Archives pour la catégorie Finances

Oui, il faut soutenir la transition écologique

__________________________________________

Sans doute avez-vous progressivement équipé votre logement de coûteuses – mais performantes – lampes LED à (très) basse consommation et à grande longévité ? Et vous disposez probablement de doubles vitrages ? d’une pompe à chaleur et d’un frigo A +++ ? Des investissements coûteux mais très rentables pour votre portefeuille comme pour la planète.

Mes proches voisins ont deux enfants et de faibles revenus. Ils s’éclairent encore avec de l’incandescence et un peu d’halogène, parce que les lampes LED sont trop chères pour eux. Ils le paieront au fil des mois. Ils n’ont pas de doubles vitrages, leur frigo baille et ils se chauffent avec la vieille chaudière au mazout qui équipe l’appartement hérité des parents du mari. Ils le payent aussi au fil des mois. Sans aides spécifique et crédits d’impôts, ils seront les innocentes victimes de la transition écologique et finiront sans doute par descendre dans la rue en gilets fluos …

Sacrifier la nouvelle taxe carbone pour les carburants sur l’autel de la paix sociale est lâche, démagogique et irresponsable de la part du gouvernement. Comprendra-t-il qu’il faut maintenir et même majorer cette taxe ? Et dans le même temps fournir les aides indispensables aux personnes à bas revenus pour qu’ils puissent prendre part à l’indispensable transition écologique, qui ne peut-être un sport de riches. Ou faudra-t-il encore attendre le gouvernement qui sortira des urnes en mai … et qui sera nécessairement plus vert ?

Face à une véritable crise du partage, le Mouvement français pour un revenu de base fait ICI une proposition proche des revendications de certains gilets jaunes.

Des salaires plus élevés qu’annoncé

________________________________________

La moyenne des salaires des Bruxellois est bien plus élevée que ne laissent croire les tableaux de Statbel. J’avais déjà attiré votre attention sur le fait que les salaires des Bruxellois résidant en périphérie n’étaient pas comptabilisés dans ces statistiques. Philippe Van Parijs réagit en détaillant le phénomène (1) et en mentionnant aussi les fonctionnaires internationaux et les diplomates, qui bénéficient de salaires confortables et paient évidemment des impôts dans leur pays d’origine, mais pas chez nous.

Il poursuit en écrivant « Ce n’est pas parce que ces revenus échappent à l’IPP belge (donc aux additionnels régionaux et communaux) et de ce fait aux statistiques aisément collectables qu’ils n’existent pas. Au minimum, pour avoir une comparaison sensée, on devrait enlever du dénominateur une estimation du nombre de fonctionnaires internationaux et de diplomates résidant dans chaque région ».

Il joint également une carte blanche, publiée en 2010 dans le Soir et De Standaard, où il attire l’attention (en page 2)  sur la triple spécialisation démographique de Bruxelles (qui se distingue de la Flandre et de la Wallonie). C’est essentiel, selon lui, pour bien interpréter les données – et surtout pour penser l’avenir de Bruxelles et du pays.

____________
(1) Les allocation familiales et les revenus d’intégration ne sont pas inclus dans les salaires collectés, mais ce biais est dérisoire par rapport à la non-prise en compte des dizaines de milliers de Bruxellois qui “gagnent lourd”, souvent même très lourd, mais dont le revenu n’est pas soumis à l’IPP fédéral belge. Au fil du temps, les “eurocrates” et autres diplomates et fonctionnaires internationaux sont proportionnellement de plus en plus nombreux à habiter dans la RBC (notamment en raison de la réduction de la taille moyenne de leurs ménages) et en plus, beaucoup d’eurocrates (généreusement) pensionnés continuent à résider à Bruxelles. Le résultat est, dans les « beaux quartiers », l’éviction de contribuables belges aisés (décédés ou partis en périphérie) remplacés par des ménages encore plus aisés, mais dont le revenu déclaré, étant nul, “appauvrit” la population bruxelloise dans les statistiques.

Boire l’eau du robinet

______________________________

Boire l’eau du robinet, le faites-vous ? Ou transportez-vous chaque année des centaines de kilos d’eau en bouteille ? … qui vont aboutir dans vos poubelles, si ce n’est dans les rivières ? Mettre fin à cette assuétude vous fera des économies (200 fois moins cher) et aura un impact positif sur l’environnement, en réduisant les émissions de CO2 et les déchets plastiques. A Bruxelles, nous avons la chance de disposer d’une eau de distribution de qualité, très largement supérieure aux normes. Profitons-en allègrement et n’écoutons pas trop les habiles messages publicitaires.

Si le goût du chlore – qui est ajouté pour en garantir la qualité bactériologique vous déplaît – comme à moi – il suffit de remplir une carafe et de la placer dans votre frigo pendant quelques heures pour que le chlore s’évapore. Quelques gouttes de citron ou quelques feuilles de menthe en feront une boisson appréciée de tous. Quant au calcaire, il n’est pas néfaste à la santé, mais une cartouche filtrante vous permettra de l’éliminer pour un thé ou un café d’aspect irréprochable.

Des études de Test Achats dont parle Ecoconso ont démontré que nombre d’eaux en bouteille sont trop chargées en minéraux et vous conviennent souvent moins bien que l’eau du robinet. Bruxelles Environnement a publié une information qui résume bien la situation. Les députés européens viennent de voter une nouvelle législation qui devrait favoriser une plus forte généralisation de la consommation de l’eau du robinet.

Bon pour la santé, bon pour votre porte-monnaie et bon pour la planète. Qu’attendons-nous ?

Dernière minute: une bombe à retardement

_____________________________________

Jamais deux billets le même jour … mais L’Echo fait ICI une révélation insupportable.

Electrabel, doit constituer des provisions nécessaires pour financer l’enfouissement de ses déchets nucléaires. La facture a été revue à la hausse. Elle  atteindrait au moins les 8 milliards d’euros. Elle va être « allégée » par un effet de calendrier. L’Ondraf  (organisme chargé de la gestion des déchets nucléaires) a décidé de  postposer de 20 ans à 30 ans le planning d’enfouissement de ces déchets.

 C’est évidemment reporter sur la nouvelle génération le coût (et les risques) de l’électricité que nous avons consommé, sans savoir si l’argent sera disponible à cette date. Jean-Paul Minon – ancien directeur de l’Ondraf – a déclaré en son temps à l’Echo « Si vous ne savez pas où vous allez enterrer vos morts, vous ne connaissez pas non plus le prix des funérailles »  Retarder de plusieurs décennies le processus augmente non seulement le risque de ne pas disposer des provisions nécessaires le moment venu, mais cela prolonge aussi l’entreposage temporaire de ces déchets, et donc les risques physiques liés à ces matériaux radioactifs.

Nous, qui nous préoccupons du futur de Bruxelles, pouvons-nous accepter le report de la gestion des déchets radioactifs d‘Electrabel sur les Bruxellois qui viennent de naître ou d’arriver ?

Laboratoire souterrain de l’Agence française pour la gestion des déchets nucléaires à Bure (Meuse). (Photo : AFP)

Les shopping malls appartiennent-ils au passé ?

__________________________________

Bruxelles veut encore y croire. Les projets immobiliers des mega shopping malls à venir nous sont vendus comme des lieux privilégiés pour « vivre des expériences » et non plus comme des temples de la consommation. C’est ainsi que la Ville veut nous convaincre de l’utilité  au Heysel des 72.0000 m2 de surfaces commerciales de NEO, rebaptisé Mall of Europe (2 x plus grand que City 2).  La demande de permis introduite pour le centre de congrès et l’hôtel de NEO 2, montre que la Ville et la Région ne pourront financer que la moitié des 300 millions nécessaires pour leur construction, le reste doit venir des charges à payer par … le shopping de NEO 1.

Les opposants à ce mega shopping avancent la question de la mobilité autour du nouveau mall proche d’un ring déjà largement saturé. Ils pointent aussi une concurrence accrue qui pourrait être fatale au commerce indépendant du centre-ville, pourtant nécessaire à sa vitalité.

Vous pouvez en savoir plus en lisant le dossier d’IEB et l’action en justice du BRAL.
Vous pouvez agir en signant une pétition.
Vous pouvez aussi agir en faisant faire part de votre position par mail à la <Commissionconcertation.Urbanisme@brucity.be> et même demander à être entendu.
L’indifférence des Bruxellois serait tout bénéfice pour NEO 1 et 2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.change.org/p/mr-close-bourgmestre-de-la-ville-de-bruxelles-et-mr-coomans-de-brach%C3%A8ne-echevin-de-l-urbanisme-prot%C3%A9geons-les-parcs-de-laeken-et-la-qualit%C3%A9-de-vie-sur-le-plateau-du-heysel