Le fédéral veut nous imposer un nouveau palais de justice

__________________________

La Régie des Bâtiments n’a pas entretenu le Palais de Justice de Poelaert et voilà maintenant qu’elle estime moins cher d’en construire un nouveau en face.
Pour ne pas devoir rénover l’ancien ? Pour en faire un shopping center de plus ?

Et ce n’est pas tout, selon tvbrussel/brusselnieuws des demandes de permis – pour deux fois plus de m2 utiles que Poelaert – sont déjà introduites par des bétonneurs, pardon par des promoteurs, sans consulter notre Bouwmeester. L’inévitable bureau Jaspers-Eyers est même déjà là avec un projet qui lui ressemble, un mastodonte tout droit sorti d’un logiciel ad hoc: fonctionnel, froid et sans âme.
justitegebouwjaspers

 

 

 

 

 

 

 

 

A Mons, quand la SNCB construit une gare elle la commande à Santiago Calatrava, comme pour Liège. A Anvers, quand la Régie des Bâtiments construit un nouveau palais de justice, elle lui donne une perspective et le confie au cabinet Richard Rogers. A Bruxelles, elle veut installer son palais entre deux petites rues proches du Sablon, donc sans aucune perspective ou visibilité.

Alors, les citoyens devront-ils lancer deux pétitions : l’une contre le nouveau drapeau de leur Région et une autre pour la réhabilitation tant attendue de l’œuvre emblématique de Poelaert ?

Gare de Mons et Palais de Justice d’Anvers
La-nouvelle-gare-de-Mons-imagin-e-par-l-architecte-espagnol-Santiago-Calatrava-5071083690_c8c9e089f7

3 réflexions sur « Le fédéral veut nous imposer un nouveau palais de justice »

  1. Diogene

    Ce palais (en pierre, pas en béton) fait partie intégrante de l’âme de cette ville au même titre que l’Atomium ou la Basilique. Et le « remplacer » par un quartier « bobo » ou non, n’est évidemment pas la réponse à apporter. Il n’est pas fonctionnel ? OK et alors ?
    Au fait : une âme est-elle fonctionnelle ? Une oeuvre doit-elle justifier de son existence par un degré donné de fonctionnalité ? Doit-elle plaire à un pourcentage donné d’une population type pour éviter la destruction ?

    Répondre
  2. Eunoia

    Je ne vous suis vraiment pas. Poelaert est un chancre de béton et autres construit sur un quartier. Sa vocation était d’imposer. Ça a tellement bien fonctionné que c’est devenu un quartier où les seuls signes de vie sont les trams 9x qui passent invariablement. Et que dire de ce bâtiment dont on a perdu les plans ? Il est mal foutu, ingérable, inconfortable.
    On a ici de la place pour créer un nouveau petit quartier bobo à 2 pas de Louise.
    Je vous rappelle le leitmotiv du Gvt : Plus de Bruxellois, gentrification, plus d’imposition.
    😉

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh

      Vous avez raison, la construction de Poelaert a soulevé beaucoup de protestations à cause de la destruction de tout un quartier populaire par le « skieve architekt ». Mais le mal est fait, et le laisser à l’abandon ne nous rendra pas la moitié des Marolle perdues.
      Comme la basilique de Koekelberg, Sainte Marie rue Royale ou le Sacré Cœur à Paris, le palais de justice fait partie de notre ligne d’horizon. Personne n’imaginerait de détruire ces bâtiments, même si leur valeur architecturale est discutable. La rue de la Régence sans la coupole du palais de justice au bout n’est plus qu’une rue banale et austère.
      Dès lors, qu’en faire, si la Régie préfère en construire un neuf plutôt que de le restaurer ?

      Répondre

Laisser un commentaire