Archives pour la catégorie Economie

Happy Monday: de l’info en continu

_________________________________________

À partir du 2 septembre, à  tout moment, quand vous le désirez, vous pourrez disposer d’informations en continu sur une nouvelle chaîne de télévision et de radio belge francophone, appelée LN24. Ses fondateurs promettent d’être indépendants, innovants et irrévérencieux. Ils ont de bons antécédents, mais on jugera sur pièce.

Johan Condijts a quitté L’Echo, dont il était le rédacteur en chef, pour se lancer dans cette aventure audiovisuelle en compagnie du journaliste Martin Buxant. Ils seront entourés d’une équipe qui comptera 48 personnes d’un âge moyen de moins de 30 ans. Ils pourront aussi compter sur les chroniques de trois gloires du paysage audiovisuel: Patrick Poivre d’Arvor, Christine Ockrent et Franz-Olivier Giesbert.

L’Echo vous explique ICI comment ils commencent à fourbir leurs armes et si vous voulez déjà les voir en action, c’est par LA.  Le capital initial , de 4,5 millions d’euro, provient des trois fondateurs: Joan Condijts, Martin Buxant et Boris Portnoy, ainsi que de quatre partenaires financiers assez inattendus: Belfius-Insurance, Ice-Patrimonials (Jean-Pierre Lutgen, le frère de l’autre), Besix  Group et Giles Daoust, administrateur délégué de Daoust et Title Media. La chaîne vivra uniquement des revenus de la publicité.

 

Choisir la  » bonne  » géothermie

______________________________________________

Nous sommes les premiers (après les germanophones) a avoir constitué un gouvernement. Il a défini ses priorités vertes et sociales, que la presse a détaillées. Je comptais vous reparler aujourd’hui d’une énergie urbaine durable: la géothermie. Apparement, je n’en trouve pas trace dans l’accord de gouvernement.

Le signal d’alarme lancé par des sismologues par rapport aux installations de géothermie profonde – qui exploitent la chaleur en forant à plusieurs kilomètres sous terre –  a semé le doute sur la géothermie, que nous avons présentée comme une alternative durable pour notre production d’énergie et la climatisation de nos bâtiments.

Un de nos lecteurs – ingénieur – tient à faire la distinction entre la géothermie verticale profonde et la non profonde. La géothermie profonde, il n’y jamais vraiment cru: vraiment trop cher et compliqué chez nous, pour des résultats peu convaincants du point de vue du rendement énergétique. Si en plus il y a des risques sismiques, il faut évidemment arrêter les frais immédiatement. 

Par contre, il reste convaincu que la géothermie verticale non profonde peut jouer un rôle majeur dans notre mix énergétique, et encore mieux si on peut la coupler au refroidissement passif : on « recharge » alors le sol en calories pratiquement gratuitement pendant l’été, ce qui améliore énormément le rendement des pompes à chaleur en hiver.

Cela sera-t-il encouragé par le programme du nouveau gouvernement bruxellois ?

 

Les transferts financiers en question

______________________________________

Suite au billet paru à propos des transferts financiers, Philippe Van Parijs – qui est philosophe mais aussi économiste – nous précise que l’étude d’Eric Dor est une mise à jour de celle de Capron, cité à la fin de la section de son livre  » Belgium: une utopie pour notre temps « , sur  » Les transferts financiers entre régions « . Vous pouvez lire ce chapitre ICI, pour avoir une vue plus exacte sur la question des transferts « en notre faveur ».

Des études, telles que celles de Capron et Dor – dit Philippe Van Parijs – se basent exclusivement sur les écarts entre parts du revenu primaire (avant taxes et allocations) et parts du revenu disponible (après taxes et allocations) des ménages résidant dans une région, une province, un arrondissement. Il néglige par conséquent les transferts résultant de la TVA et de la taxation des entreprises (y compris les cotisations employeurs) et des dépenses en matière d’enseignement et de soin de santé. Par contre, l’’étude de Decoster et Sas, préparée pour le gouvernement flamand, inclut ces autres éléments. C’est sur elle que se base principalement le texte de mon livre.

Vous voilà éclairés, mais peut-être pas encore satisfaits ?

Des transferts des deux Brabants vers Bruxelles

____________________________________________-

A partir d’une étude d’Eric Dor (1), sur les transferts de la Flandre vers Bruxelles et ( … surtout ) vers la Wallonie, ne tente-t-on pas de culpabiliser les Bruxellois et de poursuivre le bashing de notre Région ? Comment ce transfert de 918€ par an par personne au profit de la capitale, balancé sans  trop d’explications par la presse, peut-il être accepté par le contribuable de Flandre qui se sent vache à lait ? On comprend les réactions de la presse flamande et le profit qu’en tire un Jan Jambon.

À y regarder de plus près, selon L’Echo, deux gros contributeurs nets à ces transferts sont cependant le Brabant flamand (3.543 euros par personne), suivi par le Brabant wallon (2.699 euros). Nombre d’habitants de ces deux riches Brabants doivent leur emploi ou leurs revenus, à la richesse produite par Bruxelles. Comme ils ne contribuent en rien à alimenter les caisses de la Région bruxelloise, n’est-il pas équitable qu’ils y contribuent par le biais de ces transferts ? (2)

Lorsque ces transferts prendront fin en 2030, que sera-t-il mis en place pour compenser cette injuste perception de l’impôt sur l’unique base du lieu du domicile et rien au profit du lieu où la richesse est produite ? L’élargissement des frontières de la Région de Bruxelles aux communes de la périphérie (sans toucher à la frontière linguistique) pourrait être une solution. Une autre pourrait être un partage des impôts des personnes physiques entre lieu de résidence et lieu de travail. En 2030 un statu quo ne serait pas acceptable.

Qu’en pensent nos lecteurs économistes ?

—————————
(1) directeur des Etudes économiques à l’IESEG School of Management de Paris et Lille
(2) Selon un document de la Banque Nationale évoqué dans l’article de la RTBF, la contribution flamande va nettement diminuer, elle passera de 2% à 0,8% du PIB en 2030. Bruxelles déboursera quasiment autant que la Flandre, au profit de la Wallonie.  » Bruxelles deviendrait le premier contributeur à la solidarité entre les Belges « .

 

Happy Monday: les trains low cost entrent en gare

____________________________________________

Cologne / Berlin à 9,99 €. C’est FlixTrain qui pratique ce tarif en Allemagne, en complément de son réseau FlixBus, déjà très populaire auprès des jeunes voyageurs européens. Des voyageurs flexibles, qui s’y prennent à temps, parce qu’ils privilégient le prix. Ce ne sont pas des TGV, mais des trains rapides relookés, qui proposent la WiFi, des prises de courant et les bagages gratuits. Un Cologne / Berlin s’effectue en un peu plus de 5 heures. Des FlixBus peuvent amener les voyageurs de Bruxelles à Cologne.

Avec l’ouverture du réseau ferroviaire à la concurrence, programmé par l’Europe, FlixTrain sera sans doute le premier à sortir de ses frontières. Il a rentré des demandes d’exploitation pour cinq lignes en France, dont une ligne directe Bruxelles Nord – Paris Nord. On pourrait voir les premiers FlixTrain entrer dans les gares européennes au début 2021.

Une vraie concurrence pour les vols low cost, qui sera encore accentuée lorsque le kérosène polluant, qu’ils utilisent abondamment, sera enfin taxé comme les autres carburants et qu’une TVA sera appliqué sur les billets d’avion. Une aubaine pour les voyageurs économes et une incontestable aubaine pour le climat. Si les trajets s’avèrent plus longs, le train fait cependant gagner beaucoup de temps en arrivant au coeur des villes et sans les longues procédures des aéroports.