Archives de catégorie : Gouvernance

Du haut de ses 101 ans

Edgar Morin sera le grand invité de l’hôtel de ville de Bruxelles, ce mercredi 16 novembre à 19:30. Philosophe et sociologue, ce grand penseur profitera certainement de l’occasion pour nous inviter à nous « réveiller » et nous sortir de ce qu’il appelle un « somnambulisme généralisé ». Cette sorte d’inconscience qui lui rappelle celle qu’a connu le monde de 1933 à 1940 et qui a conduit à la deuxième guerre mondiale.

A 100 ans révolus, Edgar Morin s’est senti le devoir de publier un court manifeste à l’impératif, Réveillons-nous ! (Denoël), pour nous alerter sur l’urgence à agir face à la crise de l’humanisme et à la crise écologique. A quelques jours près, il aurait pu ajouter « et face au retour de la guerre en Europe »… C’est Le Soir qui a publié cela début mars, dans un article qui donne largement la parole à Edgar Morin.

Il y prône une « nouvelle politique humaniste de salut public ». Le principe est de changer de voie, c’est abandonner la voie dite néolibérale qui non seulement consacre l’hégémonie du capital et du profit, mais privatise les indispensables services publics. Il s’agit d’opérer progressivement le recul de l’hégémonie des puissances d’argent, de dépasser l’alternative stérile entre croissance et décroissance, de faire croître les productions utiles et indispensables aux individus, y compris les biens culturels.

Photo extraite de The Conversation / Edgar Morin à l’Unesco, le 2 juillet 2021. AFP

Soyons sur nos gardes.

Aucun parti d’extrême droite n’a survécu à Bruxelles et les partis francophones ont encore réaffirmé le cordon sanitaire qu’ils dressent contre cette droite extrême. Les partis extrémistes constituent cependant une composante dominante dans plusieurs pays européens, dont récemment le gouvernement italien et aussi comme soutien indispensable de l’exécutif suédois. L’extrême droite poursuit manifestement son évolution à travers l’Europe et voit sa place légitimée dans l’exercice du pouvoir.

Dans un article du VIF, le CRISP interroge Benjamin Biard (UCL) sur le caractère irrésistible (?) de cette progression et de cette banalisation. Il rappelle que Marine Le Pen, Éric Zemmour et d’autres figures d’extrême droite en Europe ont adressé des messages de félicitations et d’espoir à la Première ministre Giorgia Meloni. Son accession à la tête du gouvernement à Rome pourrait remotiver l’extrême droite au-delà des frontières italiennes.

La question est aussi de savoir quelle incidence ces partis peuvent avoir sur le fonctionnement des institutions européennes. Viktor Orban et les autres membres du groupe de Visegrad (République tchèque, Slovaquie et Pologne) ont déjà l’habitude de challenger les institutions européennes. Avoir un allié supplémentaire dans le chef de l’Italie peut contribuer à rendre le processus décisionnel plus complexe à l’échelon européen par rapport à certains grands enjeux. La vigilance s’impose.

Benjamin BIARD (interviewé par Gérald PAPY), « Irrésistible, la progression de l’extrême droite ? », Les @nalyses du CRISP en ligne, 27 octobre 2022 , http://www.crisp.be

50.000 ménages en attente.

Bruxelles est en manque de logements. La rareté a donc fait exploser les prix. Ils dépassent souvent la part de salaire net qu’un grand nombre de Bruxellois peuvent consacrer à l’achat ou à la location de leur logement. Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 51.967 ménages qui sont en attente du logement social auquel elles pourraient prétendre. Le temps d’attente va de 10 à 17 ans. Pour y remédier, Pascal Smet envisagerait d’imposer 15% de logements sociaux dans chacune des 19 communes. D’autres estiment qu’il vaudrait mieux des incitants que des mesures contraignantes, souvent peu efficaces face à trop de communes réticentes à les accueillir.

Manifestement, les pouvoirs publics peinent à rénover et à créer plus rapidement du logement social. Ils envisagent même de sacrifier des espaces naturels remarquables pour disposer rapidement de terrains vierges, alors qu’un très grand nombre d’immeubles sont toujours  l’abandon dans les 19 communes. Acheter des logements privés clé sur porte pour agrandir le parc de logement sociaux pourrait s’avérer une piste intéressante, si ce n’était la TVA à 21% qui grève le logement neuf, pourtant plus performant en matière d’isolation. L’IRIB y a consacré une intéressante rencontre basée sur une analyse en profondeur du logement social bruxellois parue sur Brussels Studies Institute.

La Ville de Bruxelles vient de conclure un accord avec la Région pour faire bénéficier du loyer social plus d’un millier de locataires installés dans des appartement gérés par sa Régie Foncière et son CPAS. Un pas dans la bonne direction ? qui nous oblige cependant à nous demander comment tant de Bruxellois qui travaillent font partie des personnes qui ne peuvent accéder à un logement décent ? Une réponse pourrait se situer du côté de la taxation excessive du travail par rapport à la taxation des revenus. Avec un net plus conséquent il devrait être plus facile de se loger à Bruxelles.

Au menu de 2023.

En 2023,  le futur de Bruxelles dépendra très largement du budget que nos ministres viennent de boucler, non sans peine. Ils ne le révèleront à la presse que ce mercredi, mais selon les vents favorables déjà recueillis Pauline Deglume de L’Echo et des journalistes de la DH, un soutien de l’ordre de 200 millions serait prévu pour des mesures de protection énergie, le tarif STIB resterait cependant inchangé, sauf pour les seniors ramené à 12 euros par an et 25 millions auraient été programmés pour acquérir des logement sociaux clé sur porte.

BX1 résume aussi assez bien la situation et relève qu’à l’instar des ministres fédéraux, nos ministres vont aussi réduire leur salaire de 8%. C’est symbolique et ne remplira pas grassement les caisses de la Région, mais entend signifier qu’ils participent à la sobriété, qui va être exigée des citoyens dès les prochains mois. Une sobriété imposée notamment par l’inflation et le coût de l’énergie. Peut-être la planète s’en trouvera-t-elle quelque peu soulagée ? Reste à démontrer.

Le budget de la Région, tout comme celui du Fédéral et des Communautés, détermine très largement notre futur. Les domaines dans lesquels l’argent public pourra être investi en 2023 en dépendent. L’évolution de la dette en dépend aussi et si son poids reste supportable, vu les taux d’intérêt exceptionnellement bas, il en sera autrement avec une remontée des taux. A Bruxelles, cette dette ne cesse d’augmenter et 2023 risque de nous mettre face à des dépassements liés à l’évolution du prix des énergies et aux engagements pris pour le Métro3.

Réguler les loyers ?

Cette question se pose avec plus d’acuité depuis l’impact de l’inflation sur l’indexation des loyers. Vous lirez ICI comment le gouvernement espagnol Podemos/PS a voulu agir pour réguler les loyers. Des mesures qui devaient permettre une « avancée sans précédent » dans l’accès au logement de tous les habitants, et notamment des personnes « les plus vulnérables » – dont les jeunes – a assuré le Premier ministre, qui annonçait aussi la construction de près de 20.000 logements sociaux – avec la réhabilitation de quartiers entiers, pour un milliard d’euros.

Cette régulation montre l’ampleur des mesures possibles, si la volonté politique est au rendez-vous. Elle allait se traduire par un encadrement des loyers pour les propriétaires de plus de 10 logements, sur la base des indices de référence des loyers. Cela vise à « obliger les grands propriétaires à baisser le prix des loyers » en cas de niveau « abusif » et devrait permettre de « lutter contre les spéculateurs ».

Des subventions étaient prévues pour les propriétaires qui acceptent de réhabiliter leurs logements, et des aides de 250 euros par mois pendant deux ans pour les jeunes disposant de ressources limitées. « Pour les familles les plus vulnérables », des aides plus directes pouvant aller jusqu’à 40% » du loyer. Cette loi devrait être mise en œuvre au second semestre 2022. Mais, patatras, le 14 janvier, le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), dans les mains de la droite, rejette le projet de loi socialiste, comme le détaille l’article d’Enbata. Affaire à suivre.

 

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_espagne-une-serie-de-mesures-reguleront-les-loyers?id=10855001