Archives pour la catégorie Identité

Une vision du futur

_________________________________________

A Bruxelles, comme imaginait-on le futur en 1958 ? Sous-titrée « Bilan du monde pour un monde plus humain » cette première exposition universelle d’après-guerre fera de Bruxelles la vitrine d’un monde à venir. Résolument futuriste et humaniste, elle impose le style « atome », importe le téléphérique et le pousse-pousse à moteur, le spoutnik annonce la conquête de l’espace, la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier annonce l’Union Européenne, la Belgique joyeuse évoque la nostalgie pour un certain « bon vieux temps ». Des images Pinterest et de Google en disent plus que les mots sur cette époque.

Un lecteur nous fournit une petite vidéo de 5 minutes de la Sonuma, qui nous y transporte avec beaucoup de plaisir et fait montre de cette foi partagée en la modernité. Si on avait conservé tout cela dans son jus, on aurait aujourd’hui un impressionnant musée à ciel ouvert aux portes de la ville.

Le pavillon d’accueil de l’Expo 58 était planté en pleine ville, sur une place De Brouckère aux néons Time Square, à côté d’une rue Neuve illuminée, mais toujours ouverte à la circulation. Avec le recul, l’Expo 58 aura été un tournant important dans l’histoire de Bruxelles. Elle aura eu un impact considérable sur la vie quotidienne des Bruxellois et des Bruxelloises et aura consacré l’hégémonie de la voiture en ville. Elle force aussi à s’interroger sur le chemin parcouru en matière de politiques urbaines, d’urbanisme, de mobilité, de logement ou d’internationalisation de cette petite ville de province qu’était Bruxelles.

Confiance confirmée pour le piétonnier

________________________________________

L’avancement des travaux du boulevard Anspach permet déjà de se faire une idée du résultat final du piétonnier. Sa fréquentation ininterrompue augure bien de l’engouement qu’il pourrait susciter auprès de la population bruxelloise. Les promoteurs ne s’y sont pas trompés et ont misé sur la renaissance des boulevards du centre. Après l’ouverture du centre commercial The Mint et le chantier Cristal City en cours en face de l’Anspach Center, c’est l’arrivée du temple de l’alimentation et de la gastronomie italienne Eataly, qui s’est confirmée par l’acquisition de l’ancien immeuble d’Actiris – et son fameux dôme – juste en face de la Bourse.

L’idée originale d’Oscar Farinetti en ouvrant Eataly à Turin en 2007 était de réunir des petits producteurs de la région piémontaise, pour offrir une alimentation saine et accessible au grand public. Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 3.000 PME artisanales qui fournissent Eataly. Nous devrons encore attendre 4 ans avant de découvrir leurs spécialités artisanales et leur food court, vu les gros chantiers qui débuteront par une opération destinée à en enlever tout l’amiante.

En attendant La Libre vous en donne un bel avant-goût et Télérama en présente la version parisienne, qui vient de s’ouvrir dans le Marais. Si Eataly se développera sur trois niveaux côté Bourse, l’AD Delhaize fera peau neuve côté Marché aux Poulets, avec un tout nouveau concept de Delhaize urbain. Aux étages on parle de co-working, de bureaux partagés et de logements meublés dans un esprit co-living. Le dôme sera accessible au public et un potager prendra racine au 4ème. Les Grands Magasins de la Bourse pourraient à nouveau illuminer le centre- ville et les commerces spécialisés avoir envie de revenir s’installer sur les boulevards centraux.

 

Happy Monday: bientôt des boulevards urbains

_______________________________________

Fini les autoroutes urbaines de pénétration des années 60, Pascal Smet ne jure plus que par des boulevards urbains pour une ville apaisée et rendue à ses habitants. Les entrées d’autoroute A12 à Neder-Over-Hembeek et E40 à Reyers ont été déclassées. Coup sur coup il a introduit des demandes de permis pour l’aménagement d’une vraie place Schuman, d’une esplanade à Sainctelette face à Kanal, pour la suppression de 300 parkings en surface en vue d’aménager l’avenue de la Toison d’Or et le boulevard de Waterloo au profit des vélos et des piétons, ainsi que pour un « boulevard » Reyers où une expérimentation de réduction du nombre de bandes vient d’être lancée.

Le projet Reyers, qui devrait voir le jour dans quelques années avec l’arrivée d’une Cité des Médias, d’un quartier d’habitations et d’un nouvel espace vert, est le premier à connaître la mue de son entrée carrossable. Le street artist Bonome n’a pas attendu l’aboutissement de l’aménagement routier pour s’y illustrer avec une fresque qui donne un caractère artistique à des murs de béton aveugles, dont on avait fini par oublier l’existence. La ville change décidément avec la contribution de tous

Cela fait des années que des associations de la société civile, telles que l’ARAU, revendiquent de mettre fin à des aménagements qui font la part trop belle à la voiture individuelle. Aujourd’hui les temps sont apparemment mûrs et il se trouve un ministre et un gouvernement pour oser une vraie révolution qui laissera des traces. Bien sûr pas sans craintes, ni sans récriminations, de Ben Weyts d’abord, de BECI ensuite, mais avec cependant un avis favorable et inattendu du Vlaamse Automobilisten Bond et puis ceux repris par la VRT. Quant à l’éditorialiste de BX1 ne peut s’empêcher d’y voir des effets d’annonce liés à l’approche des élections et une manière aussi de tenter d’engager le nouveau gouvernement qui sortira des urnes le 26 mai.

Votre historique mieux protégé

_______________________________________

Google s’intéresse de près à ce que vous faites et garde cela en mémoire, parfois des années durant. Selon un article de L’ECHO, votre vie privée pourrait bientôt être (un peu) mieux protégée, parce que le moteur de recherche va se doter d’une nouvelle fonctionnalité permettant d’effacer, de façon automatique, non seulement l’historique des recherches mais aussi des localisations.

Votre historique ne restera plus gravé dans les méandres du réseau Google grâce à une nouvelle fonctionnalité: « l’auto-delete ». Tout un chacun pourra configurer le moteur afin que ses informations disparaissent après une période de 3 à 18 mois. Les informations plus anciennes seront automatiquement effacées.

Cette fonctionnalité ne vise pas uniquement Google Chrome et les applications – dont Google Discover – mais aussi l’historique des localisations. Ce dernier sera le premier touché par cet « auto-delete ». Le développement suivra dans les prochaines semaines pour l’historique du moteur de recherches et des apps.

Des chiffres qui vont vous surprendre

__________________________________________

Depuis l’an 2000, combien de citoyens des deux autres Régions sont arrivés à Bruxelles ? Et combien d’étrangers ? Réponse: 405.000 Belges et 805.000 étrangers. Soit un total de 1.210.000 personnes. On devrait donc être plus de 2 millions de Bruxellois, mais c’est sans compter les personnes qui ont quitté Bruxelles depuis l’an 2.000: 607.000 partis vers les deux autres Régions et 496.000 partis vers l’étranger. Le solde en 17 ans est donc de – 202.000 vers la Belgique et + 309.000 vers l’étranger, soit un solde net pour Bruxelles de + 107.000 … et une très grande mouvance de population. (source FOD-SPF économie avec l’aide de Jan Hertogen).

Et combien de jeunes Bruxellois vivent dans une famille où l’on parle uniquement le français ? Ou uniquement le néerlandais ? Ou uniquement l’anglais ? La réponse: 52,2 % pour le français, 5,6% pour le néerlandais et 1,1% pour l’anglais. Et combien disent avoir une bonne ou très bonne connaissance du français: 87,1%. Pour l’anglais: 34,4% et pour le néerlandais 16,3%.

Parmi les résidents bruxellois qui déclarent avoir une bonne ou très bonne connaissance du français on passe de 96% en 2000 à 87% en 2017. Pour le néerlandais une chute de 33 à 16% et pour l’anglais une hausse de 33 à 34%.  Quant aux 18-30 ans qui ont fréquenté une école francophone à Bruxelles leur maîtrise du néerlandais chute de 20 à 8% en 17 ans. Si le sujet vous intéresse, vous en saurez plus ICI sur la double page réalisée par le Plan Marnix à partir du Taalbarometer et de l’ouvrage de Rudi Janssens Meertaligheid als opdracht – VUB Press 2018.