Archives pour la catégorie Uncategorized

Le prix de la régionalisation

En marche vers une Belgique à quatre – et même à cinq avec le fédéral – nous nous sommes penchés ICI sur un certain nombre d’obstacles qui restent à dépasser. Parmi ceux-ci, le prix à payer pour la régionalisation d’un certain nombre de compétences est soulevé  par notre ministre régional des Finances Sven Gatz, mais aussi par le ministre-président germanophone Olivier Paasch et par le président de la fédération bruxelloise du PS, Ahmed Laaouej – qui peut se montrer dubitatif sur la suppression de la Fédération Wallonie Bruxelles et s’oppose à son président de parti.

Wie gaat dat betalen ? Sven Gatz se demande ce qui se passerait si l’on percevait l’impôt des personnes physiques (IPP) sur le lieu de travail et non plus selon le lieu de résidence ? Et si l’on régionalisait l’impôt des sociétés ? Quelles en seraient les conséquences pour les finances bruxelloises ? Sur le pdf en bas de page, le ministre annonce avoir lancé une étude à ce sujet.

Le ministre-président de la Région germanophone Ostbelgien donne son opinion. Il estime que si on lui donne la capacité fiscale, il faudra voir comment l’organiser et tenir compte du fait qu’une grande partie de la richesse en Communauté germanophone est imposée au Luxembourg ou en Allemagne. Si on change le fonctionnement du fédéralisme, il faudra revoir la loi de financement, pour toutes les entités. Pour les germanophones, il faudra tenir compte du fait qu’ils ont beaucoup de transfrontaliers. Ajoutons que pour Bruxelles, il faudra tenir compte du nombre de personnes qui gagnent leur vie à Bruxelles mais résident dans les deux Brabants … où ils paient leurs impôts. Air connu.

Aux arbres, citoyens !

A Bruxelles, on nous parle beaucoup des arbres que l’on compte planter, mais fort peu de ceux qu’on abat, ou qu’on laisse abattre, pour toutes sortes de bonnes et de moins bonnes raisons. Il est des villes où chaque arbre est reconnu comme un être vivant. Numéroté et centralisé, il dispose de sa fiche d’identité, de son état de santé et parfois même d’un dispositif qui lui permet d’envoyer un message pour dire qu’il a soif … A Bruxelles, les arbres dépendent du bon vouloir de 19 communes et d’une Région.

Vu que le territoire de notre Région est toujours limité à ses 19 communes et que nous manquons de logements et d’écoles, la pression est forte sur tout espace vert qui pourrait être utilisé pour recevoir du bâti. Rehausser des habitations d’un ou deux étages (on ne parle pas ici d’une tour) ou reconvertir des bureaux en logements, pourraient éviter la destruction d’espaces verts, dont nous avons un urgent besoin.

Devenus les emblèmes d’une planète qui souffre de la présence humaine, les arbres font l’objet d’un engagement citoyen croissant: comme le résume fort bien le pdf français en bas de page, tout comme les actions menées tant en Flandre qu’en Wallonie. Un peu partout, la société civile multiplie les initiatives pour protéger les arbres, pour les faire parler, pour créer des mini forêts et même des forêts comestibles, pour replanter des espèces indigènes comme Extinction Rebellion. Nous avons la chance de pouvoir jouir de la forêt de Soignes et du bois de la Cambre, il nous incombe d’en prendre soin. Chaque carré d’herbe, chaque clairière, chaque sentier est laissé à la sauvegarde des citoyens, qui n’emmènent pas toujours tous leurs déchets …

Happy Monday: 3 nouvelles réjouissantes

Donderberg à Laeken. Les Bruxellois ont été nombreux à réagir contre le projet immobilier de la Ville sur cet espace vert. La Commission de concertation a repris un certain nombre de revendications des riverains comme condition pour attribuer le permis qui ne concernera que 8 logements et non 49 pour préserver cet ilot de fraîcheur, dans ce quartier densément peuplé. Elle exige aussi un relevé très précis de l’implantation de l’ensemble des arbres du site. L’article de BX1 en dit plus, notamment à propos du maintien de l’école et de la salle de sports.

Un hub urbain au canal. Montea est le premier spécialiste de l’immobilier logistique à prendre une concession dans le port de Bruxelles. Le locataire Van Moer Logistics reliera le centre de distribution de la ville à son terminal à conteneurs adjacent. Ils veulent être en mesure de répondre au grand besoin de plates-formes multimodales avec des centres de distribution à proximité des villes importantes. Bonne nouvelle pour le Port et pour la ville. La synergie entre le centre de distribution et le terminal à conteneurs devrait avoir un impact quant à la diminution du nombre de camions en ville. L’article de De Tijd vous en dira plus.

Une nouvelle ambassadrice bruxelloise. Lliona a tout juste 20 ans, un très joli brin de voix et des textes au piano qui évoquent rien de moins que Barbara. Tristesse est le nom de son premier album empreint de cette sorte de douce mélancolie qui anime les beaux quartiers de Bruxelles. Bruzz et Libération ont parlé d’elle, il ne sont pas les seuls et ses chansons ont déjà traversé nos frontières. Son « Moins joli » en noir et blanc est tout à la fois sobre et magnifique.

capture clip vidéo Youtube

Détection immédiate du virus

Très inattendu, c’est d’un article du JakartaPost indonésien – reproduit ci-dessous – que nous parvient cette découverte étonnante: un analyseur d’haleine est en mesure de détecter immédiatement les porteurs du coronavirus avec 89 à 92% de fiabilité. Déjà utilisé pour les voyages, les aéroports (photo à l’appui) et même pour l’accès à certaines salles de spectacle, ce test est plus rapide et moins coûteux (moins de 2 $) qu’un test PCR, avec une fiabilité à peine inférieure aux 95 à 96% du PCR.

Mis au point par des chercheurs en physique et en pédiatrie de l’université Gajah Mada de Yogyakarta, GeNose fonctionne un peu comme un alcootest. A partir d’un prélèvement d’haleine, un procédé d’intelligence artificielle détecte (comme un nez) les composés volatiles qui sont spécifiques de la personne contaminée Covid-19 après analyse d’échantillons de 600 personnes positives. Une version scientifique de nos chiens renifleurs.

Bien qu’approuvé par le gouvernement indonésien et mis en service, des doutes subsistent encore quant à son exactitude, en raison du manque de transparence dans son développement. A ce jour, les essais n’ont fait l’objet d’aucune publication examinée par des pairs. Une publication est cependant annoncée pour mai de cette année. Si les résultats sont confirmés, cette découverte ne devrait pas manquer de changer la donne à Bruxelles, comme ailleurs dans le monde.