Quatre régions fortes: osons l’avenir

_____________________________

Une Belgique basée sur quatre Régions est notre credo. C’est encourageant de voir que nos idées percolent désormais dans la bouche de deux députés MR au parlement wallon et sous la plume de l’essaysite wallon Jules Gheude. Et puis aussi de les entendre reconnaître que « Bruxelles est une chance pour l’ensemble de la Belgique ».

« Le cadre fédératif doit intégrer pleinement la primauté du fait régional et s’articuler autour de quatre Régions à part entière : la Région flamande, wallonne, de Bruxelles-Capitale et la Région germanophone. Le fait régional notamment de par sa lisibilité géographique s’impose désormais. Les Régions deviendraient les dépositaires de toutes les compétences fédérées. Mais chaque fois qu’il y a une plus-value, nous proposons un mécanisme de coopération renforcée, comme par exemple, via le mécanisme des décrets conjoints. Bruxelles est une chance pour l’ensemble de la Belgique. Cette chance ne peut être pleinement saisie que si l’on consacre le plein rayonnement de la Région centrale du pays et son traitement sur strict pied d’égalité avec les autres Régions. Le MR réaffirme sa radicale opposition à toute tentative d’inscrire des mécanismes de cogestion. »
Jean-Luc Crucke et Pierre-Yves Jeholet – extrait de l’article du Soir.

Et Jules Gheude d’ajouter dans Le Vif  « … ne faut-il pas, dès lors, s’interroger sur l’utilité de maintenir la Communauté française maintenant que le fait bruxellois est incontestable ? Bruxelles pourrait fort bien s’ériger en Ville-Etat, statut également prôné aujourd’hui par Remi Vermeiren, initiateur, il y a dix ans, du manifeste séparatiste de la Warande. La régionalisation de l’enseignement permettrait de mieux mettre celui-ci en adéquation avec les besoins du monde économique. En Allemagne, l’enseignement relève d’ailleurs de la compétence des Länder, avec une conférence commune pour assurer une certaine cohésion de l’ensemble. »

3 réflexions sur « Quatre régions fortes: osons l’avenir »

  1. Tanguy de Ghellinck

    Supprimer le machin institutionnel Communauté française de Belgique – Fédération Wallonie-Bruxelles, pourquoi pas. Ca fera des économies au moins au niveau du nombre des ministres francophones et de leur cabinet.
    Mais régionaliser l’enseignement francophone « rénové » – d’un niveau lamentablement bas (cf. les études PISA) – est une bêtise sans nom qui va encore l’affaiblir . Croyez-vous que les Flamands ont régionalisé leur enseignement en Flandre et à Bruxelles ? Non bien sûr.
    Que les francophones regardent et admirent les résultats des élèves flamands dans les études internationales et qu’ils s’inspirent simplement et strictement des méthodes de l’enseignement flamand !
    L’enseignement francophone en Belgique doit subir un seul chantier de poids : rénover le rénové… à la sauce flamande.

    Répondre
    1. Philippe Delstanche

      Régionaliser l’enseignement et donner à la Région bruxelloise la compétence pour son enseignement permettrait d’organiser un enseignement au minimum bilingue, condition non suffisante mais absolument nécessaire pour donner aux futurs Bruxellois une chance d’obtenir un emploi décent dans la capitale de la Belgique et de l’Europe.
      Il est évident que prendre exemple sur des systèmes éducatifs performants tel que celui de la Flandre est utile, mais prendre ses distances par rapport au système éducatif de la Communauté française, qui a montré son inefficacité notamment dans l’enseignement des langues, me semble être un préalable indispensable.

      Répondre
  2. Philippe Delstanche

    C’est en effet réjouissant de voir que des idées émises depuis déjà un certain nombre d’années, reçues à l’époque pour tous les politiques « bien-pensants » de tous les partis comme utopiques, irréalistes, voire absurdes, ressortent opportunément dans les discours de certains de ces cassandres d’hier. Peut-on espérer que cela ne soit pas une simple manoeuvre politicienne éphémère et que cela suscite un vrai débat de fond.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.