Le futur de la grande mosquée

__________________________________

Suite aux attentats du 22 mars 2016, la Commission parlementaire avait demandé de mettre fin au contrat établi avec le Centre Culturel de Belgique, financé par la Ligue islamique mondiale, très liée à l’Arabie saoudite. Une infrastructure que le roi Baudouin avait « cédée » au roi Fayçal en 1967. Ce 31 mars le préavis a expiré et les clefs ont été rendues. L’Exécutif des Musulmans de Belgique – instance reconnue par l’Etat – en assurera la gestion matérielle et a déjà engagé un concierge. Pour la prière il y aura une rotation d’imams rémunérés par le SPF Justice: des imams rattachés à des mosquées reconnues par la région bruxelloise.

La future Grande Mosquée du Cinquantenaire serait composée de quatre entités. La première, l’Exécutif des Musulmans en permanence. La deuxième, un Institut de formation pour les imams. La troisième consacrée à un musée islamique et puis une quatrième, la Grande Mosquée comme lieu de culte. Son but: faire éclore un islam de Belgique, celui du juste milieu, du dialogue et de la coexistence pacifique éloigné de celui de la péninsule arabique.

Il ne suffit évidemment pas de couper le lien pour que l’idéologie wahhabite – à tendance salafiste – s’évapore, alors qu’elle a percolé dans une partie de la communauté par son influence dans un grand nombre de mosquées. Par exemple, deux ASBL se sont déclarées candidates pour reprendre la gestion et on y trouve des personnes nommées par les Saoudiens salafistes. Mais ce n’est pas tout, c’est plus compliqué que cela, voilà ce qu’en disent quelques médias.

RTBF Et si l’Arabie saoudite lorgnait toujours la Grande Mosquée de Bruxelles?
La Libre La politisation de la foi musulmane en Belgique doit cesser
RTBF Où en est la gestion de la Grande Mosquée ?
La Libre Les appétits s’aiguisent pour la reprise de la Grande Mosquée
Carte blanche Décoloniser la Grande Mosquée de Bruxelles, voilà l’urgence
De Morgen interview imam Khalid Benhaddou

 

4 réflexions au sujet de « Le futur de la grande mosquée »

  1. Georges Debruyne

    En ce qui concerne le djihad, l’islam impose à tous les musulmans de n’avoir de répit qu’une fois que toute l’humanité se soit convertie ou ait accepté sa domination. ” Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul” (coran 2:193 et 8:39). C’est pour cette raison, que les djihadistes partis combattre en Syrie pour le califat, peuvent dire qu’ils sont les vrais musulmans. Le djihad ne prend fin que lorsque toutes les personnes ont soit accepté la foi islamique, ou soit se soumettent à son autorité. La frontière de l’Islam est la frontière du monde”. Un autre devoir imposé à chaque musulman: la diffusion de la “da’wa” (invitation), une sorte de prosélytisme obligatoire. C’est l’appel qui doit être transmis à tous les non-musulmans et qui doit obligatoirement précéder la guerre dans le cas de refus de cette da’wa, puisque l’islam appelle à combattre tous ceux qui refusent cet appel. C’est encore aujourd’hui, la lecture théologique du coran, c’est pour cette raison que des musulmans progressistes demandent de l’adapter à la société moderne et d’en exclure les propos haineux..

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh Auteur de l’article

      Commentaire d’un lecteur qui désire rester anonyme. Les Musulmans ne sont pas autorisés à faire la guerre contre un groupe juste parce que ce groupe croit en une autre religion, ou n’est pas croyant du tout. Les Musulmans sont autorisés à se battre s’ils sont attaqués. Encore une fois, ce sont les actions de « l’autre » qui comptent, pas leur identité.
      Non seulement la guerre que les Musulmans pouvaient mener devait être défensive, mais aussi selon le Coran, l’utilisation de la force par les Musulmans contre les assaillants doit être proportionnée (2:194); et si les ennemis cessent de se battre et s’inclinent vers la paix, alors les Musulmans doivent faire la paix avec leurs ennemis (8:61; 2:193).
      « Si Allâh avait voulu, il aurait fait de vous une communauté unique. (Il ne l’a) toutefois (pas fait), afin de vous éprouver en ce qu’Il vous a donné. Devancez-vous donc mutuellement dans les bonnes actions. » (5, 48). Beaucoup y voient aujourd’hui un verset en faveur d’un pluralisme communautaire respectueux et d’un dialogue interreligieux possible ».
      « Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle et nous vous avons constitués en peuples et tribus pour que vous vous connaissiez » (49,13)

      Répondre
  2. Pierre Motyl

    Pour qui veut tenter de commencer à s’orienter dans les dédales de l’Islam, je recommande très chaleureusement la lecture de  » Comprendre l’Islam – ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien »
    de Adrien Candiard. (format de poche, 6 EUR) L’auteur est un frère dominicain de l’Institut d’études dominicaines du Caire. Son commentaire/analyse de l’Islam contemporain, faite par un théologien engagé dans sa foi, a une qualité différente de ce que peut être la lecture externe faite par un politologue laïc et athée. Mais soyez rassurés: sa lecture est parfaitement historique et scientifique, c’est dans ses conclusions – timides – quant à un avenir possible pour l’Islam que son point de vue est enrichissant.

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh Auteur de l’article

      Commentaire d’Hamid Benichou en réponse à l’article publié.

      Futur de la grande mosquée de Bruxelles et de l’islam en Belgique
      L’islam mis en place par l’exécutif avec l’appui de certains acteurs de terrain et organisations lors de son renouvellement en 2012 ne sera jamais à la hauteur des attentes de nos concitoyens , à savoir, paisible, respectueux de l’autre, ouvert, diversifié et désireux d’adhérer pleinement et sans vagues aux lois et aux valeurs de nos pays européens sécularisés et démocratiques.
      En effet lors de ce renouvellement de 2012 sous la houlette de la Ministre de la justice de l’époque – Madame Annemie Turtelboom-, les autorités ont accepté l’idée présentée par les organisateurs de ce remplacement des membres, de passer uniquement par les mosquées (tout en ayant connaissance que les lieux de culte musulman dans leur majorité sont très proches de l’idéologie qui favorise l’exclusion, refuse le vivre-ensemble et recommande sa place dans la gestion de la cité en plus d’être inféodés au sunnisme fréro-salafiste)
      J’ajoute, que par cette acceptation, les autorités ont écarté volontairement les musulmans laïques, progressistes et autres sensibilités adeptes du respect des lois et valeurs et partisans farouches de la séparation de l’Église et de l’État ce qui n’est le pas le cas aujourd’hui de la plupart des mosquées.

      Ce n’est pas en évoquant l’islam du juste milieu qu’on va contrer l’idéologie fréro-salafiste qui est devenue la référence de l’islam sunnite en Europe.
      Il faudrait à mon sens du courage et une très bonne volonté politique pour bien nommer les choses et ne pas chercher à tout prix à calmer les esprits de nos concitoyens et de nos gouvernants.
      -La représentativité venant des mosquées n’avait et n’a aucune raison d’être lorsqu’on connaît sa composition et son socle idéologique.
      -Nous savons que le groupe social de culture et de confession musulmane est traversé d’une manière très significative par l’idéologie Wahhabo-slafiste
      -Il est plus qu’urgent de commencer par rappeler à l’ordre les mosquées, fermer les écoles coraniques qui sont le socle de la diffusion de cette idéologie, revoir le contenu des prêches du vendredi en invitant les prêcheurs d’être proches de la situation des citoyens etc.
      Dans ce cadre j’invite l’exécutif à ne plus s’appuyer uniquement sur le soutien gouvernemental mais d’investir dans les tendances qui combattent l’idéologie fréro-salafiste afin de faire émerger un islam européen compatible avec son nouvel environnement démocratique et égalitaire que nous citoyens de culture ou de confession musulmane voulons le vivre en paix en Europe.
      Ce n’est que par cette approche que nous pourrons lutter efficacement contre l’islamisme et contrer les collectifs (qui commencent à pulluler surtout à Bruxelles) que sous couvert de la lutte contre le racisme et les discriminations veulent s’accaparer de la gestion de cette cité cosmopolite.
      Le racisme et les discriminations touchent toutes les composantes de la population.
      je les invite à voir la vidéo Nous sommes tous racistes : 4 points pour l’éviter. – YouTube de Souad Razzouk.
      Ou de prendre contact avec les juges de paix dans certaines communes qui longent le canal 😉 pour avoir une idée de l’ampleur des plaintes déposées pour discriminations

      Répondre

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.