L’espace piéton a besoin de vous

Version 4

J’y reviens, parce que vous êtes quelques uns à me demander de lancer une pétition en faveur du piétonnier, mais cela ne fonctionne pas ainsi en Commission de concertation.
Il faut que vous envoyiez un message personnel par mail avant le 2 octobre à <CommissionConcertation.Urbanisme@brucity.be> pour dire que vous êtes en faveur d’un centre ville piéton, assorti d’éventuelles remarques. Vous pouvez aussi demander à être entendu à la séance du mardi 14 octobre.

Après 15 ans d’attente, si vous souhaitez que la Ville aménage définitivement son centre historique en espace à priorité piétonne, il est urgent de le dire. La Ville a pris sa décision, les plans sont là et le budget aussi. Mais le changement fait peur et si un trop grand nombre d’automobilistes, de commerçants, de groupes de pression, … devaient manifester leur opposition à ce projet, il n’est pas exclu que le Collège décide d’en reporter la réalisation à la prochaine législature par crainte d’une sanction électorale. Alors, écrivez encore aujourd’hui.

 

9 réflexions sur « L’espace piéton a besoin de vous »

  1. Yvan Vandenbergh

    La séance publique de la Commission de concertation consacrée à l’aménagement du piétonnier aura lieu le 14/10/2015 à 09:00 h dans le théâtre du Grand Casino Brussels « Viage », boulevard Anspach 30 à 1000 Bruxelles, entrée par le boulevard Anspach 30. Même si vous ne ne vous êtes pas inscrit dans les délais, vous êtes le bienvenu, mais normalement vous n’aurez pas droit à la parole.

    Répondre
  2. Arthur

    Bonjour Yvan, auriez-vous plus d’information concernant la commission de concertation ce mercredi 14 octobre, notamment concernant l’heure de début, et le lieu? Merci.

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh

      Copie de ma réponse sur le blog

      Bien cordialement

      Yvan

      La séance publique de la Commission de concertation consacrée à l’aménagement du piétonnier aura lieu le 14/10/2015 à 09:00 h dans le théâtre du Grand Casino Brussels « Viage », boulevard Anspach 30 à 1000 Bruxelles, entrée par le boulevard Anspach 30. Même si vous ne ne vous êtes pas inscrit dans les délais, vous êtes le bienvenu, mais normalement vous n’aurez pas droit à la parole.

      >

      Répondre
  3. swysen

    Lundi 28 septembre 2015, nous étions quatre copains et nous nous sommes rendu au piétonnier, quel désastre, il n’y a pas de mots pour qualifier la mort lente de cette ville, planifié par un Bourgmestre non élu et nommé par copinage politique.

    Répondre
  4. Marc Van Buggenhaut

    J’apprécie la lecture de vos commentaires et infos même si certains me donnent des boutons … dont celui-ci. A vous lire, il faut comprendre que les auteurs de cette « fabuleuse » fumisterie craignent une dégelée historique lors des prochaines communales. Etrange quand vous constatez que ce projet, soi-disant un test, prend la direction du vraiment définitif, histoire sans doute de mettre les (dés)intéressés devant le fait accompli (budgets votés, combien la plaisanterie ?, travaux planifiés, …). Quand vous parlez en termes dénigrants de groupes de pression, vous pourriez parler des premiers, les bobos et champions de la pédale joyeuse qui se sont approprié l’espace « Bourse » pour organiser leurs pique-niques festifs d’été. Je croyais naïvement que le pique-nique idéal se prenait au vert, à l’écoute des oiseaux qui chantent et de la rivière qui murmure. Ce n’était donc pas vrai. Quant aux retombées économiques pharamineuses, interrogez les voituriers d’un hôtel de la place de Brouckère licenciés puisqu’il n’y a plus de voitures. Merci Monsieur le Bourgmestre non-élu, le mayeur pour le pire.

    Répondre
    1. Matthieu

      Marc, vous n’avez pas compris (ou vous ne voulez pas comprendre) que Pic Nic the Streets est un mouvement d’occupation de l’espace public visant à sa réappropriation pour les modes de transport doux. Ne croyez pas que ça nous amuse de faire cuire des saucisses sur du macadam puant. Sortez de votre vision autocentrée et regardez lucidement autour de vous enfin !

      Répondre
      1. Marc Van Buggenhaut

        Je ne suis pas autocentré et j’utilise les transports en commun pour me rendre en ville, même au théâtre le soir. Je suis heureux de lire que vous admettez que Pic Nic in the Streets est un mouvement d’occupation (de quel droit ?) visant à une réappropriation (il y aurait donc eu une appropriation antérieure ?) de l’espace public par une minorité agissante. Dans votre vision idyllique des choses, il n’y a pas de partage, mais la domination d’une idéologie d’exclusion. Vous passez, bien sûr, sous silence les retombées économiques de la chose, l’insécurité des zones désertées à partir d’une certaine heure. Toutes les villes citées en exemple ont d’abord aménagé les zones d’accueil des travailleurs navetteurs (si, si, il y en a en dehors des vendeurs de BD dont il est question dans un commentaire anttérieur) avant d’aménager des zones piétonnes. A Bruxelles, on interdit, puis on réfléchit mollement à des aménagements périphériques, sous l’égide d’un bourgmestre qui n’a aucune légitimité démocratique, nommé par copinage politique.

        Répondre
    2. Yvan Vandenbergh

      Rien ne vous contraint de partager mon enthousiasme pour la création d’un espace piéton dans le centre historique de Bruxelles à l’instar de Gand, d’Anvers, de Namur, de Louvain, de Malines, de Strasbourg, de Vienne, … L’adresse que j’ai donnée vous permet parfaitement d’expliquer pourquoi vous êtes opposé à cette piétonnisation. Ce qui est testé actuellement par la Ville grandeur nature, c’est le plan de Mobilité. Quant au principe même de la création d’un espace piéton, il était au programme de tous le partis de la Ville et a été approuvé par nos élus au conseil communal à la quasi unanimité. La Région et le fédéral (Beliris) ont aussi approuvé ce projet. C’est celui qui est à l’enquête publique et qui comprend les plans d’aménagement de l’espace public affectés à ce projet.

      Répondre
      1. Marc Van Buggenhaut

        Ce centre « historique » dont vous vous gargarisez date des années 1800 quand Léopold II a créé l’axe Nord-Midi pour éradiquer les épidémies provoquées par la pollution de la Senne. Le vrai centre historique est autour de la Grand’Place. Chacun a le droit de s’inventer une histoire pour justifier ses actes ou les actes d’un groupe de pression minoritaire, mais pas de réinventer l’histoire de Bruxelles et de l’imposer à ceux qui travaillent et remplissent les caisses de la Ville à coup de taxes en tous genres. Quant au plan de « mobilité », oublions la majuscule et appelons-le plutôt plan d’Immobilité (avec une majuscule) ce serait plus correct.

        Répondre

Laisser un commentaire