La Mobilité, chaos ou planification ?

__________________________

Vous aurez remarqué que depuis quelques semaines il règne un certain chaos dans la circulation autour et à l’intérieur du pentagone (voir vidéo). Si on exclut les impondérables comme les manifestations et les grèves, il reste la question de la saine gestion du trafic.

Bien sûr, les choix en matière Mobilité ont un caractère politique et c’est à nos élus généralistes à les opérer après s’être informés. Mais une fois déterminés, n’est-il pas évident qu’il faut en confier la mise en œuvre, la coordination et le timing à un team d’experts spécialisés ?

Etait-ce vraiment en période des fêtes, en plein « Plaisirs d’hiver » et au cœur des grèves que la Ville devait commencer à changer les sens de circulation dans le Pentagone sans anticiper sur son impact sur les voiries régionales de la petite ceinture ? Le premier WE les feux de signalisation n’étaient pas encore adaptés aux nouveaux sens de circulation mis en place à Jacqmain et Adolphe Max. Cela fait plutôt désordre.

Alors oui à la mobilité douce, oui à de nouveaux modes de déplacement, oui au changement mais pas confiés à 19 roitelets et une Région qui semblent ignorer la coordination et le principe élémentaire des vases communicants.

Screen Shot 2014-12-23 at 17.25.34

1 réflexion sur « La Mobilité, chaos ou planification ? »

  1. fj2l

    Il me semble que tester un plan de mobilité aussi capital que celui qui prévisagera l’aménagement des boulevards du centre bientôt devrait se faire avec professionnalisme.
    Pourquoi choisir le moment de l’année qui accueille le plus de manifestations, de chalands, de fêtes en tout genre, avec l’assurance de fâcher le plus d’utilisateurs possible en un minimum de temps ? Pour quelles raisons et qui ? Quel est celui qui croit que les bruxellois sont muets ? Comment ne pas imaginer une mauvaise presse ? De quelle matière est constitué le cerveau ?
    Comment tester un tel plan quand il fait froid et qu’il pleut ? Pourquoi imaginer compliquer les circulations déjà trop denses par un parcours de visite des travaux publics encombrants le longs des itinéraires à 1,5 km / heure ?
    Personnellement, je pense que les mois d’été peuvent servir à modifier les parcours automobiles, les bruxellois sont plus en vacances, la charge de trafic s’en verrait diminuer, une meilleure météo ferait découvrir des modes de déplacement alternatifs efficaces, voir bien plus agréables. A cette période les déplacements de nos touristes, à pieds le plus souvent, seraient autant de preuves que cette déambulation est possible et moderne. Mais bon, que penser, bien que je fasse de la résistance aux médias, convaincu qu’un centre ville se vit à pieds, comment ne pas succomber aux idées populaires tant elles sont maintenant répétées … Qui est responsable finalement ? … que de questions …

    Répondre

Laisser un commentaire