Archives pour la catégorie Gouvernance

Les riches paient-ils trop peu d’impôts?

__________________________________

Paul De Grauwe pense que oui. Il s’en explique ICI dans Le Soir. C’est un économiste de la London School of Economics et il est membre du parti libéral flamand Open VLD, pas vraiment un gauchiste donc. C’est aussi la proposition de la nouvelle députée américaine démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, d’augmenter le taux d’imposition pour les revenus supérieurs à 10 millions de dollars, qui relance un débat qui préoccupe les économistes depuis longtemps sans pouvoir être qualifiés – comme elle – de « communiste ». Un débat d’actualité face à une révolte du peuple des bas revenus incarnée par de jaunes gilets.

Paul De Grauwe illustre la problématique par un exemple confondant. « Quand une personne qui gagne 2.000 euros par mois gagne 1.000 euros supplémentaires par mois, sa vie change radicalement (…) Donnez 1.000 euros supplémentaires à quelqu’un qui gagne 1 million d’euros par mois, et rien ne se passe dans la vie de ce millionnaire » qui ne le remarquera probablement pas. Il conclut: « Vous pouvez retirer ces 1.000 euros au millionnaire et le donner à la personne qui ne gagne que 2.000 euros par mois. Le millionnaire ne ressentira presque rien et vous rendrez l’autre très heureux ».

100 % sur le revenu qui dépasse un million c’est effectivement beaucoup et sans doute peu raisonnable, mais le prélèvement « pourrait facilement être porté à 70 %, par exemple, sans perte de productivité significative ». Il faudra d’abord se mettre d’accord sur le principe et puis réfléchir à la manière de l’appliquer à l’échelle internationale, pour éviter les déménagements de fortunes. « Si un tel revirement dans les pensées se produit, ici et dans d’autres pays, un nouveau consensus social sera créé, qui rendra possible un relèvement du taux d’imposition des revenus les plus élevés ». Une autre redistribution des richesses qui pourrait éviter une révolte qui couve.

… et le Fonds monétaire international (FMI) de Madame Lagarde a déclaré en novembre « qu’il fallait davantage taxer les plus fortunés pour favoriser la croissance « . 

“ Demain Bruxsels ” lisez le premier chapitre

___________________________________________

10 ans après les Etats Généraux de Bruxelles, des membres du groupe de réflexion Aula Magna publient un livre aux éditions Politique. Il arrive en librairie. Les auteur.e.s font un bilan et alignent des recommandations positives pour l’avenir d’une ville cosmopolite du futur qu’ils dénomment Bruxsels. Des analyses sans concessions et des solutions créatives. Les auteur.e.s seront interrogé.e.s publiquement le lundi 4 février à 19h à La Tentation, 28 rue de Laeken. L’invitation au débat est en bas de page et le livre sera remis à la sortie aux participant.e.s qui s’inscrivent ICI.

Dès le sommaire, le ton est donné: Bruxelles a failli, mais si les critiques sont nombreuses et justifiées, l’ouvrage se veut résolument optimiste et présente des solutions, souvent à portée de main du gouvernement et du parlement bruxellois. Construire ensemble le peuple de Bruxelles est manifestement le credo d’Aula Magna, dans un premier chapitre à découvrir en primeur ICI.

Rien, ou (trop) peu, n’a été possible sur l’indispensable transition écologique urbaine, la priorité sans laquelle les autres priorités n’auront plus de raison d’être. Sur un meilleur partage des richesses: des constats mais relativement peu de recommandations. Soyons de bon compte, au fil des 12 chapitres – que je vous présenterai bientôt un à un – se révèlent une mine d’informations et un grand nombre de solutions, dont on aimerait retrouver trace dans les programmes de tous les partis. Bravo. Et bonne lecture à vous toutes et tous.

Qui a osé écrire cela ?

____________________________________

« Bruxelles est notre héritage. Nous voulons être reconnus dans la diversité de nos identités, loin d’une appartenance communautaire exclusive dans le cadre d’un clivage francophones-néerlandophones. (Il faut) faire de la Région bruxelloise un exemple à l’échelle européenne, (la) sortir du corset institutionnel qui l’étouffe, alors qu’elle est une ville cosmopolite, jeune et dynamique. »

Qui a osé écrire cela ? Rudi Vervoort ? Pascal Smet ? Aula Magna ? l’Appel des Bruxellois ? Vous donnez votre langue au chat ? Et bien c’est Ecolo/Groen Brussels qui a publié cette position radicale dans La Libre, à l’occasion de la désignation de leurs têtes de liste pour les élections de mai.

Et ce n’est pas tout: « Nos institutions doivent être revisitées, à partir de cette réalité et avec des objectifs de solidarités internes et externes, de transparence, de subsidiarité, de lisibilité et d’implication des habitantes et habitants de tous les quartiers ».
Très encourageant. Qu’en pensent les candidats bruxellois des autres partis ?

_________
Près de 3000 jeunes étudiant.e.s  flamand.e.s de Youth for Climate ont brossé les cours jeudi: un succès de foule inespéré à Bruxelles dès le premier acte. À lire et voir sur BX1 sur Bruzz sur Bruzz2 et aussi un Belga.  A quand les francophones ?

Faites les soldes en voiture …

_______________________________________

Curieux signal envoyé par la nouvelle majorité rouge/verte/amarante de la Ville de Bruxelles, qui offre le parking gratuit en voirie dans le pentagone durant les deux samedis des soldes. Une demande formulée par le Syndicat Neutre des Indépendants. Pourquoi pas plutôt l’accès gratuit en transports en commun en collaboration avec la STIB ? Pour une vraie réflexion sur la question du stationnement payant, voyez plutôt la contribution de Frédéric Héran de l’Université de Lille 1.

Chacun sait que l’approvisionnement des horodateurs assure une bonne rotation des emplacements de parking en ville et luttent ainsi contre les voitures ventouses … souvent celles des commerçants locaux. Offrir la gratuité du stationnement pour les soldes n’est-il pas un cadeau démagogique ? Il ne profitera pas nécessairement aux fans des soldes, qui pourraient bien avoir énormément de peine à trouver un emplacement gratuit libre. A Luxembourg, les parkings sont gratuits … mais en périphérie.

Pas eu assez de temps pour réfléchir ?  La nouvelle majorité n’a fait que reprendre la mesure adoptée par Marion Lemesre l’an dernier et à laquelle elle avait associé Interparking.  On suivra de près ce que fera le Collège lors des prochains soldes d’été. Faire ses courses en centre-ville sans voiture est-ce possible ?  Avec la STIB vous y seriez-déjà ? Et si vous vous faisiez livrer les achats encombrants ?

Le changement ? Lequel ?

___________________________________________

 » Nos inquiétudes les plus profondes sur l’avenir de notre lieu de vie sont incarnées par d’autres villes. »  Pour les Américains: la Manhattanization, la Brooklynification ou la Portlandification « , à en croire un article du New York Times cité par CityLab. Les Bruxellois pourraient craindre une Barcelonisation, une Berlinisation ou une Parisianisation de la ville, avec augmentation du prix des logements, tourisme de masse et encore plus de congestion. Nous souhaitons cependant toutes et tous un développement sans embouteillages, des emplois technologiques sans crise des sans-abris et des logements abordables sans étalement de la ville. Où sont les modèles ?

Un coup d’oeil en Amérique. Houston la cité modèle ? Le miracle de Mineapolis ?
Jacob Frey, le jeune maire démocrate, fraîchement élu de Minneapolis:  “the only thing people hate worse than the status quo is any change at all”. Il va falloir  » oser des solutions à la hauteur des préjudices que Mineapolis a subis dans le passé. Des efforts vont devoir être entrepris pour favoriser une belle diversité de personnes dans la ville et dans tous les quartiers ». La municipalité a décidé courageusement de mettre fin aux zones de logement unifamilial, qui ont longtemps perpétué la ségrégation. « Beaucoup de gens qui y vivent depuis longtemps, et parfois très mécontents de ce genre de décision, vont regarder autour d’eux et finiront par dire: « C’est une bonne chose. C’est toujours un endroit où il fait bon vivre ”. Et à Bruxelles ?

Nous sommes dans une période de transition entre: ce que la ville était, ce qu’elle est,  et ce que nous voulons qu’elle devienne. L’urgence de la nécessaire transition écologique et du partage des richesses plus la pression des jeunes conscientisés, vont devoir guider les choix que nous allons opérer. Ces choix construiront, dès aujourd’hui, la ville de demain et le nouveau mode de vie qui s’y développera. La fin de l’étalement de la ville, une cité plus dense, des logements plus petits, des espaces publics plus grands et de qualité, des objets partagés, … Même les Américains y pensent et contestent le modèle d’Houston.
C’est passionnant et enthousiasmant. Beau début d’année.