Une autre Belgique

Lors des élections de 2024, une 7ème réforme de l’Etat sera au menu. Elle sera d’autant plus nécessaire, que la 6ème était particulièrement inachevée pour la Région de Bruxelles. Son contenu est évidemment toute la question. Certains commencent à se lancer dans des analyses et à avancer des solutions. Ainsi Paul Magnette a relancé la Belgique à quatre et le ministre bruxellois Sven Gatz a révélé une étude qui démontre que la Belgique à quatre serait impayable …

Dans 4 Millions 7, Charles-Etienne Lagasse publie un éditorial en faveur d’un Etat Wallonie-Bruxelles en cas de démantèlement de la Belgique. On y lit cependant que la Région bruxelloise produit environ 19% du PIB, pour une population de 11% mais n’en retire que 8,34% du produit fiscal. Avec une partie de l’impôt des personnes physiques sur base du lieu de travail, on rapatrierait vers Bruxelles des masses fiscales des navetteurs. Selon le Centre Georgin, la Région bruxelloise passerait ainsi d’un état de bénéficiaire net de 500 millions (à charge de la Flandre) à une position de contributeur net de plus de 2 milliards d’euros. Voit-on Flandre et Wallonie avaliser cette révision de la fiscalité  ? En échange de quoi ?

Jules Gheude, se livre à une analyse interpellante de l’éditorial de Ch-E Lagasse. Il y rappelle notamment qu’une étude de Rudi Janssens de 2013, indique que 73,9% des Bruxellois souhaitent l’autonomie en cas de disparition de la Belgique. Seuls 4,6% optent pour une association avec la Wallonie, et 4% avec la Flandre. Et de conclure: les Bruxellois sont profondément attachés à leur spécificité. Les pièces du puzzle sont sur la table, chacun devra trouver des avantages quant à la manière de les assembler.

2 réflexions sur « Une autre Belgique »

Répondre à Marco Fabbri Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.