Archives de l’auteur : Yvan Vanderbergh

A propos Yvan Vanderbergh

Citoyen bruxellois engagé, passionné par l'avenir de notre Ville-Région

La Flandre paye-t-elle pour nous ?

_________________________________

C’est la question que pose La Libre. « Les Flamands paient beaucoup plus au gouvernement qu’ils ne reçoivent en retour », souligne la N.VA sur son site web. « La Flandre transfert des milliards vers la Wallonie qui maintiennent bien trop de Wallons dans leurs hamacs« , lâchait Jan Jambon trois semaines avant les élections.

Cet argument, utilisé par d’autres partis flamands, Vlaams Belang en tête, constitue un carburant pour les partis du nord du pays et l’un des moteurs de leurs demandes d’autonomie et de régionalisation.

Mais que paient réellement les Flamands pour les francophones ? L’économiste Eric Dor (IESEG) a réalisé une étude précise sur le sujet, publiée en juillet. Vous pourriez être surpris des réponses que vous allez trouver ICI, même si on fait souvent dire aux chiffres ce que l’on veut bien.

 

Un cime contre l’humanité

__________________________________

« Laisser des personnes dormir dans la rue est un crime contre l’humanité ». C’est Laurent d’Ursel qui assène cette vérité, dans un pays qui ne manque pas de moyens pour assurer une vie digne à tous ses citoyens. Le comte d’Ursel a accepté de livrer une interview très directe, sincère et parfois drôle à Kris Hendrickx de Bruzz. Un vrai reportage à lire à tout prix. Si nécessaire, vous en trouverez ICI une traduction automatique (parfois un peu fantaisiste) assurée par DeepL.

Le rédacteur en chef de Bruzz consacre un éditorial à la situation du sans-abrisme à Bruxelles. Nous l’avons aussi traduit ICI de manière automatique.

Vous verrez également dans ces articles comment soutenir le mouvement bénévole Doucheflux de manière efficace. En attendant, Laurent d’Ursel prend une douche tout habillé …

>>> 2000 acteurs culturels réagissent ICI contre la diète de la culture « laboratoire de la société ».

Culture flamande: coup de théâtre

_____________________________________

Jan Jambon est aussi ministre de la culture flamande. Il vient de décider de réduire de 6% le budget des institutions culturelles flamandes à Bruxelles et en Flandre, et de 60% les subsides visant les jeunes artistes. VRT news y consacre un article en français et se penche sur sa propre situation. La presse francophone s’interroge également, notamment dans une analyse de La Libre et dans un article de L’Echo qui sent de la revanche dans l’air et prédit des coupes budgetaires pour Bruxelles. On vise les petites institutions tandis que les plus grosses, comme l’AB, n’auront que 3% de réduction, dit le musicien  Jef Neve. « Ils essaient de nous réduire au silence, comme ils tentent de le faire avec la VRT. Ils jouent à la maitresse sévère à laquelle il faut obéir ».

Vous savez tout l’intérêt que nous portons au travail des médias de Bruzz, qui se penchent quotidiennement sur tout ce qui fait Bruxelles avec leurs 63 temps pleins. Les 336.000 euros qu’ils vont perdre auront d’inévitables conséquences sur leur précieux travail d’investigation.

Cette décision témoigne du peu de confiance que le gouvernement flamand place dans le travail des institutions culturelles flamandes. Comment un ministre issu d’un parti qui entend valoriser la culture flamande opère ce genre de coupe ? Michael De Cock du KVS stadstheater ironise dans De Morgen: Pas de panique. Heureusement nous aurons bientôt un vlaamsecanon (canon flamand). Ainsi nous pourrons encore nous souvenir plus tard de ce qu’était la culture ».

 

Happy Tuesday: Recherche rêveurs

________________________________

RECHERCHE: REVEURS
Jeune ? Sans emploi ? Sans expérience ? Sans diplôme ? Rebelle ? Avec 1000 doutes ?
PARFAIT ! TU ES SELECTIONNE(E)
Participe gratuitement à la formation YouthStart.
Nous t’aidons à croire en toi et en tes rêves. Inscription via www.reveurs.be

Peut-être l’avez-vous vue dans le métro ? C’est le nom d’une très belle campagne d’affichage positive et pas (trop) paternaliste. Elle se décline avec des visages clairs et foncés, féminins et masculins. Elle vise plus particulièrement les jeunes de 16 à 30 ans, sans emploi, sans école et sans apprentissage. On a du plaisir à retrouver les diverses affiches dans différentes stations.

Youthtart est une asbl qui désire redonner confiance en eux, aux jeunes filles et garçons en rupture d’école et d’emploi. Elle tente de les motiver à reprendre une formation, les aide à trouver un job, mais désire surtout les pousser à créer leur propre entreprise, c’est finalement leur core business. D’après un article du périodique Le Vif, l’association se targue de 84% de succès.

Le Parlement européen envahi

_____________________________________

Laura Sullivan de WeMove Europe nous écrit: « La semaine dernière, j’ai assisté à un moment historique, quand de jeunes militants pour le climat se sont introduits dans le Parlement européen de Bruxelles, organisant une action pacifique (mais illégale) qui a fait pas mal de bruit ! Leur message était à la fois fort et clair: Messieurs les députés, votez pour notre avenir. Choisissez une Commission européenne au service de la justice climatique. Face aux nombreuses caméras et au caractère inédit de la situation, la réaction des services de sécurité a été tendue dans un premier temps… Mais les jeunes activistes ont tenu bon, jusqu’à l’arrivée d’Iratxe Garcia Perez ».

« C’est la présidente du groupe des Socialistes et Démocrates. Elle a accepté de discuter sur place et s’est installée avec les jeunes rebelles dans le hall principal. Jamais l’institution européenne n’avait vu ce type de manifestation, à la fois bruyante, dynamique et pacifique, se dérouler directement dans ses murs ». Vu l’urgence, le politiquement correct semble de plus en plus appartenir au passé.

Quelques minutes à peine avant de les rencontrer, Madame Garcia Perez avait reçu, comme les autres membres du Parlement, le contenu de l’action lancée par WeMove Europe sur Twitter. Ce média est très utilisé par les sphères politique, journalistique et activiste de Bruxelles, c’est pourquoi WeMove Europe fait appel à Twitter chaque fois  qu’une action spontanée pourrait contribuer à faire changer les choses. Et d’ajouter: « Si vous souhaitez faire connaître la communauté via Twitter, n’hésitez pas à citer l’alias @wemoveEU, comme l’a déjà fait Greta Thunberg ».