Archives de catégorie : Finances

Bruxelles plus sobre.

Le gouvernement bruxellois a donc pris une première série de mesures pour limiter la consommation d’énergie. L’éclairage des bâtiments et monuments publics serait proscrit à certaines heures, et systématiquement à partir de 22 h. Les acteurs privés et les institutions publiques présentes à Bruxelles seront invités à se joindre aux mesures. La température sera limitée à 19 °C dans les bâtiments publics. La climatisation sera proscrite tant que la température n’atteint pas 27 °C.

Barbara Trachte (Écolo), secrétaire d’État bruxelloise à la Transition économique :« Il y aura aussi des mesures d’obligation à destination du secteur privé. J’espère aussi que les partenaires, comme l’UCM et Unizo, vont aussi lancer de bonnes pratiques. Tout le monde a intérêt à réduire la facture« .

Il est aussi question d’une obligation générale de fermeture des portes des bâtiments chauffés, de l’extinction des enseignes lumineuses en dehors des heures d’ouverture, de l’obligation de fermeture des meubles réfrigérés et de la limitation des espaces publicitaires lumineux. Restent les chaufferettes des terrasses, où les parlementaires Ecolo font pression sur Alain Maron pour les interdire dans toute la Région. Tout cela reste à confirmer.

Capitalisme et climat.

Vous êtes plusieurs à m’avoir fait parvenir la carte blanche de l’économiste – et ancien banquier – Bruno Colmant, qui brusquement change de discours et fustige le « néolibéralisme qui n’est plus compatible avec le défi climatique ». Il plaide pour davantage d’interventions de l’Etat pour contrer les conséquences du réchauffement. Certains soulignent que c’est finalement du simple bon sens. Comme Bruxelles n’est pas une île, ses propos trouvent aussi leur place dans la question du futur de Bruxelles.

Son texte interpelle, questionne et suscite diverses réactions. L’Echo a interrogé d’autres économistes qui développent ICI des réactions intéressantes. On sent une réelle pression pour que le politique ose imposer ce qu’il sait être nécessaire pour contrer les ravages du réchauffement climatique … et qui sera nécessairement très impopulaire. Nous évoquerons prochainement ce que l’Etat espagnol veut mettre en place.

Il y a évidemment aussi ce que chacun d’entre nous peut faire, dès aujourd’hui, pour plus de sobriété. Peut-on encore se déplacer quotidiennement seul en voiture ? manger de la viande tous les jours ? partir en avion pour un citytrip de deux jours ? rouler à 120 km/h sur l’autoroute ? Mais à quoi bon, si on laisse les propriétaires de jets privés disposer d’un kérosène non taxé, si des bolides peuvent tourner en rond à Francorchamps, s’il reste moins cher d’aller à Londres en avion plutôt qu’en train et si des centrales à gaz – et même au charbon – sont appelées à la rescousse pour affronter l’hiver …

Exode urbain.

En 2021, près de 45.000 Bruxellois ont quitté les 19 communes pour s’installer en Flandre ou en Wallonie, où ils paient aussi leurs impôts. Le prix des logements et la recherche d’un jardin expliqueraient partiellement l’ampleur du phénomène. La plupart d’entre eux font partie de la classe moyenne. Comme de nouveaux arrivants compensent heureusement ces départs, la population globale est restée stable et a même légèrement augmenté.

Retenir la classe moyenne à Bruxelles est cependant indispensable pour assurer la mixité de la ville, mais aussi pour garantir nos finances publiques. Elles doivent être en mesure de financer l’éducation, les soins de santé et parfois le logement d’une grande partie des nouveaux habitants. Cependant, chaque fois que des logements à prix conventionnés sont programmés pour tenter de retenir la classe moyenne à Bruxelles, il se trouve nombre de mouvements pour agiter le spectre de la « gentrification » de la ville, qui souffre pourtant davantage de paupérisation que de gentrification.

Le sujet est trop vaste pour l’aborder en trois paragraphes. Nous y reviendrons prochainement dans d’autres billets. Dès à présent vous pouvez en savoir plus en lisant les articles que la RTBF et de BX1 consacrent à ces statistiques.

Pass à 9 € par mois

Cet été, l’Allemagne a expérimenté un billet mensuel de 9 euros, qui a permis à la population de voyager partout en train, en tram et en bus régional. Cette mesure s’est avérée extrêmement populaire, les trajets en train de plus de 30 kilomètres ont augmenté de 42 % par rapport à 2019. Les voyages vers les lieux touristiques ruraux de Allemagne ont presque doublé.

Les billets à super-réduction se terminent à la fin du mois d’août. Un sondage indique que près de 80% des personnes sondées souhaitent une prolongation. Certains politiciens demandent qu’ils soient prolongés sous une forme à déterminer. Créés en vue de limiter le coût de la vie et de réduire l’utilisation de la voiture, ces billets ont aussi eu un impact sur l’inflation qui aurait ainsi été réduite de 2 points.

Le ministre des Finances estime que cette subvention ne peut être financée durablement. L’offre de 3 mois a coûté environ 2,5 milliards d’euros au gouvernement. Certains se demandent si cet argent ne devrait pas plutôt alléger le fardeau de l’inflation pour les ménages à faible revenu. Les politiciens devront déterminer si l’outil vise à poursuivre la politique climatique ou à contrer l’inflation. L’article de Bloomberg – traduit ICI pour vous – en dit plus.

1
1

Picqué: un mauvais socialiste ?

A la veille de son départ, Charles Picqué livre sa différence à Bruzz. Extraits.

Mixité sociale. Saint-Gilles jouit d’une grande mixité sociale. C’est en partie parce que nous avons acheté une série de maisons (180 bien réparties). Il ne faut pas concentrer les résidents vulnérables en un seul endroit. On opte trop souvent pour des solutions de facilité: des appartements superposés comme des kots à lapins. Notre mission n’est pas de constituer des réserves de pauvres ! Nous ne pouvons pas changer la ville juste pour gagner des élections.

Gentrification. Nos revenus ont augmenté parce que de nouveaux résidents payent plus d’impôts. Nous sommes devenus si attrayants que des dangers nous guettent. De plus en plus de personnes achètent ici pour investir et le coliving se développe exagérément. Nous continuons à être présents pour les résidents moins fortunés, avec nos propres logements moins chers et nos offres sociales, pour un équilibre entre la dynamique économique et la solidarité.

Parcours d’intégration. J’ai toujours trouvé très hypocrite de laisser entrer autant de nouveaux arrivants et, dans le même temps, de ne dégager aucune ressource pour gérer ce flux et donner une formation.

Abattage sans étourdissement. J’aurais sans aucun doute voté pour son interdiction. Mais il faut entamer un vrai dialogue avec les communautés musulmane et juive pour expliquer le sens de cette interdiction. Il faut aussi s’attaquer au bien-être global des animaux. Le fond de l’affaire c’est qu’on veut se garder des parts de marché en vue des élections.