Archives pour la catégorie Travail

Les bas salaires pourraient augmenter

___________________________________________

Syndicats et patrons en parlent. La compétitivité des entreprises est évidemment sur le tapis. Mais à moins d’aligner nos salaires sur ceux du Bangladesh, nous ne serons évidemment jamais gagnants dans la production d’articles manufacturés de base, sans vraie valeur ajoutée. Par contre, actuellement, la différence entre un bas salaire et une indemnité de remplacement est tellement faible, qu’elle ne stimule pas la recherche d’un travail. C’est là qu’une revalorisation de 58 € brut des salaires les plus bas (avec diminution des cotisations sociales ?) pourrait faire la différence, tout en améliorant le niveau de vie des travailleurs et travailleuses concerné.e.s,  qui ont déjà subi une baisse de leur salaire réel depuis 2014, selon un rapport de l’OCDE.

 Avec un salaire de 1713 € brut – plutôt que 1.665 € – et donc un net d’un peu plus de 1.000 € par mois (en fonction de la situation familiale) il serait (un peu) moins difficile d’affronter la hausse du coût de la vie et celui du prix des loyers à Bruxelles, où plus de 40.000 personnes sont dans les conditions pour bénéficier d’un logement social, mais n’arrivent pas en disposer.
Vous aurez un bon aperçu des niveaux de salaires à Bruxelles et en Belgique ICI.

Selon un article de L’Echo,136.000 travailleurs du pays pourraient bénéficier de cette mesure, si le « groupe des dix » arrive à se mettre d’accord et si le prochain gouvernement fédéral consent à réduire (temporairement) les charges sur les salaires inférieurs à 1.900 €, comme l’exigent les patrons. A Bruxelles, cette revalorisation des salaires les plus bas pourrait diminuer quelque peu la dualisation croissante entre les populations situées des deux côtés du canal.

 

Réunir l’administration

____________________________________

Les 2.000 agents de l’administration de la Région vont être regroupés en un seul bâtiment, dès que la « Silver Tower » sera achevée à la gare du Nord. Une décision prise avec peu de transparence et peu d’ambition, selon le bouwmeester, qui estime qu’elle est déjà obsolète avant  même d’être terminée. Ne doit-on pas s’étonner de voir la Région louer un bâtiment neuf qui s’équipe de murs-rideaux (1) en verre qu’on croyait d’un autre temps ? A New York, le maire fait obligation à tous les gratte-ciel en verre et en acier de la ville d’être rénovés à grands frais, pour se protéger du soleil et limiter l’usage de l’air conditionné.

Je ne suis pas ingénieur, mais je doute qu’une façade entièrement vitrée et sans aucun pare-soleil puisse offrir une performance énergétique compatible avec les exigences actuelles au niveau climatique. J’attends d’être contredit valablement par les spécialistes.

Il faut espérer que le gouvernement régional se soit entouré de toutes les garanties pour assurer les meilleures performances énergétiques pour ce bâtiment, dans l’intérêt du confort de ses fonctionnaires, de ses charges de climatisation et de la préservation du climat.

_______________
(1) Le mur-rideau (aussi appelé « façade rideau ») est un type de façade légère. C’est un mur de façade qui assure la fermeture de l’enveloppe du bâtiment sans participer à sa stabilité (les charges étant transférées à la fondation principale par des raccordements aux planchers ou aux colonnes du bâtiment). Les panneaux sont donc appuyés, étage par étage, sur un squelette fixe. Le CTB: on ne peut plus vitrer sans un bon contrôle solaire.

Bientôt un livreur quadripède électrique ?

______________________________________

Un mélange de fascination et de méfiance.
C’est ce que suscite le robot Spot, qui vient de sortir des laboratoires de Boston Dynamics.
Présenté comme un “ robot agile qui manipule des objets, monte les escaliers et opérera dans des bureaux, des maisons ou à l’extérieur ”.  Vous en saurez plus ICI, et si vous n’êtes pas convaincu de ses capacités et de ses interactions, voyez cette courte vidéo ou celle-ci en milieu de page.

Ancienne propriété de Google, la société a été revendue au groupe japonais SoftBank en juin 2017, pour renforcer son pôle robotique. L’entreprise a plusieurs fois précisé que ses créations pouvaient être destinées au secteur de la livraison. Malgré l’intérêt suscité par ses exploits et son « animalité », la question du débouché commercial reste posée.

Sa commercialisation vient cependant de démarrer aux States, sous forme de leasing de robots personnalisés. L’entreprise met des ingénieurs à la disposition de ses clients, afin que l’implémentation du robot Spot soit parfaitement adaptée aux tâches requises et se passe correctement.
Le voyez-vous vous côtoyer en ville ?

De quelle Belgique rêvent les francophones ?

_______________________________________________

Toujours « demandeurs de rien », la stratégie des francophones pourrait se résumer ainsi : « Surtout, ne pas ouvrir la boîte de Pandore et donner l’impression d’être prêt à discuter d’une réforme de l’Etat ». Le journal L’Echo vient cependant de sonder les mondes académique et politique.

La synthèse de leurs entretiens est aisément disponible ICI (1). Nous avons rassemblé pour vous, quelques extraits, en deux paragraphes qui confortent le point de vue exprimé par la société civile lors des Etats Généraux de Bruxelles et qui ont été actualisés dans l’ouvrage d’Aula Magna « Demain Bruxsels » disponible gratuitement en pdf ICI.

  1. Une Belgique à quatre Régions.
    Même s’il reste des défenseurs de la Communauté française (cdH et DéFI), pour la plupart des interlocuteurs de L’Echo, l’avenir est aux Régions. Le modèle mêlant Communautés et Régions ne fonctionne pas, est hypercomplexe et illisible pour le citoyen. La logique territoriale aurait plus de sens que la communautaire. Elle permettrait de simplifier fortement le modèle bruxellois et autoriserait, notamment, la mise sur pied d’un enseignement spécifique et multilingue.
  2. Un autre financement régional.
    Se baser sur l’impôt des personnes physiques perçu en fonction du lieu de résidence est contraire aux conventions internationales, juge Étienne de Callataÿ. Comme pour les travailleurs transfrontaliers: on paie ses impôts sur le revenu là où l’on travaille. Dans d’autres pays, où le modèle fédéral est plus approfondi, il existe aussi quantité de mécanismes de péréquation. Ils permettent de compenser de manière objective les différences entre entités, que ce soit en matière de population ou de géographie. »

____________
(1)  En vous inscrivant – sans engagement – à L’Echo via e-mail, vous avez accès gratuitement à 5 articles par mois.

Une allocation de base pour tous ?

__________________________________________

Travailler toute sa vie à temps plein pour une même entreprise semble déjà appartenir au passé. C’est cependant au travail qu’est lié tout notre filet social. L’idée de remplacer les très diverses allocations, par une allocation unique versée à toutes et à tous tout au long de la vie est une utopie qui refait régulièrement surface.

L’opportunité de mettre en place une telle allocation universelle – comme c’est déjà le cas en Finlande – divise les partis politiques depuis longtemps. La proposition a cependant été débattue lors de la dernière campagne électorale. Alors que l’heure est désormais à la formation de majorités gouvernementales, une telle réforme sera-t-elle sur la table des négociations au fédéral, qui en détient les clés ?

Un article du Soir, révèle que 59 % des Belges sont favorables au principe d’un revenu de base inconditionnel et à Bruxelles, ce sont 77% des citoyens consultés qui y sont très favorables. Certains partis tablent sur une meilleure répartition du travail disponible grâce à une réduction du temps de travail, ce complément financier permettant à ceux qui le souhaitent de travailler moins sans perte de pouvoir d’achat. Si on trouve des partisans de cette formule dans tous les partis, l’article rappelle aussi que la N-VA n’en veut pas et réduit ainsi toute avancée dans ce projet …