Des villes concurrentes.

Avez-vous déjà vu cette pub surprenante et impérative sur certains véhicules de la STIB ? dont le budget dépend pourtant largement de la Région bruxelloise. La ville de Mons y fait les yeux doux aux Bruxellois pour qu’ils déménagent ! Les deux Brabant attirent déjà discrètement un grand nombre de Bruxellois sur leur territoire et se réjouissent d’encaisser leurs contributions. Ottignies ou Malines ne sont jamais qu’à un bon quart d’heure de Bruxelles en train. Mons débauche plus ouvertement.

Le prix des logements à Bruxelles – tant à l’achat qu’à la location – n’est pas pour rien dans la tentation de l’exode. Les deux Brabant étant à leur tour devenus inaccessibles à une partie de la classe moyenne bruxelloise, c’est le Hainaut qui semble avoir le vent en poupe. La mise en service  prochaine (?) du RER pourrait encore amplifier le phénomène.

Bruxelles manque de logements publics pour contrebalancer les prix des promoteurs privés. Des programmes comme ceux de Citydev, du Fonds du Logement ou de Community Land Trust doivent absolument être amplifiés pour  pouvoir retenir à Bruxelles une classe moyenne incapable de se tourner vers le privé. Bruxelles manque aussi cruellement de logements sociaux (50.000 personnes en attente). Rénover le parc de logements sociaux énergivores existants s’impose, tout comme en construire de nouveaux dans les communes qui en comptent peu ou même pas du tout. La mixité de la ville n’est elle pas aussi à ce prix ?

4 réflexions sur « Des villes concurrentes. »

  1. Frenay Patrick

    Tout à fait d’accord avec Michel sur cette lecture politique. La concurrence privée (parfois mortifiaire) ‘ne suffit plus’ !? Voilà que les pouvoirs publics dépensent des budgets publics pour se faire concurrence entre eux; où va-t-on par rapport à des besoins tellement plus importants, en particulier sociaux? Et quelle ‘solidarité’ intra-Belge pour répartir les demandeurs d’asile / logements sociaux / …?

    Répondre
  2. Michel HUBERT

    Cette publicité en dit long de la solidarité Wallonie-Bruxelles qui s’effrite, en particulier au PS…

    Répondre
  3. Nicolas Julémont

    Comme toujours très intéressant.

    Mais quid de la politique de taxation des propriétaires bailleurs. Bruxelles ne compte que 30% de propriétaire qui habitent leur propre logement, alors que c’est plutôt 70% dans le reste de la Belgique.

    Ne rien faire pour rendre moins attractif le logement en tant qu’investissement crée forcément une demande qui fait monter mécaniquement les prix, ce qui n’explique pas seul le niveau de prix de l’immobilier à Bruxelles, mais y participe très clairement.

    Je serais donc en faveur de mesures qui permettraient de rendre beaucoup moins attractif l’immobilier en tant qu’investissement afin de réduire la pression sur les prix du marché.

    Répondre
    1. Rose Marie

      J’habite dans le bas d’Uccle; en prolongement de Forest, entouré de trois cités sociales et c’est dans le parc de ce coin de la commune que la SLRB veut construire 74 logements sociaux et 48 places de parking augmentant l’effet ghetto
      Ce qui manque ce sont des logements à prix abordables. Je suis d’accord avec la proposition de Nicolas

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.