L’Union (?) Européenne joue-t-elle sa survie ?

___________________________________

« Maintenant ou jamais » titre le président la Fondation Robert Schuman dans son édito trilingue, face à la crise du Covid-19. Européen convaincu au langage généralement diplomatique, Jean-Dominique Giuliani estime que « face au Covid-19, comme d’habitude, les Européens ont commencé par décevoir, avant que de se ressaisir quelque peu. Le premier réflexe fut, partout, de fermer les frontières et de se replier sur l’Etat-nation. Pénurie de matériel médical, réponses dans le désordre, donnèrent à l’Europe son pire visage depuis longtemps ». Un peu plus tard – dit-il – on commença à s’épauler, à se prêter du matériel.

Ce n’est cependant pas l’échec de la vidéoconférence du Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement du 26 mars qui a dû le convaincre, après l’affrontement des pays du nord et du sud sur la réponse économique à apporter face à la récession annoncée. Quant à la réunion marathon des ministres des Finances de l’UE, elle s’est soldée ce mercredi par un échec retentissant, face à l’attitude inflexible de certains Etats par rapport aux demandes italiennes de prêts susceptibles d’être octroyés par le fonds de secours de la zone euro aux Etats en difficulté. L’image de l’Union, qu’ils donnent aux peuples européens, est catastrophique. On n’est pas loin d’un remake de La Cigale et de la Fourmi, comme le souligne l’analyse d’Alternatives Economiques. Les négociations ont repris hier soir. Dans un article de CNews, on évoque la mort de Schengen, mais Yves Doutriaux y redonne une note d’espoir.

Jean-Dominique Giuliani poursuit:  (l’avenir de) l’Union est bien en cause. Si elle n’est pas capable, dans ces circonstances, de faire le saut de la mutualisation, elle ne le fera vraisemblablement jamais. Plutôt que d’attendre que les évènements les y obligent comme en 2008, les 27 peuvent mobiliser des moyens considérables pour surmonter la crise, s’ils décident de le faire ensemble ! S’ils l’acceptent, l’intégration européenne aura donné une preuve irréfutable de son utilité, de sa solidité et enfin fait le pas qu’on attend d’elle depuis longtemps.

>>>  dernière minute: L’Eurogroupe s’accorde sur un plan de relance (L’Echo 22:37) « L’Union européenne est en danger s’il n’y a pas de solidarité », avait affirmé avant la rencontre le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Une réflexion au sujet de « L’Union (?) Européenne joue-t-elle sa survie ? »

  1. Francois Carton

    Quelle arrogance, quel mépris dans la position hollandaise ! Il faut rappeler que la bonne santé financière dont ce pays est si fier résulte essentiellement d’une politique fiscale agressive (= qui pompe les ressources fiscales des autres pays) et de l’exploitation de la bulle de gaz sur laquelle ils sont assis. On est loin du mythe de la bonne gestion complaisamment relayé au point de faire perdre le sens commun aux dirigeants néerlandais.
    Notre monde est fini, circonscrit par notre planète; tout ce qui s’y passe est un jeu à somme nulle : quand un élément se vante d’être meilleur, c’est qu’un autre en souffre. La seule façon de sortir de ces échanges viciés autant que vicieux est l’esprit de mutualisation. Traduit en termes politiques : la gauche est l’avenir de la planète.

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.