Archives de catégorie : Finances

Je t’aime, moi non plus

Billet d’humeur d’une bruxelloise néerlandophone

« Bruxelles, je t’aime ». Tout comme Angèle dans sa déclaration d’amour musicale à Bruxelles, je peux sans peine rêver de ma ville en couplets. C’est Louise Hoon – politologue à la VUB – qui l’affirme dans une Mening parue dans De Standaard et traduite ICI avec Deepl.com.  Elle connait peu de pays où l’amour ou la haine de la capitale – sur le plan politique – est aussi fort. Ceux qui viennent d’ailleurs ont besoin d’un peu de temps pour saisir la place de Bruxelles dans le tissu politique belge. Pour de nombreux Flamands, Bruxelles est plus étrange que Paris ou Amsterdam.

Louise Hoon poursuit. Des recherches récentes menées par la KU Leuven et la Banque nationale  montrent que les transferts économiques en Belgique ne vont pas de la Flandre vers la Wallonie, mais du centre du pays (Bruxelles, et hinterland brabançon) vers la périphérie. Les navetteurs hautement qualifiés emportent leurs revenus dans des villages proprets où l’on pourrait manger par terre. Si Bruxelles pouvait taxer son hinterland, elle serait en mesure d’offrir davantage à tous ceux qui y vivent, habitent et grandissent.

La fragmentation des pouvoirs, les circonscriptions électorales communales et les six zones de police font de la responsabilité politique et de la transparence des notions très relatives. La culture et l’éducation sont également sous-financées en tant que matière relevant de la communauté flamande à Bruxelles et ne sont pas suffisamment axées sur les besoins spécifiques de la ville. Bruxelles n’est pas en manque d’amour. Ce dont elle a besoin, c’est d’argent, d’une représentation politique et d’un gouvernement qui reconnaisse et exploite tout le potentiel inutilisé de la ville. Et cette fois, ce n’est pas nous qui le disons.

Un stationnement trop bon marché

C’est le journal économique L’Echo qui l’affirme, dans un article qui se base sur une étude comparative du consultant Rebel. C’est bien du parking en voirie et des cartes de riverains qu’on parle. Nos tarifs seraient pour l’instant nettement plus bas que dans les autres villes européennes. En augmentant les prix du stationnement en surface, il s’agirait moins de remplir les caisses de la Région et des communes, que de rendre le parking souterrain plus attractif.

Les places de stationnement limitées en surface devraient être destinées aux arrêts de courte durée grâce à des parcmètres, qui assurent une bonne rotation des emplacements disponibles. Il devrait être plus cher de stationner en surface qu’en souterrain. Davantage de voitures dans les parkings souterrains et ce sont des trottoirs plus larges, plus de vraies pistes cyclables sécurisées, plus de plantations, plus de terrasses, plus de lieux de rencontre et plus de place pour les enfants. Nous en profiterions toutes et tous.

La première heure de stationnement peut monter jusqu’à 4 euros de l’heure à Paris. 4,70 à Copenhague et 7,50 à Amsterdam, alors qu’elle ne dépasse jamais 2 euros en Région bruxelloise. Prix en vigueur pour les cartes riverains: 245 euros à Berlin et 187 euros à Genève. Chez nous le prix varie d’une commune à l’autre. Pour atteindre les objectifs de Good Move (réduction des emplacements de stationnement et de l’utilisation de la voiture) les tarifs en voirie pourraient être majorés: 4 euros la première heure en zone rouge et 5 euros par heure supplémentaire. Une première carte riverain à 30 euros et la seconde à 100. Encore bien loin des tarifs d’Amsterdam. Il y a un scénario B plus coûteux dans l’article.

Image par Qywee de Pixabay

Bruxsels solidaire

Inédit: Bruzz signale que des étudiants de l’enseignement technique bruxellois sont partis à Pepinster pour participer bénévolement aux travaux de restauration de la cité inondée. Chouette. Mais, à une toute autre échelle, les derniers chiffres de la Banque Nationale montrent que les transferts de Bruxelles vers la Wallonie atteignent les 900 millions. Chaque Bruxellois contribue donc annuellement en moyenne à hauteur de 800 euros. Une autre image de la capitale, qui n’a rien d’une mendiante. La Flandre contribue pour  6,2 milliards de transferts vers la Wallonie, soit 900 euros par an par habitant. Vous verrez ICI de quoi se composent exactement ces transferts.

Si on y regarde de plus près, il y a aussi des transferts entre provinces. Les deux Brabant contribuent assez largement au revenus de provinces moins riches en Flandre comme en Wallonie. Une part de la richesse des deux Brabant trouve son origine à Bruxelles, où travaillent un grand nombre de navetteurs. Tout cela n’a rien d’extraordinaire et s’appelle la solidarité. Elle évolue dans le temps. Chacun peut se souvenir des transferts de Wallonie vers la Flandre lorsque le charbon, l’acier et l’industrialisation wallonne en faisait une des plus riches régions du monde. Le même phénomène de transferts s’observe aussi en Allemagne, en France, au Royaume Uni et sans doute partout à travers le monde.

C’est en échafaudant de petits calculs assez égocentrés que les Régions les plus riches espèrent souvent garder leurs richesses pour elles en réclamant leur autonomie ou en déclarant leur indépendance. C’est le cas de la Catalogne en Espagne, de Singapour dans la fédération de Malaisie, du Katanga au Congo, du Québec au Canada, de la Ligue du Nord en Italie, de la droite flamande en Belgique. Les économistes qui nous lisent corrigeront mes propos si nécessaire.

photo Campaign for Education

Les jeunes paieront-ils le prix ?

Paieront-ils le prix des dettes que nos gouvernements accumulent « pour sauver l’économie » ? Une politique que l’Europe a soutenu et continue à soutenir. La Banque centrale européenne (BCE) ne prévoit pas d’atténuer son soutien d’urgence pandémie et pourrait maintenir les taux d’intérêt bas au-delà de mars 2022. Les économistes craignent que les prochaines générations n’aient à payer la facture.

Business AM consacre un article documenté à cette situation inédite qui se prolonge. « Les économistes d’ING résument la politique monétaire actuelle: la banque centrale injecte de l’argent frais dans l’économie en achetant des obligations et des titres, il n’y a plus de limites. L’abandon progressif du soutien d’urgence et la perspective d’une hausse des taux d’intérêt ne semblent plus être programmés et deviennent une « nouvelle normalité ». Qu’en pense la génération Covid ?

La dette publique accumulée de la zone euro a pour la première fois dépassé la barre des 100% du produit intérieur brut. Des signes visibles: les prix des logements néerlandais ont augmenté à un rythme jamais vu depuis vingt ans et à Bruxelles aussi, l’achat d’un logement par les jeunes pourrait devenir inabordable sans le soutien financier de la famille. Faudra loger plus petit ou ailleurs. C’est sans doute à cause de la complexité de la stratégie que la génération covid ne réalise pas encore pleinement ce qui se passe et ne se révolte pas davantage contre les agissements de leurs aînés au pouvoir. Certains se sentent infantilisés et contraints de subir une grande passivité, d’autres se préparent à manifester.

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20373

photo de manifestation d’origine inconnue

photo par Tumisu de Pixabay