Le piétonnier à l’enquête publique

____________________________

Le 14 octobre la Commission de concertation écoutera les différents intervenants qui auront demandé à être entendus à propos du Permis d’Urbanisme pour le réaménagement des boulevards du centre. Gageons que les opposants viendront plus nombreux que les partisans.
Proposer des modifications aux modalités et au contenu des plans est une chose, s’opposer à la piétonnisation des boulevards du centre en est un autre. Il importe être clair à ce sujet, comme je le suggère dans cette mise en garde.

C’est à la quasi unanimité que le conseil communal de la Ville a pris cette décision « courageuse » pour répondre à la demande exprimée par divers mouvements citoyens – dont Picnic the Streets – et à une tendance générale perceptible dans la plupart des villes du pays et d’Europe.

Aujourd’hui les polémistes supplantent les politiques dans l’espace public et dans la presse, qui se nourrit des insuffisances et des déboires de la phase expérimentale. Les citoyens des quartiers aisés en sont effrayés, ne descendent plus en ville, causant un préjudice aux artisans et commerces spécialisés, qui ne peuvent se contenter de la seule clientèle locale et montrent le piétonnier du doigt.

Et si finalement – pour espérer être réélus – les membres du Collège décidaient de mettre fin à un projet qui leur cause autant d’opposition ?

11 réflexions sur « Le piétonnier à l’enquête publique »

  1. Arthur

    « Gageons que les opposants viendront plus nombreux que les partisans. » @Yvan, je ne suis pas sûr d’avoir bien compris ce billet… êtes-vous favorable ou opposé à ce piétonnier?

    Selon moi ce piétonnier, et ceux qui suivront, sont au centre de la stratégie de renouveau de Bruxelles. Regardons les nombreux exemples réussis et unanimement applaudis de piétonniers ailleurs en Belgique (Gand, Bruges) et partout en Europe (Amsterdam, Copenhague, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Nice, Grenoble, Montpellier, Lille, Nantes, Rouen, Cologne, Bonn, Madrid, Barcelone, Vienne, et tous les autres…) Honnêtement je ne comprends pas les réticences à ce projet courageux et indispensable à la survie de Bruxelles, et dont les opposants ne mesurent nullement la portée. Allez voir ce qui se fait à l’étranger!

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh

      J’étais assis par terre à la Bourse avec Picnic the streets pour demander sa piétonnisation et le projet de la Ville rencontre largement cette demande. Il ne faudrait pas que les légitimes demandes d’amélioration au projet de la Ville se transforment en opposition à un piétonnier de centre ville maintes fois retardé.
      Soyez rassuré, je soutiens cette initiative sans ambiguité et je désire contribuer à l’amélioration du projet à l’enquête publique. Je convie tous ceux qui partagent ce point de vue à écrire à la ou à demander à être entendus le 14 octobre.

      Répondre
      1. LM

        Je ne saurai pas assister à la séance du 14 octobre prochain pour soutenir. Comment pourrait-on faire pour néanmoins témoigner de notre soutien? Serait-il envisageable, par exemple, de remettre un document ( pétition ou autre ) signé par tous les partisans pour contrebalancer le nombre des opposants? LM

        Répondre
  2. LM

    Bruxelloise de naissance, j’aime ma ville et sa région. D’ailleurs j’y habite. L’autre jour, je suis « descendue » au centre-ville pour me promener sur le piétonnier. J’ai voulu m’asseoir sur un des bancs en bois brut qui s’y trouvent. J’ai regardé le piétonnier, ses promeneurs, ses joueurs de ping pong et d’échecs. j’ai en effet constaté qu’on n’y voit pas les gens des beaux quartiers, ni non plus une grande affluence de touristes. Je ne m’y suis pas sentie bien. Ah, si on pouvait créer ces beaux espaces enchanteurs que les architectes, les dessinateurs, dessinent. J’ai de sérieux doutes quant à la réalisation du projet d’aménagement de ce piétonnier, vus les frais que cela impliquera et l’état de nos finances, communales, régionales et fédérales. LM

    Répondre
    1. Marc Van Buggenhaut

      C’est pas grave, s’il manque des ronds, on viendra vous les prendre sans vous demander votre avis.

      Répondre
  3. Burckhard Doempke

    Bien vu, Yvan. Il faut le soutenir, le piétonnier, tout en exigeant des améliorations considérables, surtout autour de celui-ci: miniring, aménagements cyclistes, sécurité, propreté…

    Répondre
  4. Tanguy de Ghellinck

    D’après ma petite enquête personnelle (qui n’est pas scientifique, je le conçois), le secteur horeca, les supermarchés et les magasins de BD sont satisfaits du nouveau piétonnier. Les habitants semblent en grande partie dérangés par celui-ci.
    Personnellement, né à Bruxelles, y ayant habité pendant une douzaine d’années et y ayant été scolarisé, j’apprécie beaucoup la Capitale, sa vie et… son nouveau piétonnier. A noter : j’utilise toujours les transports en commun pour me déplacer vers et dans Bruxelles (sauf pour aller au théâtre le soir).

    Répondre
    1. Marc Van Buggenhaut

      Tout va bien, l’Horeca (tant qu’il fait beau), les super-marchés (qu’en pensent les indépendants ?) et les magasins de BD (ouf, Bruxelles est sauvée) sont contents.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.