenir des initiatives d’occupation temporaires de bâtiments vides à des fins sociales. 700 personnes devraient y trouver prochainement un lieu de vie digne et sécurisé. Un début de réponse face au développement rapide de la pauvreté et à l’existence de plus de 6 millions de m2 inoccupés. La Capitale détaille cela ICI.

Construction circulaire. A Evere, des ouvriers et des ingénieurs ont commencé à démanteler un ancien complexe de bureaux. Ils n’utilisent pas d’outillage de démolition lourd et récupèrent énormément de matériaux réutilisables. Le bâtiment avec terrasses deviendra un complexe résidentiel écologique pour 80 familles d’ici 2025. Bruzz en dit plus et publie des photos ICI.

… un Bâtard Festival se déroulera à Bruxelles du 13 au 16 avril. Garanti non spectaculaire, sans grands acteurs, sans faux amour et avec des prix en fonction de vos moyens. Les bâtards à Bruxsels on connaît, ceux-ci affectionnent l’anglais et on va les voir s’affirmer ICI.

Direz-vous non à NEO ?

C’est la troisième fois que le gouvernement bruxellois tente de modifier le Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS) afin de créer le cadre juridique nécessaire pour construire son Mall of Europe sur le site du Heysel. 72 000 m² de commerces (2 x City2) et 3 200 places de parking en dessous, c’ est au mieux, démodé. L’enquête publique se déroulera du 4 mars au 2 mai 2022. Chacun est autorisé à réagir à cette demande de permis.

Cela ne vous prendra que quelques minutes, mais chaque réaction compte. Plus il y en aura, moins la Commission de Concertation sera encline à délivrer cette nouveau permis. Alors que la Ville de Bruxelles parle sans cesse de « la ville à 10 minutes », elle entend construire un méga shopping center qui devra attirer une clientèle motorisée dans un rayon de plus de 5 km pour se rentabiliser. Et si elle y arrive, c’est le commerce de centre-ville qui en pâtira.

L’association urbaine BRAL a étudié la question et a lancé un communiqué que nous avons traduit pour vous ICI. Le BRAL vous encourage à réagir par un simple courrier – écrit ou électronique – et vous donne les adresses nécessaires. Ils développent aussi des arguments judicieux, que vous pouvez reprendre dans la réaction que vous allez envoyer. Votre plume ou votre clavier sont votre meilleure arme pour assurer un réel avenir au plateau du Heysel, qui peut se contenter d’un petit centre commercial local, mais devrait accueillir plus de logements abordables et un étang nageable.

4
2

Le sang des enfants

Upon the street they lie
Beside the broken stone:
The blood of children stares from the broken stone.
Death came out of the sky.

Oui. Le sang des enfants nous dévisage depuis les débris éparpillés dans la rue. La mort est venue du ciel. Qui mieux que le poète a pu exprimer la douleur qui nous envahit chaque matin en ouvrant la radio ? Benjamin Britten a ajouté à ces textes la lancinante et douce musique qu’interprétaient vendredi Nicky Spence et Dylan Perez à La Monnaie.

Bruxelloises et Bruxellois ont ouvert très vite la porte de leur logement à ces femmes et ces enfants qui ne cessent de fuir leur pays, où elles n’ont commis aucun crime. Nos écoles ont ouvert leurs classes aux plus petits et recherchent des personnes qui parlent ukrainien pour scolariser les plus grands. Cette guerre barbare pour conquérir des territoires, que nous croyions ne plus jamais connaître, est face à nous. Nous laisse impuissants, réduits à offrir notre seule charité.

>  Poèmes de Britten, avec résumés français et néerlandais disponibles ICI à partir p. 13