Le sexe et la ville

Oh là là !  ce n’est pas tous les jours que l’on parle de sexe sur ce blog. L’autre jour dans le tram, deux gamins de moins de 10 ans s’esclaffaient discrètement devant une pub pour Moules-Frites, un site qui donne la parole aux jeunes à propos de leur santé et de leur vie sexuelle. C’est cru, c’est direct et aborde tous les sujets sans tabous : la première fois, le plaisir, le consentement, l’amour, la masturbation, le genre, l’amour, les IST, …  Vous en saurez plus dans cet article de la RTBF. Bruxelles va se lancer dans des campagnes de sensibilisation scolaires.

Mai 68 et l’arrivée d’une pilule révolutionnaire – qui a permis le contrôle de la fécondité – avaient déjà bouleversé la conception de la vie familiale, de la place des femmes et des jeunes dans la société. Les centres de planning familial, la Free Clinic et la dépénalisation de l’avortement y ont aussi  largement contribué. Ont brisé des tabous. Si les années sida y ont mis un coup de frein, l’arrivée de traitements a diminué la peur … et limité la prudence. Aujourd’hui c’est la connaissance du corps, c’est l’égalité des genres – très détaillée ICI –  et leur fluidité fort bien exprimée par Le Monde, qui s’affirment dans l’espace public.

Récemment, un projet de loi a été voté à la Chambre pour tenir compte de l’évolution de la société. Il a notamment inscrit la notion de consentement et décriminalisé le travail sexuel, une première en Europe. Cet article en dit plus. Me too a signifié la rupture d’un certain silence. Signe des temps, Bruzz annonce la première édition du Brussels Porn Film Festival alternatif du 21 au 24 avril au Nova et à L’Aventure. BX1 dit qu’il entend proposer un « regard éclectique, enthousiaste et critique » sur la pornographie à partir d’une sélection parmi 1.300 films de 93 pays.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.