La religion dans la cité 

_____________________________

C’est le titre du festival qui se tiendra vendredi et samedi à Flagey et dont voici le programme.
Jamais la cité n’a été à ce point sécularisée et laïcisée. Pourtant,aujourd’hui, la religion est partout : dans la presse, les débats publics, les cours et tribunaux, le monde des livres… Cette sécularisation n’épuise pourtant pas le rapport des individus à la religion, au sacré, à la spiritualité, à la morale et à la tradition. Le festival vise à mettre à l’épreuve du débat et de la critique un phénomène de société — la religion —, qui est également un élément majeur du vivre ensemble, de la diversité et de la citoyenneté, à Bruxelles plus qu’ailleurs. Essayer de comprendre.

Olivier Roy prendra part au premier débat sur le retour du religieux. Dans un entretien détaillé avec Elodie Blogie, il met en garde contre ce qu’il appelle un « athéisme d’Etat ». Il  nie  aussi la recherche d’une identité culturelle et défend à nouveau l’idée que la religion n’est pas à l’origine de la radicalisation des jeunes.

« Il y a une rupture quelque part qui va varier selon les individus. Pour beaucoup, c’est la prison. L’effet de groupe pour d’autres : on voit ainsi des bandes de copains, des paires de frères, etc. C’est une petite cellule, un noyau qui s’autoradicalise. Très souvent, on trouve chez ces jeunes une grande frustration mais qui n’est pas forcément sociale ou économique. Il y a un décalage entre l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et la manière dont ils pensent être perçus par la société. D’un seul coup, ces jeunes qui sont dans la perte de l’estime de soi, veulent devenir des héros. Koulibaly disait à ses victimes : « Maintenant, c’est moi qui te fais peur ! » Ils inversent les rôles et sont dans ce fantasme de toute-puissance. Si c’était un problème d’intégration économique, on aurait des dizaines de milliers de terroristes ! Or il n’y a pas de mouvement de masse derrière eux. » La suite est ICI.

1 réflexion sur « La religion dans la cité  »

  1. Jean-Pierre Vantighem

    Je viens d’entendre Alain Souchon chanter « et si le ciel était vide » … »et si en plus y’a personne ». Ca mérite un peu de réflexion.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.