Quel tourisme après la pandémie ?

La raréfaction des touristes et des congressistes, suite aux divers confinements et aux mesures sanitaires, pose la question de l’avenir des grands congrès et des citytrips. L’impact sur l’industrie hôtelière, comme sur les restaurants et cafés, a été aussi dramatique que brutal, tant au niveau économique qu’au niveau de l’emploi. Faut-il pour autant tout mettre en œuvre pour revenir au tourisme de masse et à la multiplication des congrès de prestige ? Même s’ils rapportent des devises et créent des emplois non délocalisables, l’impact de ces activités sur la consommation d’énergie fossile – notamment celle de l’industrie aéronautique – vont nécessairement devoir être pris en compte, tout comme la qualité de vie des habitant.e.s de la ville.

A Bruxelles, le centre historique s’est transformé en vue d’accueillir toujours plus de touristes. Il a laissé se multiplier les offres des snacks et de bars à bières, laissé des espaces comme la rue de l’Etuve ou l’Ilot Sacré rivaliser avec Disneyland. Tout cela avec la collaboration des compagnies low cost, des logements airbnb et des grands événements, dont l’impact sur le caractère habitable de la ville et la raréfaction des logements à louer n’a pas toujours été bien évalué. Mais voilà, nous sommes tous touristes à l’occasion, à la côte, dans les Ardenne ou à l’étranger, et il n’est pas question question de nous en empêcher.

Une réflexion ne s’impose-t-elle cependant pas avant de se lancer tête baissée dans une reproduction du passé ? Le tourisme n’est pas une industrie. Venise se rebiffe et se réinvente. Berlin demande à qui appartient la ville ? Paris veut rendre le tourisme durable. A Barcelone le tourisme est le principal problème de la ville. Bruxelles ne pourra échapper à cette réflexion. Des Etats généraux du Tourisme bruxellois ? Pourquoi pas ? Un sociologue partisan de la décroissance du tourisme et le président de l’Office du tourisme de Paris débattent ICI de la « touristification » du monde, du « surtourisme » et des dégâts écologiques et économiques qu’ils peuvent entraîner. Soyez-en certains: ils divergent. Affaire à suivre.

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20622

Laisser un commentaire