Quel avenir pour l’aéroport de Zaventem ?

Comme capitale de l’Europe, Bruxelles a bien évidemment besoin d’un aéroport. Avec ses pistes qui se terminent à moins de 2 km de la Région la plus densément peuplée du pays, l’aéroport de Zaventem est incontestablement mal situé. Sa relocalisation – sans cesse repoussée – n’est plus à l’ordre du jour, pour des raisons tant économiques que politiques. Comme la crise sanitaire a un impact considérable sur la Brussels Airport Company (BAC) et sur Brussels Airlines, ces deux sociétés ne vont pas tarder à solliciter à nouveau l’Etat belge, qui devra fixer les conditions de toute aide.

La société privée BAC est largement dans les mains d’actionnaires canadiens et Brussels Airlines est propriété de Lufthansa. Il ne peut donc être question d’aides financières publiques sans clarifier l’avenir de cette plate-forme aéroportuaire et définir les conditions mises à l’octroi de ces aides. Pour pouvoir se maintenir si près de Bruxelles, Zaventem n’a d’autre choix que de se transformer en aéroport urbain, centré sur les vols passagers à destinations des capitales et grandes villes européennes, non desservies par des trains à grande vitesse. Le France vient de décider d’interdire tout vol intérieur qui peut être assuré en train en moins de deux heures et demi.

Les vols longs courriers sont aisément accessibles depuis Schiphol, Francfort et Roissy. Les vols low cost sans liaison train rapide ont leur place à l’aéroport Bruxelles – Charleroi. Pour les avions cargo, un aéroport dédié a été aménagé à Bierset, en expropriant les riverains avec de l’argent public. Le chargement en soute des avons de ligne pourrait se maintenir à Zaventem. Les vols de nuit doivent y être interdits pour des raisons de santé publique. Quant à la question de l’emploi, les postes perdus à Zaventem se retrouveront aux aéroports de Bierset et Charleroi ainsi que dans le développement des chemins de fer et des trains de nuit, que l’inévitable taxation du carburant des avions rendra enfin plus compétitifs. C’est sur cette base que l’avenir de la plate forme aéroportuaire de Zaventem peut être assuré, sans compromettre celui des personne survolées à Bruxelles et dans les deux Brabants.

2 réflexions au sujet de « Quel avenir pour l’aéroport de Zaventem ? »

  1. Francois Carton

    Bravo. De plus, réduire cet aéroport à sa véritable destinée, celle d’un aéroport urbain, c’est améliorer considérablement la qualité de vie en RBC. Le survol y est, si je ne me trompe, la seconde source de nuisances après le trafic automobile. Et la qualité de vie est la première raison de l’exode des plus aisés vers les périphéries relativement plus paisibles. Rendre la vie bruxelloise plus attractive au point de stopper et même d’inverser le flux migratoire devrait être LA priorité de notre gouvernement.
    Je suis très étonné que notre secrétaire d’état à la mobilité dont j’apprécie l’action par ailleurs, se montre si frileuse sur les nuisances de Zaventem.

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.