Quel avenir pour votre voiture ?

Si c’est une diesel, dans un peu plus de 8 ans, elle ne pourra plus circuler à Bruxelles, ni d’ailleurs dans la plupart des pays européens. 5 ans plus tard ce sera pareil pour les voitures à essence. Il va donc s’agir de penser à une alternative, lorsqu’il sera question de remplacer votre véhicule. Le meilleur choix pour la qualité de l’air de la ville et pour la planète sera toujours la voiture que l’on ne remplace pas. Si elle vous est cependant absolument indispensable, la voiture électrique sera compétitive pour les courts trajets, elle dispose de moins d’autonomie, d’un temps de rechargement fort long et de batteries aussi lourdes que difficiles à recycler. De plus, elles utilisent des quantités très importantes de métaux sur lesquels les Européens n’ont aucune maîtrise (Ni, Mn, Co, Li, …)

Bientôt, il y aurai davantage de voitures à hydrogène, qui ne rejettent que quelques gouttes d’eau. Tandis que les constructeurs européens se centrent sur la voiture à batteries,  Toyota (Japon) et Hyundai (Corée du Sud) entrent en concurrence avec des voitures à hydrogène de série et la Chine abandonne la voiture à batteries au profit de l’hydrogène à coups de subventions. C’est dire si dans quelques années les prix vont chuter et les rendre plus accessibles. Reste la question de l’approvisionnement. Si le plein se fait en 3 minutes, Bruxelles ne dispose d’aucune station de remplissage. Les plus « proches »  à Zaventem et à Hal. La Région ne semble pas avoir l’intention de susciter l’installation d’une station sur son territoire, alors qu’elles se multiplient en Europe. L’Echo livre son état des lieux.

Et pourtant, la STIB va tester un bus à hydrogène et Bruxelles Propreté un camion de ramassage. En Allemagne Hyundai investit dans le développement de stations à hydrogène et  la police a réceptionné sa première  Hyundai Nexo à hydrogène, pour diminuer le niveau de pollution des villes. Toyota a déjà fourni 600 taxis à hydrogène à Hype pour Paris. Hype veut en installer 60 à Bruxelles, mais tarde à voir venir un appel d’offre régional pour de nouvelles licences. En matière d’énergie, c’est l’offre qui crée la demande et la Région aurait bien tort de mettre tous ses œufs dans le même panier: celui de la voiture à batteries. Et l’usager, lui il veut pouvoir effectuer un choix libre. Affaire à suivre.

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20578

photo  Zaventem Air Liquide Benelux

3 réflexions sur « Quel avenir pour votre voiture ? »

  1. Daniel

    « voitures à hydrogène, qui ne rejettent que quelques gouttes d’eau »: se méfier de ce genre de raccourci, qui donne l’impression d’un véhicule propre, alors que la production de cet hydrogène n’est pas écologiquement neutre. Aujourd’hui, la plupart de l’hydrogène produit l’est à partir de gaz naturel…

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh

      En effet, c’est un peu court. L’hydrogène est cependant aussi propre que l’électricité qui sert à le produire. Il ne l’est donc pas si du gaz naturel est utilisé pour sa production. L’hydrogène de la station de Zaventem est produit à partir d’électricité verte. C’est là que s’approvisionnent les véhicules du parlement européen.

      Répondre
      1. Daniel

        La transformation de l’électricité en hydrogène n’est pas parfaite à 100%, ce n’est pas correct de dire ‘aussi propre’ sans avoir une étude scientifique qui compare les bilans énergétiques…
        Ceci dit, je suis tout à fait d’accord avec le fait que l’électrique ne résoudra pas tout et qu’il faudra un mix de solutions pour resource les défis de la mobile de demain.

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.