La société civile menacée

Les communes et la Région reconnaissent le travail d’un grand nombre d’associations et elles subsidient même celles qui  les critiquent. Les institutions communautaires font de même. Des critères ont été définis et des rapports d’activité doivent, bien évidemment, permettre de justifier l’octroi de cet argent public. C’est ainsi que Bruxelles est riche d’une société civile très active, garante de la démocratie et des droits des minorités. Une société civile qui crée aussi du lien entre habitants et reste attentive à des besoins que les fonctionnaires ne peuvent toujours repérer.

Depuis peu, des commues et la Région ont décidé de mettre fin aux subventions de fonctionnement des associations, espérant ainsi éliminer les associations inactives. Elles ont remplacé ces subsides de fonctionnement par de multiples « appels à projet », auxquels les associations peuvent répondre, en remplissant de volumineux dossiers en vue d’être retenues. Une véritable compétition et aucune garantie de pouvoir poursuivre un travail à long terme et encore moins d’assurer les salaires, pour celles qui ont engagé des permanents, comme Inter Environnement Bruxelles (IEB) au bord de l’étranglement.

Même les comités de quartier ou les associations spécialisées – qui travaillent le plus souvent uniquement avec des bénévoles – sont menacés, faute de pouvoir assurer leurs frais de survie, tels que la domiciliation d’un site, la location de locaux ou tout simplement une ligne téléphonique. A titre d’exemple, le Cercle d’histoire de Bruxelles, qui ne travaille qu’avec des bénévoles pour entretenir et développer ses impressionnantes archives, dont celle de Jean d’Osta. Il risque la disparition, faute de pouvoir payer le loyer du modeste local qui les abrite. La presse reste muette.  Vouloir éviter de subsidier des coquilles vides est salutaire, supprimer indistinctement toute subvention de fonctionnement aux associations de la société civile est une menace pour la démocratie, déjà fortement fragilisée. Un signal d’alarme.

photo Pixabay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.