Archives pour la catégorie Logement

Qui produit le plus de gaz à effet de serre ?

__________________________________

La circulation automobile ? Et bien non, 60% des émissions de gaz à effet de serre proviennent du chauffage des bâtiments selon BX1. Si la plupart des bureaux sont relativement bien isolés, ce sont les habitations qui sont pointées du doigt pour isolation thermique insuffisante, pour chaudières peu performantes et usage encore important de mazout de chauffage. Pour réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre à Bruxelles en 2030 – comme le préconise le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) et comme nous nous y sommes engagés pour respecter l’accord de Paris – il va falloir agir.

« La lutte contre le réchauffement climatique est certainement la bataille de ce siècle » affirme Charles Michel qui ajoute « Elle suppose une transformation dans notre façon de consommer, de produire, de nous déplacer ou encore de travailler ». Cela s’arrête là. Agir individuellement et collectivement pour rendre meilleure la Performance Energétique (PEB) de nos logements. Notre ministre de l’Environnement va aussi devoir déterminer rapidement comment mieux soutenir financièrement cette rénovation du parc immobilier public et privé (la carotte) et comment contraindre les propriétaires privés et publics (le bâton) à effectuer les travaux nécessaires pour diminuer les charges liées aux mauvaises performances énergétiques, de leurs biens, quand on sait qu’elles excèdent parfois le prix du loyer.

Mais au-delà de ces déclarations, il ne s’agit plus de se contenter de recevoir des étudiants et des familles qui ont marché pour le climat et de leur dire « je vous ai compris ». Le paternalisme et les déclarations « prudentes » ne sont plus de mises. « Il faut vérifier l’impact éventuel qu’auraient ces mesures sur certains secteurs économiques et sur les populations les plus défavorisées » dit Charles Michel, qui se dédouane en mettant en avant l’opposition de la Flandre à toute révision du plan énergétique. Le WWF rétorque « Beaucoup d’études ont déjà été faites mais elles ne sont pas reprises dans le plan climat : prix du carbone, loi climat, vision de mobilité, pacte sur la rénovation… Une loi Climat – préconisée par des scientifiques belges – devrait encore pouvoir trouver une majorité au parlement fédéral pour être votée avant la fin de la législature.

Avez-vous peur des pauvres ?

_________________________________________

Ils ne nous ressemblent pas. Ils ne nous ressemblent plus. Ils incarnent ce que nous ne voulons pas pour nous, ni pour nos proches. Les pauvres seraient-ils les nouveaux pestiférés, les intouchables de notre société ?  La peur ou l’indifférence qu’ils suscitent a donné naissance à un nouveau terme: la pauvrophobie.

Au coeur de la ville, la pauvreté s’affiche comme une réalité quotidienne. Selon Statbel, un Belge sur cinq n’arrive pas à joindre les deux bouts, et à Bruxelles ce serait  pire. « Les plus démunis et en particulier les sans-abri souffrent de l’ignorance et souvent de la condescendance de la société. Un isolement, un sentiment de déshumanisation qui sont parfois plus douloureux encore que la précarité elle-même. » RTBF – L’envers du décor sur 7 à la Une. En attendant une révolte du peuple des bas revenus ? déjà présente dans le mouvement des gilets jaunes.

La présence des personnes pauvres en rue, dans le métro, à côté des banques et des temples de la consommation, donne un visage au phénomène de la pauvreté au XXIè siècle. Difficilement supportable. Les cacher ou les bannir n’est en aucun cas admissible. Ce ne sont pas les pauvres qu’il faut chasser, mais la pauvreté et les bandes organisées qui les exploitent. Comment sont-il si nombreux à passer entre les mailles du filet social développé par notre société d’abondance ? La chute peut être rapide: une séparation, une perte d’emploi, des dettes, une maladie mentale ou physique, un choc. La générosité et la compassion n’en viendront pas à bout. Mais, si vous pouvez un regard, un sourire, une parole vraie, c’est  » un retour parmi la communauté des humains « , me dit quand même une ancienne assistante sociale – aujourd’hui sans domicile fixe.

Non, pas de photo.

Happy Monday: un entrepreneur écologique et social ?

________________________________________

Piet Colruyt est le cousin de Jef Colruyt, dont chacun connaît les supermarchés et la chaîne bio. Mais Piet est architecte et ne choisit pas la facilité. Son entreprise construit du logement de type social et du logement moyen accessible aux jeunes familles sur des sites urbains désaffectés, y compris à Bruxelles. Il favorise la passivité des bâtiments,  la lumière et les espaces communs.

Il regrette que tant de familles continuent de miter la campagne et de détruire ce qui reste de verdure. Leurs impôts échappent aussi aux villes qui manquent de moyens. Il estime que les frais que leur choix de vie occasionne (routes, riolering, transports publics, écoles et services, … ) doivent être à leur charge et non à la charge de la collectivité.

L’espace est un luxe qu’il apprécie, cependant il faudra accepter de vivre dans des appartements plus petits et bien conçus mais bénéficier d’espaces publics proches et de qualité. Il faut construire près des gares. Construire des communautés, pas des lotissements. Il faut lire iCI l’interview de cet entrepreneur social (ou sa traduction par un robot assisté). Si on peut le croire, il ne serait pas loin d’avoir accouché d’une entreprise rentable, mais à la fois éco et socio responsable. Pourrait-on donc être  à la fois riche et coopératif ?

Le changement ? Lequel ?

___________________________________________

 » Nos inquiétudes les plus profondes sur l’avenir de notre lieu de vie sont incarnées par d’autres villes. »  Pour les Américains: la Manhattanization, la Brooklynification ou la Portlandification « , à en croire un article du New York Times cité par CityLab. Les Bruxellois pourraient craindre une Barcelonisation, une Berlinisation ou une Parisianisation de la ville, avec augmentation du prix des logements, tourisme de masse et encore plus de congestion. Nous souhaitons cependant toutes et tous un développement sans embouteillages, des emplois technologiques sans crise des sans-abris et des logements abordables sans étalement de la ville. Où sont les modèles ?

Un coup d’oeil en Amérique. Houston la cité modèle ? Le miracle de Mineapolis ?
Jacob Frey, le jeune maire démocrate, fraîchement élu de Minneapolis:  “the only thing people hate worse than the status quo is any change at all”. Il va falloir  » oser des solutions à la hauteur des préjudices que Mineapolis a subis dans le passé. Des efforts vont devoir être entrepris pour favoriser une belle diversité de personnes dans la ville et dans tous les quartiers ». La municipalité a décidé courageusement de mettre fin aux zones de logement unifamilial, qui ont longtemps perpétué la ségrégation. « Beaucoup de gens qui y vivent depuis longtemps, et parfois très mécontents de ce genre de décision, vont regarder autour d’eux et finiront par dire: « C’est une bonne chose. C’est toujours un endroit où il fait bon vivre ”. Et à Bruxelles ?

Nous sommes dans une période de transition entre: ce que la ville était, ce qu’elle est,  et ce que nous voulons qu’elle devienne. L’urgence de la nécessaire transition écologique et du partage des richesses plus la pression des jeunes conscientisés, vont devoir guider les choix que nous allons opérer. Ces choix construiront, dès aujourd’hui, la ville de demain et le nouveau mode de vie qui s’y développera. La fin de l’étalement de la ville, une cité plus dense, des logements plus petits, des espaces publics plus grands et de qualité, des objets partagés, … Même les Américains y pensent et contestent le modèle d’Houston.
C’est passionnant et enthousiasmant. Beau début d’année.

Architecture: une opportunité à saisir

_________________________________________________

Vous vous souviendrez de l’opposition unanime suscitée par le projet mussolinien présenté pour l’aménagement du site de la Cité administrative. Bruzz annonce ICI que ce plan a été complètement revu et le premier architecte réduit au rôle d’exécutant.  Y a-t-on gagné au change ?

Si le nouveau projet tente de relier le quartier Congrès au bas de la ville et si le mur aveugle du parking Pacheco régresse quelque peu, le projet manque toujours de sensibilité urbaine et d’ambition environnementale, comme tous les commentaires le révèlent. Qui rêve de vivre là ?

Soyons de bon compte, le Plan particulier d’affectation du sol (PPAS) de la Ville est catastrophique, dense et contraignant. Avec Change Brussels et Ecolo/Groen aux manettes, peut-on espérer rediscuter du cahier des charges de ce qui devrait devenir un nouveau quartier bruxellois exemplaire du XXIe siècle ?

 

 


© Max Dudler Architects                                                 Projet refusé  Jaspers-Eyers/Archi 2000