Pollution: Paris passe à l’acte

________________________

Paris est loin d’être une ville exemplaire en matière de protection de l’environnement, que ce soit pour l’isolation des logements, le tri sélectif ou le trafic routier. Mais la presse relate que la Maire de Paris entend rattraper le temps perdu. Elle se réjouit déjà de constater qu’aujourd’hui, 60 % des Parisiens n’ont plus de voiture, alors qu’en 2001, ils n’étaient que 40 % à s’en passer.

Anne Hidalgo va prendre des mesures: la fin du diesel (1) pour 2020, des portiques de contrôle sur le périphérique, des axes de circulation réservés aux véhicules propres, les quatre arrondissements du centre interdits aux voitures, à l’exception des bus et taxis, des voitures des résidents, des véhicules d’urgence ou de livraisons, … et même l’interdiction des cheminées à feu ouvert (2) dès 2015.

Un catalogue intéressant, dont Bruxelles pourrait reprendre le meilleur, et auquel il faut encore ajouter: le nombre de kilomètres de vraies pistes cyclables qui sera doublé d’ici à 2020, avec un plan vélo très ambitieux de 100  millions à terme. Mme Hidalgo veut également développer le vélo à assistance électrique, aussi bien dans l’aide à l’achat que pour les vélos partagés Vélib’, mettre en place un plan d’installation de bornes de recharge pour les voitures électriques et une aide financière pour inciter les copropriétaires à s’équiper en bornes de recharge, mais aussi en garages à vélos.

(1) On nous a poussés à choisir le diesel « pas nocif ». Or l’OMS a fini par reconnaître en 2012 que les gaz d’échappement des moteurs diesel sont des cancérigènes non plus probables, mais certains. Et que les particules fines qu’ils émettent sont responsables de 42 000 morts par an rien qu’en France.
(2) Moins ridicule qu’il n’y paraît puisqu’en Ile-de-France, 23 % des particules fines présentes dans l’air (parfois « importées ») sont bien émises par le chauffage au bois
(Le Monde)

4537409_6_0c58_emission-de-particules-pm-10-en-ile-de-france_43b8c6f34460750efba90d36ce1f1df2

5 réflexions sur « Pollution: Paris passe à l’acte »

  1. Véronique de Potter

    Il semblerait que les moteurs à essence récents à injection directe émettent eux aussi un paquet de particules fines, donc essence contre diesel c’est chou vert et vert chou.

    Répondre
  2. Matthieu

    Une grosse différence quand même entre Paris et Bruxelles. Le réseau de transports en communs à Paris est excellent et permet vriament d’y vivre sans voitures, alors que le même exercice a Bruxelles serait une vraie gageure. C’est pourquoi beaucoup plus de parisiens ont déjà abandonnés leurs voitures…

    Répondre
    1. Véronique de Potter

      Exact, mais Bruxelles est quand même nettement plus petit que Paris, ce qui fait que les distances peuvent être couvertes facilement à vélo, le problème se situant plutôt du côté des aménagements cyclables. Quand aux transports en commun, ils ne pourront être vraiment performants qu’à partir du moment où on fera le choix délibéré de privilégier les transports publics et l’intermodalité par rapport aux véhicules privés dans l’hypercentre.

      Répondre
      1. Marc Van Buggenhaut

        Avec les courses de la semaine empilées sur votre vélo, sur un espace loin d’être plat ? Je vous invite à tester la montée du Botanique avec votre équipage …

        Répondre
      2. Yvan Vandenbergh

        Marc a raison, Bruxelles n’est pas Paris, ni Anvers: il y de fameuses montées.
        J’utilise un vélo à assistance électrique et cela répond en grande partie à ce problème. Il est regrettable que Decaux n’y ait pas songé pour ses « Villo » partagés et que la Région et les entreprises tardent à installer des bornes de recharge. Cela ne règlera pas les courses de la semaine, mais les cyclistes se font souvent livrer le plus lourd et font des achats quotidiens de proximité.

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.