Archives pour la catégorie Urbanisme

Conflit de générations ?

_________________________________________________

« Empires déchus et désirs retrouvés » s’affiche en anglais à l’entrée du Festival Horst,qui se tenait ce week-end le long de la Senne, dans une friche militaire désaffectée de Vilvorde Nord, à 12 km de Bruxelles. Plus loin: “ Notre génération s’apprête, se prépare et s’arme pour la chute à venir. De l’écosystème, du capitalisme, d’une démocratie illusoire, de l’humanité, de l’éthique ? ”.

Une nouvelle génération post industrielle lucide se préparerait elle un futur ? se développerait elle à notre insu ? Une génération dont certains osent refuser l’avion, limitent leur consommation de viande, se déclarent non binaire, se montrent intransigeants et cohérents, sans programme, ni chef de file. De Morgen parle d’une génération qui aime la musique, le recyclage, l’architecture et la beauté. L’art sauvera-t-il la planète ?
Comme en mai 68, ne voyons-nous rien venir ? alors qu’une nouvelle génération commence à contester notre mode de consommer, notre mode de vie et finalement ce qu’il reste de notre civilisation.

Que savent les Reynders, les Di Rupo ou les Dewever de tout cela ? Quelles réponses apportent-ils aux Anuna, Adélaïde, Kyra, Greta et aux 75.000 jeunes qui marchaient dans nos rues avec leurs gourdes et leurs calicots en carton pour demander aux adultes de se soucier de l’héritage qu’ils vont leur laisser ? Les festivaliers Horst se préparent à la décadence d’une civilisation dans une joie communicative … et ils veulent renouer avec leurs désirs.

« Fallen empires and refound desires »

Happy Monday: Bruxelles mise en valeur

__________________________________________

Le prix Atomium de Bruxelles a été attribué ce WE à l’album événement du Dernier Pharaon de Blake et Mortimer, signé par le quatuor belge François Schuiten, Jaco Van Dormael, Thomas Gunzig et Laurent Durieux. Le Soir rappelle que ce prix récompense les auteurs qui ont le mieux mis Bruxelles en valeur  et Le Dernier Pharaon est une ode graphique émerveillante au Palais de Justice, à la Basilique de Koekelberg, au Botanique, à la Grand-Place…

L’album caracole en tête des ventes de livres sur Amazon depuis une semaine. Il se trouve sur tous les comptoirs des boutiques de BD. La Maison Autrique et la galerie Champaka en profitent pour exposer les recherches et les à-côtés graphiques de François Schuiten. Il vous reste à découvrir l’album, à visiter les expos, si vous êtes amoureux de BD, de Bruxelles ou des deux.
Tous les détails ICI.

Dans une interview dans L’Echo, la fille de l’ancien conservateur du palais de justice profite de l’occasion pour s’indigner face à la manière dont le politique s’occupe du palais. « Je voudrais que l’on traite le palais de justice de façon plus sérieuse qu’actuellement. Il suffit de regarder comment le monde politique traite le monde judiciaire. C’est triste que l’on doive faire une bande dessinée pour attirer l’attention sur le palais de justice « . 

Selon la Fondation Poelaert, la totalité des échafaudages devrait avoir disparu pour 2030 et l’ensemble de la rénovation du Palais pourrait s’achever en 2036 …

 

 

Espace public privatisé

______________________________________________

C’est à grands frais que la Ville s’est débarrassée des voitures, pour rendre les places et les boulevards centraux aux piétons et aux habitants. Les travaux ne sont pas encore terminés, que déjà les terrasses et les deux roues se sont accaparés d’une grande partie de ces nouveaux espaces piétons.

Soyons de bonne foi: les terrasses, on aime et les vélos, les trottinettes et autres monoroues doivent aussi pouvoir profiter de l’accessibilité des boulevards rénovés. A l’usage, il semble cependant indispensable que la Ville définisse des règles, qui favorisent une cohabitation harmonieuse entre les diverses occupations des espaces prioritairement destinés aux piétons.

  • Pour les deux roues, l’attribution d’une piste cyclable dans l’espace central pourrait être une solution qui leur permettrait de circuler sans slalomer dangereusement entre les piétons.
  • Pour les terrasses, elles devraient être autorisées dans les espaces entre les jardinets, mais pas dans les espaces le long des façades qui devraient rester dégagés. Elles ne devraient pas excéder la surface dont dispose l’établissement en intérieur.

A ces conditions, tout le monde pourrait sans doute s’y retrouver.
Les photos en disent probablement plus qu’un long discours.

 

 

 

Pourquoi aurez-vous trop chaud aujourd’hui ?

… et encore plus demain ? Parce qu’en ville on constate des températures qui peuvent aller jusqu’à 3 à 10° de plus par rapport à la campagne. L’asphalte noir et le béton des bâtiments absorbent davantage la chaleur des rayons solaires que les paysages naturels et ils restituent cette chaleur la nuit. Les arbres créent de l’ombre et ont un effet protecteur et rafraîchissant, grâce à l’eau qui s’évapore des feuilles. À l’inverse, en ville la chaleur qui provient des moteurs thermiques, des embouteillages et des systèmes de climatisation amplifient l’augmentation de température.

A Bruxelles, la minéralisation  croissante de l’espace public – chère à Henri Simons, ancien échevin de l’urbanisme à la Ville – a fait ses ravages. Elle est aussi très tendance parmi les auteurs de projets à qui l’on doit, notamment, la place de la Monnaie et la place De Brouckère, presque sans ombre et avec si peu d’eau (quand la machinerie fonctionne …). On est loin du développement du concept de « forêts urbaines » dont la canicule révèle aujourd’hui toute l’utilité.

Sur l’extrait de la carte de BuzzFeed parue dans l’article de Slate, vous voyez clairement l’ilot de chaleur continu dans le triangle urbanisé Bruxelles/Anvers/Gand. Dans une émission du mois de juin, France Inter énumère quelques timides solutions pour rafraîchir les villes, qui vont dorénavant devoir s’organiser, face à la multiplication des périodes de canicule et des records de pics de température. Un défi à prendre en charge par le nouveau gouvernement bruxellois et qui ne se résoudra pas par la multiplication d’installations d’air conditionné, chez ceux qui peuvent se le permettre, au détriment de la température de l’air extérieur, qui doit absorber leurs rejets.

 

 

 

 

Construction: en finir avec le gaspillage d’énergie

_________________________________________

Qui dit immeubles de bureaux, grands hôtels et tours de logement, dit souvent façades de verre scintillant au soleil, lumières à profusion, air conditionné, ascenseurs par dizaines… De quoi consommer un maximum d’énergie et émettre des gaz à effet de serre en quantité (1).
Si aujourd’hui, il est possible et nécessaire de construire autrement, New York – capitale historique des gratte-ciel – entend cependant rester pionnière en obligeant les anciens gratte-ciel à  se transformer pour réduire drastiquement leur consommation d’énergie.

Le magazine GEO, publie un article avec AFP, qui confirme que la mairie de New York a entériné en avril une loi « révolutionnaire » dans l’Amérique de Trump. La  » Climate Mobilization Act « , en fait la première métropole américaine à mettre en oeuvre son engagement à réduire ses émissions de 80% d’ici 2050. Elle oblige les édifices de plus de 2.300 m2 – soit quelque 50.000 bâtiments représentant le tiers des émissions new-yorkaises – à réduire leurs émissions de 40% d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 2005.  » Elle va avoir de nombreux effets positifs, comme créer un marché et une demande pour les technologies d’efficacité énergétique » (2), qui pourront être utilisées dans d’autres villes américaines et européennes aux climats comparables.

Bien que le texte de loi garantisse des facilités d’emprunts à long terme par la mairie, il a été combattu par le puissant secteur immobilier, effrayé par les plus de 4 milliards de dollars de travaux de rénovation qu’il pourrait entraîner, selon certaines estimations. La Trump Tower, tour de 58 étages érigée par Donald Trump sur la 5e Avenue en 1984, en est un exemple. C’est aujourd’hui l’un des bâtiments les plus énergivores de la ville. Le maire démocrate Bill de Blasio, candidat à la présidentielle 2020 et très anti-Trump, l’a menacée de plus de 500.000 dollars d’amendes annuelles lorsque la loi entrera en vigueur. Selon Nilda Mesa (1) ce type de rénovation  » est économiquement rentable … et le marché s’adaptera « .

____________________
(1) Chauffage et climatisation génèrent 70% des émissions de CO2 et 84% des émissions de SOX. Il s’agit donc de la première source de gaz à effet de serre à Bruxelles (IBGE)
(2) Nilda Mesa, directrice du programme de développement durable de l’université Columbia