Archives de catégorie : Identité

Co-habiter ?

Billet d’humeur

J’ai travaillé quatre ans aux Etangs Noirs, voilà pourquoi ce reportage molenbeekois de La Libre m’interpelle. Il relate l’expérience vécue par un certain nombre de jeunes flamands, qui ont fait choix de s’installer à Molenbeek. Ils y vivent et souhaitent co-habiter avec la population existante. Ils organisent parfois des activités festives ouvertes à tous, avec plus ou moins de succès. La plupart s’accrochent. Certains pensent qu’ils ne restent que parce que les loyers y sont moins chers …

On peut sans doute leur reprocher de préférer traverser le canal le soir pour aller boire un verre au Walvis. Mais que faut-il penser des salons de thés sombres de Molenbeek, où ils ne sont généralement pas bien accueillis pour un bière avec leur copine ? Les habitants de Molenbeek – qui y ont remplacé les travailleurs italiens et espagnols – considèrent-ils être aujourd’hui chez eux à Marokebeek de manière immuable ? Pensent-ils pouvoir imposer leur mode de vie à tous ? Répéteraient-ils le genre d’exclusion dont ils ont eux-mêmes été victimes ?

« Les jeunes flamands chassent les locaux ». Les locaux ne chassent-ils  pas les nouveaux venus qui ne partagent pas leurs habitudes ? Sauf à considérer que le vieux Molenbeek ou Anneessens doivent rester des enclaves marocaines, ne faudrait-il pas y favoriser une mixité active et joyeuse ? N’est-ce pas plutôt à Woluwe ou à Ixelles qu’il faudrait construire de nombreux petits logements à prix sociaux, si là aussi on souhaite une mixité active ? Ce n’est pas le clientélisme politique actuel qui y poussera. Moi j’y crois, malgré une opposition tenace et argumentée à coups de « gentrification » et du confort de tous les « entre-soi ».

Quelle culture générale ?

« Le fondement des sociétés démocratiques et libérales est l’esprit critique, qui se nourrit de la connaissance des humanités. Sans exception, les Etats totalitaires rejettent l’enseignement des humanités, et les États qui rejettent cet enseignement deviennent toujours totalitaires » Takamitsu Sawa, un professeur d’Economie, qui s’oppose à un enseignement supérieur japonais libéral pragmatique, qui devrait se limiter à « produire des ressources humaines qui correspondent aux besoins de la société ».

Connaissance de l’histoire, la nôtre, celle du monde et celle des philosophies et religions, mais aussi la musique, les arts, les sciences, et toute cette culture générale qui nous rend si humains, au-delà de nos seules compétences professionnelles. Le tronc commun scolaire prolongé et l’initiation à la philosophie et la citoyenneté vont-ils arriver à y contribuer dans notre ville cosmopolite ? alors que les employeurs aussi, commencent à y porter intérêt.

Vous n’en croirez pas vos yeux, mais deux professeurs ont osé se lancer dans la rédaction de « La Culture générale pour les Nuls » ! Une magistrale synthèse – plutôt celle des intellectuels occidentaux – qu’il ne faut cependant pas avoir peur de feuilleter ICI. Voyez la longue table des matières, avec les domaines que vous maîtrisez … et tous les autres, qui sont supposés faire partie du bagage de « l’honnête homme (et femme) du XXIème siècle.»

« La culture générale (serait-elle ?) ce qui reste quand on a tout oublié »  (Ellen Key)

Le retour des religions

La diminution drastique de leurs pratiquants ayant fortement diminué l’influence des religions catholiques et protestantes dans notre pays, la séparation de l’Eglise et de l’Etat semblait définitivement consacrée. Le déclin important des partis catholiques CD&V et cdH (aujourd’hui Les Engagés) le confirme. Que ce soit le mariage pour tous, la dépénalisation de l’avortement, la fin de vie ou les questions de genre, Bruxelles et la Belgique ont pris des positions claires sur ces questions éthiques.

Le séisme provoqué par la décision de la Cour suprême des USA nous rappelle cependant que ces acquis de longue lutte n’ont rien d’irrévocable. Le débat parlementaire à propos de l’abattage sans étourdissement a divisé les partis et opposé un certain nombre de leurs membres. Est-ce pour prévenir les réactions d’une partie de leurs électeurs que l’interdiction a été rejetée ? Pas pour des raisons scientifiques en tout cas. Qu’un député bruxellois socialiste Vooruit ait osé affirmer que « Dieu ne permettrait pas que des animaux souffrent » fut inouï sur la scène politique bruxelloise. Dans Bruzz, Steven Van Garse s’interroge dans une Opinie traduite ICI pour vous.

Bruxelles, berceau de la libre pensée, va-t-elle connaître le grand retour des religions dans la conduite de l’Etat et de la Ville ? Pas seulement l’Islam, mais aussi les prédicateurs Pentecôtistes et autres  prêtres Polonais, dont on parle moins. Peut-on compter sur notre particratie – qui sélectionne les candidats parlementaires – pour éviter ce grand retour, alors qu’ils contribuent – parfois de bonne foi – à alimenter les divisions et qu’ils espèrent y gagner des voix ?  La religion créerait-elle des communautés et des solidarités que l’Etat n’est plus en mesure d’offrir ?

Le futur d’une ville cosmopolite comme Bruxelles ne dépendra-t-il pas de la manière dont elle pourra assurer à chacun le droit de vivre ses croyances librement, sans avoir le pouvoir d’en imposer les préceptes aux autres ?

Bruxsels 2030

Bruxelles est candidate au titre de capitale européenne de la culture en 2030. Elle se prépare à le gagner. Trente ans après sa première sélection – avec d’autres capitales – elle est pleine de projets qui se veulent rassembleurs. “C’est une ville super diverse, très internationale, connectée au monde entier. C’est une ville extrêmement jeune.” De beaux atouts, estiment les chargé.es de mission Hadja Lahbib et Jan Goossens, qui ont déjà rencontré plus de 400 personnes et groupes.

Depuis lundi, ils ont ouvert pour une semaine, un vrai laboratoire citoyenSummer Assembly – dont le contenu complet est ICI. C’est trilingue et tout le monde est bienvenu. Encore temps de s’inscrire pour y apporter ses idées et livrer ses commentaires. Cela se passe dans le bel espace « Tour à plomb » 24  Rue de l’Abattoir, en face des Arts et Métiers.

Quelle est votre vision rêvée pour le Bruxelles de demain ? est sans doute une interrogation précieuse et porteuse d’espoir en ces temps incertains. Un programme enthousiaste et varié animera aussi cet été bruxellois. « On se projette dans le futur: cet été nous sommes en 2030 ! Et on envahit les rues, les parcs et les espaces publics de la capitale avec des projets participatifs ! Cet été on sort, on s’amuse, on construit notre avenir à Bruxelles : 2030, nous voilà ! »

Photos de Brussels 2030 et du site de la Ville © Georges de Kinder

Encourager la citoyenneté.

Pour meubler le « cours de rien » – une option face aux cours de religion et de morale laïque – un cours de citoyenneté avait été mis en avant et semble être d’application. Même intention pour le parcours d’accueil obligatoire pour les nouveaux arrivants non européens (tiens, rien qu’eux ?). Reste à savoir quel sera son contenu final et si les communes sont enfin prêtes pour sa mise en application le 1er juin ? Et pourquoi pas destiné à tout un chacun, comme le cours d’histoire des religions évoqué (sans succès) pour l’ensemble des réseaux d’enseignement ?

L’importance d’une telle formation n’a pas échappé à la Chine, qui va lancer à Hongkong un nouveau cours de « citoyenneté et développement social », centré sur la sécurité nationale, le patriotisme, l’identité et l’ordre public dans les classes de lycée. Il remplacera les liberal studies, qui mêlaient jusqu’ici culture générale et philosophie, initiant les élèves à la pensée critique sur le territoire, comme le relate cet article du Monde.

On ne naît pas citoyen, on le devient. La famille, l’entourage et l’école ont un rôle important à y jouer. C’est d’autant plus vrai, qu’à Bruxelles une majorité de personnes n’ont pas de passé commun. Si leur avenir est ici, n’importerait-il pas, pour faire peuple, qu’un genre de  liberal studies, soit mis en place pour dispenser « culture générale et philosophie, initiant les apprenants à la pensée critique ? »