Archives pour la catégorie Sport

Happy Monday: un nouveau parc urbain

______________________________________

Sur la friche de Philips et d’un magasin de meubles, la Ville a créé un parc de 10.000 m2 au coeur du pentagone. C’est nouveau et intéressant, parce que la plupart des 60.000 habitants du centre-ville ne disposent ni de jardin, ni même de terrasse ou de balcon. Bien sûr, il y a le parc de Bruxelles, mais il se situe dans une zone fédérale pratiquement sans habitants … et cela monte pour y arriver. Le « Parc Fontainas » a donc été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme en cette période de pandémie. S’y mélangent en toute quiétude, des familles avec enfants, des jeunes des kots étudiants, des sportifs, des personnes âgées, des amoureux, des habitants des quatre quartiers, qui se rejoignent au coeur d’une place Fontainas, désormais aussi plantée.

La conception du parc Fontainas a fait l’objet de nombreuses concertations entre la plupart de ses potentiels utilisateurs. S’il compte des espaces sportifs, du fitness de plein air, des lieux sécurisés pour les petits, les moyens et les grands enfants, il abrite aussi des tables de ping pong et du football de table en béton. Le parc se caractérise particulièrement par ses fossés et son aspect sauvage. On y a semé de la prairie, s’y succèdent donc des coquelicots, des marguerites, des bleuets, de la camomille …. et même des iris et des chardons. Cela peut surprendre et peut sembler assez négligé, mais cette flore varie au fil des saisons et assure une fort belle biodiversité au parc. Nous attendons l’avis des paysagistes d’OLM qui ont conçu l’environnement et que nous avons interrogés à propos de sa réalisation et de son entretien.

Les personnes rencontrées sur place se réjouissent de pouvoir profiter de cet espace vert unique. Ils expriment cependant quelques regrets. L’absence d’eau pour jouer, l’absence de fontaines d’eau potable, l’absence de toute toilette ou urinoir, trop peu des bancs, trop d’arbres morts, des poubelles trop loin des tables, la présence de redoutables orties. Ils déplorent aussi le manque d’indication du nom des arbres et plantes peu connus et l’absence de jardiniers attitrés, qui seraient aussi des gardiens de parc respectés. Ils pourraient également avoir un rôle éducatif pour associer les usagers au respect des lieux. C’est surtout le manque d’entretien des fossés et le nettoyage des tables qui est souligné ainsi que l’absence d’affichage de toute règle d’usage des lieux.

 

Happy Monday: rendez-vous avec l’eau

__________________________________________

Cet été, nombre de Bruxellois passeront finalement une grande partie de leur temps de vacances en ville. Océade a été vendu aux Polonais ! Et toujours aucun espace aquatique à l’air libre en vue. Reste la piscine du David Lloyd Clubs … pour ceux qui ont les moyens d’en être membres. En dehors de Bruxelles il y reste aussi le domaine d’Hofstade (Zemst) et d’autres espaces nautiques en Brabant dont ICI la liste.

Pool is Cool n’a pas pu réaliser sa piscine le long du canal à cause d’un coronavirus bien connu, ce sera donc pour 2021. Mais ils ne sont pas en reste: s’il fait chaud, ils vous proposent d’emprunter gratuitement leur Water Monster. Suffit de le relier à un tuyau d’arrosage de 20m et la fête commence pour votre mouvement de jeunesse, pour votre braderie de quartier ou dans un  simple espace vert ou même au centre d’un carrefour interdit à la circulation par votre commune. Pour un week-end ou quelques jours, il est entièrement équipé et le transport peut se faire avec une remorque à vélo  ou par une voiture normale. Jeunes et vieux enfants ne l’oublieront jamais.

Avec un peu moins d’eau, pourquoi ne pas se lancer dans le jeu de piste urbain pour adultes et enfants « Le secret du Manneken Pis » d’ Escape the City ? A jouer en groupe de 2 à 6 personnes. Infos pour d’autres aventures et inscription ICI. Belles vacances à la découverte de notre ville, de ses parcs et jardins. Déjà visité la Maison d’Erasme ? Les jardins de l’abbaye de La Cambre ? Le Jardin du Fleuriste ? Et pourquoi pas redécouvrir les villes de Flandre et de Wallonie ?

Des arbres peuvent sauver des vies

____________________________________

Traversant la place Fontainas, je vois une dame âgée qui vide une petite bouteille d’eau sur les racines d’un arbre à peine planté et déjà roux« Vous avez vu  dans quel état sont ces arbres ? Cela me fait mal au cœur. Ce sont des êtres vivants, c’est bien plus que de la verdure. On reste en contact avec la vie et les saisons. »  Ces mots simples et justes ont raisonné longuement dans ma tête. Pas besoin d’être botaniste pour évaluer la situation et regretter le manque de soins. En ville, les arbres ne sont pas seulement décoratifs, ils accroissent le bien-être des citadins, ils réduisent le niveau de stress, luttent contre l’effet îlot de chaleur, réduisent la température et la pollution de l’air, procurent de l’ombre, … Plusieurs travaux universitaires ont démontré, qu’accroître la couverture arborée d’une ville a des bénéfices quantifiables en termes de santé mentale et physique, comme le chiffre la Revue Médicale Suisse.

Philadelphie, a entamé un plan ambitieux pour augmenter la couverture arborée de la ville. Il se terminera en 2025. Des chercheurs estiment en conclusion que 403 décès prématurés – dont 244 dans des zones de statut socio-économique inférieur – pourraient être évités chaque année à Philadelphie, si la ville parvenait à atteindre son objectif d’augmentation du couvert végétal pour arriver à 30% dans chaque quartier. Ce n’est pas évident, surtout dans les quartiers défavorisés, qui le sont aussi sur ce plan. Ces politiques d’écologie urbaine se justifient à la fois pour la promotion de la santé de la population et pour la réduction du coût des soins de santé.

Bruxelles est une des capitales les plus vertes d’Europe – notamment grâce à la forêt de Soignes et au bois de la Cambre. Une étude (déjà ancienne) de l’IBGE révèle que 53% du territoire de la Ville-Région est recouvert de surfaces vertes, notamment grâce à ses grands intérieurs d’ilots, souvent menacés. Bruxelles se classe donc bien … sauf que la couverture verte y est très inégale: dans le pentagone elle ne couvre que 9,6%  du territoire, dans les communes de la 2ème couronne on est à 29,3% et  la 3ème couronne est couverte à 71,3% ! comme le montre la carte de l’IBGE.

Les arbres améliorent la qualité … et la quantité de vie  (photo Shutterstock)

S’équiper face aux canicules

_________________________________________

« My God, quelle chaleur ! » répète Marcelle, du haut de ses 70 ans, comme une litanie tout au long du Marché au Charbon. L’expérience vécue en ville, en cette fin juin, doit être un signal d’alarme pour les urbanistes et le bouwmeester de Bruxelles. Notre Ville-Région continue à accorder et maintenir des permis pour des projets conçus il y a 10 ans, quand ce n’est pas au siècle dernier, sans imposer la végétalisation des bâtiments. Planter des arbres, multiplier les fontaines et les plans d’eau, encourager l’installation de balcons qui font de l’ombre et protègent de la pluie, subsidier l’installation de toitures vertes, récolter les eaux de pluie, sont des moyens simples et relativement peux coûteux pour créer des microclimats pour échapper aux chaleurs excessives. Comme à Saint-Nicolas, où la plus vaste Grand-Place du pays sera en partie végétalisée. La ville verte ne doit-il pas devenir un impératif ?

Lorsque la Ville de Bruxelles a confié au bureau Sum l’aménagement des boulevards centraux, des membres de la société civile ont suggéré, il y a près de 10 ans, de récolter l’eau des toitures dans des réservoirs souterrains, pour assurer l’arrosage automatique des plantations. Le bureau Sum s’est contenté de récolter l’eau – plus souillée – des voiries, prétendant qu’elle ne pouvait recueillir l’eau rejetée des toitures sans l’accord des propriétaires. Quand on sait que la Ville est propriétaire de plus de la moitié du bâti, cela n’aurait pas du être insurmontable. En attendant, des plantations meurent de soif sur les boulevards, à la place et au parc Fontainas et les fontaines sont alimentées en eau potable.

Pendant ce temps, Paris – qui dispose d’un vrai réseau d’eau non potable – limite les eaux pluviales qui peuvent être rejetées.  Anvers prévoit dès à présent un réseau de canalisations d’eau non-potable pour se protéger contre la sécheresse. « Nous avons largement assez d’eau, dont la qualité est suffisante pour les fontaines et les parcs. Nous utilisons 27 milliards de litres d’eau à Anvers, et il s’agit avant tout de l’eau du robinet ». Waterlink y expérimente  une épuration en bas de chez soi. La commune de Forest vient aussi de se lancer dans la récupération des eaux de pluie . Inutile de courir très loin pour trouver de l’inspiration.

La fontaine de la porte de Ninove et l’ombre propice de la forêt urbaine face à la cathédrale


Pandémie: trois questions ?

________________________________________________

UN
Pourquoi les ministres de l’UE ne se sont-ils pas saisis directement du dossier, pour élaborer une politique commune cohérente au niveau européen et éviter le rétablissement de frontières internes ?

DEUX
Pourquoi la Belgique, qui entend limiter la transmission du virus, n’a-t-elle pas suivi l’initiative française, qui impose la rédaction personnelle d’un document écrit daté pour chaque sortie ? L’effet dissuasif est évident et simplifie le contrôle de la présence des personnes en rue par les policiers ?

TROIS
Pourquoi peut-on courir en rue (jogging), mais pas marcher en rue sans raisons ? alors que marcher 30 minutes par jour est un minimum, avec ou sans autre raison ?

_____________

By the way

  • Fini les avions qui volent à vide pour garder leurs slots pendant la crise.
    Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, la Commission européenne a dévoilé, ce vendredi 13 mars, un projet de révision du règlement de l’UE (CEE 95/93) visant à permettre aux compagnies aériennes de suspendre des liaisons, sans perdre pour autant leur futur droit aux créneaux horaires (‘slots‘) dans les aéroports.
  • Andrew Murphy, responsable de l’aviation chez T&E, a déclaré : « Les compagnies aériennes qui demandent le soutien du public en période de crise devraient accepter de commencer à payer des taxes en période de prospérité. Les gouvernements de l’UE devraient subordonner le renflouement des compagnies aériennes au paiement par les transporteurs de taxes sur les carburants, les billets et autres, une fois la crise passée. »  https://mailchi.mp/eeb/support-airlines-in-crisis-but-on-condition-they-start-paying-tax-and-take-up-green-technology-te?e=833e87d612 (traduit de l’anglais avec DeepL. – version gratuite)