Archives pour la catégorie Mobilité

Les pics d’ozone ont-ils affecté notre santé ?

______________________________________

A Bruxelles, des pics d’ozone dépassant le seuil fixé par l’Organisation mondiale pour la Santé ont été décelés et annoncés lors de chacune des périodes de canicule. Des études récentes ont montré qu’une exposition chronique à des particules, même à concentration inférieure à celle recommandée par l’OMS, pourrait être à l’origine de problèmes de santé graves tels que des risques cardiovasculaires, des problèmes respiratoires, du diabète ou le cancer du poumon. Une exposition plus épisodique favoriserait l’apparition de problèmes respiratoires tels que l’asthme, selon un chercheur dont les travaux sont évoqués dans la version française du magazine en ligne The Conversation.

Cette semaine encore, l’air parisien – tout comme celui de Bruxelles – a été pollué par l’ozone, en raison des températures élevées couplées avec le trafic automobile. Une nuisance qui s’ajoute à celle des particules fines produites par les moteurs à combustion. Elles impactent, de longue date, la santé des citadins et en particulier celle des plus jeunes. Ainsi, des nanotubes de carbone ont été trouvés dans les voies respiratoires d’enfants. C’est le constat accablant que The Lancet a publié dans la revue EBioMedecine.

Ces nanotubes de carbone étaient présents en quantité importante dans l’ensemble des échantillons qu’ils ont recueillis en ville. La combustion du carburant et le passage de la fumée dans les pots d’échappement catalytiques en seraient l’origine. Même si la toxicité spécifique des nanotubes de carbone n’a pas été clairement prouvée, il est certain que s’ils sont présents dans les voies respiratoires d’enfants asthmatiques, ils sont aussi présents dans les voies respiratoires de personnes saines. Ce travail est le premier à avoir montré que tout un chacun est exposé de façon chronique à des nanotubes de carbone dans l’air, conséquence des activités de l’homme. Une affaire à suivre.

 

De l’énergie transportable

_______________________________________

Que ce soit  pour votre téléphone portable, votre laptop, votre montre ou votre vélo électrique, vous transportez de l’énergie en permanence. Le plus souvent sous la forme de batteries. On les voudrait légères, performantes et durables. Mais voilà, plus elles sont puissantes, plus elles sont lourdes, longues à recharger et chaudes (rappelez-vous les Galaxy Note 7 explosifs de Samsung). La batterie est le talon d’Achille du développement de l’énergie verte et de la voiture électrique en particulier. La batterie lithium-ion est un progrès récent dans cette course, même si sa fabrication et son recyclage restent coûteux et problématiques.

Deux bonnes nouvelles annoncées par le quotidien économique L’Echo
* Des chercheurs de l’UCLouvain ont découvert un matériau (le « LTPS ») permettant de produire des batteries « tout-solide » à la fois plus sûres et plus performantes. Ils ont pu compter sur le financement et la collaboration de Toyota, et même si la commercialisation n’est pas encore pour demain, les brevets ont déjà été déposés. Plus de précisions ICI.
*Un premier réseau dédié à la coordination européenne de la récupération et de la gestion des batteries usagées a été mis sur pied par 18 associations nationales spécialisées, dont Bebat pour la Belgique. Il est baptisé Reneos, se dit « unique au monde » et s’avère essentiel pour les protagonistes d’une mobilité plus verte, plus partagée et autonome. En savoir plus ICI.

Lorsqu’ils affirment que « la mobilité de demain se dessine à mesure des entrées de nouveaux joueurs venus des quatre coins du monde, et qu’il est pour l’instant établi qu’elle sera électrique », ils s’avancent sans doute un peu vite à propos des batteries et tiennent pour négligeable les progrès de la pile à hydrogène qui vient de faire son apparition dans deux trains allemands. Equiper Bruxelles pour la recharge électrique ou pour la recharge en hydrogène ? Belle question pour un gouvernement naissant, qui devra se garder de l’erreur commise avec le diesel.

… tiens, depuis hier, les humains vivent à crédit et consomment des biens et services destinés aux générations futures. Pas vous ? Calculez ICI votre empreinte écologique personnelle.

 

Une nouvelle ligne de métro dans 40 jours

________________________________________

Les rails sont posés et les trains sont là. Le 1er septembre, il suffirait de passer à la cadence d’un convoi toutes les 10 minutes, pour avoir une ligne de  » métro  » performante entre Uccle et Evere, avec extension vers Hal, Vilvorde, Malines pour les navetteurs. Les stations sont parfois basiques, mais sont prêtes à Moensberg, Saint-Job, Boondael, Delta, Mérode, Meiser, Evere, Bordet et Haren. Un test que la SNCB pourrait mettre en œuvre en collaboration avec le réseau métro STIB, pour ouvrir la ligne aux détenteurs d’un titre de transport Mobib.

Ce rêve est une suggestion d’un certain nombre de comités de quartier riverains du parcours. Vous pouvez lire leur communiqué de presse ICI. Ils proposent une ligne de « métro » directement utilisable et presque sans frais, plutôt qu’une nouvelle ligne 3 sans rapport coût /bénéfice et  qui ne serait opérationnelle qu’en 2030, après des travaux pharaoniques qui vont perturber de nombreux quartier et tuer des noyaux commerciaux comme Stalingrad. Tout cela pour un coût prévisionnel de près de 2 milliards d’euro (très probablement dépassé), qui va grever le budget régional pendant plus de 10 ans, selon un autre communiqué de plusieurs spécialistes. Un tel projet pour ne diminuer finalement le nombre de voitures que de … 0,6 %, d’après un dossier établi par le BRAL.

Je vois déjà les ingénieurs de la SNCB sortir leur calculette, pour nous expliquer que c’est impossible pour toute une série de raisons techniques et financières, que ces amateurs des comités de quartier ne maîtrisent évidemment pas. Difficile sans conteste. Impossible certainement pas, si la volonté politique y est. On pourrait réduire les temps morts aux terminus, affecter les trains Desiro achetés pour le RER à ce test, collaborer avec la STIB pour Mobib, lancer une campagne d’information. Après 6 mois d’activité, une évaluation devrait décider de l’avenir de cette ligne 26 newlook, qui pourrait être une alternative à la voiture individuelle et pourquoi pas aux livraisons en camion qui pourraient s’effectuer de nuit vers des dépôts ? On peut rêver d’un monde meilleur et plus vert … et il est  parfois à portée de main.

 Desiro photo Siemens

 

 

 

 

 

 

 

 

Happy Monday: le dernier km ?


___________________________________________

Le dernier km … il peut  évidemment se faire à pied. Mais pas si on est chargé ou fragile et peut-être pas s’il fait 2 km. Alors la question se pose. Les transports en commun ne peuvent rentabiliser des itinéraires de fin de ligne peu fréquentés, mais ils cherchent des solutions. On avait déjà parlé de téléphériques – comme en Amérique latine – mais aussi de petites navettes électriques autonomes d’une quinzaine de personnes.

L’idée progresse et on en est au stade de l’expérimentation et de la mise en route dans des domaines privés. La STIB expérimente, avec beaucoup de précautions et un accompagnateur, une telle navette à Woluwe, dans un espace public limité. Elle va en tirer les conclusions. Ce sont évidemment les (très) rares accidents dont ont été responsables quelques véhicules autonomes qui ont donné un coup de frein à l’avancement de certains projets. Cela n’a cependant pas empêché Navya d’aller de l’avant et la France d’établir des plans dans l’espace public. Quant au Japon, il prépare un service public autonome pour les Jeux olympiques de 2020. Toyota a choisi Bruxelles pour commencer des tests en circulation réelle dans le quartier européen, mais avec un accompagnateur à bord.

Il faut reconnaître que les véhicules autonomes respectent mieux les limitations de vitesse, les feux rouges et les priorités, que les femmes et les hommes au volant. De plus … ils ne consomment jamais d’alcool et ne consultent pas leurs sms en roulant. La prudence reste évidemment de mise et la question de la responsabilité civile demeure encore entière. Un article de Caradisiac fait le point de la situation et un autre de Zednet revient sur la responsabilité.

S’exprimer sur la mobilité de demain

_________________________________________

Vous avez l’opportunité de vous prononcer à propos plan régional de mobilité que l’actuel gouvernement bruxellois propose pour les 10 prochaines années et que la DH synthétise ICI.
Elaboré à la suite d’innombrables consultations avec les acteurs tant privés que publics, avec les communes et les zones de police, il fait maintenant l’objet d’une enquête publique. Ensuite, le gouvernement bruxellois en formation pourra l’inscrire définitivement à son programme. Selon un article de L’Echo, les formateurs l’auraient approuvé hier dans les grandes lignes … sans attendre notre avis.

C’est un gros dossier, qu’ils ont appelé « Good Move ». Un résumé – non technique –  a été rédigé à l’intention des citoyennes et des citoyens de la Région. Vous pouvez le consulter ICI ou sur papier dans votre commune. Vous pouvez aussi vous prononcer en remplissant ce questionnaire, qui ne prend que 5 minutes, et qui vous permet un commentaire personnel.

Nombre d’aspects ne sont pas traités, parce qu’ils échappent aux compétences territoriales de la Région de Bruxelles et parce que la Communauté métropolitaine, prévue par la 6è réforme de l’Etat, ne fonctionne pas, vu les méfiances réciproques entre Régions et les craintes évoquées dans un dossier très complet de l’ARAU.

Elargir le ring et transformer les entrées autoroutières en boulevards urbains ne sont pas vraiment compatibles. La taxation au km parcouru en voiture ne progresse pas, pas plus que l’alternative péage urbain. Les parkings de dissuasion, qui seraient à construire en périphérie, sont finalement à la charge de Bruxelles, qui y consacre terrains et argent, en espérant réduire les navettes entrantes. Les critiques et commentaires ne manquent pas, mais finalement, Bruxelles – ville d’usage – se transforme progressivement en lieu de vie plus urbain et plus convivial au profit de l’ensemble de ses habitant.e.s.