Deux visions pour la société de demain

______________________________________

Le journal économique français LesEchos a publié un entretien avec Patrick Artus (banque Natixis) dans lequel il estime que « le capitalisme a été à la hauteur de ce qu’on attendait de lui » et que les critiques sont liées à l’émergence « du creusement les inégalités dans les pays riches et au dérèglement du climat ». Le  fondateur du magazine Alternatives Economiques lui répond dans un article qui se demande si le capitalisme est encore adapté aux temps qui viennent ?

Extraits. « Patrick Artus, pour justifier son satisfecit met en avant « la très forte élévation du niveau de vie des populations », mais au prix de fortes inégalités et d’une mise en péril climatique. Alter Eco avait d’ailleurs relevé l’une de ses notes antérieures où il affirmait que « la dynamique du capitalisme est aujourd’hui bien celle qu’avait prévue Karl Marx ». En d’autres termes, le Bon Dieu (capitaliste) traîne derrière lui des casseroles pas très ragoûtantes. C’est cela qui perdra le capitalisme ».

« La vraie question est de savoir si (le capitalisme) est capable de prendre un tournant majeur avant qu’il ne soit trop tard. Je crains que non. En effet, le capitalisme est miné par la démesure dont il est porteur, cette course au toujours plus – la croissance illimitée et la plus forte possible – qui est son moteur essentiel. Sa dynamique repose sur l’intérêt personnel, la concurrence et l’envie, alors que notre défi est de parvenir à construire ou fortifier les biens communs sur lesquels toute société s’appuie.

 

1 réflexion sur « Deux visions pour la société de demain »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.