Sous les couvertures, des hommes et des femmes

sdf

Evidemment ça fait désordre. Un malaise nous envahit. Cela ne peut continuer ainsi.
Mais que font les pouvoirs publics ? Que fait la police ? Les commerçants n’en peuvent plus et commencent à placer des dispositifs anti sdf …

Sous les couvertures et les cartons mouillés il y des hommes, des femmes, parfois même des enfants qui n’ont plus de domicile pour s’abriter. Après les factures de gaz impayées, ce sont celles d’électricité et puis l’eau et finalement le propriétaire. Après l’hiver c’est l’expulsion, la rue, la solitude, l’alcool pour se réchauffer et pour s’échauffer. La rivalité aussi. Même le crime.
Et puis ces chercheurs d’asile de la gare du Nord auxquels Christophe Degreef consacre un émouvant reportage dans BDW.

Alors que faire ? La capitale de l’Europe peut-elle accepter de s’afficher ainsi ?  Pouvons-nous supporter d’être impuissants face au malheur qui frappe ces personnes vulnérables et parfois répugnantes faute de possibilités d’hygiène  ? Le « il n’y a qu’à » n’a pas cours. Cela ne peut plus durer, mais qui sait que faire ? Avec eux, malgré eux ? Voilà, c’est dit.

Laisser un commentaire