Lettre à Athéna

_____________________________

Athéna, vous connaissez ?
C’est à elle que l’on doit l’économie politique que nous légua Aristote.
Si  je vous convie à lire un bref résumé de son enseignement, c’est qu’il me semble plus que jamais d’actualité. Un peu de recul n’est pas superflu pour s’interroger sur à la
« crise » que connaissent notre société et notre ville de plus en plus duale.

Dominique Temple nous rappelle dans un billet invité qu’Aristote enseignait   » Que la cité est construite sur la réciprocité de bienveillance dans la production et le partage dans la redistribution, les équivalences de réciprocité dans la circulation des marchandises, et leur échange grâce aux petits commerçants. » 

 » Il dénonça l¹accumulation sans limite qui s’articule par la spéculation sur le libre-échange à l’origine d’un pouvoir économique rival du pouvoir politique. Il nous apprit que l’allocation universelle était de taille à compenser l’envie, et à permettre la liberté pour tout citoyen responsable de délibérer du bien commun ; que la consommation sans limite devait être récusée au bénéfice des besoins de tous en commençant par ceux des plus démunis. »

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.