Quelle place pour Bruxelles au fédéral ?

_______________________________

Après avoir échappé aux risques d’un gouvernement PS/N-VA qui aurait pu détricoter la sécurité sociale et “régler” le sort de Bruxelles, nous voilà sans doute face à la seule alternative possible: un gouvernement rassemblant la gauche et la droite avec une bonne dose d’écologie. Une équipe jeune et souvent novice en politique fédérale, une équipe qui compte 10 femmes pour 10 hommes – une parité tout simplement normale – mais une première en Belgique (et en Europe ?). Les tensions ne manqueront sans doute pas entre ces extrêmes. La société civile se devra de rester vigilante et d’exercer sa fonction de contre-pouvoir, comme l’affirme ICI le Blog Cosmopolite.

Suite à une lecture rapide des documents (1) disponibles, il semble que Bruxelles soit relativement peu citée dans les 85 pages de l’accord de gouvernement, mais BX1 relève cependant six citations. Quant à Steven Van Garsse, il se livre à une première analyse fouillée pour Bruzz, traduite pour vous ICI. Et puis surprise: trois femmes politiques bruxelloises font leur apparition dans le nouveau gouvernement et à des postes importants: Zakia Khattabi (Ecolo) pour l’Environnement et le Développement durable, Karine Lalieux (PS) pour les aspects sociaux mais aussi la tutelle de Beliris et Tine Van Der Straeten (Groen) pour l’Energie. Il y aura aussi deux ministres – Annelies Verlinden (CD&V) en David Clarinval (MR) – chargés des nécessaires réformes institutionnelles qui devront simplifier les structures de l’Etat (1) pour 2024. Et voilà les ministres flamands les moins connus selon la VRTnews en français.

L’arrivée d’un écologiste wallon au kern – Georges Gilkinet – est d’autant plus importante pour nous, qu’il sera en charge de la Mobilité, avec tutelle sur la SNCB et donc du RER, mais aussi du sulfureux dossier du survol de Bruxelles. Autant dire que son arrivée suscite beaucoup d’attentes. Toujours concernant Bruxelles, il y a Meryame Kitir (SP.A) en charge de la politique des Grandes Villes, Sophie Wilmès (MR) qui gèrera les Affaires étrangères mais aussi les institutions biculturelles, Mathieu Michel chapeautera la fameuse Régie des bâtiments (e.a. musées, Palais de justice et Conservatoire) et finalement, le jeune Sammy Mahdi (CD&V) – originaire de Molenbeek – qui aura l’asile et la migration dans ses compétences.

(1) accessible en s’enregistrant gratuitement à L’Echo en ligne

2 réflexions au sujet de « Quelle place pour Bruxelles au fédéral ? »

  1. LM

    Ce gouvernement Vivaldi est à l’image de la diversité de notre pays et de sa population multiethnique, mutliculturelle, multi…tout. C’est pas mal, de ce point de vue-là. Maintenant, on va voir si leurs différents projets avanceront en même temps. Trois ministres bruxellois (des femmes), trop peu pour Bruxelles ? Non car, qu’il y en ait trois ou plus, ça n’a pas d’importance à partir du moment où les ministres font bien leur travail, ce qu’on espère (encore), et s’occupent de toutes les composantes de la Belgique. LM

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.